La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ?





télécharger 52.42 Kb.
titreLa traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ?
date de publication08.01.2017
taille52.42 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > littérature > Documentos


Marie-José Nzengou-Tayo1


La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ?

Multilingue en raison de son histoire coloniale, la région des Caraïbes a gardé comme langues officielles les langues européennes héritées de la colonisation. En même temps, elle a vu se développer des langues de communication nées du brassage linguistique qui s’est produit au cours de l’histoire en raison de la rencontre de captifs africains et de colons européens et même, vers la seconde moitié du XIXe siècle, l’arrivée de travailleurs « engagés » (indentureship) originaire d’Asie (Indiens et Chinois).2 Cette situation de multilinguisme, renforcée par l’éclatement géographique des îles, contribue à la fragmentation politique de la région. De ce fait, elle constitue le lieu idéal pour la diffusion d’œuvres en traduction, d’autant plus que la CARICOM, institution régionale anglophone, s’est ouverte au Surinam et à Haïti et que par ailleurs, la création d’un espace économique unique (Single Market Economy) réclame la circulation de documents en traduction. Pourtant, alors que le mot d’ordre officiel est à « l’intégration régionale » et que des efforts sont faits sur le plan culturel pour favoriser les échanges, la publication des textes littéraires caribéens en traduction est actuellement dans une impasse, révélant ainsi un des nombreux paradoxes de la région. Cet article souhaite relancer la discussion sur la traduction dans la région en examinant les pratiques éditoriales et en identifiant les contradictions qui se manifestent dans la traduction et la diffusion des textes littéraires par delà les barrières linguistiques.

Politiques éditoriales

Depuis les années 70, l’antenne régionale de l’Unesco travaille à « faire tomber les barrières linguistiques » en promouvant des échanges sur l’enseignement des langues étrangères dans les différentes zones linguistiques de la région. A partir de la seconde moitié des années 70, on a assisté à un mouvement visant au développement des échanges culturels régionaux. Cela s’est traduit par l’organisation de manifestations culturelles comme « Carifesta » dont la première édition s’est tenue à Kingston en Jamaïque et a donné lieu à une publication d’essais traduits de l’espagnol et du français, Carifesta Forum: An Anthology of Caribbean Voices.3 Cette initiative a été suivie dans le monde anglophone par la publication d’anthologies régionales, certaines scolaires comme Facing the Sea (1986) qui ont pour objectif d’ouvrir l’imagination des écoliers antillais anglophones à l’imaginaire des pays hispanophones et francophones de la région. Dans la Caraïbe anglophone, les anthologies ont longtemps été limitées à la production en langue anglaise. Il a fallu attendre les années 80 et une anthologie de la littérature féminine, Her True True Name (1989), pour voir des anthologies publiées dans l’aire anglophone inclure des traductions des autres zones linguistiques. A ce titre deux anthologies sont révélatrices de l’évolution des mentalités. La première, The Heinemann Book of Caribbean Poetry, parue chez Heinemann en 1992 et compilée par Ian MacDonald et Stewart Brown ne rassemble que des poètes anglophones. La seconde, The Oxford Book of Caribbean Verse, publiée en 2005 et compilée par le même Stewart Brown en collaboration avec Mark McWatt, comporte un échantillon assez représentatif des écrivains des autres aires linguistiques. Au cours de la période 1970-1990, beaucoup de textes ont été traduits de français en anglais (Simone Schwarz-Bart, Edouard Glissant, Myriam Warner-Vieyra, Gisèle Pinalie et Gisèle Pineau, etc). En y regardant de plus près, on se rend compte que cette vague de traductions coïncide avec une politique de deux maisons d’éditions britanniques ayant ouvert des bureaux régionaux : Heinemann et Longman. Plus récemment, Faber et Faber (éditeur londonien) a créé une collection « The Faber Caribbean Series », dirigée par Caryl Philipps qui a publié des auteurs antillais des différentes aires linguistiques en anglais (Cabrera Infante, Condé, Benitez-Rojo, Garcia Marquez, Martinus Arion). Bien que cet effort soit encore d'actualité, la collection n’est plus aussi active qu’à ses débuts. Dans l’aire francophone, malgré la présence des Editions Désormeaux, Jasor et, plus récemment, Ibis Rouge, dans la région, l’intérêt pour les littératures anglophones et hispanophones de la région n’est pas aussi vif. Ainsi, Ibis Rouge (Guadeloupe, Guyane, Martinique) ne compte que sept titres hispano-antillais (cubains) à son catalogue 2007 et aucun titre de l’aire anglophone.4 Le catalogue des éditions Jasor (Guadeloupe) ne propose que des auteurs francophones et créolophones tout comme celui des éditions Désormeaux (Martinique). Les écrivains hispanophones traduits en français (Zoé Valdes, Leonardo Padura, Nicolas Guillén, Alejo Carpentier, Mayra Montero) le sont par les maisons d’édition parisiennes.5 Dans le domaine anglophone, Crick-Crack Monkey, le premier roman de la Trinidadienne Merle Hodge, a été traduit en français des Antilles et publié par les Éditions caribéennes. Son second roman, For the Life of Laeticia, a été traduit dans la collection Castor Poche. Un seul roman de l’important romancier trinidadien Earl Lovelace (The Dragon Can’t Dance, 1979) a été traduit dans la collection Monde Noir Poche des éditions Hatier (La danse du dragon, 1984), puis au Serpent à Plumes (2007). L’écrivaine antiguaise, Jamaica Kincaid, traduite aux éditions de l’Olivier, est également publiée par le Seuil et par Albin Michel. Tous les textes de V.S. Naipaul sont rapidement disponibles en français (chez Gallimard) alors que d’autres écrivains comme Sam Selvon ou Wilson Harris6 n’ont qu’un ou deux titres traduits en français. La plupart des écrivains antillais de la négritude (Aimé Césaires, Léon-Gontran Damas, Joseph Zobel), Glissant, chantre de l’antillanité et de la créolisation, tout comme ceux de la créolité (Confiant, Chamoiseau) ont été traduits en anglais. Mais qui a accès à l’œuvre de George Lamming dans l’aire francophone ? Les lecteurs antillais francophones contemporains ne peuvent pas consulter le texte de Lamming, In the Castle of My Skin,7 devenu un « classique » de la Négritude anglophone. Traduit en 1954 chez Julliard, le texte est aujourd’hui introuvable en librairie.8 Pourtant George Lamming est bien connu des spécialistes. Sa réécriture de la rencontre Prospero-Caliban (Water with Berries, 1971) a eu une forte influence sur la critique littéraire caribéenne anglophone particulièrement pour la lecture des textes des écrivains marqués par le mouvement de la Négritude.

