«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.»





télécharger 1.49 Mb.
titre«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.»
page1/29
date de publication26.11.2019
taille1.49 Mb.
typeDocumentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29


NGOUEMBE Ahmed
بسم ﷲ ألرحمن ﺃلريم
« Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez. » , Le Saint Coran, Sourate La Vache, Verset 42

L'ISLAM
« L'INSTITUTION DE DIEU

POUR LAQUELLE IL A CREE LES HOMMES »


« Elève donc ton front vers la religion orthodoxe, qui est l'institution de Dieu, pour laquelle Il a crée les hommes. La création de Dieu ne peut supporter aucun changement. C'est une religion immuable, mais la plupart des hommes ne l'entendent pas. »
( Le Saint Coran, Sourate Les Byzantins (ou Les Grecs), Verset 29 )
« Oui, la religion aux yeux de Dieu, c'est la Soumission. Ceux à qui le Livre a été apporté ne se sont disputés, rebelles les uns les autres, qu'après que science leur fut venue. Et quiconque mécroit aux signes de Dieu...alors Dieu est prompt à prendre compte ! »
( Le Saint Coran, Sourate La Famille d'Amran, Verset 19 )


« Moi, je ne peux rien faire par moi-même : selon ce que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. »
(La Bible, Selon Jean 5 : 30 )
«  Vous avez entendu que je vous ai dit : je m’en vais et je reviendrai vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouirez de ce que je vais vers le Père, car le Père est plus grand que moi. »
( La Bible, Evangile Selon Jean, 14 : :28 )
« Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel et dit:

Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie,
Selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il donne la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.
Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.
( La Bible, Evangile Selon Jean, 17 :1-3 )


