La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir»





télécharger 133.99 Kb.
titreLa danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir»
date de publication12.07.2019
taille133.99 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
Danse-stage de formation continue 2013-compétences lycée- Tessa Ades nov 2013

Enseigner et évaluer par compétence au lycée : la danse niveau 4

Les activités physiques et artistiques en EPS

Les APA recouvrent une diversité de pratiques culturelles : la danse (une variété de styles : modern-jazz, hip-hop, ethnique, de salon etc.) les arts du cirque, le mime et l’expression théâtrale. Pour tenir compte de la diversité des élèves, il paraît essentiel non pas de privilégier une forme plutôt qu’une autre mais de s’assurer qu’à travers une pratique scolaire l’élève sera engagé dans une expérience et un acte de création artistique personnalisé.

En danse la création est à la fois un processus et le produit d’une recherche intentionnelle des moyens d’exprimer sa singularité. La création qui s’ancre sur l’exploration de la matière corporelle, se caractérise par un travail d’élaboration, de structuration, d’organisation des formes corporelles qui abouti à un langage.

La danse contemporaine est la référence culturelle de la danse en EPS, car elle n’impose pas une technique spécifique et permet ainsi de partir de la motricité, de la gestuelle des élèves en se centrant sur le danseur qui agit.

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion ; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : « Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir ».

Faire entrer l’élève dans une démarche artistique, c’est lui faire explorer du nouveau ou transformer du connu pour produire de la matière corporelle (geste, action motrice, forme corporelle, contact…) qui sera organisée dans un projet commun de communication de sens et d’émotion : le projet de création collectif. Le problème majeur consiste à faire passer l’élève d’une expression corporelle spontanée ou techniciste à une expression corporelle organisée par le projet de communication de sens et d’émotion.

Pour permettre aux élèves d’entrer dans l’univers de la création, ils seront confrontés aux 3 rôles complémentaires :

- le rôle de chorégraphe : composition et mise en scène (élaborer une chorégraphie)

- le rôle de danseur : engagement moteur et émotionnel (interpréter une chorégraphie)

- le rôle de spectateur : éduquer son regard pour faire des retours constructifs sur le danseur et sur la chorégraphie (regarder les danseurs et apprécier une chorégraphie)

En danse la communication danseur-spectateur est fondamentale. Pour Tizou Perez et Annie Thomas, « éduquer le regard du spectateur c’est à la fois lui permettre de faire des retours constructifs au danseur et lui donner les moyens d’appréhender sa propre danse en repérant, comparant, construisant de nouveaux repères… En préparant l’élève à tenir ce rôle, l’enseignant le conduit peu à peu sur la voie de l’autonomie. »

Compétences et évaluation

La notion de compétence traverse tous les cursus et s’impose comme une notion centrale dans tous les programmes d’enseignement. L’évaluation de ces compétences devient, par conséquence, essentielle dans les problématiques éducatives actuelles. Cette évaluation doit être aussi formative pour guider la démarche d’enseignement et d’apprentissage dans le but d’orienter et d’assurer la progression de chaque élève.

La compétence se définit par la capacité pour un individu d’utiliser à bon escient ce qu’il sait et ce qu’il sait faire, en tant que combinaison singulière de connaissances, capacités et attitudes

Pour les enseignants, il ne s’agit plus de simplement transmettre des connaissances, ni seulement se centrer sur les compétences à faire acquérir dans le seul but de les attester ou de les certifier. Le suivi de la progression et la conception de remédiations pour chaque élève est tout aussi essentiel et dépend de la maitrise de divers procédés d’observation et de diagnostic.

Démarche nouvelle

Cette démarche impose aux enseignants un certain nombre de savoir-faire :

- Un premier savoir-faire consiste à traduire des énoncés de compétence en tâches complexes, ou en situations problèmes, ce sont ces tâches ou situations qui sont exploitées pour permettre aux élèves d’exercer et de démontrer leurs compétences.

- Un deuxième savoir-faire tient à la capacité d’analyser une tâche complexe en termes de ressources (connaissances-capacités-attitudes) que les élèves doivent d’abord maîtriser avant de pouvoir les utiliser.

La tache complexe (et non compliquée car il s’agit d’un recentrage sur les processus d’apprentissage et non exclusivement sur les contenus d’enseignement) fait partie intégrante de la notion de compétences. Les tâches complexes permettent de motiver les élèves et de les former à gérer des situations concrètes en mobilisant les connaissances, capacités et attitudes acquises pour en développer de nouvelles. Elles permettent de mettre en place des stratégies de résolution propres à chacun.

Evaluation : Lorsqu’un enseignant souhaite évaluer des compétences à partir d’une situation complexe, il doit s’être assuré préalablement que toutes les ressources (connaissances-capacités-attitudes) à mobiliser pour résoudre la situation ont été non seulement « apprises » par les élèves, mais sont également « maitrisées »

Notre démarche pour apprendre à enseigner par compétences en EPS

Pour être au clair sur le niveau de compétence à enseigner et évaluer au lycée:

  • Tps1 : Analyser la compétence attendue de niveau 4 (continuité, pas en avant / niv 3 ?)