Lorsqu’on observe les efforts de traduction littéraire dans la Caraïbe, force est de constater que davantage d’efforts ont été faits dans les milieux anglophones et hispanophones que dans les milieux francophones. Par exemple, Cariforum, un mensuel destiné à promouvoir l’intégration intellectuelle régionale est basé à Santo Domingo, en République dominicaine. Casa de las Americas, malgré les contraintes financières connues par Cuba, (qui ont eu un impact sur l’édition en raison de la rareté du papier) joue un rôle à ce niveau avec son prix qui couronne alternativement une œuvre produite dans une des trois langues de la région et dans les trois principaux genres littéraires (poésie, fiction et essai). Signalons l’initiative de l’éditeur jamaïquain, Ian Randle Publisher, qui a publié simultanément en français et en anglais Les fabuleuses aventures d’Equiano, de Jean-Jacques Vayssières en 20019  puis en 2007, Marcus Garvey par Suzanne Francis-Brown et Jean Jacques Vayssière en français, anglais et espagnol (traduction de l’écrivaine costaricaine Shirley Campbell). Les éditions Ian Randle sont une petite maison d’édition jamaïquaine spécialisée dans les livres universitaires caribéens. Cette initiative est donc particulièrement bienvenue. Cependant, malgré son souhait de diffuser des ouvrages en provenance des autres aires linguistiques de la région, l’éditeur recule devant les coûts de traduction.10

