L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible





télécharger 36.06 Kb.
titreL’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible
date de publication25.04.2017
taille36.06 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
Spleen 4.

Si le mot anglais spleen, qui signifie rate, est entré dans le lexique français au XVIIIième siècle avec le sens de mélancolie, il prend une toute autre dimension sous la plume de Baudelaire dans son recueil des Fleurs du mal (1857). Pour le poète, le spleen est un état physique et psychique pathologique, indissociable de l’angoisse et de l’ennui liés au tragique du vide de la condition humaine, vouée inéluctablement à la mort. Ce qui peut conduire jusqu’au délire et à la folie. Plus que le mal du siècle des Romantiques, c’est une dépression métaphysique et dévastatrice. Le Spleen LXXVIII, quatrième poème portant ce titre dans le recueil, est de loin le plus terrible. N’est-ce pas l’évocation d’une lutte tragique et inégale entre l’Espérance et l’Angoisse qui caractérise le spleen ? On verra la montée de cet état de spleen, les manifestations de cette crise radicale et son issue fatale.

I) La montée en puissance du spleen dans une atmosphère lourde

A) Un paysage-état d’âme sombre
- C’est un tableau en noir et blanc que nous peint Baudelaire, « un jour noir plus triste que les nuits ». Cet oxymore résume la grisaille et la tristesse du vécu.
- Ce jour d’orage est inquiétant et monotone avec « le ciel bas et lourd » et « la pluie étalant ses immenses traînées ». Les alexandrins au rythme binaire dans les trois premiers quatrains provoquent un balancement régulier et hypnotique. Les participes présents « embrassant, battant, étalant » dans les trois strophes allongent encore la durée de cet état d’oppression physique et morale.
- Rien n’est décrit dans ce paysage qui est paradoxalement un dehors qui ressemble à un intérieur : « un cachot », « une prison » ou une marmite avec « couvercle ». Seuls deux pôles sont évoqués : « le ciel » et « la terre » reliés par la pluie en «barreaux ». Curieusement, outre cette verticalité, une deuxième dimension est présente, la longueur : « longs ennuis … longs corbillards », longueur du temps et longueur spatiale. Mais nulle échappée possible car partout se dressent des limites : le ciel « de l’horizon embrassant tout le cercle » et « les plafonds pourris » du cachot-terre où l’espérance se cogne la tête.
L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible.
B) La montée de la crise et la lutte contre le désespoir
- Pourtant, dans ce morne paysage où « l’esprit gémissant » est « en proie aux longs ennuis », une tension se prépare et monte par degré. C’est la syntaxe qui mène cette tentative d’ascension. Les trois premiers quatrains (la protase de la phrase) comportent trois subordonnées temporelles et les anaphores « Quand le ciel … Quand la terre … Quand la pluie » conduisent à l’attente de l’attaque, de la crise finale.
- Le rythme et les sonorités s’accordent avec cette agression. Le premier hémistiche du premier vers du poème est en monosyllabes « Quand/ le/ciel/ bas/ et/ lourd » comme autant de coups reçus par le poids du ciel-couvercle.
- La lutte inégale est métaphorisée par un bestiaire cauchemardesque. L’Espérance est animalisée en chauve-souris, ce mammifère volant nocturne et aveugle qui tente de s’échapper de sa prison « battant les murs de son aile timide ». Toutes les rimes du second quatrain contiennent la stridence du « i » qui marque l’intensité de la torture physique et morale. Face à l’Espérance-chauve-souris impuissante, « un peuple muet d’infâmes araignée », véritables prédatrices silencieuses porteuses de spleen, s’empare « de nos cerveaux ».
L’agression est généralisée de l’extérieur vers l’intérieur. Le cerveau est vampirisé de manière sournoise et inexorable. Mais abandonne-t-il déjà la lutte ?
II) Le triomphe du spleen
A) Un dérèglement morbide
- Avec la quatrième strophe, arrive la proposition principale (l’apodose) et le bruit des cloches. Le rythme perd son balancement pendulaire pour devenir ternaire : « Des cloches/ tout à coup/ sautent avec furie ». Les explosives en allitération [d, k, t] miment le choc de l’agitation des cloches dans un tocsin lugubre.
- Ces cloches personnifiées qui « lancent vers le ciel un affreux hurlement » peuvent représenter la résistance désespérée du cerveau colonisé, de la raison perdue. Mais les hallucinations auditives font aussi partie des formes graves de dépression.
- La comparaison avec le geignement des « esprits errants et sans parie » montre la similitude de la condition humaine avec celle qui nous attend après la mort : le ciel est vide et nous sommes damnés, vivants ou morts.
La souffrance et la résistance se manifestent par le cri, ici à son paroxysme, mais un cri inhumain, sans rapport avec le gémissement du début et les pleurs de la fin. Ce dérèglement fantastique accompagné de fureur représente le fracas du monde, ce tapage qui essaie de masquer le grand silence du vide métaphysique.
B) La chute
- L’horizontalité l’emporte dans le dernier quatrain. Le tiret au début du premier vers en est le signe matériel renforcé par « et » suivi de l’adjectif « longs » dans le groupe nominal « Et de longs corbillards ». La contre-poussée vers le ciel est impossible. L’Espérance s’est cognée la tête, les cloches ont lancé vers le ciel un affreux hurlement, en vain.
- L’Espoir, allégorisé avec la majuscule, en contre-rejet, dissocié du participe-adjectif « vaincu » en enjambement à l’avant-dernier vers du poème, est terrassé. L’Angoisse l’emporte et fait plier le crâne : « et l’Angoisse, atroce, despotique Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. » La chute est consommée et le drapeau noir peut être interprété comme le symbole de la mort ou du drapeau du pirate qui prend possession du navire.
- Tout est silencieux « sans tambours ni musique » et les corbillards-fantômes deviennent le paysage intérieur du poète, une vision de son propre enterrement ou plutôt de celui du genre humain, d’où le pluriel de corbillards. La personnalisation finale « mon âme, mon crâne » après la généralisation du premier et troisième quatrain « Il nous verse un jour …au fond de nos cerveaux » rend compte d’une expérience personnelle représentative du sort commun comme l’indique l’adresse initiale au lecteur en tête du recueil « - Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère ! ».
Des forces contradictoires sont en lutte dans ce poème : le ciel pousse vers le bas, tend à écraser la terre. L’homme tente désespérément de résister, de pousser vers le haut, de se dégager du poids qui l’accable. Il lui reste une ligne horizontale, l’ici-bas, domaine du spleen triomphant.
Ce poème est avant tout la mise en images et en mots d’une vision très pessimiste de la condition humaine. On retrouve la lutte entre l’Idéal représenté par L’Espérance et l’Angoisse génératrice du spleen. Si l’humain est vaincu, c’est que son horizon est sombre, bouché et rectiligne. Ainsi les images d’un paysage extérieur morose porteur d’ennui sont-elles en correspondance avec les images mentales morbides et effrayantes. La misère de l’homme sans Dieu aboutit à la défaite de l’humanité. Pourtant, dans Le Voyage, l’ultime poème du recueil, Baudelaire laisse percer un espoir fou :

« Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?

Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! ».
Introduction : vers la fin de la section « Spleen et Idéal », 4 poèmes, les pièces 75, 75, 77 et 78 portent toutes le même titre. Nous avons ici le 4e et dernier. Chacun présente un visage différent de l’ennui qui accable le poète.
Lecture.
Fil conducteur : le spleen dans sa forme aiguë se présente comme une maladie. Ce poème mêle les conséquences sur le physique et les sens. Il s’agit ici d’une ultime bataille qui oppose les deux postulations. Nous verrons comment, en organisant le récit de ce combat, Baudelaire nous propose dans ce poème la 1e vraie description, symbolique et clinique, du spleen.
I/ Le récit d’un combat.

  1. 1. Construction du poème.

  • · 5 § = aucune possibilité de symétrie : réparties en 2 phrases, une de 4 § et l’autre d’une seule ® signale un changement.




  • · Les 3 premières strophes sont reliées par l’anaphore de « quand » = lien.

+ rythme languissant, jeu sur les sonorités liquides et les voyelles nasales

Description d’une situation de crise qui allie trois éléments : air, terre, eau. Absence du feu car décor présenté est terne, envahi par la grisaille et le brouillard

® désordre cosmique.


  • · 4e strophe = premier changement de rythme : quand devient tout à coup + mouvement soudain v.13

Se double d’une évocation du bruit, du vacarme : cloches, hurlements


  • · 5e § : constat de la défaite : l’espoir est vaincu alors que l’angoisse triomphe (drapeau de la victoire)




  1. 2. Double postulation.

« Il y a dans tout homme deux postulations simultanées, l’une vers Dieu, l’autre vers Satan. L’invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. »

® même ambiguïté que dans le titre de cette section

Ici, combat entre l’Espérance et l’Angoisse

® défaite consommée par la rime finale : espoir / noir

= silence qui succède au vacarme

= place en contre-rejet : isolement

¹ Angoisse est immédiatement suivi de deux qualificatifs.
II/ Précisions sur la nature du Spleen.