  • Tps2 : Ciblage de quelques objets d’enseignements prioritaires (en 15 h de pratique quelle est ma priorité ? et qu’est-que que l’élève apprend au travers cet objet d’enseignement ?)

  • Tps3 : Création d’une situation clef qui cible cet objet d’enseignement (comment transformer l’APSA sans la dénaturer ?)

  • Tps4 : L’évaluation formative (un fil rouge pour les élèves) ; comment d’évoluer l’évaluation aux élèves ? et l’évaluation BAC : mise en place de la tache complexe (Quelle modalité d’évaluation dans le respect des principes de l’épreuve nationale ?)

Compétences attendues / compétence propre n°3 : Réaliser une prestation corporelle à visée artistique ou acrobatique ; groupe APSA : Activité Artistique

Niveau 3 lycée :

- Composer une chorégraphie collective / à partir d’un thème d’étude proposé par l’enseignant / en faisant évoluer la motricité usuelle par l’utilisation de paramètres du mouvement (espace, temps, énergie) / pour la réaliser devant un groupe d’élèves dans un espace scénique orienté. (Rôle du chorégraphe-danseur)

- Apprécier le degré de lisibilité du thème d’étude et l’interprétation des élèves danseurs (Rôle du spectateur)

Niveau 4 lycée :

- Composer et présenter une chorégraphie collective/ à partir d’une démarche et de procédés de composition définis avec l’enseignant. / Enrichir la production par l’organisation de l’espace scénique et / les relations entre danseurs.

/ La motricité allie différents paramètres du mouvement au service d’un projet expressif./

- Repérer les éléments de composition / et en apprécier la pertinence au regard du propos chorégraphique./

Ce qui est en continuité :

- Composer et présenter une chorégraphie collective (4 à 6 danseurs) dans un espace scénique orienté

- La motricité affinée par l’utilisation des paramètres du mouvement, au service du projet expressif

- Apprécier le degré de lisibilité du thème d’étude et l’interprétation des danseurs : identifier les éléments qui touchent à la composition d’une chorégraphie et reconnaitre les choix d’interprétation (engagement moteur et émotionnel du danseur) au regard du propos

Ce qui change entre le niv 3 et le niv 4 :

- au niv 4 on recherchera une mise en espace et des relations entre danseurs variées ou approfondies servant le propos (ce que l’on dit)

- au niv 3, on parle de thème d’étude proposé par l’enseignant ; au niv 4 le choix du thème est libre mais la démarche et les procédés de compositions sont définis avec l’enseignant

- Pour comprendre ce que l’on entend par le choix d’une démarche et des procédés de composition :

Une démarche : Comment faire entrer et guider les élèves dans le processus de création ? = Quel choix de guidage pour faire émerger de la matière corporelle, la transformer / paramètres du mouvement (espace, temps, énergie) ?

Des procédés de compositions : Quels choix de procédés de composition pour enchainer les actions motrices et écrire le mouvement au service du propos ?

  • Ecriture du mouvement : accumulation, répétition, répétition-transformation, déformation, inversion, transposition, aléatoire…

Les relations entre danseurs :

  • relations contacts : de regarder, toucher à donner son poids (porter, faire tourner, faire chuter, saisir, manipuler, impulser, s’appuyer sur…)

  • relations spatio-temporelle : cascade, canon, unisson, question-réponse, contre-point, symétrie, contraste, lâcher-rattraper, effet tiroir, effet miroir…

Mise en espace : Orientation des danseurs (face, profil, dos et diagonal), direction et trajet, niveaux, verticalité-horizontalité, largeur : droite-gauche, profondeur : avant-arrière, espace symbolique : centre, fond, face, profil, traversée, ligne de force, ligne de fuite…

Développement chorégraphique : un scénario (enchainement d’actions), une histoire (narration), Succession de différents tableaux, couplet-refrain…

Une structure chorégraphique : Une introduction pour présenter le thème, un développement pour exprimer une ou différentes idées, une conclusion pour donner son point de vue final

Le propos chorégraphique : c’est ce qui correspond au projet de communication des danseurs-chorégraphes, différentes idées développées (en approfondissement, en diversification ou en opposition) pour exprimer un thème d’étude. Exemple pour le thème de la folie : possibilité de choisir l’idée de la folie douce et libératrice en opposition à la folie dure psychiatrique de l’enfermement.

L’argument écrit, peut être la synthèse ou une partie du propos chorégraphique : c’est ce qui donne les clefs de communication entre le chorégraphe et les spectateurs (dialectique de l’expression-impression). C’est pourquoi l’on demande aux élèves de présenter un titre et un argument écrit de leur chorégraphie afin de mieux appréhender la démarche artistique menée par le groupe.