Cette faiblesse de l’édition dans la région conduit donc au paradoxe de voir les textes antillais traduits non pas pour un lectorat régional mais pour un lectorat extérieur. Par suite, même lorsque le traducteur est de la région, il lui sera demandé de satisfaire les attentes de ce lectorat. Puisque le lectorat ciblé est celui des métropoles du Nord, les choix de traduction sont dictées par des politiques éditoriales pas toujours bien définies, notamment dans le cas des éditions grand public. Force est de noter la disparité entre les éditeurs anglo-américains et français. Beaucoup de textes antillais francophones sont traduits par des presses universitaires américaines ou britanniques, dans le cadre de départements d’études francophones, de ce fait, ces traductions sont plus rigoureuses. Ainsi, les presses de l’Université de Virginie ont établi une collection C.A.R.A.F (Caribbean and African Literature Translated from French) qui s’est spécialisée dans la traduction de la littérature francophone. De même, les Presses de l’Université du Nebraska ont récemment développé une collection de texte antillais francophones. En Grande-Bretagne, Longman et Heinemann ont contribué à la diffusion de ces textes dans la région. Les éditeurs britanniques sont plus sensibles à la question régionale et font appel à des traducteurs (souvent des universitaires) des Antilles anglophones et sont très attentifs à la fidélité de leur traduction et au respect de la culture antillaise (appareil critique, glossaire, notes explicatives). A ce titre, il faut saluer l’initiative de Faber and Faber, qui se vante d’être un des derniers grands éditeurs indépendants11 et a lancé en 1998 une collection caraïbéenne dirigée par l’écrivain originaire de Saint Kitts, Caryl Phillips. Cette collection affiche pour ambition de diffuser les meilleurs auteurs de la région et des quatre langues principales.12

De ce point de vue, les traductions vers le français semblent manquer de la rigueur dont bénéficient les textes traduits vers l’anglais. La plupart des textes anglophones ou hispanophones traduits en français semblent avoir été choisis pour le succès en librairie dans le pays de publication. Il en résulte que les écrivains de la diaspora antillaise basés aux Etats-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne ont plus de chance de se voir traduire de l’anglais ou de l’espagnol que ceux basés dans la région. Par exemple, Edwidge Danticat, écrivaine américaine d’origine haïtienne, est présentée au lectorat français comme une écrivaine « afro-américaine » dans la lignée d’Alice Walker et de Toni Morrison, sans référence à la tradition littéraire haïtienne dont elle se réclame explicitement (Marie Chauvet, Jacques Roumain)13 et sans référence au lien qu’elle essaie d’établir avec la région par l’intermédiaire de Paule Marshall, écrivaine américaine d’origine barbadienne qui est indirectement citée dans une des histoires de Krik ? Krak ! « Women like us » /  « Des femmes comme nous » et qui est remerciée à la fin du recueil (243).
Traductions et méconnaissance des cultures régionales

Les traductions grand public sont celles qui soulèvent le plus de questions à nos yeux en ce qui concerne la transposition des éléments culturels et géographiques (faune et flore) de la région. Par exemple, dans la traduction du roman d’Earl Lovelace, The Dragon Can’t Dance / La Danse du dragon. Le mot « hill » est traduit par « montagne » bien que le mot « colline » soit l’équivalent direct. Vu des Antilles, on s’attendrait à l’emploi de « morne » qui est passé dans le Petit Larousse. Ce qui pourrait sembler anecdotique est pourtant significatif d’un choix culturellement induit. En effet, le roman s’ouvre sur une scène de (pseudo) crucifixion dans un bidonville de Port-of-Spain, la capitale de Trinidad. Le bidonville est perché sur une colline (hill) et il y a une reprise anaphorique du mot en début de paragraphe qui conduit à une référence biblique inévitable (le sermon sur la montagne, et la crucifixion du Christ sur le « mont » du Calvaire). On voit ici que la connotation religieuse du texte l’a emporté sur l’exactitude toponymique.14 Il ne s’agit pas d’en faire un drame, mais de relever combien des détails parfois anodins trahissent le poids de la culture du traducteur (langue-cible) dans ses choix de traduction. Plus problématiques et presque indécelables sont des distorsions du texte original, ainsi dans la même traduction, le texte français indique

