L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange





télécharger 56.18 Kb.
titreL’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange
date de publication27.04.2017
taille56.18 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
L’ECRITURE

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange.

Familière à l’enfant de maternelle qui esquisse des « vagues » maladroites sur sa feuille pour écrire… étrange à l’adulte qui découvre pour la première fois des lettres d’une autre langue : chinoise, égyptienne, arabe…

Les lettres sont de simples signes, des signes simples faits pour être dépassés, devenir transparents, des signes au service du sens. Mais elle sont aussi objet de rêverie esthétique, enluminures, mariage harmonieux du temps et de l’espace, du geste et de la trace sur la page.

Tout comme l’univers ramassé du poème haïku, l’écriture condense l’âme et l’esprit d’un peuple. L’écriture est culture. Il y a une noblesse de la mise en œuvre dans l’écriture qu’il est indispensable de fournir à l’enfant.
Préface de Michel Grandaty

à 50 activités pour découvrir et maîtriser les écritures

de J. Lafontaine et F. Robert, SCEREN


« L’écriture est une forme d’expression du langage qui implique une communication symbolique à l’aide de signes isolés par l’homme, signes variables suivant les civilisations. »

J. de Ajuriaguerra


De nos jours, même si les technologies de communication remplacent peu à peu l’écriture manuscrite, l’écriture reste un moyen de « mise en forme de la pensée et de communication indispensable ».

Acte de volonté, de concentration et de patience, « discipline de la main et de l’esprit », elle est un moyen privilégié de travailler sur le langage. Elle aide la lecture, facilite la compréhension de la structure de la langue et, une fois automatisée, permet à la pensée de se libérer pour mieux se centrer sur l’orthographe, l’expression écrite et la réflexion. La sensibilité et la personnalité peuvent alors s’épanouir.
Pour les plus jeunes, l’écriture contribue à développer maîtrise de soi et capacité de communication.

Au cycle 2, les mots bien écrits sont plus faciles à mémoriser, donc l’orthographe est mieux retenue.

Au cycle 3, pouvoir écrire sans réfléchir à sa gestuelle graphique permet à l’élève de se concentrer sur le sens de ce qu’il écrit.


L’évolution de l’écriture
 Phase pré-calligraphique (de 5-6 ans à 8-9 ans). L’élève est incapable de respecter les normes calligraphiques

- les traits droits restent cassés, arqués, tremblés, retouchés et repris

- les courbes sont cabossées, anguleuses, mal fermées

- la dimension et l’inclinaison des lettres sont mal contrôlées, les liaisons entre les lettres sont difficiles et maladroites.

- l’écriture ne suit pas la ligne.

 Phase calligraphique (de 8-9 ans à 11-12 ans)

L’enfant maîtrise les principales difficultés de tenue et guidage de l’outil scripteur. L’écriture s’assouplit, se débarrasse des maladresses majeures, se lie, se régularise.

 Phase post-calligraphique (à partir de 12 ans)

L’exigence de vitesse joue un rôle primordial : l’écriture du stade précédent est trop lente pour traduire une pensée qui s’enrichit et se développe. La modification de la forme des lettres permet de les lier plus et mieux.

Qu’est-ce que « bien écrire » ?
A priori, deux critères sont à retenir :

 la lisibilité, par soi ou par les autres

 l’efficacité, c’est-à-dire le rapport vitesse d’écriture / lisibilité.

Les déformations subies par les lettres d’une personne à l’autre sont le reflet de la personnalité de chacun.

Savoir écrire
Il s’agit de maîtriser l’écriture dans sa calligraphie (forme des lettres, ligatures, justesse des tracés, aisance) et dans son rôle d’apprentissage de la lecture et de l’orthographe. Ne pas oublier de prendre en compte posture, geste et soin.

L’acte moteur

L’acte graphique est le résultat des fonctions


motrice perceptive représentative


Activités graphiques

Jeu sur les lignes, les couleurs, les formes… vers la production et la reproduction de motifs (les arts décoratifs)



Ecriture

Par le geste d’écrire, produire des textes selon les codes et règles de la langue écrite (communication)




Dessin

Représentation imaginaire et créative à partir de formes graphiques (esthétisme de création)









dominante graphique




dominante dominante

symbolique sémiotique

Les données physiologiques
L’écriture correspond à la coordination d’un mouvement de translation d’origine proximale* (la cursivité, le déplacement du bras) et de mouvements de rotation d’origine distale** (la calligraphie, le mouvement de la main et des doigts dans le tracé des lettres).

Elle nécessite une spécialisation de segments, met en jeu l’épaule, le bras, l’avant-bras, le poignet, la main et les doigts. Les conditions motrices de l’écriture sont rassemblées quand le double sens de rotation, le freinage dans le déroulement du mouvement cursif et l’équilibre du mouvement grâce au point d’appui que constitue l’avant-bras sont acquis.
* proximal : à proximité du point de départ du mouvement, l’épaule

** distal : à distance de ce même point de départ

Plus l’enfant est jeune, plus la gestuelle de l’écriture ou du tracé met son corps en jeu.