- Les objets d’enseignement du niveau 4 en danse : cf. les grilles en annexe

- Présenter une chorégraphie collective ; la motricité allie différents paramètres du mouvement au service du projet expressif : Rôle du danseur-chorégraphe (l’interprétation)

  • Répéter pour mémoriser sa partition dansée

  • Jouer sur les paramètres du mouvement pour colorer sa danse (nuances dynamiques intentionnelles/propos)

  • Travail d’écoute entre les danseurs et avec la bande son pour fixer les relations spatio-temporelles et les relations contacts

  • Rester concentré du début à la fin de la prestation (présence à soi et aux autres)

  • Connecter son imaginaire au corporel pour interpréter sa danse avec une coloration des mouvements et une intentionnalité des regards (force de conviction)

  • Donner le titre de sa chorégraphie et lecture de l’argument avant le passage

- Composer une chorégraphie collective à partir d’une démarche et des procédés de composition définis avec l’enseignant : Rôle du chorégraphe (la composition)

  • Explorer, choisir et maitriser différents procédés de composition (écriture du mouvement / paramètrisation du mouvement et principes de composition)

  • Le thème chorégraphique est au choix des différents groupes chorégraphiques ; une même démarche pour entrer dans le processus de création : le brainstorming pour permettre le foisonnement d’idées dans le groupe et aider à faire des choix de mouvements, de relations entre danseurs, de mise en espace, de scénographie au service du projet de communication de sens et d’émotion)

  • Le groupe précise avec l’enseignant ses choix de procédés de composition pour développer le thème choisi en suivant une feuille de route (contraintes de composition à respecter)

- Enrichir la production par l’organisation de l’espace scénique et les relations entre danseurs : Rôle du chorégraphe-danseur (la composition)

  • Explorer différentes organisation de l’espace scénique pour faire des choix qui soutiennent le propos

  • Explorer différentes relations entres partenaires (les différents contacts et principes de composition) pour faire des choix qui soutiennent le propos

- Repérer les éléments de composition et en apprécier la pertinence au regard du propos : rôle du spectateur

  • Analyser les procédés de composition et l’interprétation d’un danseur, en repérant les choix réalisés et en les reliant au propos

- Ce qui sera recherché durant cette formation :

- Appropriation de la compétence de niv 4 et de ses objets d’enseignements

- Mise en situation dans les 3 rôles sociaux en danse : chorégraphe, danseur et spectateur

- Vivre des situations clefs permettant de développer des savoirs, des capacités et des attitudes nécessaires à l’acquisition de la compétence de niv 4 au lycée.

- Ecriture du mouvement en utilisant des procédés de composition

- Colorer son mouvement par la variation des paramètres du mouvement : espace, temps et énergie pour lui donner du sens et ou de l’émotion

- Mise en projet chorégraphique collectif à partir du choix d’un thème d’étude et de son brainstorming et d’exigences de composition (feuille de route)

- Guider le groupe dans son processus de création pour aboutir à un projet de communication de sens et d’émotion

- Parrainage entre deux groupes de chorégraphie pour présenter ses ébauches de chorégraphie (les danseurs) et observer les éléments qui touchent à la composition et ceux qui touchent à l’interprétation (les spectateurs) afin de proposer des pistes de remédiation des projets = évaluation formative des danseurs-chorégraphes et des spectateurs.

Thème de séance : Dans un espace scénique orienté, s’approprier de la matière corporelle seul et en contact. Constitution de 5 groupes chorégraphiques de 4 à 6 danseurs

- Rappel :

Espace scénique orienté / public : 4 directions perpendiculaires ; 4 directions diagonales ; avant-scène / fond de scène ; coté cour (à gauche) /coté jardin (à droite).

Apprentissage technique: Par appropriation d’un modèle externe pour appréhender la maitrise des gestes (différentes parties du corps, précision, amplitude et nuances dynamiques), la synchronisation entre danseur, l’écoute, les sensations d’appui, de transfert de poids du corps…) dans un espace scénique orienté et exploité dans sa profondeur, largeur et diagonale

Atelier d’exploration : faire émerger un modèle interne en jouant sur l’imaginaire et la créativité du danseur. Trouver des descentes au sol et des chutes ; Impulser des actions motrices chez son partenaire (action sur un segment, la tête le dos…) qui réagit en utilisant l’élan, la direction du mouvement impulsé pour en faire un mouvement personnel ; Créer des portés

Technique de composition : s’approprier des procédés de composition pour écrire le mouvement et organiser les relations entre danseurs dans une chorégraphie collective

- Echauffement :

  • « la rose des directions » : marche en rythme et ensemble dans des directions proposées (4 diagonales et 4 perpendiculaires orientées / public

  • « Trame d’improvisation » à réaliser à l’écoute entre tous les danseurs 

- tps 1 : reculer tous ensemble très lentement et s’arrêter en fond de scène : regard à l’horizon

- tps 2 : avancer vers le public, choisir un espace et s’allonger au sol en fondant

- tps 3 : se relever avec fluidité et s’immobiliser dans une position de statut désaxée

- tps 4 : au signal, sortir très vite coté cour. (Différencier : la profondeur, la largeur, la verticalité)

- Exploration et technique : structuration du mouvement par le temps et l’espace

  • « Le chef d’orchestre » unité de temps pour tous les danseurs (synchronisation) avec des choix individuels de descente au sol, de chute et de remontée (contraste verticalité-horizontalité) : - Sur une musique rythmée, attendre immobile face public pendant 8 temps, descendre de la façon de son choix pour venir s’allonger au sol en utilisant 8 temps, rester immobile dans la position allongée 8 temps et remonter sans difficulté en utilisant les 8 temps / 2ème : idem en 4 temps /3ème : idem en 2 temps = chute.