Juste après Noël les jeunes gens abandonnent le coin de rue où ils ont regardé et attendu, un bâton au bout entouré de caoutchouc pointant de leur poche arrière, tuant le temps par des jeux de dés, regardant mûrir les jeunes filles de l'école du coin. Intérieurement, ils leur promettent violences et injures, pour qu'elles restent respectables, pour les encourager à ne plus passer près d'eux en arborant ce magnifique dédain que les écolières croient indispensable pour s'élever au-dessus de ces bidonvilles et de ces « voyous», leurs frères. (Souligné par nous, p. 5)
Right after Christmas young men get off street corners where they had watched and waited, rubber-tipped sticks peeping out of their back pockets, killing time in dice games, watching the area high-school girls ripening, holding over them the promise of violence and the threat of abuse to keep them respectful, to discourage them from passing them by with that wonderful show of contempt such schoolgirls seem to be required to master to lift them above these slums and these `hooligans', their brethren, [. . .] (23)
Quand on connaît la situation des bidonvilles antillais, où les jeunes chômeurs traînent au coin des rues parce qu’ils ont abandonné l’école alors que les filles, elles, réussissent mieux et lorsqu’on sait que les violences promises peuvent aller jusqu’au viol pour « enseigner le respect » à ces filles qui se croient supérieures parce qu’elles sont encore scolarisées, on se rend compte qu’on est en face d’une erreur de traduction. Il ne s’agit pas d’obliger les filles à rester respectables, mais de les obliger à se montrer « respectueuses » comme le confirme la suite de la phrase.
Plus préoccupants, certains choix révèlent une totale méconnaissance de la région et l’absence de documentation. Par exemple, la traduction du roman Wide Sargasso Sea / La Prisonnière des Sargasses de l’écrivaine dominiquaise, Jean Rhys signale cette ignorance. Ainsi, les « ginger lilies » (38) du texte anglais ont été traduit par « des lys roux » alors qu’une recherche dans un dictionnaire de la flore et de la faune des Antilles aurait permis de retrouver l’équivalent français « balisier ». Dans le même ordre d'idée et de façon assez surprenante, la traduction de « lemon grass » (3, 11) dans La récolte douce des larmes. Le traducteur a laissé « lemon-grass » (13, 22) tel quel alors que son équivalent existe en français, la « citronnelle ». Plus loin, une référence botanique plus difficile « cherimoya milk » (11) est traduit « chérimole » (22) calqué sur l’espagnol « chirimolia » alors que l’équivalent franco-antillais existe « cachiman de Chine » ou en français standard « anone ».15 Ironiquement, alors que l’opération du traducteur peut se justifier linguistiquement, elle renforce l’exotisme du texte et convoque l’imagination du lecteur plus que ne le ferait la prosaïque « anone ».
Marketing éditorial et traduction des titres

La traduction des titres invite parfois à réfléchir. Le choix d’un titre établit un contrat de lecture avant même les premières lignes du récit. On pourrait même le considérer comme une accroche publicitaire. Un bon titre capte l’attention du lecteur potentiel et l’incite à ouvrir l’ouvrage exposé en rayon. On comprend donc que les éditeurs interviennent et soient plus soucieux de l’impact de commercialisation plutôt que de la fidélité aux intentions de l’auteur. Pourtant, certains choix nous semblent de véritables trahisons. Ainsi, dans les traductions citées plus haut, deux titres nous semblent problématiques en raison des attentes trompeuses qu’elles peuvent susciter chez le lecteur. Ainsi, le choix de « la danse du dragon » pour traduire le titre original The Dragon Can’t Dance prend le contrepied de l’intention de l’auteur qui voulait souligner le sentiment d’impuissance chez son héros. Certes la traduction littérale du titre n’aurait exercé aucun attrait sur le lecteur francophone, ce qui est un argument de vente décisif, mais pourquoi prendre un titre qui va à l’opposé de l’intention de l’auteur ? De même, le titre français du roman de Danticat (La récolte douce des larmes) passe complètement à côté du contenu du roman qui traduit la difficulté de la vie paysanne. Le titre anglais The Farming of Bones étant lui-même une traduction libre du créole, « travay tè pou zo » littéralement « travailler la terre pour des os », soit l’équivalent de « travailler pour des prunes ». Le titre français a des sonorités poétiques mais trop euphémiques, il occulte la brutalité et la dureté du récit qui va suivre (conditions des travailleurs haïtiens dans les champs de canne de la République dominicaine et le massacre de 1937). Vers l’anglais, on trouve aussi les mêmes questions. Ainsi, le titre du roman de Gisèle Pineau, Chair-Piment (2002) a été traduit Devil’s Dance en anglais. Le titre français condensait énigmatiquement la frénésie sexuelle du personnage principal, Mina Montério, se donnant sans amour à des hommes de passage, en rapprochant la « chaleur du piment » et de la « chaleur » de la femme « en rut ». Par ailleurs, « Piment » fait référence au village natal de Mina. Cette association est complètement perdue en anglais où une traduction littérale (Hot Pepper-Flesh) n’aurait aucune signification pour le lecteur anglophone. Cependant, que faut-il penser du choix de Devil’s Dance ?  Surtout lorsque la couverture montre un piment vert surmonté d’une flamme sur fond noir : l’illustration reprend le piment du titre français mais la flamme qui le surmonte évoque les bougies allumées lors des rituels magiques. La page intérieure noire avec des lettres imprimées en blanc, renforce le mystère du titre. En mettant l’accent sur la magie noire, la traduction produit un déplacement focal par rapport à l’original qui se concentrait sur la névrose des deux personnages principaux, Mina et Victor.

