Instructions officielles





télécharger 126.26 Kb.
titreInstructions officielles
page1/3
date de publication02.05.2017
taille126.26 Kb.
typeInstruction
l.20-bal.com > droit > Instruction
  1   2   3



LA DANSE A L’ECOLE

« La danse est un lieu de langage avant les mots,

d’un terrible intérêt pour les élèves en difficulté avec les mots »

Marcelle Bonjour






Laurent ARTOUX CPD EPS 02
A partir des travaux de

M.P. LAUCOURNET CPD EPS 02
« La danse à l’école » dans les programmes 2008




cycle 1


Cycle 2


Cycle 3




Instructions officielles

2008

Les activités d’expression à visée artistique que sont les rondes, les

jeux dansés, le mime, la danse permettent tout à la fois l’expression

par un geste maîtrisé et le développement de l’imagination.

Grâce aux diverses activités, les enfants acquièrent une image

orientée de leur propre corps


Concevoir et réaliser des actions à visée expressive, artistique,

esthétique

- Danse : exprimer corporellement des personnages, des images,

des sentiments pour communiquer des émotions en réalisant une

petite chorégraphie (3 à 5 éléments), sur des supports sonores

divers.

Concevoir et réaliser des actions à visée expressive, artistique,

esthétique

- Danse : construire à plusieurs une phrase dansée (chorégraphie de

5 éléments au moins) pour exprimer corporellement des personnages,

des images, des sentiments et pour communiquer des émotions,

sur des supports sonores divers.


Compétences attendues en fin de cycle

À la fin de l’école maternelle l’enfant est capable de :

- s’exprimer sur un rythme musical ou non, avec un engin ou non ; exprimer des sentiments et des émotions par le geste et le déplacement.


À la fin du CE1 l’élève est capable de
- s’exprimer par des actions à visée artistique, esthétique.


À la fin du CM2 les élèves sont capables de :
- inventer et réaliser des chorégraphies, des enchaînements, à visée artistique, esthétique ou expressive.


Compétences spécifiques
Compétences transversales


- savoir traverser un espace

- suivre un rythme

- respecter des arrêts, des silences

- danser en respectant une trajectoire

-orienter son mouvement dans un espace donné

- modifier l’énergie d’un mouvement

- expérimenter des appuis inhabituels

- exprimer un sentiment par le corps

-expérimenter toutes les façons de descendre au sol

- jouer sur l’amplitude du mouvement

- danser à 2, à plusieurs

- montrer sa danse, accepter le regard de l’autre

- regarder, respecter la danse de l’autre, exercer son regard critique…

- imiter

- construire, coopérer, s’organiser à 2, en groupe pour rechercher, pour composer

- devenir un spectateur actif d’œuvres chorégraphiques (vidéo ou spectacle vivant)

- accepter les changements de rôles

- danser tous ensemble…


Les activités d’expression à visée artistique
Toute pratique artistique, qu’elle soit création musicale, théâtrale, plastique, poétique ou corporelle, cherche à interpréter le réel.

Le processus mis en jeu est la symbolisation.

C’est en sollicitant l’imagination, cette « faculté de déformer les images fournies par la perception » (G.Bachelard-1943) que le processus de symbolisation va transformer le réel…
La danse dans toutes ses formes

On distinguera :

  1. la danse dont la fonction est de transmettre un patrimoine, une culture, les danses dont on apprend les « figures », les pas, les techniques, les codes, qui ont du sens par rapport à une histoire, à des groupes sociaux.

    • Danses traditionnelles – jeux chantés dansés du patrimoine enfantin – folklores

    • Danse classique - « modern danse » - danse jazz – danses de « salon » - hip hop…




  1. la danse de création, que l’on invente, que l’on construit.

    • une danse dont on conçoit les codes

    • une danse qui « dialogue » avec les autres arts

    • une danse que l’on construit sur ce qui est commun à toutes les danses


Le mime
Généralement, le mime est assimilé à l’imitation qui consiste à reproduire les caractéristiques figuratives de la réalité – reproduction du « même » - « faire comme »…

Le mime (Etienne Decroux – Marcel Marceau) évoque une réalité mais en la transposant, en la symbolisant. Par exemple, une évocation de la marche…sur place !
Quelle danse à l’école ?

C’est à partir des expériences, de l’ « agir » que se construit le langage des mots. L’enfant partira du vécu pour le parler, le représenter puis l’écrire.

L’école doit donc permettre à l’enfant de vivre des activités engageant le corps.