- tps1 : l’enseignant est chef d’orchestre et compte les temps pour chaque séquence pour obtenir la synchronisation

- tps2 : les danseurs réalisent ensemble les trois séquences en intériorisant les différents comptes (rester synchro)

  • « Apprentissage technique d’un enchainement » sur le thème de l’espace («  sans issu »). Principe de l’écriture du mouvement par accumulation et variation dynamique dans la réalisation. Variation sur les changements de direction et d’orientation dans un espace scénique / public. Construction de 4 séquences ou phrases de 8 temps à réaliser en boucle = procédés de répétition 

- Par groupe de 4 à 6 répéter l’enchainement (notion de leader, d’écoute entre danseur et de repères rythmiques pour danser ensemble) pour le présenter à l’unisson.

- Présenter alternativement l’enchainement et voir chez les autres groupes, la force de l’unisson ou la faiblesse quand Pb de synchronisation.

  • Explication au tableau des règles de composition en danse collective ; cf. grille

  • Prolongement didactique pour les élèves :

- Elaborer un début et une fin originaux et précis pour présenter l’enchainement « sans issu » en utilisant au moins 3 règles de composition différentes créant des effets visuels et/ou émotionnels. (Possibilité de styliser, d’ajouter ou de supprimer des éléments de l’enchainement).

- Présentation en 2 groupes (danseurs et spectateurs avec parrainage de chaque chorégraphie par un groupe de spectateurs) et discussion : (formation du spectateur)

- Les exigences de travail sont-elles respectées ?

- Repérer et identifier le début, la fin et les règles de composition utilisées.

- L’écriture du mouvement : écrire le mouvement (procédés de composition) et l’interpréter (varier les paramètres du mouvement et avoir un regard intentionnel)

  • Enchainer 4 actions motrices différentes (A - B - C - D) pour élaborer une phrase corporelle personnelle. (On peut s’inspirer de gestes quotidiens, sportifs ou de techniques de danse) à présenter à un partenaire qui valide la phrase.

  • Réécrire et fixer sa phrase corporelle en utilisant 1 procédé de composition identifiable (exemple pour le procédé répétition,  la phrase A-B-C-D peut devenir : A-A-B-C-D ou A-B-C-A-D ou A-B-C-D-A-B ou A-B-A-C-A-D…). Présenter sa nouvelle phrase à un spectateur qui devra identifier le procédé de composition utilisé. (Cf. grille)

  • Sous la forme d’un question-réponse avec son partenaire, interpréter alternativement sa phrase en modifiant les paramètres du mouvement pour donner du sens et de l’émotion : tps 1 : le plus vite = « pressé » / temps ; tps 2 : le plus grand et le plus lent = « ZEN » / espace ; tps 3 : avec des accentuations = « en colère » / énergie. Placer son regard / état de danse

  • Prolongement didactique pour les élèves :

- Se mettre à deux pour apprendre et faire apprendre tout ou partie de sa phrase corporelle afin d’élaborer ensemble un duo dansé / public, en utilisant des procédés de composition (unisson, accumulation, répétition, répétition-transformation…) au choix pour créer des effets visuels et ou émotionnels. Début et fin précis et orienté dans l’espace scénique.

- Temps de spectacle en 2 groupes, chaque duo de danseurs présente son duo à un duo de spectateurs attitré.

- Quels procédés de composition sont utilisés ? (accumulation, unisson, répétition, cascade…)

- Début et fin précis ?

- Vérifier la mémorisation, la précision des actions motrices et la synchronisation des danseurs, les variations dynamiques du mouvement, force de conviction ou état de danse et l’intentionnalité des regards.

- La relation partenaire contact : Apprendre, explorer et élaborer différentes relations partenaires contacts

  • « Apprentissage technique d’un duo » enchainement par accumulation de différentes relations contacts (donner son poids, repousser, rattraper, s’équilibrer, s’appuyer sur, se retourner, porter). A réaliser 2 x en changeant les rôles (1 x porteur et 1 x porté), en variant la dynamique (vitesse et énergie), l’amplitude (espace) les yeux fermés pour le porté (en sensations).

  • «  Le caillou dans l’eau » : de manipuler à impulser le mouvement chez un partenaire à l’écoute : Un manipulateur qui impulse une action motrice en variant les points d’actions (bras, main, épaule, tête, dos, ventre,…) et les intensités d’énergies, sur son partenaire qui se laisse agir en utilisant les propositions de son partenaire avant de revenir à sa position initiale comme si rien ne s’était passé.

  • « L’arbre et le serpent » de s’appuyer sur à porter à partir d’une trame d’improvisation :

- début = départ / tps1 : face à face et le « porteur-arbre » rentre en scène en prenant une position stable

- développement = le porté / tps2 : « Le porté-serpent » vient s’appuyer ou s’enrouler sur l’arbre qui l’aide à s’équilibrer pour réaliser un porté / tps3 : le serpent glisse le long de l’arbre qui l’aide à descendre au sol en position allongée

- fin = revenir à la position de départ face à face / tps 4 : l’arbre vient au pied du serpent et le relève par la main en utilisant son poids du corps pour se retrouver face à face et recommencer la même situation en changeant les rôles.