« Au Nom de Dieu le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

(بسم ﷲ ألرحمن ﺃلريم )
Je termine ce livre au moment où se déclenche

l’invasion américaine de l’Irak.
«Qu’Allah ait pitié des vrais croyants et,

qu’Il les compte parmi les repentants et les purifiés.»
J’avais décidé depuis longtemps de terminer le chapitre « VOICI LE CHEMIN » de ce merveilleux livre « Jalons sur la route de l’Islam », écrit par le martyr de l’Islam, l’égyptien Sayyed Kutb. Mais, à cause du martyr que les impies coalisés ont décidé, une fois de plus, de faire subir aux habitants de la sainte terre de la Mésopotamie, avec l’aide de leurs valets qui ont la prétention d’être des serviteurs de Dieu, ces hypocrites qui ne trompent que les ignorants, comme ils se trompent eux-mêmes, j’ai dû me résoudre à le ramener ici, au tout début de ce livre. Car, la croisade que les impies coalisés avec certains hypocrites musulmans mènent actuellement en Mésopotamie doit être considérée comme l’une des épisodes les plus sombres de l’histoire contemporaine des gens qui se disent musulmans, non pas parce que le conflit que les impies coalisés avec certains hypocrites musulmans ont déclenché contre le régime irakien serait un conflit déclenché contre l’Islam, je ne voudrai pas qu’on me prête une telle pensée de mécréant, et si tel est le cas, Dieu est mon seul refuge, mais surtout, parce que des musulmans se sont autorisés à se coaliser avec les impies et que leurs frères parmi ceux qui croient qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Muhammad est Son Envoyé Messager trouvent la mort par les mains de leur coalition avec les impies.
Si certains pouvaient encore douter, par ces événements qui resteront d’actualité dans l’histoire de l’Islam contemporain, Dieu, que Son Nom soit exalté, montre à ceux qui croient Le tromper, qu’en réalité, ils ont déjà quitté Son chemin droit : la Mésopotamie, la terre de Dieu, celle d’Abraham (paix sur lui), livrée aux mains impies par ceux-là mêmes qui se revendiquent de Dieu ? Quelle récompense ceux qui se disent musulmans au Koweït, au Qatar, en Arabie Saoudite, en Jordanie, j’en passe, eux qui trouvent leur plaisir dans la douleur de leurs frères d’Irak, peuvent attendre de Dieu le Très Haut, alors qu’ils ont ouvert les portes de la terre de Dieu aux impies, si ce n’est qu’Il les fasse croître en mécréance ? Qu’est ce que ces gens peuvent attendre de Dieu, si ce n’est qu’Il les pousse par la nuque dans le feu de l’enfer d’ou ils demeureront éternellement ?
Peut-on se permettre de penser à un châtiment collectif pour les impies et pour les hypocrites ?
Quoi qu’il en soit, Dieu les conduira tous en enfer d’ou ils demeureront éternellement, parce que, leur Islam n’est plus la religion d’Abraham (paix sur lui), laquelle a été parachevée par Dieu lorsqu’ Il a envoyé Muhammad (bénédictions et salutations de Dieu sur lui) à l’humanité toute entière. Dieu, Très Haut a éloigné ces gens, très loin de Lui, au point où ils ont pris les impies pour protecteurs au lieu de Dieu, ils sont perdus.
On peut verser toutes les larmes sur ce qui se passe aujourd’hui en Irak, nous sommes le 4 Avril 2003, à 22h 10, et nous savons quelle est l’ampleur de la rigueur qui s’abat sur l’Irak, avec ces morts, ces mutilés, ces destructions sauvages, mais chacun de nous sait aussi que les mêmes américains et les mêmes britanniques qui massacrent les irakiens aujourd’hui étaient hier alliés au régime irakien qu’ils ont surarmé contre la révolution iranienne.
En réalité, si les avertissements que Dieu avait lancés aux gens avaient été suivis, la Mésopotamie n’aurait pas été livrée aux mains des impies. Quel que soit le dévoiement du régime irakien de Saddam Hussein, rien, en tout cas rien ne permet au koweitiens et aux autres de se coaliser avec les impies pour donner la mort aux irakiens ; un seul civil irakien qui tombe sous les bombes impies est déjà pour eux une occasion de chute.