La danse, évocation, interprétation, transposition du réel met en scène corporellement une intention, une pensée. Elle représente ainsi un terrain d’aventure, un lieu pour explorer, exprimer et inventer d’autres langages et contribuer à la réussite de l’élève.
Il s’agira, à l’école primaire, de dépasser les approches techniques pour proposer

une véritable activité de création.
Quelle démarche ?
Un enfant qui prend plaisir à bouger ose spontanément libérer des réponses corporelles multiples et variées mais danse-il pour autant ?

Qu’est-ce qui nous fait dire « cet élève danse, mais son voisin, lui, ne fait que s’agiter»?

Comment le maître va-t-il conduire l’enfant à transformer, à faire évoluer ces mouvements éphémères, brouillons jetés au hasard, en intention, en une gestuelle originale, porteuse de sens et d’émotion ?
Pour mettre et garder les élèves en « état de danse », les propositions de travail peuvent être organisées et mises en œuvre par la démarche de créativité, renforcée par quelques procédés de composition, sans négliger l’importance du montrer et regarder ; les élèves, guidés par l’enseignant, peuvent devenir «artisans » de leur danse et spectateurs actifs et critiques.

La démarche de créativité
La démarche de créativité est une démarche d’éveil, commune à toutes les activités artistiques.

Cette démarche présente trois étapes :


  1. un temps d’exploration, ou phase de découverte.

  2. un temps de structuration, ou phase de transformation.

  3. un temps de réinvestissement, ou phase de transposition.


Ces trois phases se succèdent, toujours dans cet ordre, au cours d’une même séance et/ou se retrouvent sur plusieurs séances consécutives.

En fonction des objectifs poursuivis, l’enseignant offre aux élèves, pour démarrer, une «matière» à travailler, un prétexte pour danser : musique, verbe, thème, image, émotion…
A la fin de chaque étape, les élèves, mis en état de recherche, seront invités à montrer leurs « trouvailles ». Ces réponses seront appréciées par le groupe selon des critères en rapport avec les consignes de production. Alternativement danseur et/ou spectateur, les élèves affineront leur regard au fil du temps et de l’expérience vécue à partir de deux principes :
- la danse a un début et une fin

- la danse peut se reproduire (ce qui diffère de l’improvisation)


  1. La phase d’exploration, de découverte

La phase d’exploration sera d’autant plus longue que l’élève sera jeune et/ou qu’il sera en début d’apprentissage.

Pour faciliter tout démarrage, l’enseignant donne à danser des situations ouvertes et diversifiées le plus souvent ludiques, offrant à tous une possibilité de réponse immédiate avec ou sans modèle.
Quelles entrées proposer ?





LE CORPS


- verbes d’action, ex : glisser, sauter, tourner, souffler, s’étirer, se recroqueviller…

- déplacements divers, du simple au complexe, ex : marcher de toutes les façons possibles…

- gestes du quotidien, mimes

- qualité de mouvement. ex : fluide, continu, élastique, rabougris, lourd

- appui



L’ESPACE


- niveaux : sol, monde du haut, du bas, du milieu

- directions : avant, arrière, latéral, diagonale

- orientation : face, dos, profil

- forme : rond, carré, ligne, courbe…

- distance : proche, loin…


LES OBJETS


Objets souples ou rigides, petits ou encombrants, sonores, usuels ou pas (chapeau, chaise, plume, doudou, bâton, pelote de laine, sac plastique, carton, masque, tissus de poids et tailles variés, tulle, corde, vieux manteau…) à tenir, à porter sur soi, à partager, à rencontrer, à contourner…


LE MONDE SONORE


- musiques

- ambiances sonores

- voix : chant, poésie, comptine, onomatopée, mots, texte, bruitage…

- rythme : tambourin, claves, objets sonores existants (crécelles, bâton de pluie…) ou à créer, mains…


LES AUTRES


- structure du groupe : Duo, trio, petit ou grand groupe…

- modalités de communication : rencontre, imitation, contact, opposition, manipulation, danseur / spectateur…

LES THEMES


- le monde physique : eau, air, terre, feu ; le vent, la pluie, les saisons… ; le monde animal ; le monde végétal ; micro, macroscopique…..

- un lieu, une époque, un personnage : le train, la rue, la forêt, le pays hanté, la fête, sur la lune, il était une fois… ; sorcière, cosmonaute, métiers…

- une danse déjà connue à transformer : ronde, danse folklorique, danse de salon ou à la mode (Madison, Hip hop…), danse créée par le maître ou les élèves….