- En deux groupes, présenter à un duo de spectateur le porté de son choix / respect des consignes, concentration des danseurs du début à la fin ?

  • Explication et discussion autour des différentes relations partenaires contacts en danse ; cf. grille

  • Prolongement didactique pour les élèves :

- Sur le thème de la rencontre (de la bonne à la mauvaise rencontre), élaborer un duo en utilisant au moins 4 relations partenaires différentes évocatrices de sens ou d’émotion, dont un porté obligatoire avec un début et une fin précis / public. - Donner un titre.

Thème de séance : Mise en projet chorégraphique et parrainage. Vidéo de chorégraphies d’élèves de terminales pour évaluation formative

- Mise en projet chorégraphique :

  • Constitution de groupes de 4 à 6 danseurs et choix d’un thème (5 groupes maximum). RQ : les groupes sont constitués à partir des duos du matin et de la mixité.

  • Choix d’un thème d’étude ou de celui de « la folie » si pas d’idée et brainstorming pour trouver des idées et des inducteurs pour élaborer de la matière corporelle

  • Suivre la feuille de route pour se mettre en projet chorégraphique

- Evaluation formative : Sous la forme de parrainage (alternativement un groupe danse et un groupe observe)

  • Pour les danseurs : Préciser le thème et présenter à un groupe de spectateurs tout ou partie de son projet de communication de sens et d’émotion (des inducteurs, des idées à développer, des choix de musiques, d’accessoires, des séquences dansées, ou des ébauches chorégraphiques).

  • Pour les spectateurs : Identifier et analyser les choix de composition au regard du thème. Proposer des pistes de travail et ou des idées de composition au service du propos

-Evaluation formative : en observant la vidéo de chorégraphies abouties d’élèves de terminale

  • Identifier le projet de communication de sens et d’émotion des danseurs de la chorégraphie, et observer la qualité d’interprétation des danseurs au regard du thème chorégraphique


BRAINSTORMING DANSE / CHOREGRAPHIE COLLECTIVE

(Foisonnement d’idées / thème)

« Mise en projet de communication de sens et d’émotion »

- Noms - Prénoms des élèves du groupe :


- Thème :

- Mots ou adjectifs clefs :


- Verbes d’action individuelle :


- Quelles Relations avec mes partenaires :


- Des images visuelles (qu’est-ce que je mets dans la photo pour exprimer le thème ?) :


- Monde sonore, costume, accessoire, décors (au service du propos) :

- Différentes idées pour développer le thème (en opposition, en approfondissement en diversification) :
Feuille de route du projet chorégraphique collectif (de 4 à 6 danseurs) / thème

Exigences de composition niv 4

  • Durée de la chorégraphie : 2’ à 3’

  • Structure :

- Début : introduire le thème du projet de communication de sens et d’émotion 

- Développement du thème : exprimer 1 idée en approfondissement ou plusieurs idées en diversification ou opposition = le propos (ce qu’il y a à dire)

- Fin : Quelle conclusion finale au propos

  • Relations entre les danseurs

- Utiliser au moins quatre règles de compositions différentes dont l’Unisson

- Présenter des relations contacts en duo ou trio dont un porté

  • Mise en espace orientée / public : visible, variée, signifiante

- Modifier les directions et les orientations des danseurs pour travailler dans la profondeur, la largeur et les diagonales. Proposer des choix d’espace, des formes de groupement des entrées et sortie signifiants

  • Choisir un monde sonore, des costumes et accessoires, maquillage pour renforcer votre propos



  • Donner un titre et un argument écrit à la chorégraphie

Processus de création

Temps 1 : Brainstorming pour faire émerger des idées de développement du thème et des inducteurs

  • Remplir le questionnaire / thème choisi

Temps 2 : Elaborer de la matière corporelle

  • Elaborer un passage dansé à l’unisson :

- tps1 : proposer une phrase corporelle en accumulant au moins 4 actions motrices différentes en relation aux verbes d’action du thème. Varier les paramètres du mouvement (espace, temps, énergie) pour donner du sens et de l’émotion aux mouvements.

- tps2 : faire apprendre la phrase corporelle à ses partenaires pour en faire une séquence à l’unisson

  • Par 2 ou 3 danseurs, élaborer un duo ou trio en enchainant au moins 4 relations partenaires différentes, en relation au thème dont un porté obligatoire

Temps 3 : Structurer et mettre en espace les différentes séquences élaborées

  • Proposer un début (comment on introduit le thème) / un développement (en respectant les exigences de composition) et une fin (comment on conclut son projet).

