Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais





télécharger 112.26 Kb.
titreSéquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais
page1/3
date de publication31.05.2017
taille112.26 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3
1ère- Séquence 1 – Séance 2 : LA n°1 : Rabelais, Gargantua, « L’abbaye de Thélème », 1535


  • Polycopié sur l’humanisme

  • Présentation de Rabelais

  • Présentation de Gargantua (épopée d’un géant, fils de roi) > sur poly du texte

  • Analyse du texte

  • Prolongement : lecture de Thomas More


1ère- Séquence 1 – Séance 2 : LA n°1 : Rabelais, Gargantua, « L’abbaye de Thélème », 1535

RABELAIS (+/- 1494, La Devinière près de Chinon – 1553, Paris)
Fils d’un avocat aisé, il fait des études complètes : il devient moine et apprend le grec, puis il entame des études de droit, enfin renonce à la vie monastique pour suivre des études de médecine et devenir médecin.

C’est le type même de l’homme de la Renaissance : un humaniste qui correspond avec de grands savants de son temps (Guillaume Budé, Erasme…), qui est protégé par Marguerite de Navarre (sœur de François 1er) et qui fait trois voyages à Rome.

Sous le pseudonyme d’Alcofrybas Nasier (son anagramme), il publie :

  • 1532 : Pantagruel

  • 1534-1535 : Gargantua

  • 1546 : Tiers-Livre > la Sorbonne cherche à interdire ce livre car Rabelais est soupçonné de sympathies pour la Réforme protestante.

  • 1548 : Quart-Livre

Rabelais doit s’exiler en 1546 et n’est de retour en France qu’en 1553, soit un an avant sa mort.

GARGANTUA (1534-1535)
Ce roman raconte les aventures d’un géant, Gargantua, en mettant l’accent sur l’éducation du géant, inspirée des principes humanistes chers à l’auteur, puis raconte la victoire de ce dernier et de son père Grandgousier contre le roi Picrochole. Dans cette œuvre, Rabelais fait la satire de la culture et des institutions du Moyen-âge (école, justice, théologie) et prône les idées nouvelles de l’humanisme.
1ère- Séquence 1 – Séance 2 : LA n°1 : Rabelais, Gargantua, « L’abbaye de Thélème », 1535

RABELAIS (+/- 1494, La Devinière près de Chinon – 1553, Paris)
Fils d’un avocat aisé, il fait des études complètes : il devient moine et apprend le grec, puis il entame des études de droit, enfin renonce à la vie monastique pour suivre des études de médecine et devenir médecin.

C’est le type même de l’homme de la Renaissance : un humaniste qui correspond avec de grands savants de son temps (Guillaume Budé, Erasme…), qui est protégé par Marguerite de Navarre (sœur de François 1er) et qui fait trois voyages à Rome.

Sous le pseudonyme d’Alcofrybas Nasier (son anagramme), il publie :

  • 1532 : Pantagruel

  • 1534-1535 : Gargantua

  • 1546 : Tiers-Livre > la Sorbonne cherche à interdire ce livre car Rabelais est soupçonné de sympathies pour la Réforme protestante.

  • 1548 : Quart-Livre

Rabelais doit s’exiler en 1546 et n’est de retour en France qu’en 1553, soit un an avant sa mort.

GARGANTUA (1534-1535)
Ce roman raconte les aventures d’un géant, Gargantua, en mettant l’accent sur l’éducation du géant, inspirée des principes humanistes chers à l’auteur, puis raconte la victoire de ce dernier et de son père Grandgousier contre le roi Picrochole. Dans cette œuvre, Rabelais fait la satire de la culture et des institutions du Moyen-âge (école, justice, théologie) et prône les idées nouvelles de l’humanisme.


Aide à la compréhension du texte de Rabelais

1er § : résumez en une ou deux phrases le sens de ce paragraphe :


2e § : quelle est la seule règle existant à l’intérieur de l’abbaye ?