- supports écrits ou visuels :

- écrits : mots, phrases, poèmes, album…

-visuels : BD, photos, publicité, cartes postales, dessins, sculptures, tableaux, affiches, diapo, vidéo…



  1. La phase de structuration, de transformation

C’est la phase d’exploitation des découvertes.
Les réponses doivent être reconnues, identifiées, différenciées, puis triées, choisies et organisées.

Ex : parmi tous les mouvements qui ont été trouvés, chacun en garde 3 différents et enchaîne ces 3 mouvements. On doit être capable de fixer l’enchaînement pour le répéter à l’identique.
C’est le travail qualitatif d’approfondissement, de nuances, de modulations qui aide à passer d’une gestuelle usuelle, souvent stéréotypée, à une motricité dansée, plus personnelle, symbolisée, stylisée. C’est la phase d’entrée dans l’expression artistique.
L’enseignant laisse du temps pour explorer, expérimenter dans un premier temps et facilite ensuite l’enrichissement des réponses en faisant évoluer les situations.
Pour cela, il proposera aux élèves d’utiliser différentes variables :

les variables de temps

ex : inscrire sa phrase dans des durées variables
sur les repères d'une pièce musicale (pulsation – accents – mélodie . . .)


les variables d'espace

(loin – près – haut – bas – avant – arrière…)
orientation – directions – amplitude . . . espaces imaginés, suggérés . . .
ex : changer de direction après chaque action
danser sa phrase sur des lignes droites – courbes – figures géométriques…


les variables de relation

ex : danser avec, en fonction d'un ou plusieurs partenaires – danser l'un après l'autre – imiter un autre, en même temps ou après – danser dans la même durée …

les variables qui jouent sur la qualité du mouvement

respiration (expiration) – engagement du poids du corps – ancrage des appuis – élans – amplitude – vitesse – accélération – immobilité – suspension – regard…

mettre en jeu le regard

danser en fixant un point immobile, un partenaire mobile – affirmer une direction, construire par le regard un espace fictif, un partenaire imaginaire – offrir ainsi une présence qui, associée à la qualité du geste, contribue à signer une interprétation…

interpréter sur des musiques différentes

qu'est-ce qui change ? disparaît apparaît ? …

sur une musique particulière : quels repères ?



  1. La phase de réinvestissement, de transposition

C’est la phase de réalisation d’un projet.
Les élèves vont agencer les réponses préparées lors de la phase précédente, pour composer une danse seul ou à plusieurs et l’offrir, là encore, au regard des autres.

Ex : par deux, apprendre l’enchaînement de mouvements de l’autre (pour que les 2 élèves connaissent les 2 enchaînements) et s’organiser, toujours à deux, pour en faire une danse en duo.

Agencer, composer, combiner, interpréter, accepter de donner sa danse, de danser celle d’un autre, négocier, adapter sa danse à celle d’un groupe, faire le chorégraphe, reconnaître l’autre comme chorégraphe de sa propre danse, s’enrichir mutuellement des critiques, des propositions: c’est un travail de précision, de finition. Stabiliser sa production, même temporairement, demande quelques répétitions, des ajustements pointus.
Quel rôle pour l’enseignant ?
Il sera accueillant, permissif, encourageant, observateur, vigilant, organisateur…

Cela suppose disponibilité, positivité du discours et du regard porté sur l’enfant.

L’enseignant alternera les rôles d’animateur/médiateur et d’observateur :
  1   2   3

similaire:

Instructions officielles iconProjet Renvoi aux instructions officielles
«coller» autant que possible aux instructions officielles (objet d’étude : des goûts et des couleurs, discutons-en)

Instructions officielles iconInstructions officielles

Instructions officielles iconInstructions officielles, le français en seconde

Instructions officielles iconInstructions officielles du 22 février 1995

Instructions officielles iconInstructions officielles 1 / Finalités
«art du langage», faisant appel à l'imagination et à la matérialité sensible de la langue

Instructions officielles iconRenvois aux instructions officielles
«crime», «attentat», «terroriste» sont chargés de notre propre actualité pour entrer dans un autre contexte

Instructions officielles iconCours pédagogiques à partir de la photographie «Carthage, Tunisie»
«Rome et son empire sous la République» et de «l’espace méditerranéen» dans les instructions officielles, au troisième trimestre

Instructions officielles iconInstructions officielles
«ils trouves» → l’élève a repéré le pluriel mais n’a pas intégré la terminaison verbale. C’est donc un premier pas dans la réflexion...

Instructions officielles icon2 Quelle est la place des rituels dans les instructions officielles ?
«rituel» utilisé pour nommer certaines activités en maternelle est issu du lexique des sciences humaines et met en évidence leurs...

Instructions officielles iconInstructions données





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com