Au cycle 1 :

  • tout le tronc est investi

  • l’enfant mobilise sa tête pour aller d’un bout à l’autre de la ligne

  • la main trace « en bloc », sans mouvement de doigts

Au cycle 2 :

  • la dissociation segmentaire s’affirme

  • le tronc devient immobile

  • le coude peut rester sur la table

  • les doigts commencent à écrire, et non plus tout le bras


L’écriture script se traduit par un dessin des lettres simple, celles-ci sont formées de cercles et de traits verticaux. Elle facilite l’apprentissage de la lettre et de l’orthographe. Mais ce type d’écriture est lent et ne permet pas une perception globale des unités sémantiques, d’où l’intérêt de l’écriture cursive.

Pour réaliser un caractère, il est nécessaire de :

  • l’identifier

  • le nommer

  • connaître un vocabulaire spécifique pour apprendre à le reproduire


Dès la maternelle, aborder :

 le sens graphique  droit / penché

 la ligne / les lignes  le haut / le bas

 l’espace  au-dessus / au-dessous

 le trait  à gauche / à droite

 le point  devant / derrière

 le rond ouvert / fermé  entre

 petit /moyen / grand

Les exercices graphiques
Objectifs :  apprendre à voir : éduquer l’œil

 développer l’habileté manuelle

 s’approprier le vocabulaire graphique universel

 favoriser l’apprentissage de l’écriture
Moyens :  discerner : couleurs – taches – traits – formes

 repérer les motifs graphiques

 découvrir les œuvres d’art

 observer : masques, faïences, poteries, enluminures, tapis, papiers peints,

affiches, étoffes imprimées, photographies


L’attitude de l’écrivant
 se tenir bien droit devant son cahier

les 2 avant-bras posés sur la table

les yeux à 30 cm environ du cahier

 l’instrument et sa tenue

 la position et l’inclinaison du cahier
Les séances
La calligraphie accompagnée

L’enseignant est au tableau, les élèves à leur table. Il accompagne les élèves dans l’écriture de mots ou de simples phrases. Il précise bien les courbes ou traits à tracer, avec leur direction (cf écrire la date). Le vocabulaire de l’espace de la feuille ainsi que de la gestion de l’écriture y trouvent leur lieu de prédilection.

La copie active simultanée ou différée

On propose de copier l’intégralité d’un mot dont on vient de montrer le tracé, en précisant son trajet directionnel. L’élève doit mémoriser le lieu des attaches, des « lever » et « poser » d’outil.

La copie active différée apparaît plus tard, en montrant aux élèves une phrase, puis un texte écrit sans leur présence et dont il faudra proposer l’intégrale reproduction. Lors de ce travail, l’enseignant peut activement agir auprès des élèves pour pallier les difficultés.
Les outils complémentaires

Outils qui accompagnent la démarche.

 Le stylo plume présente de nombreux intérêts dont sa maniabilité et la fluidité de l’écriture permis par l’effet de glisse.

 Les imagiers sont à poursuivre.

 Les abécédaires permettent la découverte de nombreux modèles d’écriture (enluminures…).

 Les mots croisés : retour aux lettres bâton intéressant qui montre que c’est long d’écrire ainsi.

 Les majuscules : au CE1.

 L’écriture des nombres à pratiquer en continu.
Travail en groupe

De préférence, 6 à 8 élèves maximum.

En début d’année, plutôt des groupes hétérogènes (6 élèves)

Puis des groupes homogènes pour mieux adapter les exercices (8 élèves)

Le groupe face au tableau.

Le matériel est prêt (crayon à papier taillé, gomme, stylo, feuille, cahier)

Les élèves devront connaître ce qu’ils écrivent.

L’enseignant explique au tableau le modèle proposé et répète

Les élèves reproduisent sous le regard de l’enseignant
Ce temps doit être de courte durée, la tension nerveuse et musculaire étant forte.

L’enseignant donne des indications pour le modèle quant à :

- la direction - la forme

- la trajectoire - les liaisons
L’apprentissage des lettres est suivi, structuré, accompagné par de la copie dirigée courte. Dans un premier temps, l’élève copie avec le modèle sous les yeux, puis le modèle est caché.

Evaluer
Renseigner le niveau de classe, la date de passation, la durée de l’épreuve.