Voici, en effet, ce que Dieu dit dans le Saint Coran en guise de mise en garde à l’endroit des croyants:
« Un croyant, qu’a-t-il à tuer un croyant, sauf par erreur ? Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors un esclave croyant, et remette à ses gens le prix du sang, sauf à eux d’en faire charité. Mais si le mort appartenait à un peuple ennemi de vous, lui-même étant croyant, qu’on affranchisse alors un esclave croyant. S’il appartenait à un peuple entre lequel et vous il y a un engagement qu’on verse alors à ses gens le prix du sang, et qu’on affranchisse un esclave croyant. Et pour qui ne trouve : alors un jeûne de deux mois d’affilée, à titre de repentance devant Dieu. Et Dieu demeure savant, sage.
Quiconque intentionnellement tue un croyant, sa récompense alors est la Géhenne, d’y demeurer éternellement. Et sur lui la colère de Dieu, ainsi que Sa malédiction, tandis qu’Il lui a préparé un énorme châtiment. »
(Sourate Les Femmes, Versets 92 et 93)
« Annonce aux hypocrites qu ‘en vérité il y a pour eux un châtiment douloureux :
eux qui prennent pour amis des mécréants au lieu des croyants. Est-ce la puissance qu’ils cherchent près d’eux ? Or en vérité la puissance appartient toute à Dieu. »
(Sourate Les Femmes, Versets 138 et 139)
« Ho, les croyants ! Ne prenez pas pour amis des mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Dieu une évidente autorité contre vous ? »
(Sourate Les Femmes, Verset 144)
« Ho, les croyants ! Ne prenez pas pour ami les juifs et les Nazaréens : ils sont amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis, eh bien oui, il est des leurs. Non, Dieu ne guide pas le peuple prévaricateur. »
(Sourate Plateau Servi, Verset 51)
«  Ho, les croyants ! Ne prenez pas de confidents au dehors : ils ne failliraient pas à vous perdre ; ils désireraient que vous soyez accablés. La haine certes leur sort de la bouche, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons des signes, si vous comprenez.
Vous les aimez, alors qu’ils ne vous aiment pas ; et vous ajoutez foi à la Prescription tout entière. Et lorsqu’ils vous rencontrent, ils disent « nous croyons » ; et une fois seuls, de rage contre vous ils se mordent les doigts. – Dis : « Mourrez de rage ! » En vérité Dieu connaît fort bien le contenu des poitrines.
« Ho, les croyants ! Craignez Dieu comme Il se doit craindre ; et jamais ne mourrez, que vous ne soyez Soumis.
Et cramponnez-vous ensemble au câble de Dieu ; et ne soyez pas divisés ; et rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs ; puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. »
( Le Saint Coran, Sourate La Famille d’Amran, Versets 102 à 103 )
Que les renégats jurent qu’Allah n’a pas dit cela.
Qu’ils jurent pour cela, et s’ils pensent qu’ils sont véridiques, que nous appelons la malédiction de Dieu sur celui qui ment et sur sa famille.
Ils ont pris les impies pour maîtres, et ont légitimé les décisions de l’ONU, comme s’ils avaient reçu de Dieu une permission de le faire, alors qu’Il a dit:
« Est-ce donc le jugement de l’ignorance qu’ils cherchent ? Qu’y a-t-il de meilleur que Dieu, en matière de jugement, pour le peuple qui croit avec certitude ? »
(Sourate le Plateau Servi, Verset 50).
Dieu, qu’Il soit béni par Lui-même, connait parfaitement ceux qui épaulent les impies dans leur croisade contre Sa Ils vous jureront qu’ils n’ont rien contre la religion d’Allah alors que leur langue ne profère que haine contre tout ce qui a trait à l’islam.
Qu’ils se tiennent donc bien,

