Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons»





télécharger 129.34 Kb.
titreNotes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons»
page4/4
date de publication31.05.2017
taille129.34 Kb.
typeNote
l.20-bal.com > droit > Note
1   2   3   4

III - « A la lumière d’hiver » : la confiance en la poésie retrouvée


  1. La persistance de la poésie


Dire encore
Le poème liminaire de « ALH », « Dis encore cela » et les poèmes de la première partie de la suite (77-82) poursuivent le débat sur la poésie entamé dans « CB » mais aux doutes et aux critiques succèdent l’affirmation d’une volonté de continuer à « dire », malgré la menace de la mort. L’écriture devient une réponse à cette menace : « Dis encore cela patiemment, plus patiemment / ou avec fureur, mais dis encore, / en défi aux bourreaux, dis cela, essaie, sous l’étrivière du temps. » (71) La série des impératifs montre la persévérance de Jaccottet, son refus de céder au silence, plus stérile et dangereux finalement qu’une poésie même défectueuse. La suite du poème développe de manière métaphorique l’idée selon laquelle même fragile, la poésie pourrait laisser une trace, formuler un message qui résisterait à la destruction. Ici, la parole poétique est assimilée à un « cri », qui n’est pas qu’un cri de détresse : c’est aussi un cri qui manifeste le sursaut du poète, qui décide de poursuivre sa tâche en dépit des coups du « bourreau ».

Le poème p. 77-78 manifeste le refus de la résignation : « Et néanmoins je dis encore » (on commentera la tournure « et néanmoins », en précisant que Jaccottet en a fait le titre d’un recueil de poème en 2001) ; «  en me forçant à parler, plus têtu / que l’enfant quand il grave avec peine son nom / sur la table d’école » ; « j’insiste ». La poésie est ici montrée comme un exercice difficile mais nécessaire. Elle requiert un effort, une opiniâtreté. Elle est difficile car Jaccottet est désormais privé de l’élan et de l’enthousiasme de la jeunesse et que d’autre part la poésie telle qu’il la conçoit a perdu la confiance et l’assurance qui caractérisaient l’expression lyrique traditionnelle, au moins jusqu’au Romantisme : elle n’est plus une parole inspirée par les dieux ou par les muses et le poète ne s’imagine plus investi d’un pouvoir singulier, comme le pensaient notamment les Romantiques. Il faut donc continuer à écrire « non plus porté par la course du sang, non plus ailé » mais « hors de tout enchantement » et traversé par les doutes, les incertitudes.
Le poète au travail
Jaccottet se montre aux prises avec les difficultés de l’écriture. La poésie ne coule pas de source, le poète n’est plus un inspiré. On a vu l’insistance de l’exhortation « dis » au début de la section, par laquelle Jaccottet s’encourage à poursuivre le travail. L’impératif « essaie » qui lui fait écho va dans le sens de cette représentation du poète au travail, confronté aux difficultés de l’écriture. L’image de « l’enfant » qui « grave son nom sur la table d’école » suggère que le travail d’écriture est laborieux et pénible et que ce qui est« gravé » – le poème – n’est pas exempt de maladresse. Il est difficile de trouver le « juste usage » des mots (82) et il faut accepter de « reprend(re) la page » jugée insatisfaisante, « avec des mots plus pauvres et plus justes » (89). Les efforts que Jaccottet réalise montrent qu’il accorde de la valeur à la poésie : c’est parce que la poésie est à nouveau perçue comme capable de transmettre une parole juste que Jaccottet lui consacre de la peine.


  1. Une approche apaisée de la parole poétique


Dans « ALH », Jaccottet assigne à la poésie la tâche de « dire » ce qui résiste au négatif : après la diction du deuil et de la « douleur » (79), il veut explorer ce « quelque chose » qui persiste à éclairer l’existence et redonne confiance. Voici en quels termes il présente les poèmes de cette section :

Avec la suite de poèmes intitulée A la lumière d’hiver, j’ai essayé de dire l’une des rencontres essentielles qui sont souvent à l’origine du travail poétique et qui restent un de mes rares biens. Il s’agissait, il fallait trouver le moyen de rendre sensible une sorte de redécouverte de la nuit, de l’espace et de l’air nocturnes, un étonnement profond d’être là, qu’être là fût possible, un instant de joie, une reconnaissance. (« A propos d’une suite de poèmes », in Une Transaction secrète, Gallimard, 1987)
Le monde sensible s’est à nouveau offert à Jaccottet sous un aspect apaisant : il a été saisi par la beauté de la nuit hivernale, en traversant son jardin. Pour traduire cette expérience, il a recours à la rêverie, qui se développe dans le poème p. 85-87 : la nuit d’hiver devient une belle femme d’ébène, passante admirable qui éveille à nouveau le poète au désir et à la joie.

La poésie reprend donc un aspect très lyrique dans la deuxième partie de la section. S’y manifeste une confiance retrouvée dans les vertus de la rêverie, des images poétiques. Elles ne sont plus perçues comme des écrans qui déforment la réalité ou comme des subterfuges pour fuir l’âpreté de l’expérience mais comme un moyen de recueillir la beauté éphémère et de reprendre confiance. De fait, on ne trouve plus trace de débat sur la poésie à partir de la deuxième partie de la section « ALH ». Aux doutes et aux questionnements sur la légitimité de la poésie a succédé une poésie à nouveau très lyrique, qui, grâce à la rêverie, retrouve une des voies d’expression privilégiées de Jaccottet.

1   2   3   4

similaire:

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconSon goût pour la culture française
«Dès l'âge de douze ans, et mes premiers poèmes ont été publiés dans des magazines de jeunesse». (2)

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconDanse contemporaine / points de vus et partis pris
«La pomme et l’escargot». dans l’ouvrage «Premiers poèmes pour toute ma vie. Apollinaire, Eluard, Prévert…les plus beaux poèmes du...

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» icon«Comment infinir ? Le sublime»
«académiques» sont en effet également des poèmes didactiques, des leçons sur la pédagogie

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconPour une approche patrimoniale de l’Histoire des Arts

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconTerme du début du XX. Ethno = études des peuples. Musicologie = référence...
«Ud»= existe des instruments non frété pour ne pas ajuster la hauteur des notes et d’autres avec frète pour arrêter les notes

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconArticle 1 Qu’est-ce que le design thinking?
«un mode d’application des outils de conception utilisés par les designers pour résoudre une problématique d’innovation, par une...

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconNotes de lecture sur les premiers chapitres de «Dichtung und Philosophie»
«lecture préparée» des quelques pages d’Homère que Monsieur Gérard Jeanneau m’a aimablement offert de placer sur son site

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconLe Saadien : Notes bibliographiques Une bonne nouvelle pour les lecteurs...
«el Aredj» : «le Boiteux» ou «el Mansour», «le Victorieux». Chacun peut porter plusieurs surnoms à la fois. Ici, pour éviter des...

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconPoète et poésie numeroter les poemes 8 + 7 = 15 heures
«Outils posés sur une table», «Poèmes pour la main droite», dans Formeries de Jean Tardieu

Notes pour une approche des premiers poèmes de «Leçons» iconNue Vous savez user des simples mots du langage pour en bâtir une...
«Urgence de la lumière, premiers éléments pour une po-éthique de Jacques Goorma», de Julien Hertz, Mémoire de Master de Lettres Modernes,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com