A la découverte des littératures étrangères





télécharger 95.79 Kb.
titreA la découverte des littératures étrangères
page1/3
date de publication25.04.2017
taille95.79 Kb.
typeLittérature
l.20-bal.com > littérature > Littérature
  1   2   3
A la découverte des littératures étrangères


La Bibliothèque départementale a le plaisir de vous présenter une sélection d’une cinquantaine de titres de littérature étrangère traduite en français.

Cette sélection forcément subjective et loin de l’exhaustivité a été réalisée dans un souci de faire découvrir ou redécouvrir une littérature dans toute sa diversité et sa richesse en proposant des œuvres de qualité, trop souvent méconnues du public. Elle est constituée de classiques des différentes époques et courants littéraires, et propose également un panel représentatif de la production littéraire contemporaine. Certains auteurs ont été volontairement écartés parce que déjà largement présents dans nos bibliothèques, d’autres moins connus mais tout aussi passionnants ont trouvé naturellement leur place dans cette sélection.
Nous mettons ces ouvrages à votre disposition ; à vous de les promouvoir, de les conseiller, de les prêter pour le plus grand plaisir de vos lecteurs.
 


LITTERATURE AMERICAINE

La littérature des Etats-Unis d’Amérique, pays jeune, vaste et métissé, présente ruptures et contrastes. A l’origine influencée par la langue anglaise et l’Europe, elle se singularise par une langue hybride, littéraire et parlée, donnant une large place aux dialectes. L’imaginaire puise à la source du voyage et se fonde sur la conquête mythique de l’Ouest. Si la frontière disparaît, fin XIXe, l’inspiration demeure. Dans un espace qui a cessé de reculer, la route, thématique récurrente, invite à l’évasion ou à une nouvelle vie.

Dès lors, la dimension spatiale de la littérature est initiée. L’Ouest est illustré par les chercheurs d’or, les aventuriers. Les écrivains du Montana exaltent la nature et les valeurs viriles. Le Sud représente longtemps l’Amérique des loosers, rurale et esclavagiste.

La littérature témoigne de disparités entre Ouest sauvage et Est civilisé, Amérique marginale et branchée, ruraux et citadins (il existe une véritable littérature de la ville), Amérique misérable et prospère.

La littérature interroge également l’identité d’une Amérique ethnicisée. Les écrivains afro-américains dénoncent des inégalités frappantes, les Indiens évoquent leurs traditions et les souffrances causées par les Blancs, les Juifs essaient de trouver un équilibre entre leurs valeurs et le mode de vie américain…

Enfin, de nombreux écrivains ont remis en cause les valeurs de leur pays : la Génération Perdue doute, la Beat Generation s’illustre dans la contestation politique, économique et sociale, d’autres dénoncent la démocratie et l’impérialisme américains.

Moon Palace – (1989)

AUSTER, Paul [1947-…]

Actes sud, 2000

Marco Stanley Fogg, le narrateur, voyage de New York au Grand Canyon, à la recherche de son père. Quête d’identité, exploration de la solitude, parcours fertile en paysages fantastiques et personnages hors du commun, ce roman d’aventures interroge aussi la littérature. P. Auster, avec un style dépouillé et une architecture narrative complexe, convoque une Amérique mythique pour ce voyage initiatique.
La conversion – (1952)

BALDWIN, James [1924-1987]

Rivages, 2004

Dans ce premier roman truffé de références bibliques, J. Baldwin, élevé par un pasteur, évoque la vie d’une petite communauté noire de Harlem rythmée par les prêches, les prières et les gospels. Dans le sillage du prédicateur et de son fils « noir, laid, illégitime », au gré des souvenirs des uns et des autres, il décrit la condition des Noirs avec une sincérité désarmante.
American darling – (2005)

BANKS, Russell [1940-…]

Actes sud, 2000

Ce roman décrit le parcours atypique d’une Américaine : jeunesse aisée, engagement contestataire et même terroriste puis fuite au Libéria. Epouse rangée puis mère, elle laisse ses enfants pour fuir la guerre civile. Son retour au Libéria amorce le récit. R. Banks dévoile l’histoire méconnue du Libéria depuis les années 60, tout en dénonçant l’impérialisme américain, créant un bouleversant affrontement entre Histoire et fiction. La complexité de l’héroïne, rattrapée par la mauvaise conscience, confère au roman toute sa force.
Le livre de Yaak : chroniques du Montana – (1996)

