Assemblée générale de Melle – Discours de notre président





télécharger 9.84 Kb.
titreAssemblée générale de Melle – Discours de notre président
date de publication13.06.2017
taille9.84 Kb.
typeCours
l.20-bal.com > droit > Cours
Assemblée générale de Melle – Discours de notre président.

Notre société évolue, l'École doit évoluer. Voilà un refrain que nous entendons chaque fois que l’on parle d’éducation.

Nous, DDEN, sommes perplexes face à cette affirmation car nous ignorons ce qu’elle signifie réellement et ce qu’elle peut cacher. Évoluer ne veut pas dire aller vers le mieux. Nous ne sommes pas pour n’importe quelle évolution, nous sommes pour le progrès. Nous savons ce que nos ancêtres ont construit et nous ne voulons pas de réformes qui mettraient à bas les acquis du passé sans apporter un réel progrès pour la société, pour la démocratie et pour le bonheur des citoyens.

Avant de réformer l'École, il convient de faire un diagnostic précis des défauts qu’on lui reproche et d’en analyser les causes pour y trouver des remèdes. Cette démarche me semble logique et responsable et les DDEN sont prêts à y participer.

Par exemple : évaluons l'École Maternelle avec les parents, les enseignants, les spécialistes de la petite enfance, etc… et si nous constatons que les enfants de deux ans n’y ont pas leur place, inventons des structures adaptées à ces bambins, pourvues d’un personnel qualifié et intégrées au service public, laïque et gratuit de l'Éducation Nationale. Nous sommes partants pour participer à ce grand projet.

Mais si on nous dit qu’après la suppression d’une demi-journée de classe pour tous les élèves du primaire, après la suppression de plus de la moitié des RASED, après les fermetures d’écoles rurales et la suppression de milliers de postes d’enseignants (j’arrête ici la liste car elle serait trop longue), on refuse de mettre des enseignants devant des enfants de deux ans, en attendant peut-être de remettre en cause l’existence même de l'École Maternelle au sein de l'Éducation Nationale, nous disons fermement « NON ».

Mais suffit-il de dire « non » pour être utile à la cause que nous défendons ? Devons-nous aller plus loin, être constructifs ? Certainement, mais faisons attention à ne pas nous laisser abuser. Si nous acceptons de participer à la construction de l'École de demain, il faut absolument éviter de se laisser entraîner sur des terrains que nous ne maîtrisons pas . Nous aurons en face de nous des professionnels de la communication qui ne les maîtrisent peut-être pas plus que nous, mais qui essaieront de nous « vendre » ce dont nous ne voulons pas . C’est pourquoi je crois sage de rester ferme sur les grands principes que nous défendons.

L’Ecole que nous défendons doit être Laïque. Elle doit être à l’abri des dogmes et des croyances et surtout de ceux qui voudraient les utiliser pour embrigader notre jeunesse. La seule École libre est l’Ecole Laïque qui respecte la liberté de conscience de chacun. Sans ignorer qu’à côté des vérités scientifiques, il y a l’irrationnel, le merveilleux, l’art, la poésie, les rêves et qu’il faut favoriser l’épanouissement de chacun dans ces domaines aussi. Le premier devoir de l'École Publique est de rendre la Raison populaire comme disait Condorcet. C’est à dire qu’elle doit apprendre à tous les enfants à utiliser la Raison pour progresser vers la Vérité, que c’est elle qui doit leur permettre de décider librement de leur destin et de participer utilement à la vie de la Cité.

L’Ecole que nous voulons doit être Publique, Obligatoire et Gratuite. Ouverte à tous elle ne distingue pas les élèves en fonction de leur origine sociale ou ethnique. Tous les enfants qui lui sont confiés sont égaux, elle doit en faire des citoyens et les aider à acquérir les connaissances nécessaires à leur intégration dans la société.

