La danse





télécharger 45.63 Kb.
titreLa danse
date de publication13.06.2017
taille45.63 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos

LA DANSE


La danse, langage du corps est essentiellement un « art du mouvement, un art moteur »

qui nécessite une connaissance intime de soi, de sa motricité, de celle d’autrui.

Le corps se modèle et la danse en utilise toutes ses expressions pour nous émouvoir.
Produire une œuvre artistique en danse revient donc à passer d’une expression émotionnelle spontanée à une expression émotionnelle organisée. Le matériau de base de cette expression étant le mouvement dansé (technique gestuelle) en liaison avec des éléments renforçateurs (monde sonore, espace, décors, lumières….)

1. Pourquoi choisit-on la Danse en EPS (ou dans un cursus d’examen)

Enseigner et pratiquer la danse dans un cursus éducatif, c’est répondre aux finalités de l’Ecole et aux objectifs généraux d’une discipline de l'EPS

La danse poursuit trois enjeux :


  1. Développement

  • des capacités motrices (coordination, mémoire sensori-motrice, facteurs d‘exécution, souplesse…)

  • de l’imaginaire,

  • elle favorise l’affirmation de la personnalité




  1. Culture-critique

  • développement de la sensibilité artistique en rapport avec le monde culturel

  • préparation à un jugement argumenté.




  1. Activité multiple

Elle est divertissement, entretien, expression , art ; sa multiplicité de fonctions lui permet d’être pratiquée aux différents âges de la vie.

« La danse ; activité artistique implique la création, la communication de sens dans la perspective de susciter une émotion dans le public » A. Le Pellec-Muller
L’apprenant formé en tant que danseur est sollicité dans plusieurs dimensions .







2. Comment construire une chorégraphie
A/Détermination de l’argument






Définition du « Qui »

-Personnage central et les autres ; caractéristiques de chacun avec leurs mouvements appropriés selon leurs caractères. (expl : Dark Vador, Luc Sky Walker…..)


Définition du « Quand »
-Choix de la période, du moment, l’époque, l’âge du, des personnages que va interpréter le danseur. (expl : temps futurs…)


Définition du « Où »

-Lieu où se situe l’action. (expl : diverses planètes.)


Choix des formes corporelles
-Elaboration et mise en mouvement du matériau symbolique (partir du réel se rapportant au thème et le faire évoluer en mouvement dansé

-Stylisation du corps (style de danse : contemporain, jazz, rap…) et choix de gestuel -ETEC (Espace Temps Energie Corps)

-Utilisation des familles de mouvement (par les verbes d’action)…


Choix d’une option esthétique
-Le comique (valoriser l’humour, la surprise les accidents l’anecdotique…)

-Le tragique (les conflits, la violence, l’ambiance lourde, néfaste…)

-Le sublime (la transcendance, l’élévation de sentiments, le beau…)……



Organiser la composition chorégraphique
-Mise en place d’un début, développement, d’une fin

-Choix d’un mode de développement (scénario, variation sur le thème, couplet- refrain.)






B/Le processus de création (Guilford)
Les phases de travail sont la sollicitation (point de départ donnée par des inducteurs) ; la recherche de variété, diversité de réponses, l’enrichissement, le choix, et la construction qui mènent à la production pour aboutir enfin à la confrontation au regard de l’autre : la présentation.
Inducteurs : moyens utilisés pour mettre en jeu la créativité (musique, objets, images, thèmes, poèmes.…)

Diversité, variété : exploitation des consignes visant à trouver tous les possibles du corps en mouvement.

Enrichissement  des réponses par les paramètres : Espace, Temps, Energie et Combinatoire.

Choix : inventaire, tri en fonction du projet, négociation avec les danseurs.

Construction : implication, engagement dans le projet, parti-pris.

Présentation : évaluation par observation, confrontation, bilan.


C/Organiser l’espace de danse
-Mise en scène de l’espace scénique, de l’univers sonore

des décors et des costumes.

Création d’un univers.
NB : Se fixer des règles de composition à travers la production d’effets pour affirmer son style personnel et donner à son propos un caractère original.

-utilisation de contrastes : dynamismes différents, niveaux (haut, bas..) directions…

-variété dans l’utilisation du corps (origine du mouvement, bras, jambe, dos)

-jeu avec le public : regard, entrées, sorties de scène, trajectoires…

-effets de surprise des placements et formations

D/ La représentation du spectacle.