BASS, Rick [1958-…]

Gallmeister, 2007

Figure emblématique des écrivains du Montana, R. Bass décrit la vallée du Yaak et les splendeurs de la nature en leur donnant parfois une dimension fantastique et onirique. Ses personnages, confrontés à la dureté des éléments et à la solitude, vivent en symbiose avec la nature. Son indignation est manifeste quand celle-ci est menacée par l’exploitation des compagnies forestières adeptes de coupes franches ; il en a d’ailleurs fait son combat.
Ravelstein – (2002)

BELLOW, Saul [1915-2005]

Gallimard, 2002

Ravelstein, brillant professeur de l’université de Chicago, a enseigné la philosophie politique aux plus grands. Il demande à Chick, l’ami qui l’a aidé et encouragé dans cette voie, de rédiger sa biographie. Plutôt que sa carrière, ce sont sa pensée et ses convictions qu’il veut livrer, celles d’un Américain juif et homosexuel. Par l’entremise de son personnage profondément humain, S. Bellow évoque la mort, le communisme, la Shoah…
L’Ame en fuite – (1993)

BRODKEY, Harold [1930-1996]

Grasset, 1994

Ce roman-fleuve évoque la vie de Wiley Silenowicz, adopté par ses cousins de Saint-Louis, depuis son enfance dans les années trente jusqu’à la fin des années 50. H. Brodkey a mis vingt-cinq ans à écrire ce récit d’autofiction lyrique et lucide où affleurent la vie intérieure et les vagabondages de l’esprit. De l’autobiographie à l’œuvre abstraite, il interroge l’énigme de l’enfance (la sienne a été désastreuse), explore la langue et les fragments de la mémoire.
Le festin nu – (1959)

BURROUGHS, William Seward [1914-1997]

Gallimard, 2002

Véritable descente aux enfers de Bill Lee, double de l’auteur, ce roman « déconstruit » livre une pensée instantanée sans souci de narration et de syntaxe. Ecrit sous l’emprise de la drogue, il présente des scènes crues, violentes, des divagations, des digressions. Conscient de sa déchéance, W. Burroughs condamne la société consensuelle aux valeurs figées qui a fait de lui un exclu et décrit un monde absurde, noir, parfois comique. Ce roman de la Beat Generation, très mal accueilli à sa sortie, est le symbole d’un mal-être profond, d’un idéal recherché mais jamais atteint.
Le petit arpent du Bon Dieu – (1933)

CALDWELL, Erskine [1903-1978]

Gallimard, 2000

Ty Ty Walden, fermier pauvre, cherche depuis quinze ans un sac d'or que son grand-père aurait enterré dans son champ. Il repousse les limites de ses terres pour trouver ce fameux « Petit arpent du Bon Dieu ». Mais il n'est pas le seul à fantasmer sur ce que cet argent pourrait changer dans sa vie. La tragédie succède à la farce dans ce roman cru et violent. Premier à présenter des « pauvres Blancs » du Sud, E. Caldwell écrit contre l’injustice, dépeint sans apitoiement des personnages primitifs dépourvus de préoccupations morales comme de ressources matérielles.
De sang-froid : récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences – (1966)

CAPOTE, Truman [1924-1984]

Gallimard, 1972

Ce roman de la non-fiction, d’un auteur aux multiples facettes, est une enquête très réaliste sur un fait divers sanglant, récit quasi-journalistique d’un meurtre : celui d’une famille de fermiers texans dans le Kansas. Il demanda six années de travail pour restituer les faits avec minutie au contact des assassins. Innovant dans la forme, il souligne également l’opposition entre deux mondes : celui d’une famille aristocratique terrienne, symbole d’une Amérique rurale et prospère et celui de déshérités sans racines dotés d’une nature brutale et insensible.
Qu’est-ce que vous voulez voir ? – (1999, posthume)

CARVER, Raymond [1938-1988]

Ed. de l’Olivier, 2000

R. Carver, nouvelliste reconnu, aborde le quotidien souvent triste et désenchanté par une écriture minimaliste et sobre. Ce recueil se compose de cinq nouvelles posthumes inachevées mais cohérentes. Elles reprennent ses thèmes de prédilection : la séparation, le mensonge, l’alcoolisme, la dépendance.
La maison du bout du monde – (1992)