Car Dieu Tout Puissant n’a pas fini de les éprouver.
Oui, quelle dure épreuve que la leur,

Eux à qui Muhammad (bénédictions et salutations de Dieu sur lui) a montré le chemin,

Mais qui s’en sont éloignés, enivrés par la richesse, les biens de la terre, l’illusion et l’obsession du pouvoir,
Triste illusion que celle qu’ils ont du pouvoir, alors qu’ils savent que le pouvoir n’appartient qu’à Dieu,
Mais, ont-ils véritablement cru que le pouvoir n’appartient qu’à Dieu ?

Non, en réalité, Non.
Et Dieu, Pureté et Grandeur à Lui,

Sur Son Trône, Il a déjà scellé leur sort :

Ils séjourneront en enfer d’où ils demeureront éternellement.
Peut-on dire que ces gens qui sont au Qatar et au Koweït et ailleurs, planifiant et exécutant l’assassinat des musulmans qui sont Irak, comme ils l’ont fait hier pour l’Iran, soient différents des gens de l’Ukhdûd dont parle Dieu dans la sourate Les Constellations ?
Dieu, Le Tout Puissant a donc permis que Sayyed Kutb écrive ceci :

VOICI LE CHEMIN
« Par le ciel aux constellations !
Et par le jour promis !
Et par le témoin et ce dont on témoigne !
A mort les gens de l’Ukhdûd,
(Notes : Ukhdoud désigne un endroit sur la frontière du Yémen et de l’Arabie Saoudite (litter: fossé long). Un roi juif du Yémen, un usurpateur, avait persécuté au VI è siècle les chrétiens de son pays, et brûlé vifs ceux qui ne voulaient pas embrasser le judaïsme. Quelques uns échappèrent à la mort, et se plaignirent auprès de l’empereur byzantin et du Négus. Ce dernier envoya une expédition punitive, et après quelques revers tua Dhou Nuwâs, le roi juif et annexa le Yémen et l’Abyssinie. Le Calife Omar y construisit une grande mosquée pour honorer les martyrs chrétiens : et les voyageurs modernes, Lippens par exemple, en ont longuement parlé. Par la suite, les Abyssins envahirent également la Mecque. )
du feu plein de combustible !
Tandis qu’ils faisaient aux croyants à qui ils ne reprochaient que d’avoir cru en Dieu, le Puissant, le Digne de louange.
Celui-là même à qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Alors que Dieu est témoin de tout !
Oui, ceux qui tentent les croyants et les croyants puis ne se repentent pas, à eux alors le châtiment de la Géhenne, et à eux alors le châtiment de la Géhenne, et à eux le châtiment de l’Enfer-Haric.
Oui, ceux qui croient, et font œuvres bonnes, à eux les jardins sous quoi coulent les ruisseaux. Voilà le grand succès !
Oui, c’est lui le Pardonneur, l’Aimant. Le Maître du Trône, le Glorieux, Grand faiseur de tout ce qu’Il veut.
(Sourate Les Constellations, Versets de 1-16)
L’histoire des gens de (l’Ukhdûd) citée dans la sourate « les constellations » est une vérité digne de contemplation de la part de tous ceux qui appellent à la religion de Dieu en tout temps et tous lieux. Le style par lequel le Saint Coran a cité les constellations, sa préface, les commentaires, les décisions et les exhortations qui y sont incluses tracent une profonde ligne dans la définition de la nature de l’appel à la religion de Dieu, le rôle des êtres dans le sens le plus large. Cet appel a en effet un contexte plus étendu que toute la terre dans l’espace et plus loin que la vie d’ici-bas dans le temps.
Le Coran traçait par ses différentes recommandations aux croyants les jalons sur le chemin et les préparait à recevoir ses suppositions que contenait le destin tracé selon la sage volonté divine.
Ce fut l’histoire de gens qui ont cru à leur Seigneur et ont déclaré la véracité de leur foi et ils furent ensuite la cible d’ennemis terribles qui piétinaient le droit de (l’homme) dans son libre choix de la vérité et de la foi de Dieu, Le Très Haut, et jouissaient de la souffrance de ces croyants qui purent relever leur foi et l’emporter sur les représailles et sur la vie. Les injustes rebelles ne purent vaincre et les croyants n’abandonnèrent pas leur foi, malgré le supplice du feu jusqu’à la mort.
Ces cœurs ont pu se libérer de la domination de la vie, ainsi ne se sont-ils pas sacrifiés sous cette forme atroce de souffrance et ne se sont-ils pas libérés de tous les liens qui les attachent à la terre ; ils ont pu se relever de toutes les contingences de la vie par la foi.
Il y en avait, à l’opposé de ces grands cœurs charitables, des terribles et ignobles malhonnêtes qui se régalèrent du spectacle de souffrance des croyants dans le feu ; que le brûlé soit mâle ou femelle, jeune ou âgé, cela provoquait la même extase chez ces vils instincts et ces ignobles créatures ! qui dépassèrent et de très loin la rapacité et la sauvagerie animale ; car l’animal attaque sa proie pour se nourrir et non pour se réjouir de sa souffrance avec bassesse.
Ce fut l’événement qui permit aux croyants de se relever de toutes les contingences de la vie et d’avoir un unique honneur dans tous les temps et à travers toutes les générations.
D’après les gens de la terre, l’injustice paraît l’emporter sur la foi. Et que la foi qui a atteint un haut niveau chez ces pieux gens généreux et vénérables n’a ni poids ni valeur dans la bataille qui s’est déroulée entre la foi et l’injustice !
Les récits relatant cet événement, ainsi que les textes coraniques n’ont pas signalé si Dieu a puni les auteurs de cette criminelle atrocité comme ce fut le cas du peuple de Noé, du peuple de Houd, du peuple de Salah, du peuple de Chouïb, et du peuple de Louth, ou bien comme ce fut le cas avec Pharaon et son armée.
Pour les gens de la terre, la conclusion de cet événement est regrettable ! Un tel aboutissement est-il équitable ? Est-il juste que le groupe qui a atteint un niveau supérieur de la foi puisse avoir un pareil sort ? Alors que les injustes malfaiteurs échappent à toute punition ?
Mais le Saint Coran enseigne aux croyants d’autres principes et les éclaire sur la nature des valeurs avec lesquelles ils doivent mesurer les choses et sur la lutte qu’ils doivent entreprendre.
La vie et tout ce qu’elle comporte de plaisirs et de souffrances, de biens et de privations n’est pas l’essentiel dans la balance des valeurs ; elle n’est pas non plus le produit qui décide du gain ou de la perte. La victoire n’est pas toujours le salaire de celui qui gagne apparemment la bataille ; il n’y a là qu’une des différentes formes de la victoire.
La plus grande des valeurs chez le Seigneur est la victoire de l’âme sur la matière, la victoire de la foi sur la souffrance, et la victoire de la foi sur les passions… Dans le récit des gens d’El-Oukhdoud les âmes des croyants l’ont emporté sur les attirances de la terre et de la vie, elles ont emporté une victoire qui honore l’humanité entière dans tous les temps et c’est cela réellement la vraie victoire.
Tous les gens sont mortels, mais la raison de leur mort diffère d’une personne à une autre, mais tous les gens ne peuvent s’élever à ce niveau et ne peuvent se libérer ainsi, mais tout cela est possible avec la volonté de Dieu qui a choisi ce groupe et l’a ainsi honoré dans la terre, comme dans le plus haut des firmaments à l’exception des autres gens.

