Programmes : En Troisième





télécharger 51.18 Kb.
titreProgrammes : En Troisième
date de publication21.11.2017
taille51.18 Kb.
typeProgramme
l.20-bal.com > droit > Programme
« LE TOURNE BOCHE », OU LE VECU DE POILUS BERRICHONS DANS LES TRANCHEES
Insertion dans les programmes :
En Troisième : La Première Guerre mondiale et ses conséquences.

« … on insiste sur le caractère global de cette guerre (économie, société, culture), sur les souffrances des soldats et les difficultés des populations … »

En Première L et ES : La Première Guerre mondiale et les bouleversements de l’Europe.

« … on insiste sur le caractère de guerre totale du conflit et sur ses conséquences. »

En Première S : Les Français dans la Première Guerre mondiale.

« … on étudie les manières dont les Français vivent le conflit… ».
Historiographie :
Depuis le début des années 1990, deux camps scientifiques s’affrontent autour de la Grande Guerre. Le désaccord se cristallise autour de la valeur historique accordable – ou non- aux témoignages des soldats à travers leurs diverses productions écrites (carnets de guerre, lettres, journaux de tranchées…). En effet, deux visions de la guerre et du sacrifice opposent les tenants de l’Historial de Péronne aux chercheurs du C.R.I.D.14-18 (Collectif de Recherche International et de Débat). Les premiers, groupés derrière Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, défendent la thèse du « consentement ». Si les populations (civiles comme militaires) ont tenu, disent-ils, c’est que consciemment ou non ils acceptaient de tels sacrifices au nom de l’amour de la patrie et de la haine de l’ennemi. A l’inverse, les historiens du C.R.I.D. 14-18, réunis derrière Frédéric Rousseau, insistent sur le poids des contraintes qui pesaient sur ce « pseudo » consentement.

On lira, à propos de cette rude bataille scientifique, l’article de Jean Birnbaum paru dans « Le Monde » du 11 mars 2006, pages 20/21.
Bibliographie indicative :

Générale :

BECKER Jean-Jacques, L’Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 1996.

AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, BECKER Annette, La Grande Guerre 1914-1918, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1998.

Ces deux ouvrages permettent une approche globale et classique du premier conflit mondial.

Pour une démarche plus engagée et polémique, on lira les deux ouvrages au cœur du débat historiographique :

AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, BECKER Annette, 14-18, Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 1998 ; pour les tenants du « consentement ».

CAZALS Rémy, ROUSSEAU Frédéric, 14-18, le cri d’une génération, Privat, 2001 ; les auteurs nuancent la thèse du « consentement » et affirment l’apport irremplaçable du témoignage des poilus.

Locale :

J.P.SURRAULT, L’Indre, le Bas Berry de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, 1992. Cet ouvrage demeure à ce jour la synthèse scientifique la plus complète sur l’histoire du département de l’Indre.

Sur le thème des journaux de tranchées :

AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, 14-18, les combattants des tranchées, Armand Colin, Paris, 1986.

ROUSSEAU Frédéric, La guerre censurée, une histoire des combattants européens de 14-18, Le Seuil, Points Histoire, Paris, 2003.

T
URBERGUE Jean Pierre, Les journaux de tranchées, la Grande Guerre écrite par les poilus, Editions Italiques, Paris, 1999.

« LE TOURNE BOCHE »

Exploitation pédagogique :

Présentation du document :
Ce journal de tranchées se présente sous la forme d’un feuillet manuscrit (33,6X22 cm) puis dupliqué recto verso. Il est conservé aux Archives départementales de l’Indre sous la cote R 971. « Le Tourne Boche » a été rédigé par des poilus d’Indre, Indre et Loire et Poitou (comme l’affirme le premier poème) et en particulier par le Capitaine Joseph Beulay.

Ce notable castelroussin, magistrat de formation, s’est alors engagé volontairement malgré son âge (il a déjà 52 ans). Il a été incorporé dans le 66ème Régiment d’Infanterie Territorial qui, le 10 août 14, gagne Paris. Soucieux de garder un certain contact avec l’arrière (et donc la vie ?), le Capitaine Beulay expédie ce journal à son ami l’archiviste Eugène Hubert. En effet, le message manuscrit près du chapeau (« Pardon, excuse mais le rire est le propre de l’Homme et surtout bien nécessaire en campagne ») est très explicite.

Edité de manière très empirique en juin 1915, ce « canard » constitue un témoignage des poilus du 66ème Régiment d’Infanterie Territorial cantonné alors dans l’Aisne. Le bataillon de Joseph Beulay participe à partir de janvier 1915 à la défense du plateau de Nouvron (lieu mentionné dans le journal), près de Soissons. En effet de mai à juillet 1915 ont lieu de vastes offensives alliées (2ème bataille d’Artois), en partie pour soulager les Russes sur le front oriental : gains infimes de terrain, mais pertes humaines énormes (215 000 hommes tués ou disparus, 500 000 blessés graves).