Après avoir énoncé cette règle, le narrateur explique les raisons pour lesquelles les habitants de Thélème sont capables de ne pas mal se comporter, donc de ne pas enfreindre cette règle : reformulez cette explication avec vos propres mots.


3e § : sur quel comportement collectif des Thélémites ce paragraphe insiste-t-il ? au cours de quelles activités différentes se comportent-ils ainsi ?

4e § : quels sont les trois sujets abordés par ce paragraphe ?
Vocabulaire utile


Franc arbitre (= libre arbitre) : liberté de décision


Fais ce que voudras = fais ce que TU voudras (le sujet du verbe n’est pas obligatoire dans la langue du XVIe siècle)

Bien nés : nobles
Bien instruits : bien éduqués
Conversant en compagnie honnête: qui discutent avec des gens dignes d’estime
Qui les pousse à faits vertueux : qui les pousse à faire de bonnes actions
La vertu : qualité morale qui pousse à faire le bien, perfection morale.
Déposer  qqc : mettre un terme à qqc.

Allons à l’ébat aux champs : allons nous détendre et courir dans les champs.

Preux : courageux (même famille que « prouesse »).
Galants : courtois.

5e § : quel est le thème de ce paragraphe ? comment est décrite la vie menée par les anciens habitants de Thélème ?

Remuant : qui remue, qui bouge.
Mignonnes : jolies, élégantes.
Fâcheuses : désagréables.
Doctes : expertes.

Par cette raison : c’est pourquoi…
Aucun d’icelle abbaye : un homme de cette abbaye.

1ère- Séquence 1 – Séance 2 : LA n°1 : Rabelais, Gargantua, « L’abbaye de Thélème », 1535

Problématique : quel but Rabelais poursuit-il à travers la description de cette abbaye utopique ?

  1. Une société idéale

  1. Une abbaye où règne la liberté


Explication : ses habitants, les Thélémites, sont des personnes vertueuses (moralement parfaites).


  1. Une société cultivée et raffinée



  1. Une société où les relations humaines sont harmonieuses

Transition entre I et II :


  1. Les fonctions de l’utopie




  1. Critiquer l’ordre religieux existant, hérité du Moyen-âge



  1. Valoriser les principes humanistes

1ère- Séquence 1 – Séance 2 : LA n°1 : Rabelais, Gargantua, « L’abbaye de Thélème », 1535
Intro

  1. Une abbaye où règne la liberté




  1. Une seule règle : l’absence de règle

  • L.1 : opposition établie entre la loi et la volonté individuelle : mise en valeur des expressions « vouloir » et « franc arbitre » > rappel nom abbaye : »thélème » = « Bon vouloir »

  • Idée dvlpée par chp lexical de la liberté : « gens libères »(9), « liberté » (16), « libère » (30)

  • Subordonnées de temps + parallélisme (4 ; 2-3) > abbaye en opposition totale aux abbayes traditionnelles régies par des horaires stricts à respecter

  • Procédés d’insistance + parallélisme : « nul ne les éveillait »/ »nul ne les parforçait »

  • Principe paradoxal au fondement de l’abbaye mis en valeur par le blanc : « fais ce que voudras » < impératif dc ordre VS futur indicatif dc absence de limite temporelle au désir individuel

  • Activités oisives : verbes d’action qui privilégient biens du corps>travail

  • Abbaye = un lieu ouvert, dt on peut sortir quand on le souhaite (dernier §)

  • Mais cela ne risque-t-il pas de tourner à l’anarchie ?