  • Mettre en espace les danseurs de façon visible et signifiante / propos

Exemple de déroulé d’un cycle danse niv 4/thèmes de Leçon (9 séances de 2 heures) 

  • Leçon 1 : Présentation des exigences de la danse au BAC ; Mise en espace scénique (orientation et placement du danseur dans un espace orienté / public) enrichir la motricité d’éléments techniques de danse ; utilisation de procédés de composition dans la présentation d’une chorégraphie à structurer à partir d’un imposé à transformer.



  • Leçon 2 : Travail sur les différentes formes de relations partenaires en danse notamment la danse contact (porter, donner son poids, transférer son poids, pousser, tirer, se regarder…) pour apprendre à élaborer et interpréter un duo ou trio sur le thème de la rencontre. Enrichir la motricité d’éléments techniques de danse contact.



  • Leçon 3 : Inventer, interpréter et faire apprendre sa danse à un partenaire pour élaborer et présenter une prestation dansée à deux (composition et interprétation individuelle).



  • Leçon 4 : Constitution des groupes (4 à 6 danseurs) et mise en projet chorégraphique en remplissant une fiche de brainstorming / thème choisi. Faire des choix de mots, de verbes d’action, de relations partenaires et d’idées afin d’utiliser ces inducteurs pour proposer des réponses corporelles évocatrices de sens et ou d’émotion. Faire des choix de musiques d’accessoires à amener la semaine prochaine.



  • Leçon 5 : Construction chorégraphique collective à partir de la fiche de brainstorming (préciser une idée ou un fil conducteur / thème) et de la feuille de route à suivre (exigences de composition à respecter. Mettre en scène en proposant une introduction (comment présenter le thème ?) Expliquer son propos et présenter les ébauches chorégraphiques en petit groupe dans l’espace scénique de l’évaluation.



  • Leçon 6 : Poursuivre son projet chorégraphique et chercher à le structurer en fixant l’introduction et en poursuivant par le développement d’une idée (approfondissement) ou de plusieurs idées (diversification) ou en opposition (thèse-antithèse). Respecter les exigences de composition / feuille de route. Parrainage sur la composition (un groupe danse et un groupe observe les procédés de composition utilisés et la mise en espace). Faire ressortir le positif et ou des axes d’amélioration de la composition et de la mise en espace.



  • Leçon 7 : Finir et ou affiner, enrichir son projet chorégraphique (projet de communication de sens et d’émotion) pour présenter en fin de séance une chorégraphie d’une durée comprise entre 2’ et 3’ avec une introduction, un développement et une conclusion / thème. Parrainage sur l’interprétation du danseur (chaque danseur est observé plus particulièrement par un spectateur qui proposera des critiques constructives pour permettre au danseur de s’améliorer.



  • Leçon 8 : Formation à l’évaluation du spectateur / vidéo d’une chorégraphie BAC. Finalisation du projet chorégraphique et pré-évaluation formative type BAC à partir de l’analyse vidéo (vidéo scopie) de sa chorégraphie filmée.



  • Leçon 9 : Evaluation BAC sous la forme d’un spectacle filmé : 1h de préparation, répétition, filage dans l’espace scénique, remplissage des grilles d’évaluation avec le titre et l’argument écrit et ordre de passage. 30mn de spectacle avec choix individuel d’une chorégraphie à observer pour remplir la fiche d’évaluation du spectateur.

- Exemples de thèmes expressifs qui induisent du mouvement : - Ivresse, hésitation, en retard, en colère, ça colle, ça fond, ça brule, ça glisse, ça disjoncte, réveil, robots, extra terrestres, sorcières, marionnettes, brosser, frotter, contraint, froissé, équilibre-déséquilibre, peur, tristesse, duel, ange et démon, contagion, toc, animal, la frime, cache-cache, moi devant, agents spéciaux, super héros, les éléments (le feu, l’eau, l’air, la terre, les cycles de la vie et du temps, la rue, le sport, les pêchers capitaux (gourmandise, luxure…), funambules, cirque, l’usine, la guerre, l’esclavage, la révolution, la folie, cabaret, mafia, bandes, la mort, la séduction, la manipulation, des hauts et des bas, la pêche à la ligne, la pate à crêpe, le langage des signes, cauchemars, stress, classes sociales, les contes et légendes , la publicité, le cinéma, communication- incommunication, SDF, les jeux vidéos, …

- Choix de musique ou fond sonore : Pendant le cycle de danse, choisir ses musiques par rapport à ce que l’on aime personnellement et que l’on a envie de faire partager. Proposer aussi aux élèves d’amener leurs musiques à faire découvrir et voir ensemble ce qui peut fonctionner et ce qui ne peut pas, en fonction du moment de danse, du thème expressif ou du thème d’étude travaillé. - Attention aux musiques trop modes, style vidéo clip qui sont très connotées et permettent peu la créativité des élèves. Avoir des musiques de danse avec une rythmique régulière et cyclique qui puissent être écoutées en boucle ainsi que divers ambiances et rythmiques pour inspirer l’imaginaire des élèves / thème expressif.

