Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique





télécharger 62.54 Kb.
titreMinistere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique
date de publication10.01.2017
taille62.54 Kb.
typeRecherche
l.20-bal.com > littérature > Recherche



REPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE

------------------------

Année Académique

2012-2013

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE




UFR : LANGUES, LITTERATURES ET CIVILISATIONS

Département : LETTRES MODERNES

Option : Poésie française

--------------------


projet de these


La sémiologie littéraire : la représentation de l’imaginaire

dans la poésie de Paul Claudel


Présenté par :

YAO Adjoua N’Guessan Alice

Maitre ès Lettres



Auteur

Olo Kambiré

Diplômé des études approfondies (DEA)

kam_olivierolo1@yahoo.fr /ololivier@live.fr

Sous la direction de

Prof. René Gnalega

Maître de Conférences


Introduction

La sémiologie que Roland Barthes définit comme la pratique de l’ensemble des signes du langage est une théorie de l’image qui s’inspire fortement des outils proposés par l’analyse du discours que je voudrais appliquer à un examen attentif de la représentation d’un monde en mirage, l’ imaginaire ; le système discursif du texte et ses transpositions à partir d’une doctrine de codage et d’encodage de tout genre, de toute catégorie. Il s’agira d’exposer l’objet de l’étude, la problématique et les résultats attendus.

  1. L’OBJET D’ETUDE : LE SUJET, LA MOTIVATION ET LA PROBLEMATIQUE

  1. LE SUJET

Trois phénomènes m’ont marqué dans la littérature contemporaine : l’image, l’imaginaire et la représentation de l’objet. De ce fait, le texte poétique, surtout, reste un ensemble de fabrications d’objets qui englobent et engobent ces trois phénomènes pour produire du sens à partir des schèmes esthétiques qui structurent l’œuvre littéraire dont le but est de plaire tant au niveau de la forme qu’au niveau du fond. Comment l’œuvre a-t-elle été conçue à partir d’une copie plus ou moins fantaisiste du réel ? Nous nous rendons à l’évidence qu’il n’y a qu’un monde imaginaire construit sur la base d’éléments fabuleux, et, peut-être « faux ». Mais comment ce monde allégorique et ces suites d’éléments descriptifs dont chacun correspond à une abstraction symbolique sont-ils conçus ou représentés ? C’est véritablement ce qui nous intéresse chez Paul Claudel.

En y méditant profondément, il advient que toute étude sur la représentation littéraire, sur l’image poétique, sur l’imaginaire dans une approche sémiologique relève d’une activité ardente et même passionnante qui touche plusieurs domaines. C’est sans doute tous ces éléments qui nous inspirent que nous regroupons en un seul sujet :

La sémiologie littéraire : la représentation de l’imaginaire dans l’œuvre poétique de Paul Claudel.

  1. MOTIVATION ET INTERET DU SUJET

Lire Claudel n’est pas facile, surtout sous ce thème et en s’appuyant sur la sémiologie. Il est vrai que la représentation et l’imaginaire sont des notions récurrentes en littérature et chez les jeunes chercheurs, mais en ce qui concerne la sémiologie l’on en rencontre très peu dans les centres de recherche et universités africaines, parce qu’elle serait une discipline exclusive de la communication et de la médecine. Mais, c’est la conclusion du professeur Umberto Eco à la clôture de «Cahiers du groupe de recherche Intermédia » qui a tout déclenché et tout inspiré afin de nous conforter dans notre position :

Il existe des fondamentaux, une théorie de sémiologie générale qui a posé certains concepts. Ce sont les concepts de signe et de semiosis. Mais la sémiologie n’est pas une science unifiée. Ce qui a permis le développement de la sémiologie, c’est la force même du modèle linguistique. Mais ce modèle s’est finalement révélé comme une illusion car la sémiologie est au-delà du modèle linguistique. C’est pourquoi une école de sémiologie, c’est comme une école de médecine avec des pratiques et des théories très différentes et je préfère, pour cette raison, parler d’une " pluralité d’approches ". On peut dire de la sémiotique qu’elle est plutôt une koinè — à l’image, par exemple, des communautés multiples qui se revendiquent d’une même foi chrétienne ou encore des dialectes divers qui constituent une même langue.1

Et la déclaration d’ouverture de la professeure Françoise Decroisette, présidente du Conseil scientifique de l’université de Paris 8, qui a affirmé l’intérêt et le soutien que le conseil scientifique porte à une telle initiative :

J’ai pris connaissance de votre programme d’études sur les nouvelles perspectives de la sémiologie, son renouveau, sa renaissance... J’y ai lu votre attachement à l’alliance entre théorie et pratique qui est une des revendications pédagogiques constantes de notre université... Notre Conseil soutient les initiatives dans des domaines aussi innovants ou aussi décisifs pour l’évolution de notre société2.