  1. La vertu naturelle des Thélémites

  • 2e § : « parce que » > explication

  • Th = un lieu sélectif > Thélémites « bien nés » (9) + « honneur »(11) : des aristocrates, dc une élite dt les valeurs la poussent à faire le bien + « bien instruits » (9) : qualités de naissance doublées par bonne éducation > possèdent une vertu naturelle (11)

  • Présent de vérité générale : propos d’ordre psychologique tenus par le narrateur = moins on est libre, plus on cherche à se libérer et plus on agit mal (chp lex de la soumission et du mal)




  1. Une société idéale




  1. Une société cultivée et raffinée

  1. Savoirs :

  • Accumulation d’infinitifs : insistance sur l’étendue des savoirs des Thélémites

  • Polyglottes : ouverts sur le monde

  • Maîtrise des arts : chant et musique

  • Hommes et femmes dotés de savoirs-faires propres à leur sexe :

  • Activités équestres pour hommes (en vue de la guerre)

  • Activités domestiques pour femmes (tenue du foyer)

  1. Raffinement et richesse :

  • Beauté des montures

  • Richesse des habits et diversité des oiseaux

  • « Propres » (28)

  • Une société cultivée et raffinée comme celle de la cour, qui se livre aux mêmes activités qu’à la cour

  1. Eloge : hyperboles, répétitions, accumulations




  1. Des relations sociales harmonieuses

  • 3e § : parallélismes qui insistent sur l’harmonie existant entre l’individu et la collectivité (« si quelqu’un ou quelqu’une disait… tous… »)

  • Lieu mixte où on constate une complémentarité hommes-femmes à la chasse notamment, qui peut déboucher sur des mariages heureux (fin 5e §)

  • Relations placées sous le signe de la religion : chants (25), « dévotion » (35)




  1. Les fonctions de l’utopie




  1. Critiquer l’ordre religieux existant, hérité du Moyen-âge

Traditionnellement, abbaye = lieu austère, lieu de renoncement au désir et aux biens terrestres ; 3 vœux prononcés à l’entrée : obéissance, chasteté et pauvreté.

Or ici : liberté, communauté des sexes et richesse !

  • Créer une anti-abbaye pour critiquer les abbayes existantes ; Rabelais, écrivain fantaisiste, s’amuse à imaginer un lieu religieux moins austère et plus ouvert : dimension comique aussi




  1. Valoriser les principes humanistes : les bienfaits de l’éducation

Juvénal, Satires : « Mens sana in corpore sano »

  • Soins du corps : activités sportives

  • Soins de l’esprit : activités intellectuelles, soif de savoir > mettre en évidence la nécessité de l’éducation pour développer les qualités morales de l’homme

  • Vie en société pacifique et vertueuse > volonté de concilier la pratique de la religion et la nature humaine

Mais ambiguïté : liberté possible si uniformité de décision et d’action ?
Ccl

1ère- Séquence 1 – Séance 3 : LA n°2 : Voltaire, Candide, « Eldorado», 1759



  • Présentation des Lumières :

Au tableau : faire une rapide frise sur les mvts/siècle et y intégrer les éléments suivants :

  • Le contexte historique :

1715 : mort de Louis XIV et début du mouvement des Lumières.

1750-1762 : apogée du mouvement sous Louis XV (1715-1774) avec la publication de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

A partir de 1762 : les idées des Lumières sont diffusées dans une large partie de la population alors que jusque-là elles n’étaient connues que par l’élite.

  • Définition du mouvement des « Lumières » et de sa « philosophie »

  • Le nom « Lumières » est une métaphore utilisée pour désigner le mouvement intellectuel qui naît en Europe au XVIIIe siècle. Cette métaphore évoque le passage de l’obscurité de la nuit à la lumière d’un jour nouveau, c’est-à-dire d’une société qui repose sur la tradition et la référence aux textes sacrés à une société qui privilégie la connaissance rationnelle et l’esprit critique.(cf E. Kant, Qu’est-ce que les Lumières ? :« Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières »)

  • La philosophie des Lumières ne constitue pas un système de pensée élaboré par un seul auteur mais c’est un mouvement qui regroupe des intellectuels de formations diverses et partageant des valeurs communes. Les collaborateurs de l’Encyclopédie par exemple viennent de tous les horizons : d’Alembert est mathématicien, Buffon biologiste, Montesquieu juriste, Voltaire, Diderot sont avant tout des écrivains.

