Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style





télécharger 17.6 Kb.
titreContrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style
date de publication12.07.2019
taille17.6 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos

Contrôle : La tragédie classique – Correction

A – Versification – Figures de style :


  1. Vers 22 : Ton | cœur | im | pa | ti | ent | de | re | voir | ta | Troy | enne

  2. Vers 23 : Ne | souf | fre | qu’à | re | gret | qu’un | au | tre | t’en | tre | tienne.

  3. Vers 24 : Tu | lui | par | les | du | cœur, | tu | la | cher | ches | des | yeux.

(3 points)

Style :

  1. Synecdoque du cœur (v.22), siège des sentiments amoureux. Hermione considère Pyrrhus comme partagé entre sa présence corporelle auprès d’elle et son esprit (ses sentiments) auprès d’une autre femme.

  2. Ellipse de « cœur » dans « un autre » (v.23) représentant Hermione et son amour. Cet autre cœur est personnifié et il parle (« t’entretienne »)

  3. Parallélisme de construction (v.24) avec anaphore reprenant ce champ lexical, et montrant l’agitation, l’impatience de Pyrrhus.

(3 points)

Dans ces trois vers, Hermione accuse Pyrrhus de ne pas être présent avec elle : ses sentiments sont pour une autre femme, qui occupe entièrement son esprit, son cœur. La jalousie d’Hermione se double du mépris qu’elle éprouve pour cet objet indigne d’un roi grec : une étrangère, une prisonnière ennemie, une simple esclave « ta Troyenne »…

(2 points)

B - Lecture méthodique du texte en trois étapes :

I – Situation de la pièce et du passage :


Cette pièce a été écrite en 1667, à l’époque classique, par Racine, poète dramatique rival de Corneille. Andromaque, tragédie racinienne, se déroule à la fin de la guerre de Troie. Pyrrhus, roi grec, est amoureux de sa prisonnière troyenne, Andromaque, et il a décidé de rompre ses fiançailles avec Hermione, princesse grecque. Dans cette tirade, Hermione lui en fait le reproche de façon violente.

II – Axe de lecture : un amour non partagé


  • La désignation de Pyrrhus par Hermione : Hermione passe du tutoiement au vouvoiement et revient en fin de tirade au tutoiement : les reproches, la soumission, la colère et la menace se succèdent dans cette désignation. En effet, Pyrrhus est d’abord « cruel » (1) car il joue avec les sentiments amoureux, puis accusé de « parjure » (7) car il a promis de l’épouser. Mais Hermione l’aime et ne reçoit rien en retour : « ingrat » (13), il ne voit pas toutes les humiliations qu’elle a subies pour lui. Dans cette première partie, elle utilise le tutoiement.

  • Ensuite, elle demande une faveur : son ton humble « Seigneur (14) et « Maître » sert alors à tenter de le fléchir. De plus, par respect, elle le vouvoie. Dans l’attitude distante de celui-ci, le mépris semble évident. Alors Hermione éclate. Elle revient brusquement au tutoiement : « Vous ne répondez point ? / Perfide […] tu comptes les moments que tu perds avec moi ! »(21). Cet épithète (perfide) marque la colère d’Hermione consternée du double jeu de celui qu’elle aime. Prise d’une fureur froide, elle finit par menacer celui qu’elle appelait « Maître » quelques instants avant. Cette fois, elle parle d’elle à la troisième personne, devenant une menace pour lui (« crains encor d’y trouver Hermione » au vers 31)

  • La violence de la passion : La passion, d’abord, s’exprime dans une déclaration d’amour très claire, voire impudique (vers 1, 10 ou 13). Hermione s’abaisse et se présente comme capable de tout accepter de la part de celui qu’elle aime, même son infidélité. Elle a honte (v.5) de son comportement qui manque de noblesse, mais elle n’y peut rien . Vers 13 :« Je doute encor si je ne t’aime pas »Tout ce qu’elle a subi et accepté se trouve réuni dans les treize premiers vers « aimé », « dédaigné », « mes bontés », « mon injure », « j’attendais », « j’ai cru », « je t’aimais inconstant », « même en ce moment ».

  • La ponctuation (exclamative et interrogative) exprime cette violence, marquée aussi par les anaphores (« Va ») et les verbes à l’impératif. Les questions rhétoriques (v.1 et 10), la colère (v. 10 ou 21), nous montrent bien une femme jalouse et hors d’elle.

  • La menace, enfin, vient achever cette tirade ou l’exaspération d’Hermione culmine, face à la froideur de celui qui la repousse avec dédain. Les Dieux seront ses alliés (v.28 : « Ces Dieux, ces justes Dieux n’auront pas oublié… ») car elle est dans son bon droit (v.29 : « Que les mêmes serments avec moi t’ont lié ») Ils n’accepteront pas ce parjure « au pied des autels » (v.30). Le dernier vers exprime bien le risque que prend alors Pyrrhus : Qu’y aura-t-il au pied de ces autels ? Hermione morte (elle menace peut-être de se suicider au vers 18) ou un assassin envoyé par elle (ce qu’elle fera) ?