L’Ecole Publique, comme les autres services publics, doit être financée par l’impôt proportionnel aux revenus de chaque citoyen mais également progressif. Ce n’est pas aux collectivités locales d’assurer le fonctionnement de l'Éducation Nationale. Ce n’est pas à chaque famille de supporter la charge financière de l’enseignement de ses enfants sauf si elle choisit de le faire assurer par un organisme privé . Notre vieux slogan « École Publique fonds publics , École privée fonds privés » est toujours d’actualité, nous devons le défendre. L’école doit être obligatoire, et nous demandons quelle le soit dès l’âge de 3 ans avec la possibilité d’accueil dès 2 ans dans le cadre de l'Éducation Nationale.

Pour remplir pleinement son rôle, l'École de la République doit mettre devant les enfants qui lui sont confiés des enseignants formés aux savoirs mais aussi à la pédagogie, à la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, aux grands principes de notre République. L'instituteur doit être un enseignant mais aussi un Éducateur. Son rôle n’est pas seulement de transmettre des connaissances, mais aussi de former des citoyens. C’est une tâche difficile qui demande des compétences sérieuses dans de nombreux domaines. La grandeur d’un pays moderne peut se mesurer au nombre de ses enseignants et à la qualité de leur formation. Ces enseignants ont droit à une formation permanente et ils ont aussi le droit d’être malades et de faire des enfants. Cela suppose qu’ils puissent être remplacés par des personnels suffisamment nombreux et aussi compétents qu’eux-mêmes.

Je pourrais continuer longtemps en me limitant simplement aux grands principes qu’il est de notre devoir de faire respecter. Nous sommes là pour cela. Notre rôle de médiateurs nous laisse heureusement pas mal de temps car les collectivités locales sont le plus souvent toutes disposées à faire tout ce qu’elles peuvent pour l'École Publique, sans parler des rôles que la carence de l'État les oblige de plus en plus souvent à tenir. Alors essayons de consacrer ce temps à défendre nos principes et à les faire respecter par ceux qui semblent croire que le changement amène automatiquement le progrès alors qu’il arrive souvent qu’il n’apporte que le désordre et la régression.

Tout ce que je viens de vous dire, vous le saviez déjà, bien sûr. Il est très facile d’énoncer nos principes quand nous sommes entre nous mais cela manque un peu d’efficacité. Alors il faut nous manifester partout où cela est possible. Chaque occasion est bonne pour nous exprimer et pour demander à la presse de relayer nos actions. Nous devons sortir du petit cercle où nous sommes si bien, entre gens de bonne compagnie défendant des principes que nous partageons. Il faut parler et convaincre, il faut recruter de nouveaux défenseurs de l'École Publique, il faut multiplier les contacts avec les élus. Bref, il faut devenir militants car notre École est en danger et, avec elle, notre Démocratie.

similaire:

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconProces-verbal de l’assemblee generale ordinaire en date du 29 mars 2016
...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconLe 28 mai dernier, une Assemblée Générale extraordinaire de «Coup...
«Coup de Soleil en Essonne» a décidé, à l’unanimité, de modifier les statuts de l’association, en vue d’entériner notre séparation...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconProcès Verbal de l’Assemblée générale du 27 Janvier 2015

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président icon4 mars 2012 Prise de notes de l’Assemblée des peuples colonisés par...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconEn présence de Jean Touzeau, maire de Lormont, vice-président de...
...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconMonsieur le Président du Directoire, Monsieur le Président du Conseil...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconDiscours direct
«Je suis allé à Paris, à Toulouse et à Montauban.», cette phrase est au discours direct. Mettez-là successivement au discours indirect,...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconBibliographie générale
«locution», non en termes d’objets comme l’est un signe nominal. Je signifie «la personne qui énonce la présente instance de discours...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconLe Printemps des Poètes a dix ans. La volonté de son président Jean-Pierre...
Eloge de l’autre -carrefours, croisements, métissages. C’est une invitation à franchir la barrière de notre identité, invitation...

Assemblée générale de Melle – Discours de notre président iconNotre théâtre, La Cerisaie
«porteuses d’une métaphore particulière ou d’un discours inédit sur le «complexe du verger».»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com