Les croyants pouvaient avoir la voir la vie sauve en contrepartie de leur défaite de foi. Mais s’ils avaient agi ainsi auraient-ils gagné ? S’ils avaient condamné la foi, que serait la vie ? Une atrocité sans liberté ? et à quel niveau se serait-elle abaissée lorsque les tyrans auraient dominé les âmes après les corps ?
Il y a là un sens très grand et très élevé qu’ont gagné les croyants alors qu’ils étaient encore ici-bas, lorsque leurs corps touchèrent les brasiers de feu et se consumèrent ensuite, c’est ce sens qui a finalement prévalu !
La bataille ne se limitait pas uniquement à la terre, ni à la vie d’ici-bas et ses spectateurs ne se forment pas d’une seule génération, les anges célestes observent eux aussi ce qui se passe ici-bas et l’estiment à sa juste valeur. Et après tout cela il y a la vie de l’au-delà qui est un horizon qui est considéré comme le complément de la vie et le croyant ne quitte pas ce sentiment à tous les instants de sa vie.
Le combat n’est donc pas terminé et le moment de son vrai aboutissement n’est pas arrivé encore et on ne peut décider jusqu’à maintenant de ce que peut valoir la première partie du combat, car cette partie est la moins importante et la moins valeureuse.
La première vue est une vue au champ d’horizon très limité, et seul l’homme précipité peut commettre l’erreur d’y succomber, quant à la vue profonde que le Coran a habitué les croyants à suivre, c’est elle qui présente la vérité sur laquelle se base la vraie conception de la foi islamique.
Et c’est ainsi que Dieu, Le Très Haut, a promis la tranquillité de cœur aux croyants comme récompense pour leur foi, leur obéissance, leur patience en supportant le mal et la victoire sur les épreuves de la vie. « Ceux qui croient dans les cœurs se tranquillisent au Rappel de Dieu. Les cœurs se tranquillisent, n’est-ce pas au Rappel de Dieu ? »
(Sourate Le Tonnerre, Verset 28)
« Oui, ceux qui croient, et font œuvre bonne, Le Très Miséricordieux leur assigne de l’amour »
(Sourate Marie, Verset 96)
L’Envoyé-Messager de Dieu a dit : « Lorsqu’il arrive qu’un homme perd un enfant, Dieu dit Ses anges : « Vous avez pris l’enfant de Ma créature ? Les anges répondent : « Oui ». Il leur dit : « Vous avez pris le fruit de son cœur ». Et ils répondent : « Oui ». Il leur demande encore : « Qu’a dit ma créature ? ». Ils répondent : « Il vous a loué ». Alors Dieu dit : « Bâtissez pour Ma créature une demeure au paradis et nommez-là : la demeure des louanges (d’après Termadhi).
L’Envoyé-Messager de Dieu a dit : Dieu a dit : « Je suis toujours avec la créature qui se rappelle mon nom ; si elle se Le rappelle en elle-même ; Je Me la rappelle en Moi-même ; si elle cite Mon nom dans une réunion Je Me la rappelle en meilleure société ; si elle se rapproche de Moi d’environ cinq pouces, Je Me rapproche d’elle davantage ; si elle se rapproche de Moi plus ; Je Me rapproche d’elle encore plus ; si elle se rapproche de Moi en marchant, Je Me rapproche d’elle en courant ». (D’après Muslim et Bukhari). Ceci prouve les attentions des Anges célestes à l’égard des croyants ici-bas.
« Quant aux Porte-Trône et à ceux qui sont autour, ils chantent pureté par la Louange de leur Seigneur, croient en Lui, et implorent pardon pour ceux qui croient : « Seigneur ! Tu contiens toute chose en miséricorde de science. Pardonne donc à ceux qui se repentent et suive Ton sentier, et gardes-les du châtiment de l’Enfer-Jahîm »
(Sourate Le Pardonneur, Verset 7 )
Dieu a d’autre part promis une vie éternelle à ceux qui suivent Son sentier.
« Ne pense point morts ceux qui ont été tués dans le sentier de Dieu. Ils sont vivants, au contraire, auprès de leur seigneur, et bien pourvus, se réjouissent de ce que Dieu leur donne par Sa grâce. Et ils mandent, à ceux qui, restés derrière eux, ne les ont pas rejoints, cette bonne annonce : « Pas de crainte sur eux ; et point ne seront affligés ». Ils mandent d la bonne nouvelle d’un bienfait de Dieu, et d’une grâce, et : que Dieu, vraiment, ne laisse pas perdre le salaire des croyants ».
(Sourate La Famille d’Imran, Versets 169-171)
Dieu a toujours d’autre part mis en garde les mécréants et leur a réservé le châtiment qu’ils méritent dans l’au-delà ; parfois Il les a épargnés provisoirement ici-bas, d’autres fois ils eurent vite ce qu’ils méritaient. Mais ce qui les attend dans l’au-delà est pire encore :
« Ne te trompe point à ce que le mécréants sillonnent le pays à leur aise.
Piètre jouissance temporaire ! Puis leur refuge est la Géhenne. Et quel mauvais lit ! »
( La Famille d’Imran, Versets 196-197)

