Versification I. Les Strophes





télécharger 12.84 Kb.
titreVersification I. Les Strophes
date de publication29.11.2019
taille12.84 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
VERSIFICATION

I. Les Strophes

Strophe de 2 vers : distique Strophe de 4 vers : quatrain Strophe de 6 vers : sizain

Strophe de 3 vers : tercet Strophe de 5 vers : quintil Strophe de 10 vers : dizain

Un sonnet est un poème comportant deux quatrains sur les mêmes rimes et deux tercets dont la disposition le plus souvent est d’une rime plate et de deux rimes croisées ou embrassées.
II. Le mètre

1. Nombre de syllabes déterminé

Le vers pair : l’alexandrin comporte 12 syllabes. Ex «  Demain dès l’aube à l’heure ou blanchit la campagne. » Victor Hugo

Le décasyllabe comporte 10 syllabes. Ex  «  Je vis, je meurs, je me brûle et me noie.» Louise Labé

L’octosyllabe comporte 8 syllabes. Ex « Ruisseau qui cours après toi-même. » Saint Amant

Le vers impair est plus rare : le vers de 9 syllabes. Ex «  De la musique avant toute chose,

Et pour cela préfère l’Impair

plus vague et plus soluble dans l’air,

sans rien qui pèse ou qui pose. » Verlaine

Le vers de sept syllabes est très sautillant. Ex  « Autrefois le rat de ville

invita le rat des champs. » La Fontaine

2. Règles particulières

- A la fin d’un mot, une syllabe comportant un e muet doit être prononcée quand le mot suivant débute par une consonne. Ex : «  O nuagE changeant. »

- On ne prononce pas le e muet si le mot suivant débute par une voyelle ou un « h » non aspiré, ou bien à la fin d’un vers : c’est une élision ex : Nuage échevelé »

- Si deux voyelles autres que « e » se trouvent l’une à côté de l’autre dans deux mots différents, on ne fait pas l’élision : c’est un hiatus. ex : « Le pré est vénéneux , mais joli en automne » Apollinaire

- A l’intérieur d’un mot, lorsqu’on dissocie en deux éléments sonores une syllabe comprenant deux voyelles en contact afin de respecter le nombre de syllabes, c’est la diérèse. ex : « Délicieux linceuls, mon désordre tiède. »Valéry
III. Le rythme

1. Le rythme de l’alexandrin

- Le rythme classique est binaire avec quatre accents, la pause centrale s’appelle la césure, elle sépare le vers en deux parties égales de 6 syllabes que l’on appelle hémistiche. Deux coupes ou pauses secondaires divisent chaque hémistiche en deux parties.

ex : « La sottise, / l’erreur // le péché, / la lésine. » Baudelaire

- Le rythme ternaire qui divise le vers en trois mesures avec deux coupes a été utilisé par les romantiques. La césure à l’hémistiche n’est pas possible, elle romprait l’unité syntaxique ou sémantique.

ex : « J’ai disloqué // ce grand niais // d’alexandrin. » Hugo

2. Irrégularités rythmiques

Normalement, à la fin du vers, il y a une pause qui correspond à la fin d’un groupe grammatical cohérent. L’enjambement consiste à supprimer cette pause car la phrase se poursuit sur le vers suivant.

Ex : « …. Le soleil de la montagne fière

Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons. »

Ex : « Souvenir, que me veux-tu ? L’automne

Faisait voler la grive à travers l’air atone. » Verlaine

Le résultat de l’enjambement est le rejet lorsque c’est la fin de la phrase qui se trouve dans le vers suivant et le contre-rejet lorsqu’un mot du début de la phrase se trouve au vers précédent.
IV. La Rime

1. Nature

Elle est féminine lorsque la syllabe est terminée par un e muet. Elle est masculine lorsque la syllabe n’est pas terminée par un e muet. L’alternance des rimes féminines et masculines date du XVIe siècle.

2. Qualité

- Pauvre : 1 son identique. ex : « mots » et « repos »

- Suffisante : 2 sons identiques. ex : « amour » et « toujours »

- Riche : 3 sons identiques. ex : « froidure » et « dure »

3. Disposition

- Plates : AA BB CC - Embrassées : ABBA - Croisées : ABAB
V. Sonorités

1. Allitération : répétition de consonnes dans un vers ou un groupe de vers. Ex  « Un frais parfum sortait des touffes d’asphodèle. »

2. Assonance : répétition de voyelles dans un vers ou un groupe de vers. Ex « Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé. »

3. Correspondance entre sonorités et impressions.

Les voyelles claires (i,u) peuvent exprimer la joie ou la violence, les voyelles graves (ou, o, on ) peuvent suggérer des bruits sourds ou la colère. Les consonnes occlusives ( p, t, k, b, d, g ) donnent une impression de dureté et les consonnes constrictives ( f, v, s, z, j)

suggèrent éventuellement la douceur. Mais attention, ces correspondances ne sont pas systématiques, tout dépend du contexte et de toute façon, il ne faut pas abuser de l’interprétation des sonorités.

similaire:

Versification I. Les Strophes iconLes textes poetiques littérature I
«Ballade à la lune», IL y a 4 vers dans chacune des strophes. Les strophes qui possèdent 4 vers s’appellent des quatrains

Versification I. Les Strophes iconCorrection cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes…
«Roman» en contradiction avec la forme du texte : 32 alexandrins répartis en 4 strophes de 8 vers. «Roman «peut également faire songer...

Versification I. Les Strophes iconUne analyse de «Strophes pour se souvenir» de Louis Aragon
«Strophes pour se souvenir», qui appartient au recueil Le Roman est inachevé (1955)

Versification I. Les Strophes iconQuelles remarques pouvez-vous faire sur la forme du poème (nombre...
«blanches» / «cendres». La rime libre est une des caractéristiques de la poésie contemporaine

Versification I. Les Strophes iconFiche- synthèse brevet sur les notions de versification

Versification I. Les Strophes iconÉléments de versification
«découpés» en syllabes. Les vers les plus courants sont l’octosyllabe (8), le décasyllabe (10) et l’alexandrin (12)

Versification I. Les Strophes iconIntérêt pédagogique Voir ou revoir les notions de strophes, vers, rimes, pieds

Versification I. Les Strophes iconVersification Les phénomènes
«affectif» au début du vers suivant. (ex : quel sépulcral naufrage (tu/le sais, écume, mais y baves ) Mallarmé)

Versification I. Les Strophes iconLa versification

Versification I. Les Strophes iconVersification





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com