Cette remarque tient non seulement à l’intérêt qu’ont les chercheurs à découvrir, à inventer, mais aussi au fait que la sémiologie revienne à la mode, renaisse. Il faut relire les textes sémiologiquement en re-sollicitant toutes les autres formes de méthodes à cause des problèmes que soulèvent le traitement automatique, l’indexation instinctive, la description irréfléchie des images qui aboutissent naturellement aux questions de l’identification des unités et des cadres de reproduction.

  1. LA PROBLEMATIQUE

Une étude de l’œuvre de Claudel par la sémiologie cadrée sur l’imaginaire reste abrupte, insipide et même très dispersée. Le sujet, que nous rappelons  « la sémiologie littéraire : la représentation de l’imaginaire dans l’œuvre poétique de Paul Claudel », pose plusieurs problèmes. La principale problématique qui le sous-tend est comment appliquer judicieusement la sémiologie à la poésie pour en construire le sens ? De cette question rejaillissent plusieurs autres fondamentales. Ainsi, le mode de production littéraire obéit à un système de codes. Surtout depuis l’éclatement des genres et du renouveau où l’expérience poétique est source de connaissance ou co-naissance ; naissances et éclats des courants et mouvements avec le dadaïsme, le surréalisme… Mais aussi, de nombreuses autres explosions poétiques dans le tissu des langages et dans la nuit des rêves, donc la définition d’un monde imaginaire. L’imaginaire, une activité psychique, immédiate et intuitive n’est pas un procédé ordinaire de l’analyse critique. Comment une telle incorporation peut-elle prendre une configuration sachant qu’elle n’est pas un procédé ordinaire de l’analyse critique ? Cette conscience vise l’irréel et c’est à cette pratique que se livre Paul Claudel dans ses œuvres. Cependant, comment procède-t-il ? Comment le supposé se conçoit-il du point de vue sémiologique ?

Les réponses à ces préoccupations permettront de considérer l’imaginaire claudélien comme des manifestations de la cognition qui s’appuie sur des codes logiques, sociologiques systémiques et stylistiques selon les différentes perceptions sémiologiques. Mais d’autres problèmes demeurent :

Qu’est-ce que c’est que la sémiologie et comment fonctionne-t-elle en littérature ? Car ici, l’un des sillons de l’étude est d’investir la théorie de la sémiologie littéraire pour voir dans quel sens la discipline reste une méthode applicable aux textes littéraires.

Comment l’imaginaire est-il (re)présenté chez Claudel ? Bien évidemment, l’imaginaire se construit sur la base de codes, mais cette étude se limite à la poétique du lyrisme claudélien. La question est donc axée sur la manière dont cette construction de spontanéité des objets est fabriquée. Cependant, comment peut-on accéder à la signification des textes de Claudel à partir de la structure sémiologique ? Sur quelles esthétiques et sur quels codes se fonde l’art poétique de Paul Claudel selon la perspective sémiologique ? Comme tout texte littéraire, le texte de Claudel obéit à une psychologie phénoménologique de l’imagination perceptive qui tient compte d’un certain nombre de pratiques linguistiques nécessaires à la production d’un sens.

  1. L’Objet de la recherche

L’objet de cette recherche est l’analyse sémiologique de l’imaginaire poétique tel qu’il est présenté par Claudel dans son œuvre.