Il faut cependant reconnaître qu’il y a parfois des trouvailles qui enrichissent le signifié du titre. Ainsi, la traduction du titre du roman de Jean Rhys Wide Sargasso Sea par La prisonnière des Sargasses en est un bon exemple. Titre au signifié plus riche, le titre français fait référence à la fois au roman de Jean Rhys et à son architexte, Jane Eyre de Charlotte Brontë, de même que le titre anglais du roman de Maryse Condé, Windward Heights, fait un clin d’œil appuyé à Wuthering Heights, le roman d’Emily Brontë dont il s’inspire. Le choix d’un titre dans la langue cible crée parfois des connotations inattendues. Par exemple, le titre anglais de la traduction du roman de Joseph Zobel, Rue cases nègres en anglais devient Black Shack Alley. Bien que traduit par un universitaire antillais pour une collection antillaise (Heinemann Caribbean Writers Series), le mot « shack » emprunté de l’américain n’est pas utilisé dans les Antilles anglophones qui utilisent le mot « hut » lié à la réalité des cases à esclaves sur la plantation. Pourtant, le mot américain par le jeu des assonances et des allitérations devient évocateur du sifflement du coutelas coupant la canne. Ce choix de traduction apporte une valeur symbolique au titre et offre au critique de nouvelles pistes de lecture.
Conclusion

Comme nous l’avons déjà dit dans un article16 écrit en collaboration avec ma collègue traductrice et critique, Elizabeth (Betty) Wilson, ces points de traduction peuvent sembler des points de détails. Pourtant, ces distorsions, si minimes soient-elles, ont un impact sur la représentation culturelle de la région. Comme l’a expliqué Edward Saïd dans son ouvrage de référence Orientalism, les discours dominants déterminent les représentations des autres cultures et en modèlent la perception, renforçant ainsi leur autorité sur ces cultures.17 Dans la traduction littéraire, ces « points de détails » participent à ce mécanisme de représentation d’autant plus que la plupart des lecteurs d'un texte en traduction n'ont pas accès au texte original. Nous réclamions alors un effort du traducteur de textes antillais pour éviter les stéréotypes culturels et la tentation de l’exotisme et nous nous référions à Jean-Louis Cordonnier (Traduction et Culture, 1995) qui réclamait une éthique de la traduction.
Si l’on pense que les modes de traduire signent la culture à laquelle ils appartiennent, et montrent comment le Même appréhende l’Autre, alors aujourd’hui la réflexion sur la traduction doit montrer l’essence des modes de traduire, afin de définir une éthique présente et à venir des rapports d’altérité, et en même temps une éthique de la traduction, au sein de laquelle le traducteur pourra agir. (13)
Et il continuait en remettant en cause l’ethnocentrisme et en invitant à un « décentrement » (Op.cit., 18) se rattachant à la réflexion d’Henri Meschonnic sur la traduction.18 Encore une fois, nous voudrions réitérer notre appel de 2000, pour que les maisons d’éditions du Nord acceptent une approche « décentrée » la traduction et pour qu’elles donnent à leur(s) traducteur(s) le temps de faire les recherches nécessaires sur les aspects culturels, historiques, géographiques et botaniques des textes qu’ils ont à traduire. Nous voudrions inviter les traducteurs littéraires du Nord à constituer des réseaux Nord-Sud qui permettraient d’éviter « l’exoticisation » des cultures du Sud.