CUNNINGHAM, Michael [1952-…]

Belfond, 1999

Deux adolescents du Midwest, l’un homosexuel, l’autre proche de Clara (amoureuse du premier), composent un nouveau modèle familial à New York avant de quitter la ville et de rejoindre une communauté hippie. Au travers de dialogues pleins de finesse, M. Cunningham dépeint à travers ce trio l’évolution de la société. C’est le roman culte d’une génération bercée par Woodstock et les utopies de la libération sexuelle mais projetée dans les années sida.
Libra – (1988)

DeLILLO, Don [1936-…]

Actes sud, 2001

D. DeLillo relate l’assassinat de J.F. Kennedy en alternant les chapitres abordant le complot fomenté par d’anciens membres des services secrets américains et le parcours de son assassin Lee Harvey Oswald. Il dévoile avec humour les clichés, les obsessions et les phobies de la classe moyenne américaine et dénonce la médiatisation à outrance et ses effets. Roman-reportage, enquête romancée ou récit de politique-fiction, le suspense demeure en dépit d’une fin connue de tous.
Ragtime – (1975)

Doctorow, Edgar Lawrence [1931-…]

R. Laffont, 2005

Ce roman dépeint en un kaléidoscope de personnages la naissance de l'Amérique moderne avant la guerre de 1914. Aux héros de son invention, l'auteur mêle, entre autres, Ford, Freud, Jung et Houdini dans une tragi-comédie nostalgique des débuts de l'âge du jazz. Ragtime, mélangeant histoire et critique sociale, a été porté à l'écran par Milos Forman en 1981.

USA – (1930-1936)

DOS PASSOS, John [1896-1970]

Gallimard, 2002

Les Etats-Unis de 1900 à 1930 font l’objet de cette trilogie qui regroupe 42e Parallèle, 1919 et La Grosse Galette. Dans ce portrait sans concession de l’Amérique, J. Dos Passos dénonce l’illusion du rêve américain, opposant le grand capital à la classe ouvrière à la veille de la crise de 1929. L’imbrication de plusieurs histoires, de différentes formes – récits, articles de presse, publicités, chansons – confère au roman toute son originalité.
Moins que zéro – (1985)

ELLIS, Bret Easton [1964-…]

10-18, 2005

Clay, étudiant, retourne à Los Angeles, sa ville natale, pour les vacances de Noël et se livre à une orgie de fêtes, de sexe et de drogues avec des jeunes de son âge beaux, riches et désœuvrés. Dans ce premier roman, B.E. Ellis décrit le Los Angeles de la fin des années 80 comme une ville sans âme et esquisse le portrait d’une jeunesse dont l’existence est dénuée de sens et de valeurs. Le sentiment du vide est restitué par un minimalisme volontaire et une accumulation infinie de personnages, de situations identiques.

Homme invisible, pour qui chantes-tu ? – (1952)

ELLISON, Ralph [1914-1994]

Grasset, 2002

Seul roman de cet auteur afro-américain, il raconte l’histoire, à la première personne, d’un jeune et pauvre Noir du Sud qui lutte contre une société hostile. R. Ellison dote son personnage de dynamisme et d’espérances mais « invisible », différent, singulier, il ne trouve pas sa place. A la fois roman picaresque et roman de formation, il interroge l’identité, pour soi et pour autrui. Il représente la mémoire noire en Amérique, du Sud profond à Harlem et donne naissance à la littérature noire.
L’épouse antilope – (1998)

ERDRICH, Louise [1954-…]

Albin Michel, 2002

A la fin du XIXe siècle, Scranton Roy, un soldat américain, déserte suite au massacre d’un village indien et recueille une petite fille. Il tisse ainsi le premier lien entre la famille Roy et la famille Shawano. Au fil des générations, les destins des deux familles vont se mêler et se nouer de façon inextricable. L. Erdrich, indienne chippewa par sa mère, allie dans ce roman Histoire et destins individuels, réalité et magie. L’amour y est destructeur, les personnages complexes et le temps, sujet à distorsion, fait mourir les hommes ou les ressuscite.
Blessés – (2007)

EVERETT, Percival [1956-…]