Aussi, le projet vise-t-il à reconstituer un système de sens en faisant appel à des concepts extérieurs tels la linguistique, l’épistémologie. En principe, la démarche de la sémiologie se fonde initialement sur un système réel visuel, mais c’est un système écrit qui est analysé. Ce choix s’avère difficile et contraignant dans la mesure où ce qui est pris en charge, ce sont les mots, les phrases. Ce n’est donc pas une simple nomenclature, selon Barthes, mais « un code véritable, même si ce code n’est jamais que  ‘’parlé’’ » ou écrit. Pour la sémiologie littéraire, poursuit Barthes :

Il faut peut-être renverser la formulation de Saussure et affirmer que c’est la sémiologie qui est une partie de la linguistique. La fonction essentielle de ce travail est de suggérer que, dans une société comme la nôtre où mythes et rites ont pris la forme d’une raison, c’est-à-dire en définitive d’une langue, le langage humain n’est pas seulement le modèle du sens, mais aussi son fondement.3 

De cette remarque barthienne, ressort une observation de la poésie imaginaire ou même de la poétique du lyrisme qui se révèle constitutif et constructif de toute la sphère littéraire de l’émotion.


  1. Définition de LA méthode d’approche

Evidemment, comme on le constate, le sujet présente la méthode d’analyse maintes fois abordée plus haut : la sémiologie. C’est un ensemble des branches de la connaissance qui progresse par l’observation, la description et la définition précise des phénomènes. Selon le Dictionnaire de la langue française, c’est une :

Perspective capable de situer la littérature dans ses contextes. Moyen capable d’articuler les dimensions de la lecture des textes, depuis l’herméneutique jusqu’au jugement esthétique ? Ces possibilités intuitives et contradictoires étant mentionnées, il convient de résumer une situation terminologique.4

Dans cette définition-inquiétude, il apparait l’interdisciplinarité de la sémiologie, donc une discipline prétentieuse en ce qu’elle prend en compte les anciennes et les nouvelles méthodes à la fois.


  1. LES RESULTATS ATTENDUS ET OU LES ACQUIS ACTUELS.

Depuis la conception du sujet, nous entendons aboutir à plusieurs résultats dont les points suivants.


  1. Théorie et pratique de la sémiologie littéraire.

Cette étape que l’on peut qualifier de chapitre préliminaire permettra de réunir toutes les idées et les concepts appliqués à la sémiologie. Mais aussi les hypothèses, les doctrines et les règles logiques avec les principaux auteurs qui ont animé la discipline, ceux qui la récuse et ceux qui continuent de la pratiquer. Dans cette logique, il s’agira définir clairement la sémiologie, sa constitution, sa diversification et son applicabilité à la littérature. La théorie, la pratique de la sémiologie littéraire et l’œuvre poétique de Paul Claudel permet donc de déterminer la base doctrinale de la sémiologie tout en définissant son fonctionnement, comment l’appliquer à la poésie pour en construire le sens.


  1. Le code et la structure de l’imaginaire claudélien.

L’une des conséquences attendues dans cette étude est la composition et les éléments qui servent à construire les phénomènes de l’imaginaire chez Claudel. Ici, cette composition se décline en deux grandes catégories que nous fournit la sémiologie : le signifié et le signifiant. Ce système de langage permettra d’étudier le message en lui-même afin de décoder les niveaux de signification de l’œuvre. Le code et les types de l’imaginaire poétique chez Paul Claudel.

Dans cet axe, il sera question de relever les différentes marques de l’imaginaire claudélien dans une perspective sémiologique et dégager les effets de sens. Car tout objet, quelque soit sa structure appartient à un système et les questions autour desquelles les significations se construisent. Il faut donc identifier ces différents éléments pour en créer des connaissances édifiantes et propédeutiques.


  1. Sens, valeurs et enjeux du système rhétorique de l’imaginaire claudélien

L’œuvre de Claudel s’organise d’après une idée ou un ensemble intelligible d’idées que représente le signe ou l’ensemble des signes permettant de définir ensemble de conceptions partagées et propres à son époque et à sa culture. Cette technique inspirée de la sémiologie conduira l’étude vers l’idéologie de la totalité ou l’environnement de l’œuvre. Alors peut-être Claudel cherche-t-il à créer un monde surnaturel, reconstruire un espace imaginaire qui aille au-delà d’un simple dispositif, un monde peuplé par les esprits invisibles de la nature. Dans ce cas, l’art serait né du besoin de représenter ce monde imaginaire et de « dialoguer » avec les esprits. L’un des éléments essentiels dans l’étude sémiologique est la rhétorique qui est l’ensemble des différentes figures construites, comment l’image est formulée.