- Discographie : - musiques de films (Arizona Dream, Requiem for a dream Christophe Colomb, Amélie Poulain, Matrix, In the mood for love, James Bond…), musiques de cirques (du soleil, plume…) musiques de spectacles de danse (Murad Mersouki : récital, dix versions… ; Decouflé Philippe : codex, Decodex…) Musique de musiciens de danse(Armand Amar , René Aubry, Yann Tiersen, Torgue et Houppin) Musiques de compositeurs (Eric Sena, Cosma Vladimir, Goran Bregovic, Ennio Moricone…) musique classique (Bach, Mozart, Purcell, Verdi, Stravinsky…), Compilations (Harmonia, …),Musiques ethniques (Rokia Traoré, Salif keita, African Moves, Tambours du Bronx, Polyphonies Corses, Geoffrey Oryema…), groupes : Gotan Project, Daft Punk, Art of noise, Enigma, Dead can dance, Mike Oldfield, Portishead, , Vangelis, ) Rythm and blues (Aretha Franklin, Nina Simon, James Brown, Ray Charles, Blues brothers…), groupe de rock (Police, Noir désir, Lavilliers, Rita Mitsouko, Mathieu Chedid, Bjork, Nina Hagen, Deep purple, U2, Muse, Pink Floyd, Rolling stones, Van Halen, Jestofunk…), Chanson française ou anglaise (Eicher, Arnaud, Bashung, Nougaro, Brel, Bourvil, Camille, Thomas Fersen, Loo Reed, Amy Winehouse…)

- Bibliographie :

- Perez Tizou et Thomas Annie : EPS danse. « Danser en milieu scolaire ». CRDP de Nantes ; «  Danser les arts » CNDP, pays de la LOIRE.

- Commandé Evelyne : « passeport danse » préparer l’O3 CAPEPS, revue EPS

- Brun Marielle : Dossiers EPS n° 76 : Danse contemporaine dans « Raisons d’agir, Raison d’apprendre »

- Vidéographies : Exemple d’œuvres chorégraphiques dont on peut montrer des extraits en cours

- Joëlle Bouvier et Régis Obadia : « Welcom to paradise » 1989 (duo) ; « La chambre » vidéoclip de la chanson de Patrick Bruel « Casser la voix »

- De Keersmaeker Anne-Teresa : « Rosas danst Rosas » 1983 (quatuor) compositeur Bella Bartók

- De Mey Michèle-Anne : « Symphonie Eroïca » 1990

- Decouflé Philippe : « Codex » 1986 (compagnie) ; « Le p’tit bal » 1998 avec Pascale Houbin (duo sur le langage des signes) ; « IIris » 2004 ; « Sombrero » 2006

- Carolyn Carlson : « Blue lady » 1983 (solo) compositeur : René Aubry

- Angelin Preljocaj : « Noce » 1989 compositeur Stravinsky ; « Helikopter » 2001 compositeur : Stockhausen ; « ce que j’appelle oubli » 2012 d’après le texte de Laurent Mauvignier sur le lynchage d’un jeune homme dans un super- marché par des vigiles.

- Maguy Marin : « MayB » 1981 (inspirée du théâtre de Beckett)

- Pina Bausch : « le sacre du printemps » 1975 (Stravinsky) ; « Kontakthof » 1978 ; « Nelken » 1982 ; « Rêve de danse » 2008 film sur la reprise par des adolescents allemands de kontakhof 

- Wim Venders : « Pina » 2010 Film hommage en 3 D avec les danseurs de Pina Bausch

- Wim Vandekeybus : « Blush » 2004

- Sidi Larbi Cherkaoui : “Rien de rien” 2000 ; « Tezuka » 2012 (hommage au dessinateur de mangas)

- Murad Mersouki (Compagnie kafig) : « Agua » 2008 / hip-hop

- Kader Attou (compagnie Accrorap) : « Petites histoires.com » 2008 / hip-hop

Des procédés de composition

« Les effets »

Orientation des danseurs

Unisson

Cascade

Canon

Couplet-refrain

Question-réponse

Répétition

Répétition-transformation

Tiroirs

Lâcher-rattraper

Transposition

Contre-point

Aléatoire

Trame d’improvisation

Des procédés de composition en solo

Modifier les paramètres du mouvement : espace-temps-énergie

Orientation/public

Accumulation

Répétition

Couplet-refrain

Répétition-transformation

Transposition

Déformation

Accentuation

Amplification-Diminution

Inversion

Arrêt sur image

Bug

Trame d’improvisation

Des relations partenaires contacts

Porter

S’appuyer sur

Glisser sur

Se regarder

Manipuler

Donner son poids

Soutenir

S’équilibrer

S’étreindre

Lutter (duel)

Pousser, tirer

Faire tourner

Relation par un objet

Etre à l’unisson (proche ou lointain)

Contraste, inverse (haut, bas…)

Des actions motrices

Tour

Déplacement

Saut

Passage au sol

Chute

Attitudes

Equilibres

Equilibre-déséquilibre

Tension-relâchement

Des bras (de la main à l’épaule)

Des jambes (du pied à la hanche)

De la tête

Du dos

Du bassin

Combinées (tête et dos…)

Spirale

DANSE CHOREGRAPHIE COLLECTIVE  / NIVEAU 4

Nom  Prénom : classe : chorégraphie : Note : / 20

Composition de la chorégraphie Note : / 8

Projet ébauché ou simpliste




- Chorégraphie trop courte ou déséquilibrée par une introduction et ou une conclusion trop succinctes.