-Chorégraphie vue par le public, un jury

-Engagement maximal du danseur:concentration mémorisation, interprétation, présence, « joue son rôle. »

3. Comment structurer une chorégraphie?
Votre chorégraphie va s’organiser comme une composition française en trois parties.
1.Introduction :

        1. de(s) personage(s)

        2. Atmosphère, climat.

        3. Flashes sur le développement. (Instants brefs du développement)

        4. Feed- back. (Scène de la fin positionnée en début)


2.Développement :

        1. Scénario : histoire chronologique ponctuée de rebondissements

        2. Variation sur le thème : thèmes et sous thèmes variés associés.

        3. Couplet-refrain : thème évoluant autour de parties répétitives.


3.Conclusion :

        1. Histoire sans fin : devenir en point de suspension

        2. Retour au début : scène du feed-back (d).

        3. Arrêt progressif de l’histoire.

        4. Dénouement précis des personnages : retrouvailles, départ, mort…


« L’instrument du danseur est le corps, un matériau extrêmement concret et pratique. »

D. Humphrey.
La production dansée est différente du réel sur lequel elle porte, dans le sens où il ne faut garder que les conduites totales ou partielles qui symbolisent l’expression recherchée, aller vers une stylisation et souvent une abstraction.

4. Qu’appelle t-on la motricité expressive.
Mobiliser son corps, c’est entretenir des rapports avec les éléments suivants :
1. L’espace intérieur du corps : délimité par la masse corporelle.

Le corps est source de sensations, respiration et régulation du tonus.

On découvre son corps à partir des sensations et perceptions intérieures liées le plus souvent à l’imaginaire et aux représentations mentales.
2. La gravité du corps :

La verticalité du corps : lutte perpétuelle contre la gravité grâce à la colonne vertébrale, (axe), la tête (participe à la recherche de la stabilité), le bassin (charnière centrale où se localise le centre de gravité), les genoux (amortisseurs)et les pieds (socle).
Le déséquilibre : jeu avec la gravité du corps. L’axe devient mobile et les mouvements créés s’éloignent de la verticalité.
3. Mobilisation des segments :

Flexion : Extension : Rotation : Circumduction : Translation 
4. Mobilisation du corps entier :

Combinaison des différents mouvements de base cités plus haut et faisant intervenir les familles de mouvements



A .Les déplacements :
Courir, marcher, galoper, ramper, glisser

quadrupédie……..

Appui pédestre, manuel ou variés


B. Les sauts :
Leur variété est liée au pied d’impulsion et de réception

Les combinaisons sont ensuite multiples avec des actions segmentaires et ou avec le corps tout entier.

C .Les tours :
Tourner c’est faire pivoter le corps autour d’un axe.

L’infinité de tours se retrouve avec les combinaisons d’actions.

D .les chutes :

Mouvement, ou figure maîtrisée volontaire qui requière un parfait contrôle du processus tonique (équilibre). Le rythme, l’axe sont précis. La chute est une technique qui nécessite la prise en compte du sol comme partenaire à part entière.


5. Les principes liés à la motricité expressive.
A.L’Espace

a. L’espace corporel

Proche : zone spatiale entourant le danseur définie par l’allongement maximal de ses segments.

b. L’espace de déplacement

Volume dont dispose le danseur pour se mouvoir, caractérisé par :

~les directions : identifiées en prenant le centre du corps comme point de référence

avant, arrière, côté, haut, bas, diagonales.

~les orientations : définies par rapport à un point d’observation extérieur.

~les niveaux : hauts, bas moyens (centre de gravité comme référence)

~les tracés : trajets décris par le mouvement dans l’espace:au sol ou aériens (droits, zigzagants, courbes, en spirale, anguleux, brisés, sinusoïdes…)

~Les dimensions : ampleur et « grosseur » du mouvement (petit, grand….)

c. L'espace scénique

L’infinité de combinaisons est réalisée par l’association des tracés, des directions, des niveaux, des volumes et à la prise de conscience de l’espace d'évolution et/ou de représentation (scène, zone délimitée, extérieur, place des spectateurs, entrées-sorties…)
B. Temps
Structuration métrique (ou musicale)

~Pulsation : battements stables et uniformes se manifestant de façon régulière et continue.

~Accent : emphase sonore (ponctuation). Il se greffe à une pulsation.