Ouvrages cités
Allsopp, Jeannette. The Caribbean Multilingual Dictionary of Flora, Fauna and Food in English, French, French-Creole and Spanish. Kingston, Arrawak Publications, 2003.
Brathwaite, Kamau. DreamHaiti, New York, Savacou North, 1992.
-----. RêvHaïti. Traduction non publiée de Christine Pagnoulle.
Brown, Stewart et Mark McWatt, (ss. la dir.) The Oxford Book of Caribbean Verse. Oxford, Oxford University Press, 2005.
Cordonnier, Jean-Louis. Traduction et Culture. Paris, Hatier/Didier – Credif – Langues et Apprentissages des langues, 1995.
Condé, Maryse. La migration des cœurs. Paris, Robert Laffont, 1995.
-----. Windward Heights. Traduit par Richard Philcox. London, Faber and Faber – The Faber Caribbean Series, 1998.
Danticat, Edwidge. Krik? Krak ! New York, Soho Press, 1995.
-----. Krik ? Krak ! Traduit de l’anglais (USA) par Nicole Tisserand. Paris, Pygmalion – Gérard Watelet, 1996.
-----. The Farming of Bones. New York, Soho Press, 1998.
-----. La récolte douce des larmes. Traduit de l’américain par Jacques Chabert, Paris, Grasset, 1999.
Hearne, John. (sous la direction de). Carifesta Forum: An Anthology of Caribbean Voices. Kingston, Institute of Jamaica, 1976.
Hodge, Merle. Crick Crack Monkey. Londres, Heinemann - Caribbean Writers Series, 1970.
-----. Cric Crac Monkey. Traduit de l’anglais par Alice Asselos-Cherdieu. Paris, Karthala, 1982.
Lamming, George. (1971). Water with Berries. New York, Holt, Rinehart and Winston, 1972.
-----. The Peasures of Exile. (1960). Ann Arbor – The University of Michigan Press, 1992. Préface de Sandra Pouchet Paquet.
Earl Lovelace. (1979). The Dragon Can’t Dance. London: Longman – Caribbean Writers Series, 1986.
-----. La Danse du Dragon. Paris : Hatier, 1984. Traduction de The Dragon Can’t Dance (1979) par Hélène Devaux.
N’Zengou-Tayo, Marie-José et Elizabeth (Betty) Wilson. “Translator on a Tight Rope: The Challenges of Translating Edwidge Danticat’s Breath, Eyes, Memory and Patrick Chamoiseau’s Texaco.” TTR, Traduction, Terminologie, Rédaction. “Les Antilles en Traduction / The Caribbean in Translation. Ss. la direction d’ Anne Malena. Vol. XIII, no. 2, 2eme semestre 2000, Montréal, Université McGill, pp. 75-105.
Pineau, Gisèle. Chair-Piment. (2002). Paris, Gallimard – Folio No. 4033, 2004.
-----. Devil’s Dance. Traduit du français par C. Dickson. Lincoln (NE), University of Nebraska Press – Bison Books. European Women Writers Series, 2006.
Rhys, Jean. (1966). Wide Sargasso Sea. Londres, Penguin Group – Penguin Modern Classics, 1968.
-----. La prisonnière des Sargasses. (1971). Traduit de l’anglais par Yvonne Davet. Paris, Gallimard – Folio, No. 940, 1977.
Saïd, Edward. Orientalism. (1978) New York, Vintage Book - Random House, 1994.
Shea, Renée et Edwidge Danticat. “The Dangerous Job of Edwidge Danticat: An Interview.” Callaloo. 19.2 (Spring), (1996) pp. 382-89.
-----. “The Hunger to Tell”: Edwidge Danticat and The farming of bones. MaComère. Vol. 2, 1999. pp. 12-22.
Toumson, Roger. Trois Caliban. Prix Casa de las Americas. La Havane, 1981.
Walmsley, Anne et Nick Castor. Facing the Sea, A New Anthology from the Caribbean Region. Oxford, Heinemann, 1986 and 1992. Préface de Kamau Brathwaite.
Wilson, Elizabeth (Betty) et Pamela Mordecai (Dir.). Her True True Name. Anthology of Caribbean Women Writers. London, Heinemann - Caribbean Writers Series, 1989.
Zobel, Joseph. Rue cases nègres. (1950) Paris, Présence africaine, 1974.
-----. Black Shack Alley. Traduit du français par Keith Q. Warner. London, Heinemann – Caribbean Writers Series, 1980.


1 Maître de Conférences au Département de Langues et Littératures modernes, Université des West Indies (Campus de Mona, Jamaïque).

2 Il en a résulté la création de langues créoles à base lexicale anglaise et à base lexicale française. Les linguistes indiquent qu’il n’y aurait pas de Créole à base lexicale espagnole (est-ce bien sûr ?) tout en mentionnant l’existence d’un dialecte particulier dans les quilombos (communauté marronnes) colombiens.