- Le traitement du thème est partiel ou simpliste


- Les relations entre les danseurs sont peu variées avec pas ou peu de contacts

- Les orientations des danseurs sont en majorité frontales avec des déplacements d’avant en arrière privilégiés

- Les éléments scénographiques sont partiels ou utilisés de façon élémentaire / propos

1 à 3 pts

Projet défini cohérent


- Chorégraphie structurée avec une introduction un développement et une conclusion, équilibrés.

- Un propos se dégage.

- Les choix de relations entre les danseurs dont les contacts sont cohérents / propos

- Les orientations des danseurs, leurs trajets sont précis et organisés avec des changements de direction

- Les éléments scénographiques sont utilisés de façon cohérente pour renforcer le propos


3 à 6 pts

Projet développé et pertinent


- Chorégraphie structurée avec une introduction un développement et une conclusion, originaux et pertinents / propos

- Les choix de relations entre les danseurs dont les contacts sont originaux et pertinents / propos

- Les orientations, directions, trajets et regroupements des danseurs sont variés et réfléchis pour servir le propos

-Les éléments scénographiques (fond sonore, costume, maquillage, accessoires…) sont utilisés de façon créative et apporte de l’originalité au propos


6 à 8 pts

Interprétation : engagement moteur et émotionnel du danseur Note : / 9

Danse simple et récitée

- Coordination maitrisée de gestes simples.

- Appuis instables, gestes étriqués ou timides

- Le regard est souvent au sol ou vers ses partenaires pour s’informer.

- Danseur troublé faisant des erreurs ou danseur récitant sa danse

- Peu de ressenti


1 à 5 pts

Danse maîtrisée, habitée par intermittence

- Coordination et dissociation maitrisées pour des gestes plus complexes concernant les bras, les jambes et la tête avec un engagement du buste.

- Les appuis sont peu variés mais stables

- Quelques nuances dynamiques apportant une coloration aux mouvements dansés

- Concentration et placement du regard.

- Engagement du danseur dans son rôle par intermittence.


5 à 7pts

Danse complexe maitrisée, habitée en permanence

- Gestes souvent complexes et maitrisés jouant sur les différents registres du mouvement dansé (appuis variés, travail en dehors de l’axe vertical, utilisation du déséquilibre, amplitude, va jusqu’au bout du geste)

-Beaucoup de nuances dynamiques intentionnelles / propos

-Intentionnalité des regards

- Etat de danse ou force de conviction permanent


7 à 9 pts

Appréciation du spectateur Note : / 3


Descriptive

- Description de la chorégraphie et vision globale du propos


1 pt

Explicative

- Explication de la construction de la chorégraphie et de l’importance de certains moments forts au regard du propos


2 pts

Analytique

- Analyse les procédés de la composition et l’interprétation des danseurs, en repérant les choix réalisés et en les reliant au propos


3 pts

Niveau 4 non acquis : / 09 Niveau 4 : / 15 Niveau 4 : / 20

similaire:

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconLa danse
«La danse; activité artistique implique la création, la communication de sens dans la perspective de susciter une émotion dans le...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» icon«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est»....
«mon corps parle» (la colonne d’air me permet de communiquer avec autrui, de tenir debout)

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconMais IL existe un rapport complexe entre Art et politique. L’exemple...
«génération du feu» qui a pour ciment la révolte contre la Grande Guerre, mais la guerre n’est pas la cause principale de leur révolte,...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» icon1999 À tous ceux qui, avec un dévouement passionné, cherchent de...
L'art de créer qu'atteindra une âme bienheureuse n'est point cet art par essence qui est Dieu, mais bien de cet art une communication...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconNotes sur l’œuvre de Fernando Pessoa
«communication» pour que nous entrions dans cet espace limpide et incandescent où les «valeurs» du monde moderne ne sont plus que...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconConcevoir un projet danse avec des enfants de maternelle… Commission...
«création danse» à l’école et ce qui rentre en compte dans cette activité. (pages 7 à 12)

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconAu programme une trentaine de compagnies Arts de la Rue
«Avis de Festival», avec toujours à l'esprit la volonté de créer un temps fort, impertinent et bouillonnant, populaire et fédérateur,...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» icon1844 Naît à Metz le 30 mars
«Nevermore» (jamais plus) peut signifier que l'émotion, lorsqu'elle a été vécue ne revient plus, ce qui est en contradiction avec...

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconV. le programme des actions artistiques et culturelles temps periscolaire
«De la création à l’exposition» afin de se rencontrer à travers une pratique plastique. 7

La danse est une activité de création et de communication de sens et d’émotion; elle permet d’exprimer/ évoquer au moyen de formes corporelles organisées/ paramètres du mouvement (espace, temps énergie) afin de créer un impact chez autrui : «Se mouvoir et s’émouvoir pour émouvoir» iconLe texte poetique
«poésie» vient du verbe grec «poiein» qui signifie : faire au sens le plus large du terme, c’est-à-dire : créer. La poésie est donc,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com