« Et ne compte point que Dieu soit inattentif à ce que font les prévaricateurs ; Rien d’autre en vérité : Il leur accorde un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront, tandis qu’ils courront craintifs, levant les têtes, de peur, les yeux révulsés et les cœurs vides ». 
( Sourate Abraham, Versets 42-43)
« Laisse-les donc patauger et jouer jusqu’à ce qu’ils rencontrent leur jour dont promesse leur est faite :
Le jour où ils sortiront des tombes, vite, comme s’ils courraient vers les poteaux.
Les yeux seront abaissés, l’avilissement les couvrira. Voilà le jour dont promesse leur est faite ! ».
( Sourate Les Escaliers, Versets 42-44 ) »
Ainsi, nul n’a besoin de dire à quel point la vie des gens est liée à celle des anges et à quel point l’ici-bas est lié à l’au-delà. La terre n’est pas le seul champ de bataille entre le bien et le mal, la vérité et le mensonge, la croyance et la rébellion. La vie d’ici-bas n’est point donc la seule partie où se joue cette bataille, de même tout ce qui est lié à la vie, qu’il s’agisse de plaisirs, de souffrances, de biens ou de privations n’ont plus ainsi de valeurs suprêmes.
L’horizon s’est élargi et le temps s’est prolongé, et les notions de valeurs et mesures ont pris un sens plus large et l’âme croyante a atteint sa suprême plénitude et la terre s’est amenuisée et a pris sa réelle proportion par rapport aux conceptions du croyant de la vie et des choses et le récit des gens d’El-Oukdoud illustre admirablement la grande notion du sens très large de cette conception de foi.
Il y a une autre lumière qui se dégage du récit des gens d’El-Oukdoud et de la Sourate « Les Escaliers », au sujet de la nature de l’appel à la religion de Dieu et l’attitude que devrait prendre le partisan de cet appel devant toute alternative.
L’histoire de l’Appel au sentier de Dieu a vu plusieurs catégories d’exemples de fin d’appels.
Cette histoire a vu la fin des peuples de Noé, de Houd, de Chouèb et de Loth ; toutefois une minorité de croyants a pu avoir la vie sauve. Il s’avère des cas énumérés que Dieu épargne parfois les mécréants ; d’autres fois. Il les punit ici-bas ; mais la plus grande partie de Sa punition est réservée dans l’au-delà.
Cette même histoire a vu la fin de Pharaon et de son armée, le secours accordé à Moïse et à son peuple. La fin des mécréants qui ont tenu tête à Mohammed l’Envoyé-Messager de Dieu et sa grande victoire sur eux et la victoire de la religion qu’il a révélée au monde.
Et pour la première fois, la méthode de Dieu fut appliquée aux gens d’une façon exacte et parfaite. Nous avons vu un autre exemple dans le récit de gens d’El-Oukdoud où les croyants rencontrent une punition non méritée et n’ont pu profiter du secours de Dieu, alors que des mécréants ont pu être épargnés ! Par