En clair, ces pistes sont celles que nous allons explorer afin de livrer le sens de l’œuvre de Claudel. Mais le plan provisoire nous donne les détails de ces axes.
IV – PLAN PROVISOIRE DE LA THESE
Introduction générale

Première partie : Théories et pratiques de la sémiologie littéraire

Chapitre 1 : Archéologie, conceptions et suggestions méthodologiques de la sémiologie

Chapitre 2 : Paul Claudel et son œuvre, le corpus

Deuxième partie : La structure sémiologique du texte : Le code et la rhétorique de l’imaginaire claudélien

Chapitre I : Des apports théoriques aux stimulations structurelles de l’imaginaire

Chapitre 2 : Stimulation, système anatomique et rhétorique de l’imaginaire claudélien

Chapitre 3 : L’œuvre, le signifié de l’imaginaire claudélien

Troisième partie : Sens, valeur et enjeux de l’imaginaire claudélien

Chapitre I : L’imaginaire claudélien, construction et dépassement de soi

Chapitre 3 : L’imaginaire claudélien, manifeste du surnaturalisme

Conclusion générale


  1. PROTOCOLE DE RECHERCHE



PERIODES

ACTIVITES

LIEUX

Première année

  • Documentations, regroupements et recension bibliographique,

  • Modifications et élaboration définitives du plan de la thèse

  • Mobilisation des connaissances,

  • La rédaction de l’introduction et du chapitre liminaire

  • Bibliothèques, Internet,

  • Centres de recherches,

  • Université d’Accueil




Deuxième année

Rédaction et correction de la deuxième partie


  • Université d’origine

Troisième année

  • Rédaction de la troisième partie,

  • Correction générale

  • Soutenance de la thèse

  • Université d’accueil,

Ou Université d’origine pour la soutenance.


Conclusion

Le but de ce projet étant de mettre en œuvre les différents axes de la thèse en préparation, nous avons pu découvrir effectivement l’étendue du sujet. En effet, une étude sur la poésie de Paul Claudel restera toujours une épineuse question. Bref, ces travaux ont permis de parcourir les grandes lignes sur lesquelles reposera la recherche.

D’abord, la problématique est un élément essentiel dans une étude scientifique en ce sens qu’elle aide à orienter le travail vers un point précis : dans notre cas la question du signe, du code et du système de l’imaginaire chez Claudel. Qu'est-ce qu'un signe ? Comment le sens peut-il émerger du discours ou de l’image de Claudel ? Ces questions au risque de nous redire, sont au cœur de la sémiologie en générale, discipline récente aux racines anciennes.

Ensuite, une autre partie a aidé à se rendre compte des productions écrites sur les domaines d’étude : la revue de la littérature. A ce titre, plusieurs ouvrages sur Claudel ont été découverts, mais c’est surtout le théâtre qui connait un regain spectaculaire tandis que sa poésie reste très peu explorée alors que sa poésie fait partie des grandes innovations du début du vingtième siècle. Pour ce qui est de l’imaginaire, nombre de chercheurs se sont intéressés au phénomène qui se révèle comme élément de structuration en littérature incontournable dans la production de l’œuvre. Quant à la sémiologie, considérée initialement comme une méthode d’analyse spécifique à la communication et à la médecine, c’est un domaine rarement exploité en littérature qu’il faudra remettre en scène. Mais grâce aux études de Barthes, plusieurs critiques se sont prononcés sur sa technique en littérature ; elle y a donc sa place en ce qu’elle nous apprend en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent selon Ferdinand de Saussure qui décompose alors le signe en deux faces : un signifiant et un signifié. Démontrant ainsi que la sémiologie reste une méthode d’analyse des textes littéraires. Aussi, ce projet a fait l’inventaire du corpus composé d’environs une trentaine de recueils de poèmes que nous allons explorer.

Enfin, tout ceci permet d’indiquer les résultats auxquels nous sommes parvenus et les perspectives. A ce niveau de la réflexion, les axes ont été indiqués et le plan provisoire a été fait. Le plus gros travail reste donc à trouver la documentation nécessaire pour la rédaction de la thèse.

Bibliographie

Claudel Paul, Œuvre poétique, Paris, Gallimard, Pléiade, 1967.

Claudel Paul, Réflexions et Propositions sur la poésie, Paris, Gallimard, 1966.

COHEN Jean,  Structure du langage poétique, Paris, Seuil 1966.