Actes sud, 2007

Le narrateur, John Hunt, s’est retiré du monde, de l’université. Cow-boy, il dirige un ranch dans le Colorado, seul avec un vieil oncle sorti de prison. Le fils d'un vieil ami de John, homosexuel, est assassiné : même là, la bêtise, la cruauté, le racisme, l’homophobie sévissent. P. Everett déconstruit le mythe de l’Ouest et réinvente le western : le rancher est noir, la fragilité remplace la virilité, les gays les machos.
Demande à la poussière – (1939)

FANTE, John [1909-1983]

10-18, 2002

Arturo Bandini, jeune homme de vingt ans, a quitté son Colorado natal pour vivre à Los Angeles et devenir écrivain. Mais le rêve est loin de la réalité que ce fils d’émigré italien, double de l’auteur, côtoie quotidiennement. J. Fante, avec réalisme et une écriture sans fioritures, évoque les exclus du rêve américain et la vie californienne.
Le bruit et la fureur – (1929)

FAULKNER, William [1897-1962]

Gallimard, 1972

Trois frères : Benjy l’attardé, Quentin qui s’est suicidé dix-huit ans plus tôt, Jason et un personnage extérieur sont les narrateurs de ce récit novateur à quatre voix. L’histoire de leur famille d’anciens planteurs vivant à Jefferson, dans un comté imaginaire du Mississippi est reconstituée et étoffée au fil des narrations. L'action se déroule sur trois jours d'avril 1928, à l'exception du récit de Quentin, s’achevant par son suicide. Dans un style foisonnant, W. Faulkner sonde les sentiments d’une famille qui voit mourir un de ses membres et donne à voir l’image d’un Sud à jamais disparu et l’univers des grandes familles déchues.
Indépendance – (1995)

FORD, Richard [1944-…]

Ed. de l’Olivier, 1996

Ce roman est le deuxième volet d’une trilogie commencée par Un week-end dans le Michigan et peut se lire indépendamment. Le héros récurrent, Frank Bascombe, ex-journaliste sportif, semble désormais avoir abandonné toute ambition. Séparé de sa femme, travaillant dans une agence immobilière, il attend la fête nationale avec impatience. Or, le 4 juillet, un drame survient. Avec humour et subtilité, R. Ford dénonce le conformisme et la vacuité des valeurs bourgeoises éloignées de liens sociaux authentiques.
Les Reconnaissances – (1955)

GADDIS, William [1922-1998]

Gallimard, 1973

Ce roman monumental prend pour cadre les milieux artistiques. Wyatt Gwyon, peintre génial, être pur et incompris, se laisse corrompre par l’argent et peint des faux. W. Gaddis dénonce tous les faux-semblants qu’il observe partout dans le monde, il emprunte d’ailleurs sans les nommer des phrases entières à Wolfe, Virgile et s’inspire de Thomas Mann pour le côté faustien. Son regard ironique est souvent impitoyable sur le New York des critiques et des arts. Ce roman baroque, aux multiples intrigues, aux digressions religieuses, littéraires et artistiques est une satire implacable de l’Amérique.
Dites-leur que je suis un homme – (1993)

GAINES, Ernest J. [1933-….]

L.Levi, 1994

Dans les années 40, en Louisiane, un jeune Noir illettré est injustement accusé d'avoir assassiné un Blanc. Au cours de son procès, il est bafoué et traité comme un animal par son avocat commis d'office. Condamné à mort, il décide de mener un combat pour retrouver aux yeux de tous sa dignité humaine. Sans complaisance, E. Gaines analyse la condition du Noir américain face à l’ancien maître blanc. Il peint un Sud en évolution où les Noirs de la nouvelle génération s’opposent aux anciens dans une quête de dignité.
  1   2   3

similaire:

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«particulièrement douée pour l’humanité», fortement empreinte de compassion et de spiritualité

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«cannibale»). Le renouveau du polar italien est un exemple de la vitalité de cette littérature (IL giallo)

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«à la française». L’auteur allie humour et poésie, mise en scène théâtrale et finesse de l’analyse psychologique

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«Jeune Allemagne», qu’incarnent des écrivains engagés comme Büchner ou Heine, se détourne du romantisme et aspire à la République,...

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
...

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«génération de 98» (Blasco Ibanez, Perez Galdos entre autres), animés par un esprit de protestation, sont déterminés à sortir l’Espagne...

A la découverte des littératures étrangères iconA la découverte des littératures étrangères
«Occident» (sens littéral du mot Maghreb), la littérature a subi en effet les influences successives des cultures juive, grecque...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com