Rédigés par les soldats lors des moments de répit que leur laisse la guerre de position, ces journaux sont alors très abondants (on recense environ 500 titres durant tout le conflit). Ils constituent alors un moyen efficace pour tromper l’ennui et garder un semblant de vie « normale » alors que les assauts meurtriers se renforcent. Ces journaux deviennent en effet des médias très recherchés par les soldats car les nouvelles de l’arrière arrivent mal et la censure leur laisse souvent comme seul outil d’informations le très officiel et édulcoré « Bulletin des armées de la République». L’état-major français a d’ailleurs très tôt compris l’intérêt de ces feuilles spontanées puisque une instruction de Joffre de mars 1915 affirme que : « … nos soldats sont pleins de confiance, de gaieté et de courage …leur publication mérite d’être envisagée avec bienveillance… »

La parution de ces feuilles reste très aléatoire car nombre de rédacteurs sont fauchés par la mort lors des assauts, cependant certains s’enracineront dans le temps comme le célèbre « Crapouillot ».

Tonalité générale des journaux de tranchées :

Ces journaux ne décrivent pas la guerre et ses combats de manière explicite. Destinés avant tout aux « frères de tranchées », ils brossent des portraits souvent cocasses de quelques anonymes (le cuisinier, le supérieur …), ils dénoncent la bestialité de l’ennemi (le « boche ») ou évoquent des préoccupations récurrentes (les poux, les femmes…mais aussi la « gnole » et le « pinard » !) ou bien des états d’âmes (nostalgie et ennui). Enfin, ils décrivent des scènes de la vie quotidienne du front telles que la partie de cartes, la corvée d’eau…

Quels que soient les thèmes évoqués, la tonalité apparente est légère : humour, plaisanteries parfois grossièretés… cachent en fait les drames et angoisses du poilu rédacteur, qui, à l’instar de Joseph Beulay choisit le rire pour mieux tromper la mort.
Intérêt pédagogique et démarche suivie avec les élèves :

Comme tout document brut rédigé « à chaud » par des témoins directs des combats, ces journaux ne peuvent constituer un témoignage objectif et complet du vécu des soldats. Cependant, une étude guidée avec des élèves permet justement de décrypter ces feuillets en mettant en évidence le ton utilisé, les allusions, le dit et le non-dit.
Plusieurs pistes de travail sont alors envisageables :

  • Observer la mise en forme : travail sur la construction d’un article de journal. Cela peut être conduit en interdisciplinarité avec l’enseignant de Lettres.

  • Décrypter le message du journal : quel est le contenu ? Que nous apporte-t-il sur les conditions de vie, de combat, l’état d’esprit des soldats ?

  • En collège, un travail avec le français est envisageable.


Observer la mise en forme :

Ce travail permet de repérer les différents articles constituant le feuillet. Les élèves lisent et complètent (fiche ci-dessous par exemple) en donnant le titre de chacun d’eux.

En collège on peut faire relever (ou surligner dans les articles) et classer les éléments qui correspondent aux conditions de combat, aux conditions de vie, à l’état d’esprit des soldats afin d’élaborer un paragraphe argumenté.
Décrypter le message du journal : quel est le contenu ?
On décode la signification du feuillet avec les élèves grâce au titre.

On décode la signification du feuillet avec les élèves grâce à l’iconographie : on fait relever les différents éléments dessinés, on les identifie et on les interprète.

Les élèves analysent chaque article avec ou sans questionnement selon le niveau (collège ou lycée) et complètent la fiche suivante.
Pistes d’étude proposées par Dominique Robinet, collègue de français du Collège Rollinat d’Argenton sur Creuse.


  1. Le journal :




    • La composition (titre, articles, annonces, dédicaces etc..) et la disposition.

    • La dimension satirique (humour, jeux de mots etc).




  1. La visée argumentative




    • Visée globale : convaincre les soldats français de leur force et de leur supériorité. Remonter le moral des troupes.

    • L’éloge : genre argumentatif qui vise à louer les mérites d’une personne (ici le colonel Gruet, et le poème dédié aux poilus).




  1. La poésie :




    • La versification : strophes, vers, rimes :

      • étude d’une forme fixe : le sonnet (dédié au Colonel Gruet),

      • l’alexandrin.

  • Les images : métaphores, comparaison, hyperbole….

  • L’allusion à Hugo.




  1. Le mélange des niveaux de langue (courant, familier, soutenu) et l’effet produit.



Le Tourne Boche, journal de tranchées de poilus berrichons




Le Tourne Boche, journal de tranchées de poilus berrichons






LE BAPTEME DU FEU
Défendre la patrie :
Les soldats sont sous le feu de l’ennemi (« jour et nuit pleut la mitraille »,

« Les poilus en pleine bataille »).


Il est possible de localiser les lieux évoqués dans le journal dans les documents annexes.




similaire:

Programmes : En Troisième iconIo programmes 2002 (p 42)
«L’apprentissage de la lecture et celui de l’écriture sont parfaitement complémentaires. L’un et l’autre sont en permanence menés...

Programmes : En Troisième iconGrille de compétences Troisième

Programmes : En Troisième iconLectures conseillées en classe de troisième

Programmes : En Troisième iconLectures conseillées en classe de troisième

Programmes : En Troisième iconHistoire des arts classe de troisieme

Programmes : En Troisième iconTroisième partie Léviathan aujourd'hui

Programmes : En Troisième iconTroisième Partie : Vers un Marketing Intergénérationnel

Programmes : En Troisième iconLe donjon de Naheulbeuk, T. 9 Troisième saison, Partie 3

Programmes : En Troisième iconLe troisième aux ‘’Aventures d’Arthur Gordon Pym’’

Programmes : En Troisième iconThèse de troisième cycle par Denis gauer





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com