~Mesure: regroupement de pulsations autour d’un accent revenant à intervalle régulier ayant un nombre précis de pulsations (mesures à 2, 3, 4,5 temps.)

~Rythme : joue sur l’organisation et la modification des trois éléments cités au dessus.

~Tempo : vitesse de déroulement du rythme, lent ou rapide.
Structuration relative à la vitesse d’exécution et du contrôle du mouvement :

lent ,vite, accéléré, décéléré, saccadé.
Les variantes s’obtiennent en prenant conscience

-de ses propres rythmes internes.

-en jouant sur le placement des accents, la durée du mouvement

-en reconnaissant et reproduisant les accents de la musique

-en jouant sur les contrastes.
C.Energie
L’énergie colore le mouvement et lui donne une certaine qualité .

Trois facteurs composent l’énergie :

-le poids, tension musculaire (mouvement fort, léger…) 

-le temps, vitesse et dynamisme (soudain, maintenu …)

-l'espace, orientation du mouvement (direct ,indirect…) 
Le travail sur l’énergie permet de réguler le tonus musculaire et sentir les nuances dans la qualité et quantité d’énergie libérée. 

Il faut absolument jouer sur le poids :

-lutter contre 

-le rendre résistant

-le faire varier
Le dynamisme joue sur

-la contraction et le relâchement.

-les étirements musculaires

-les contrastes.
« La quantité d’énergie est déterminante ; elle donne au geste sa coloration ,son humeur ,et sa charge affective »

Pinok et Matho

6. EVALUATION
L’évaluation va porter sur l’engagement de votre identité, la maîtrise de vos émotions, votre technique.

Deux grand pôles seront notés :

interprétation

composition

Votre chorégraphie ; source d’émotion pour vous et le spectateur tiendra sa cohérence de l’expressivité liée à la justesse de votre jeu d’acteur et de votre interprétation portant sur la qualité du mouvement en adéquation avec l’argument développé.( cohérence renforcée par l’illustration sonore , la mise en scène, les costumes et décors.)

Bibliographie :
Danser en milieu scolaire. EPS et Danse. CRDP Pays de Loire. T. Perez, A .Thomas

Apprentissage de la danse. Ed Actio. M Cadopi, A Bonnery.

Pédagogie du rythme. Revue EPS. Henri Lamour

Expression corporelle. Mouvement et pensée.Librairie J. Vrin. M Bertrand, M Dumont

The art of making dances.Grove Press.D Humphrey
Remerciements tous particuliers pour Armande Le PELLEC-MULLER.et Patricia Vidil-GRENIER 
Marine SAINGRE. Mai 2004



M.SAINGRÉ

Professeur agrégée EPS

Mai 2004

similaire:

La danse iconRapporte par écrit toute la codification de la danse de Beauchamps...
«le Ballet Comique de la Reyne» par l’italien Balthazar de Beaujoyeulx danse baroque (chant, musique, danse et poésie). La danse...

La danse iconToute la danse occidentale est parcourue du duo/duel entre virtuosité et expressivité
«Lettres sur la danse» de Georges Noverre. Ce chorégraphe français dénonce le vide d’une danse réduite à des prouesses mécaniques....

La danse iconLa danse au Moyen âge : de la danse populaire à la danse de cour

La danse iconDvd danse. Différentes formes dansées
«représentations» initiales» des élèves par rapport à la Danse. «Si je vous dis Danse, que pensez-vous ?». Lister puis classer. Ces...

La danse iconCours theorique danse la danse est un art à part du fait de sa double...

La danse iconConcevoir un projet danse avec des enfants de maternelle… Commission...
«création danse» à l’école et ce qui rentre en compte dans cette activité. (pages 7 à 12)

La danse iconLu dans la presse
«Avec Lamia Safieddine, on peut parler de danse arabe contemporaine. Le voyage dont IL est question est une plongée dans la pluriculturalité...

La danse iconDanse et poésie Du texte poétique à la phrase dansée
«brainstorming» pour lister les mots qui traduisent l’interprétation que l’on veut faire du texte. Le travail dansé rejoint ensuite...

La danse iconAtelier 5 : «Les patates chaudes»
«Danse macabre» de Saint-Saëns ou, pire, à la «Danse des vampires», pour revenir à cette recherche, peut-être un peu obstinée, de...

La danse iconLittérature Danse





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com