  • D’après l’Encyclopédie, on peut définir le « philosophe » des Lumières comme un homme qui ne se fie qu’à sa raison, qui s’intéresse aux progrès scientifiques et techniques, qui aime vivre en société et qui se met au service de celle-ci : c’est en effet un écrivain militant, engagé dans différents domaines (religion, politique…).


Lecture complémentaire du polycopié.
Monarque/despote éclairé : roi qui gouverne selon la raison, en mettant en œuvre les idées philosophiques qui naissent à son époque (correspondance avec les philosophes : Voltaire/Frédéric II).

  • Présentation de Voltaire

Jansénisme < St Augustin : seul Dieu décide à qui il accorde sa grâce qui permet à l’homme d’atteindre le salut. Pas de liberté humaine : l’homme, sans l’aide de Dieu, n’est capable que de faire le mal ; c’est l’action de Dieu qui peut seule l’amener à faire le bien de manière irrésistible.

  • Présentation de Candide et définition du registre merveilleux

Dans un texte relavant du registre merveilleux, le personnage confronté à la présence de phénomènes surnaturels ne s’en étonne pas. Le merveilleux propose au lecteur un monde féerique où rien ne doit l'étonner.

  • Analyse du texte

1ère- Séquence 1 – Séance 3 : LA n°2 : Voltaire, Candide, « Eldorado», 1759
VOLTAIRE (François-Marie AROUET, dit ; 1694-1778)
C’est un écrivain et philosophe issu d’un milieu aisé et janséniste.

Dès 1716, il doit s’exiler à la suite d’écrits satiriques contre le Régent, puis il est enfermé à la Bastille, ce qui se reproduira et le contraindra à s’exiler en Angleterre.

En 1744, la chance tourne à son avantage : il est protégé par Mme de Pompadour (favorite de Louis XV) et devient historiographe du roi, académicien et poète officiel. Mais Louis XV ne l’aime pas et le disgracie (Voltaire transposera ses mésaventures dans une fiction, Zadig).

De 1750 à 1753, il séjourne à Berlin, à l’invitation du souverain Frédéric II, en qui il voit un monarque éclairé. Mais leur entente est de courte durée. Interdit de séjour à Paris, Voltaire se réfugie en Suisse, à Ferney.

En 1778, il effectue un retour triomphal à Paris, où il meurt.
Il a écrit, entre autres :

  • Une épopée : La Henriade (1728)

  • Des tragédies : Zaïre (1732)

Mais il est surtout connu pour ses ouvrages philosophiques :

  • Des lettres philosophiques (1734)

  • Participation à la rédaction de l’Encyclopédie (avec Diderot et d’Alembert, 1757)

  • Candide ou l’Optimisme (1759)

  • Traité sur la tolérance (1763)

  • L’Ingénu (1767)


  1   2   3

similaire:

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconSéance 1 2 Séance 2 3 Séance 3 8 Séance 4 11 Séance 1
«…je vous le défends de telle sorte que s’il vous arrive de l’ouvrir, IL n’y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère.» Page...

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconSeance n°1 sequence n°1

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconSéquence 4 – Séance 1 : la n°1 : «Le Buffet» d’Arthur Rimbaud

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconProjet 03 : Séquence 1 : 1ère Séance Fiche 01

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconProjet 3 Séquence 3 1er Séance Durée 45mn Fiche 1

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconSeance n°1 sequence n°1
«tu». Le poème est un hommage à sa beauté et en même temps, la paysanne continue à vivre à travers l’écriture

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconQuatrieme support
«su hermosura es sobrehumana». Le professeur peut introduire alors la notion de métaphore qui nuancera la notion de comparaison abordée...

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconRabelais

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconLc séquence Poésie et modernité au xixe siècle Séance 1 : la tradition...

Séquence 1 – Séance 2 : la n°1 : Rabelais iconSéquence n°5 : La Poésie Lyrique f séance 5
«Les deux yeux fermés» : quel sens prend le relais de la vue poru le poète ? Appuyez votre réponse sur deux passages du poème





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com