cet exemple Dieu a montré aux croyants qu’ils peuvent être appelés à affronter des situations difficiles en défendant la foi et la religion de Dieu. Il leur est demandé d’accomplir leur devoir et de continuer leur chemin en préférant la foi à la vie et c’est à Dieu de prendre la juste décision que ce soit à leur sujet ou au sujet des mécréants.
Les croyants sont les employés de Dieu et ils doivent accomplir leurs devoirs dans les conditions, les moments et les endroits que Dieu leur désigne et c’est à Lui seul qu’appartient la juste décision ! et à eux d’avoir la satisfaction ici. Quant à la récompense finale, elle leur est réservée dans l’au-delà. Ne leur suffit-il pas d’être les élus de Dieu ici-bas.
Le jugement de Dieu l’emporte sur toute situation, car il est le créateur de l’Univers, Il connaît ses moindres détails et il est le coordinateur de tous ses événements. Lui seul connaît les secrets de l’Univers, secrets qui n’échappent pas à la volonté divine.
Dieu nous éclaire sur le sens et la portée de certains événements qui ont échappé même à ceux qui vivaient à ces époques. Ces gens se demandaient pourquoi…pourquoi Seigneur cela arrive-t-il ? Cette question représente l’ignorance même que le croyant voudrait éviter, parce qu’il sait que la sagesse divine prime tout et l’emporte sur tout ; sa foi lui donne une satisfaction totale qui ne lui permet pas de se poser pareilles questions.
Il croit avec confiance et fidélité au processus fonctionnel du destin.
Le Saint Coran formait des cœurs dignes de porter la tâche qui leur est assignée. Ces cœurs doivent être durs, forts et non tendancieux à l’égard de toutes choses. Ils ne doivent aspirer qu’à l’amour de Dieu, Le Très Haut, sans attendre de récompense ; ils doivent affronter la souffrance, la privation et le sacrifice jusqu’à la mort. Ils ne doivent pas s’attendre à une récompense quelconque même si cette récompense n’est que la victoire de l’Islam et l’extermination finale des injuste et des mécréants.
Ces gens doivent donner sans attendre de récompense – n’importe quelle récompense – ils doivent attendre le jour de la résurrection pour la décision finale et la victoire de la justice sur l’injustice et ainsi ces cœurs peuvent mériter leur récompense.
Non pour satisfaire un besoin personnel, mais pour obéir et satisfaire Dieu, Le Très Haut. Ainsi tout cela n’est-il pas soumis à la volonté et au pouvoir divin.
Ceux qui veulent aller à la fin du chemin qu’a tracé Dieu doivent suivre ces Jalons : ils ne doivent pas prendre en considération les obstacles et les épines douloureuses qui se trouvent sur leur chemin. Et ils ne doivent pas s’attendre à aucune récompense pour les souffrances et les douleurs supportées. S’ils optaient pour cela, ils gagneraient et tout le reste serait minime par rapport à ce qu’ils auraient obtenu et toutes les souffrances seraient supportables dans le voyage d’ici-bas vers l’au-delà.
Le récit des gens d’El-Oukdoud fait allusion à une autre vérité représentée dans le verset : « Ils n’ont eu de haine à leur égard que parce qu’ils croient en Dieu, Le Très Haut ».
Il y a là un sens que doivent saisir tous ceux qui appellent à la religion de Dieu en tous temps et quelle que soit la génération.
Le combat entre les croyants et les mécréants est une bataille qui touche à la foi, et uniquement à la foi. L’envie que portent les mécréants aux croyants a toujours trait à la foi.
Il ne s’agit guère ni d’un conflit politique, ni économique, ni raciste. S’il en avait été ainsi, la solution aurait pu être trouvée.
Mais il s’agit d’une question de foi ou à l’opposé une question d’incroyance. Il s’agit d’être musulman ou idolâtre.
Les notables de l’idolâtrie n’ont-ils pas proposé au Prophète des fortunes importantes pour qu’il abandonne la mission dont Dieu l’a chargé.
Les ennemis de l’Islam essayeront de dévier le combat et de lui donner un autre sens. Un sens économique, politique ou raciste.
Mais, il est du devoir des croyants de ne pas se laisser-aller par la manœuvre. La réelle victoire ne peut être emportée que par le moyen de la foi et peu importe la forme que puisse revêtir cette victoire en dehors de ça, que ce soit par le moyen de l’élan spirituel, comme ce fut le cas des gens d’El-Oukdoud, ou par le moyen de la domination comme ce fut le cas de la première génération des musulmans.
Nous assistons aujourd’hui à l’une des manœuvres de la croisade internationale contre l’Islam qui voudrait dévier le sens de la bataille et falsifier l’histoire en prétendant que les guerres de croisade avaient un but colonialiste, alors qu’il serait vrai de dire et d’affirmer que le colonialisme a pour but la guerre de croisade ; mais vu les opposants et les forts adversaires, la guerre contre la foi islamique ne pu revêtir que la forme de colonialisme. Mais de très grands musulmans tels Salah Eddine El-Kardi et Tauran Chah El mamlouki, éléments qui ont oublié leur nationalité pour s’attacher fortement à leur foi ne purent que réaliser la victoire au nom et sous l’égide de la foi.
« Ils ne les persécutaient que pour leur foi en Dieu, le Puissant le Digne de Louange ».
(Sourate Les Constellations, Verset 9).
Que Dieu ait raison et que les intrigants et faiseurs de manœuvres aient tort ! »
Pendant que les bombes impies s’abattent sur la Mésopotamie et que coule le sang des croyants, les impies et les hypocrites musulmans peuvent se réjouir, parce qu’ils n’ont aucune connaissance de Dieu, car, s’ils connaissaient Dieu, ils auraient su qu’Il a dit à celui qui croit:
« 
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconSommaire
«je ne peux rien vous raconter de la guerre, nous n'en avons pas le droit. Ma lettre n'arriverait pas. Si on en revient, on en parlera....