FONTANIER Pierre, Les figures du discours, Paris, Gallimard, 1969

Gnalega rené, La cohérence de l’œuvre poétique de Léopold Sédar Senghor, Abidjan, NEI, 2001.

JAFFRE Jean, Le vers et la poésie, Paris, Nathan, 1986.

VANDECANDELAERE Gaston, Julien Green, écriture poétique et métaphysique, Paris, UCL, 2001.

Alain, Les Arts et les Dieux, Bibliothèque de la pléiade, Gallimard, 1958.

Arrivé Michel : -À la recherche de Ferdinand de Saussure, éd. PUF, 2007.

-Du côté de chez Saussure, éd. Lambert-Lucas, 2008.

Bachelard Gaston :- L’air et les songes, José Corti, 1990

-La formation de l’esprit scientifique, Paris, Librairie philosophique, 1972.

BACTHINE Mickaël, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984.

BALLY Charles., Stylistique générale et stylistique française, Berne, Francke, 1944.

BARBERIS Pierre, « La sociocritique », Introduction aux méthodes pour l’analyse littéraire, Paris, Bordas, 1980.

BARTHES Roland : -Essai critiques, Paris, Seuil, 1964.

-Le degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, 1953.

-Mythologies, Paris, Seuil, 1975.

CHOMSKY Noam, La linguistique cartésienne suivie de la nature formelle du langage,

De Saussure Ferdinand, Cours de linguistique générale, Payot, 1916.

DESPRATS-PEGUIGNOT Catherine, La psychanalyse, Paris, Edition La Découverte, 2002.

Devanne Bernard, Lire et écrire des apprentissages culturels, tome 2, Bordas Pédagogie, 2004.

GARDES-TAMINE Joëlle, La stylistique, Paris, Armand-Colin, 2005.

GENETTE Gérard : - « frontière du récit  », Communication n° 8, Seuil, 1981.

- Figures, Paris, Seuil, 1966.

-Figures II, Paris, Seuil ,1969.

-Figures III, Paris, Seuil ,1972.

Giasson Jocelyne, Les textes littéraires à l’école, Paris, De Boeck, 2005

GOLDMANN Lucien, Structure mentale et création culturelle, Paris, 10/18, 1974.

GREIMAS Algirdas Julien :

-Du sens, Paris, Seuil, 1670.

- Essai de sémiotique poétique, Paris, Librairie Larousse, 1972.

KOTCTY Barthélemy, ‘’Méthodologie structuraliste’’, in Littérature et méthodologie, Abidjan, CEDA, 1984.

KRISTEVA Julia : - La révolution du langage poétique, Paris, Seuil. 1974.

- Semeiotiké : recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil,

1969.

LAURENT Nicolas, Initiation à La stylistique, Paris, Hachette coll. ABC,

2001.

MAURON Charles, Introduction à la psychanalyse de Mallarmé, Paris, La Baconnière, 2003.

MESCHONNIC Henri :

-Critique du rythme, Paris, Verdier, 1982.

-De la langue française, Paris, Hachette-Littérature, 1997.

- DESSONS Gérard, Traité du rythme, des vers et des proses, Paris, Dunod, 1998.

MILNER Jean-Claude, Le périple structural : figures et paradigme, Editions du Seuil, 2002..

MOLINIE Georges, La stylistique, Paris, P. U. F., 2001.

Morris Charles W., Signs, Language and Behavior, Englewood Cliffs, 1946.

MOUNIN Georges : -Clefs pour la linguistique, Paris, Seghers, 1971.

-Les problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard,

1963.

N’DA Pierre, Méthodologie et guide pratique du mémoire de recherche et de la thèse de doctorat, Paris, L’Harmattan, 2007.

Gallimard, Paris, 1971.

TIEGHEM Van Philippe, Les grandes doctrines littéraires en France, Paris, P. U.F., 1974.

TODOROV T et aliis, Sémantique de la poésie, le poétique et l’analogique, Paris, Seuil, 1979.

Vessélinov Dimitar, Les étudiants bulgares de Ferdinand de Saussure, Sofia, éd. Ciela, 2008.

WAGNER et PINCHON, Grammaire du français classique, Paris, Hachette Livre, 1991.