3 Articles rassemblés par John Hearne, écrivain jamaïquain décédé en 1994.

5 Gallimard, Métailié, Albin Michel, Actes Sud, Le Serpent à Plumes (racheté par les éditions du Rocher).

6 Christine Pagnoulle qui s’est attelée à la traduction du long poème de Kamau Brathwaite, DreamHaiti n’a toujours pas réussi à trouver un éditeur pour sa traduction qui avait l’originalité d’essayer de garder au plus près la police utilisée par le poète barbadien.

7 (New York, McGraw-Hill, 1953)

8 Un autre texte de Lamming est également disponible en français : Of Age and Innocence (Age et innocence), une traduction de Marie-Claire Charbonnier publiée en 1986 par les éditions caribéennes dans la collection « Voix anglophones des Caraïbes » dirigée par Jean-Pierre Durix. Le texte est consultable en bibliothèque. (Voir Catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Consultée en ligne. http://catalogue.bnf.fr/servlet/biblio;jsessionid=0000mj_dK_Joh1dz-3KQaziDtj4:-1?ID=34244270&idNoeud=1.1.1.1&host=catalogue). Mais il est bien difficile dese le procurer en librairie.

9 Par Jean Jacques Vayssières, Kingston, Ian Randle; Conakry (Guinée), Editions Ganndal; Pointe-à-Pitre, Editions Jasor, 2001.

10 Entretien avec Ian Randle. Kingston, novembre 2006.

11 Voir le site web de la maison, http://www.faber.co.uk/about_faber.html

12 Voir la quatrième de couverture de la traduction anglaise du roman de Maryse Condé, La migration des coeurs / Windward Heights, (Faber and Faber, 1998)

13 Entretiens avec Renée Shea. “The Dangerous Job of Edwidge Danticat: An Interview.” Callaloo. (19.2 Spring, 1996, pp. 382-89) and “The Hunger to Tell”: Edwidge Danticat and The Farming of Bones. MaComère. (Vol. 2, 1999, pp. 12-22).

14 Notons par ailleurs combien ces expressions figées sont inadéquates, pour peu que l'on pense à la topographie dela Palestine. Le “mont du Calvaire” n'est jamais qu'une petite colline.

15 Jeannette Allsopp. The Caribbean Multilingual Dictionary of Flora, Fauna and Food in English, French, French-Creole and Spanish. Kingston, Arrawak Publications, 2003, p. 19.

16 “Translator on a Tight Rope: The Challenges of Translating Edwidge Danticat’s Breath, Eyes, Memory and Patrick Chamoiseau’s Texaco.” TTR, Traduction, Terminologie, Rédaction. “Les Antilles en Traduction / The Caribbean in Translation. Sous la direction d’Anne Malena. (Vol. XIII, no. 2, 2e semestre 2000, pp. 75-105)

17 Nous extrapolons à partir de son “Introduction” (1-28).

18 Référence citée par Cordonnier, (H. Meschonnic, « D’une linguistique de la traduction à une poétique de la traduction. » in Pour la poétique II, Paris, Gallimard, 1973, 327-366)


similaire:

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconCollectif des soirees litteraires berberes
«grande littérature». Elle confirme aussi l’apport considérable de la traduction des textes littéraires universels pour l’enrichissement...

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconEnjeux littéraires et de formation personnelle

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconÉtudier des textes fondateurs en tant que textes littéraires
«Je ne sais pas ce qui se passe…», dans les Compagnons de la marjolaine de Marc Alyn

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconCentre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
«La poétique de la "vive représentation" en France au xvie siècle: émergence, enjeux, éléments de définition»

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconManuel Empreintes littéraires
«passions» ? Quels arguments sont apportés par les écrivains et les philosophes pour

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconCalendriers 2017
«Lecture des textes littéraires et formation» (salle R3, Maison de la Recherche)

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconDissertation : Par quels moyens les textes littéraires peuvent-ils...
«Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin,...

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconBibliographie bibliography
L’étude des textes littéraires traduits : un nouvel objet d’investigations en littérature

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconSéquence 6e. Une héroïne qui vous ressemble ? Margot, dans La Sixième...
«en chaîne» : Quels sont les 2 sortes de textes qui s’entrelacent ? (récit + lettre) a quoi sert le début d’un roman ?

La traduction des textes littéraires antillais : quels enjeux ? iconDates importantes et travail à faire
«La Pléiade» ?Quels sont ses objectifs ? Quels autres écrivains ont appartenu à ce mouvement ?





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com