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» icon“Et bien vous ne le savez pas ?” “Non” “Et bien c'est la salle fantôme du Tapis Rouge”

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconJ'essaie de me trouver en tant que personne
Non mais savez-vous qu'Ella Fitzgerald ne pouvait pas se produire au Mocambo parce qu'elle était noire ?

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconEtre Titulaire remplaçant
«Bonjour, je m'appelle mais je ne vous connais pas, alors vous allez me dire votre prénom, et pour que je m'en souvienne, je vais...

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconLe plus grand homme dans le royaume de dieu
«En vérité je vous le dis, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans...

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconProjet autour de L etude des fourmis progression 3 semaines
«Nous allons observer des fourmis pour comprendre leur mode de vie. J’ai caché sous ce morceau de tissu un dispositif avec des fourmis....

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconIque Savez vous ce qui est comique?

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconSavez-vous ce qui est comique ? une oie qui joue de la musique, un...

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconLa légitimité de l’inefficacité Eléments pour l’analyse des jeux d’acteurs dans l’environnement
«bonne conscience» et soit «dans son bon droit». Fréquemment la science et l'intérêt commun justifient l'administration alors que...

«Et n’enrobez pas de faux la vérité, ni ne cachez le droit, alors que vous savez.» iconAbsent excusé
«Il faut désigner un secrétaire de séance. Vous savez que, par tradition, le secrétaire de séance est souvent notre ami, premier...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com