  1. 1. Les symptômes : enfermement – étouffement.

  • · Relevé : couvercle

cachots, murs, plafonds

prison, barreaux, filets

= surtout dans les 3 premières §

+ embrassant tout le cercle = double enfermement.


  • · S’accompagne d’un bestiaire monstrueux mais ambivalent.

  • - chauve-souris = espérance

  • - araignées = animaux du spleen

Þ symbolique car la chauve-souris est aveugle ; les araignées sont des prédateurs

+ qualificatifs les différencient : chauve-souris ® aile timide ; infâmes araignées (+ pluriel du nombre, force)


  • · étude des qualificatifs :

  • - ciel = couvercle

  • - cachot humide

  • - plafonds pourris

  • - vaste prisons

® décomposition généralisée

+ référence au Soleil noir nervalien (El Desdichado, « Et mon luth constellé / porte le Soleil noir de la Mélancolie)

® ici « jour noir » repris au vers final par « drapeau noir »


  1. 2. Un combat intérieur.

  • · Tout indique que cette bataille est mentale, se déroule à l’intérieur de l’esprit du poète, esprit personnifié en être de douleur

  • - v.2 : sur l’esprit

  • - v.12 : au fond de nos cerveaux

  • - v.20 : sur mon crâne

= combat purement intellectuel. Les 2 postulations livrent bataille cf. rime barreaux / cerveaux. Généralisation.


  • · On passe de l’indéfini : l’esprit, nous verse, nos cerveaux, des esprits, à une appropriation, une personnalisation : mon âme, mon crâne

® défaite est bien celle du poète (cf. dans chaque Spleen, le JE apparaît clairement)

® est désormais régi par l’Angoisse victorieuse = esclave du spleen.

Þ passage d’un combat général entre 2 réalités abstraites à la destruction d’un être humain précis cf. image sinistre de l’enterrement à la fin.

+ on peut remarquer que, comme toujours chez Baudelaire, les fausses notes dominent, il ne s’agit pas d’une musique funèbre mais de hurlements et de gémissements.
Conclusion : - une sorte de crise de spleen, explique les postulations contraires et le combat qu’elles se livrent en chaque individu

  • - mais en fait, sous la généralisation, se cache l’aveu de sa propre défaite ® est devenu un territoire occupé par l’Angoisse, soumis.

  • - 4 poèmes descriptifs et explicatifs du spleen baudelairien et dernier s’achève sur un constat de défaite ® est devenu irrémédiablement mélancolique ; bataille livrée et perdue cf. titre d’un poème, L’Irrémédiable.

similaire:

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconQuand le ciel bas et lourd…’’
«l'Angoisse» règne désormais sur l'âme vaincue qui renonce à ses aspirations vers l'idéal

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconEgl ici-bas. (Balth?) Famine spirituelle. Les saints ont vécu une...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconMichel baglin : un present qui s’absente
«aux tristes effigies de la mode» ? L’auteur questionne de plus en plus notre place ici-bas, notre rôle : qu’est-ce être, pour tout...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconPlan schematique des fleurs du mal de baudelaire avec la structure...
«Au lecteur» : IL s’agit du poème qui ouvre le recueil; la dimension métaphysique du livre apparaît sans équivoque. L’homme est enfoncé...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconOn nous dit, et voilà vérité, que c’est partout déréglé, déboussolé,...
«là-bas», de l’étendue du monde, et les voici décidés d’apporter en cet ici le fragile savoir qu’ils en ont halé. Fragile savoir...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconI. Un voyage idéal A. Un lieu imaginaire, rêvé
«Spleen et Idéal». IL appartient plus précisément au cycle de Marie Daubrun, jeune actrice que connut Baudelaire. Cette invitation...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconAnalyse d'«Aube»
«aube». Mais IL y a une rupture à l'avant-dernière phrase, «L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois». On a ici un récit à la...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconRecherche, conduit le lecteur, dans un même mouvement, à la fois...
«au-delà» est-il autre chose ici qu’une simple métaphore ? La question, même vouée à rester sans réponse, mérite d’être posée. Elle...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconIslam : L’atheisme est-il pensable ?
«(Les impies) disent : nous n’avons à nous que cette vie d’ici-bas. Nous vivons et nous mourons, et seul le temps (dahr) nous fait...

L’ici-bas est un lieu d’exil, de torture et de souffrance et le ciel pousse vers le bas. L’Idéal est inaccessible iconDans une chanson hommage à Ferré et dont l’inspiration est si proche...
«là-bas sur la grève / les mains qui lèvent le cœur ailleurs», et le remercie pour avoir reçu «un peu de (son) feu pour y voir /...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com