ZADI Zaourou Bernard, Césaire entre deux culture, Abidjan / Dakar, NEA, 1978.
Antoine Gérald, L’art et la foi chez Paul Claudel, http://www.asmp.fr.

Brunel Pierre, "Sur quelques passages du Journal", dans Paul Claudel 9, Revue des Lettres Modernes, n°310-314, 1972 (5).

Château Laurette, Houdebine (Anne-Marie, sous la dir. de), Sémeion, n1, revue du laboratoire Dynalang-SEM, Université René Descartes, Paris 5, 2003.

Claudel Paul et abbé Jacques Douillet (1919-1927), dans P. Claudel, Supplément aux Œuvres complètes, t. I, L'Âge d'Homme, 1990.

Claudel Paul et Agnès du Sarment, Lettres inédites de mon parrain Paul Claudel (1926-1955), Gabalda, 1959.

Claudel Paul et André Gide, Correspondance (1899-1926), Gallimard, 1949. Réédit. 2000.

Claudel Paul et André Suarès, Correspondance (1904-1938), Gallimard, 1951.
Claudel Paul et Gabrielle Vulliez (1925-1931), dans Correspondance Gabrielle Vulliez-André Gide-Paul Claudel, Centre d'Études Gidiennes, Université de Lyon II, 1981.

Claudel Paul et Audrey Parr (Margotine) (1919-1939), Cahiers Paul Claudel 13, Gallimard, 1990.

DEBOVE Josette Rey, Dictionnaire méthodique du français actuel, Paris, Le Robert, 1982.

CHAZAUD Henri Bertaud, Synonyme et contraires, Paris, Le Robert, coll. Les usuels, 1999.

COLLECTIF, Encyclopédie thématique weber linguistique, Paris, Littérature universelle, 1972.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Narratologie .

http://d.hatena.ne.jp/claudel-jp/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Signe_(sémiologie)

http://fr.wikisource.org/wiki/

http://fr.wikisource.org/wiki/Iambes

http://id.erudit.org/iderudit/010131ar

http://www.cnrtl.fr/definition/academie

http://www.sens-public.org/spip.php?article405

http://www.wikipedia.org

www.Google.fr

www.paul-claudel.net/node/
OLO KAMBIRE

1Ardiller Dominique, Minh Phung Bui Thi, Pierre Barboza et all., L’enseignement propédeutique de la sémiologie en Europe, Textes réunis et présentés par Lucrezia Escudero et Jean-Paul Desgoutte (sous la direction de), in Com&media ‘’Cahiers du groupe de recherche Intermédia’’, Mai 2000, numéro 1, http : //com-media.univ-paris8.fr/commun/intermedia.html

2 Ardiller Dominique, Minh Phung Bui Thi, Pierre Barboza et all., L’enseignement propédeutique de la sémiologie en Europe, op.cit

3 Système de la mode, op.cit., p9

4 J.P. de Beaumarchais, Daniel Couty étélain Rey, Dictionnaire de la langue française, Paris, Bordas, V4, p2322.


similaire:

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconMinistere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique
«scène primitive» d’une œuvre à caractère autobiographique

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconBulletin officiel du ministère de l'Éducation nationale et du ministère...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconMinistère de l'Education Nationale Centre de Liaison de l'Enseignement...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconLe ministère de l’education, de la recherche et de l'innovation

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconSujets L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2008 Liban

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconLe ministère de Jésus a été un ministère de compassion
«Voici la vérité» «Je vous apporte le salut» «Venez nous rejoindre nous sommes prêts à vous donner la vrai Dieu et la vraie religion...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconRésumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la...
«Toulouse universitaire» et inclut l’institut catholique dans sa présentation des différents établissements d’enseignement supérieur...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconHorizøne Groupe zur (Angers)
«Ecrire pour la Rue» ministère de la Culture dmdts et sacd, l’aide a la création du ministère de la Culture dmdts, ainsi que de la...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconSaluete ! L’enseignement du latin au lycée se dynamise
«Occursus cum Monte Peleo» a été organisée à Saint-Pierre et tous les lycéens latinistes ont pu échanger avec un scientifique créant...

Ministere de l’enseignement superieur et de la recherche scientifique iconRecherche du temps libre Tome 2
«juvénilité» décroît quand on s’élève dans l’échelle des catégories socio-professionnelles : en 1975, à peine un employé sur cinq...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com