Le support d’évaluation :

- lettres isolées - copie - chiffres - phrase

- mots - écriture du prénom - écriture du nom de famille
Pendant l’épreuve


Observations

Attitude(s)




Main(s) utilisée(s)




Tenue de l’outil scripteur





Résultats obtenus





Lettres minuscules

Lettres majuscules

Chiffres

Types d’écrit

Copie conforme













Copie non-conforme














Etapes de trace : Graphies de base :

- respectées  - acquises 

- non-respectées  - non acquises 
Copie d’une phrase Vitesse d’exécution

- copie conforme au modèle  - très lente 

- lisible  - lente 

- illisible  - normale 

- incomplète 

- mots oubliés 

- erreurs graphiques 
Ecriture du prénom Ecriture du nom

- conforme  - conforme 

- erronée  - erronée 
Pour apprécier la qualité du travail réalisé, on prendra aussi en compte :

- le respect des formes des lettres - leur proportion

- les levées - les espaces
Pour la reproduction d’un mot

Voir si le mot est écrit : - lettre à lettre 

- syllabe par syllabe 
Pour la phrase - mot à mot 

- par groupe de mots 
PROGRAMMES 2008 et ECRITURE


CYCLE 1

PS

Se préparer à apprendre à lire et à écrire

Pour s’acheminer vers le geste de l’écriture : le contrôle des gestes

- Imiter des gestes amples dans différentes directions

MS

Pour s’acheminer vers le geste de l’écriture : les réalisations graphiques

- Réaliser en grand les tracés de base de l’écriture : cercle, verticale, horizontale, enchaînement de boucles, d’ondulations, sur un plan vertical (tableau), puis horizontal (table).

- Imiter des dessins stylisés exécutés au moyen de ces tracés.

- Ecrire son prénom en majuscules d’imprimerie en respectant l’horizontalité et l’orientation de gauche à droite.

GS

Apprendre le geste de l’écriture : l’entraînement graphique, l’écriture

- Pratiquer des exercices graphiques conduisant à la maîtrise des tracés de base de l’écriture.

- Après avoir appris le son qui est transcrit par une lettre, tracer cette lettre en écriture cursive.

- Sous la conduite de l’enseignant, copier en écriture cursive de petits mots simples dont les correspondances entre lettres et sons ont été étudiées : écrire en contrôlant la tenue de l’instrument et la position de la page ; s’entraîner à recopier les mots d’abord écrits avec l’enseignant pour améliorer la qualité de sa production, taille et enchaînement des lettres en particulier.

- Ecrire de mémoire son prénom en écriture cursive.

CYCLE 2

CP

Ecriture




- Copier un texte très court dans une écriture cursive lisible, sur des lignes, non lettre à lettre mais mot par mot (en prenant appui sur les syllabes qui le composent), en respectant les liaisons entre les lettres, les accents, les espaces entre les mots, les signes de ponctuation, les majuscules.

- Produire un travail écrit soigné ; maîtriser son attitude et son geste pour écrire avec aisance ; prendre soin des outils du travail scolaire.

CE1




- Copier un court texte (par mots entiers ou groupes de mots) en respectant l’orthographe, la ponctuation, les majuscules et en soignant la ponctuation.

- En particulier, copier avec soin, en respectant la mise en page, un texte en prose ou poème appris en récitation ; réaliser un dessin pour l’illustrer.

CYCLE 3

CE2

Ecriture




- Copier sans erreur (formation des lettres, orthographe, ponctuation) un texte de cinq à dix lignes en soignant la présentation.

- En particulier, copier avec soin, en respectant la mise en page, un texte en prose ou poème appris en récitation.

CM1




- Copier sans erreur un texte d’une dizaine de lignes, en respectant la mise en page s’il y a lieu.

CM2




- Copier sans erreur un texte d’au moins quinze lignes en lui donnant une présentation adaptée.

similaire:

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconAteliers d’écriture (sans majuscule s'il vous plaît)
«ateliers d’écriture» accueille des comptes rendus d’expérience, des liens et des réflexions

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconPoesie elementaire
«L’Ecole de Rochefort a d’abord été marquée par le retour à l’expérience individuelle caractéristique de la poésie post-surréaliste,...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconDescriptif IV, premiere es
«Ville / Villes», p. 178/179/182, l’écriture poétique de la modernité ayant pour thématique «la ville»; Problématique : démontrez...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconAtelier d’ecriture (vacances d’hiver. Durée 8 heures)
«méta» (changement) et «gramma» (lettre), le métagramme est une suite de mots dans laquelle une seule lettre change à la fois

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconLittérature / Commonwealth / Canada
«ce qui est intéressant et important se déroule surtout en secret, dans des endroits où ne réside pas de pouvoir. Rien qui ait beaucoup...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconNé en 1952, Henry Selick est réalisateur, scénariste, producteur,...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconNé en 1952, Henry Selick est réalisateur, scénariste, producteur,...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconL’étrange monde où se déroule notre histoire est un lieu magique...

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconSujets possibles sur la poésie
«étrange» et, plus généralement, de toute poésie dont le sujet n’est pas considéré comme convenable

L’expérience individuelle de l’écriture est à la fois familière et étrange iconNote d’intention : page 21
«Le cinéma, dit Godard, c’est la vérité vingt-quatre fois par seconde. Le cinéma, je le dis, c’est le mensonge, vingt-cinq fois par...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com