  • La tonalité du passage : Lyrique, cette tirade décrit les sentiments d’Hermione prête à tout par amour. Le champ lexical de la passion s’y mêle à la synecdoque du cœur qui s’exprime ou qui s’absente vers l’être aimé. C’est une véritable déclaration d’amour.

  • Élégiaque, elle présente une Hermione abattue, prête à accepter sa défaite et à mourir, soumise, résignée (v.16 : « achevez votre hymen, j’y consens ») et triste. Cet état d’esprit ne durera pas longtemps !

  • Le texte s’achève sur le ton épique : la suite d’impératifs, les anaphores violentes poussent Pyrrhus à précipiter son crime (son mariage sacrilège) et sa propre mort. Les termes employés expriment la grandeur : v.26,« la foi », 27, « majesté sacrée » des « Dieux », v.29, « serments ». La gradation finale rappelle l’appel aux armes de Don Diègue à Rodrigue (« Va, cours, vole et nous venge ! ») dans le Cid de Corneille. Ce rappel ironique montre bien l’attitude combative d’Hermione : inutile de traîner, s’il doit l’abandonner de toutes façons ! Elle ne laissera pas celui qu’elle aime à quelqu’un d’autre et elle saura s’en débarrasser…

III – Conclusion :La catharsis dans le théâtre classique.


Définition du terme. Correspondance entre le passage étudié et cette notion.

La catharsis est la « purgation des passions » par le spectacle de celles-ci et celui des conséquences que cette passion peut entraîner. La tragédie doit inspirer la terreur et la pitié du spectateur .Ce principe d’Aristote mène toutes la tragédie racinienne En voyant sur scène ces personnages livrés aux tourments de leur amour impossible ou fou, le spectateur sera purifié de ses propres passions, comme un sacrifice animal prendrait sur lui les péchés humains. Ici, le spectacle d’Hermione qui se rabaisse par amour toute princesse qu’elle est, et qui perd toute dignité face à celui qui la méprise, celui de Pyrrhus prêt à oublier son devoir et à risquer la mort ou la destitution par amour pour une esclave, la jalousie exacerbée d’Hermione, qui lui fera commanditer un crime, sont bien des exemples que l’on n’a guère envie d’imiter. Tout ici manque de grandeur d’âme, de noblesse.

C - Histoire littéraire :


Caractéristiques du théâtre de Racine, comparé à celui de Corneille

Racine : Expression des sentiments, et surtout de la passion. L’auteur décrit cette passion comme un feu incontrôlable, une malédiction des Dieux (Ex. : Phèdre), qui dévore l’homme et l’entraîne vers la mort. Ces personnages marqués par la fatalité (le fatum) s’enfoncent inexorablement dans leur folie et finissent par sombrer, par mourir.

Corneille : au contraire, présente des personnages forts, héroïques (ex. : Le Cid, Horace) qui font courageusement leur devoir, et qui sacrifient sans hésiter leur passion à ce que leur commande leur famille, leur patrie, leur dieu. Ils ont le sens des valeurs chevaleresques. Le héros cornélien, placé devant un dilemme (un conflit cornélien), choisira toujours la solution la plus noble, même s’il doit en mourir. Son courage en fait un surhomme.

Ces deux auteurs ont comme points communs leur époque, l’âge classique, leur métier de poète dramatique, l’envie d’écrire dans une langue pure, et de réaliser une œuvre parfaite sur le plan formel. Ainsi, ils respectent tous deux les règles classiques (bienséances, vraisemblance, règle des trois unités, choix des sujets, personnages nobles, langage élevé...)

Racine, jeune rival de Corneille, supplantera assez rapidement son aîné.

(6 points par auteur s’ils sont étudiés séparément, sinon une note globale sur 12)

similaire:

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconS.» «Ces figures de style permette de souligner l’idée principale.»...
...

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconSéquence 5 : Andromaque de Racine, étude d’une tragédie classique

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconLes figures de style

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconLes figures de style

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconLes figures de style : leçon

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconFiche-outil n°19 : Les figures de style

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconNicolas Boileau 1636-1711, Art poétique (chant III), les règles de la tragédie classique

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconIdentifiez les figures de style dans les phrases suivantes

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconLa poésie : Figures de style
...

Contrôle : La tragédie classique – Correction a – Versification – Figures de style iconFigures de style
«Les ménagères réunissaient leurs mioches pour donner la pâtée, comme des gardeurs d’oies assemblent leurs bêtes»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com