Les textes poetiques littérature I





télécharger 14.82 Kb.
titreLes textes poetiques littérature I
date de publication30.04.2017
taille14.82 Kb.
typeLittérature
l.20-bal.com > littérature > Littérature
LES TEXTES POETIQUES Littérature I

Etudier la structure d’un poème : Organisation et Vocabulaire
Nous verrons tout au long de l’année scolaire que les poèmes sont très variés dans leur forme en fonction des auteurs qui les ont créés et de l’époque à laquelle ils ont été écrits …
Une strophe : ce sont des vers qui sont regroupés et qui peuvent rimer entre-eux. Une poésie peut être construite avec une seule strophe ou avec plusieurs strophes.

Dans l’extrait du poème « Ballade à la lune », il y a 11 strophes.
Un vers : c’est un ensemble de mots qui forme une ligne dans une strophe.
Dans le poème « Ballade à la lune », il y a 4 vers dans chacune des strophes. Les strophes qui possèdent 4 vers s’appellent des quatrains.
Les rimes : Ce sont des sons identiques que l’on trouve à la fin de certains vers dans une poésie.

Dans le poème « Ballade à la lune », nous avons colorié les rimes d’une même couleur
Le nombre de « pied » : c’est le nombre de syllabes qui compose un vers
Dans le poème « Ballade à la lune », Alfred de Musset a écrit des vers de «  6 » pieds (6 syllabes) et des vers court de « 2 pieds » (2 syllabes).
Dans la littérature et la poésie française, on trouve des vers avec un nombre de syllabes qui peut varier.

Mais le vers « classique »  de la langue française est « L’ALEXANDRIN » : c’est un vers qui possède 12 pieds.
« Demain dès l’aube à l’heure où blanchit la campagne  … »
« Comme je descendais des Fleuves impassibles … »
« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage »
Ballade à la lune (extrait)



C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?

Es-tu l'oeil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?

N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?




Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne
Coller sur mes carreaux
Ta corne
À travers les barreaux.

...

Et toujours rajeunie,
Tu seras du passant
Bénie,
Pleine lune ou croissant.


Comme un ours à la chaîne,
Toujours sous tes yeux bleus
Se traîne
L'océan montueux
Et qu'il vente ou qu'il neige
Moi-même, chaque soir,
Que fais-je,
Venant ici m'asseoir ?
Je viens voir à la brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.
d’Alfred de Musset

(1810 – 1857)

Ballade à la lune d’Alfred de Musset (1810 – 1857) : version intégrale



C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?

Es-tu l'oeil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?

N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?

Es-tu, je t'en soupçonne,
Le vieux cadran de fer
Qui sonne
L'heure aux damnés d'enfer ?

Sur ton front qui voyage.
Ce soir ont-ils compté
Quel âge
A leur éternité ?

Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne
Coller sur mes carreaux
Ta corne
À travers les barreaux.

Va, lune moribonde,
Le beau corps de Phébé
La blonde
Dans la mer est tombé.

Tu n'en es que la face
Et déjà, tout ridé,
S'efface
Ton front dépossédé.

Rends-nous la chasseresse,
Blanche, au sein virginal,
Qui presse
Quelque cerf matinal !



Oh ! sous le vert platane
Sous les frais coudriers,
Diane,
Et ses grands lévriers !

Le chevreau noir qui doute,
Pendu sur un rocher,
L'écoute,
L'écoute s'approcher.

Et, suivant leurs curées,
Par les vaux, par les blés,
Les prées,
Ses chiens s'en sont allés.

Oh ! le soir, dans la brise,
Phoebé, soeur d'Apollo,
Surprise
A l'ombre, un pied dans l'eau !

Phoebé qui, la nuit close,
Aux lèvres d'un berger
Se pose,
Comme un oiseau léger.

Lune, en notre mémoire,
De tes belles amours
L'histoire
T'embellira toujours.

Et toujours rajeunie,
Tu seras du passant
Bénie,
Pleine lune ou croissant.

T'aimera le vieux pâtre,
Seul, tandis qu'à ton front
D'albâtre
Ses dogues aboieront.

T'aimera le pilote
Dans son grand bâtiment,
Qui flotte,
Sous le clair firmament !

Et la fillette preste
Qui passe le buisson,
Pied leste,
En chantant sa chanson.

Comme un ours à la chaîne,
Toujours sous tes yeux bleus
Se traîne
L'océan montueux.




Et qu'il vente ou qu'il neige
Moi-même, chaque soir,
Que fais-je,
Venant ici m'asseoir ?
Je viens voir à la brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Peut-être quand déchante
Quelque pauvre mari,
Méchante,
De loin tu lui souris.

Dans sa douleur amère,
Quand au gendre béni
La mère
Livre la clef du nid,

Le pied dans sa pantoufle,
Voilà l'époux tout prêt
Qui souffle
Le bougeoir indiscret.

Au pudique hyménée
La vierge qui se croit
Menée,
Grelotte en son lit froid,

Mais monsieur tout en flamme
Commence à rudoyer
Madame,
Qui commence à crier.

'Ouf ! dit-il, je travaille,
Ma bonne, et ne fais rien
Qui vaille;
Tu ne te tiens pas bien.'

Et vite il se dépêche.
Mais quel démon caché
L'empêche
De commettre un péché ?

'Ah ! dit-il, prenons garde.
Quel témoin curieux
Regarde
Avec ces deux grands yeux ?'

Et c'est, dans la nuit brune,
Sur son clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

similaire:

Les textes poetiques littérature I iconCorpus- la pluie dans les textes poétiques

Les textes poetiques littérature I iconRencontre de jean-pierre simeon avec les eleves et les professeurs...
«lecture» (dire, mettre en scène certains textes de Siméon), d’un pôle «écriture»(écrire à la manière de Siméon ou s’inspirer de...

Les textes poetiques littérature I iconLittérature comparée : ufr «Textes et Sociétés»
«Textes et Sociétés», Bât. B2, salle B341 Tél. 01 49 40 68 16 Fax : 01 49 40 68 20. Courriel : secrétariat-master-litterature-francaise@univ-pari...

Les textes poetiques littérature I iconLexique Les textes poétiques
«Simple débordement des groupements de la phrase par rapport à ceux du mètre, sans mise en vedette d’aucun élément particulier.»...

Les textes poetiques littérature I iconArt du langage, visant à exprimer ou à suggérer par le rythme (surtout...
«Ecrire des textes poétiques sur les thèmes suivants : la démocratie, l’ouverture aux autres, la solidarité, l’école, l’amitié…»

Les textes poetiques littérature I iconEssais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)»
«essai(s)» dans les titres de recueils poétiques à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle

Les textes poetiques littérature I iconRésumé de la communication (Virginie Leroux) Travaux de Virginie...
«Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question», organisé par Jean-Charles Darmon (uvsq-ens) et le Centre...

Les textes poetiques littérature I iconL2 : Repérer des informations dans un texte Écriture des textes poétiques lyriques E2

Les textes poetiques littérature I iconI. De la didactique du français à la didactique de la littérature...
«conception étriquée de la littérature, qui la coupe du monde dans lequel on vit» (T. Todorov) et de donner du sens à la lecture...

Les textes poetiques littérature I iconLittérature à l’école Propositions de séances
«Lire seul (et écouter pour le cycle 2) des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de la littérature de jeunesse, adaptés...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com