Cours de Alain juillard, février-mai 1999





télécharger 201.69 Kb.
titreCours de Alain juillard, février-mai 1999
page6/6
date de publication23.10.2016
taille201.69 Kb.
typeCours
l.20-bal.com > littérature > Cours
1   2   3   4   5   6

CONCLUSION
— L’argument et l’épigraphe nous donnent le sens masqué de cette élégie. Cette dernière tend le piège d’une triple métaphorisation (terre, maison, guitare).

— L’élégie est à la fois une élégie à l’espoir communiste et au sens même de la vie d’Aragon.

— Le désengagement du « Paresseux » (caché par le « nul ne sait pourquoi de tant de vers choisis » ne trompe personne) conduit au bilan tragique. Le non-dit du poème, c’est que Néruda s’en tire vraiment trop bien. Aragon casse sa guitare, la pulvérise.

— C’est une élégie qui fait violence à la forme de l’élégie, et lui apporte quelque chose qu’elle ne connaissait pas : la violence de l’Histoire et du collectif (c’est un poème philosophique).

— C’est un poème très complexe, avec de nombreux thèmes (celui du sacrifice rédempteur, la thématique baroque du changement et de la contradiction, etc.).

— Il y a là des vers presque trop faciles, d’une banalité un peu gênante (utilisation de l banalité dans le poème en tant que telle, et cela joue un rôle).
Le poète est un intellectuel communiste, il est soldat de l’ombre. Toute son existence est mise en jeu dans le combat communiste. Si le peuple trahit, alors le poète ou l’intellectuel se retrouve suspendu dans le vide, et il connaît une véritable passion christologique (le Christ aussi a été trahi). « Calvaire » rime avec « terre ». Ce tremblement de terre qui détruit la maison du poète, c’est la trahison du peuple qui détruit le poète. Aragon, en tant que poète, est lucide... Il comprend le naufrage d’un espoir commencé en 48, la blessure de l’Histoire, de l’intellectuel, qui était la voix du peuple. Ce n’est pas le vin « qui coule des pieds du peuple », c’est le sang du poète (encore un symbole eucharistique).

Le poème final est un poème tragique (et la pensée est soit dialectale, soit tragique), donc rattachable à la métaphysique chrétienne (cf. Dostoïevski). Le bouddhisme n’est pas tragique, par exemple.

Il n’y a pas de solution, il y a la Douleur (incarnation de la douleur qu’est l’intellectuel).

Le texte fonctionne au niveau de la macro-structure rhétorique qui s’oppose à la micro-structure rhétorique (la paronomase, ici). C’est un développement de la trahison du peuple (syllabe [i] en suspens, répétition du mot « terre »...) pour la macro-structure, et de la souffrance du poète pour la micro-structure.


RILKE
Son grand poème pose toutes sortes de problèmes. Il s’agit d’un seul grand poème, avec une continuité thématique très forte. Plus qu’un recueil, on peut parler d’un poème en plusieurs séquences. Le recueil poétique manifeste un ordre, une structure très méditée par le poète (cf. Hugo, qui utilise la même méthode). Tout cela produit du sens (ex : un poème que le poète a déplacé d’un endroit à un autre...). De même pour les poèmes retranchés à un recueil (sauf retranchements obligés, par l’éditeur par exemple). Le recueil poétique est donc un vaste poème, le plus souvent avec une progression.

Avec les Élégies de Duino, on entre en contact avec l’incompréhensible poétique. Genette : « Ça ne veut pas dire, ça dit ». On peut interpréter, chercher. C’est à chacun de dire le sens qu’il saisit, de construire le sens. Il n’y a pas UN sens à trouver, chaque lecteur construit le sien. Il y a certes des repères, mais ils n’imposent pas une interprétation.
Rilke est tchèque, de langue allemande (il est né à Prague en 1875). La Bohème fait alors partie de l’empire austro-hongrois. Un renforcement de la sphère culturelle allemande est à l’œuvre. À Prague, il y a une présence de l’allemand très importante. Il y a une communauté juive très brillante, qui parle le yiddish et l’allemand (Freud va être très représentatif cette bourgeoisie juive parlant un allemand excellent).

Rilke subit d’abord une formation militaire. Il opte pour des études commerciales entre 1891 et 1895, qu’il laisse tomber pour des études de philosophie à Prague. Il commence à écrire dans ces années-là.

Il y a ensuite une rencontre avec Lou-Andréas Salomé, russe, très belle, hyper intelligente, polyglotte, etc. Il fait sa connaissance à Munich. Elle va inscrire Rilke, Nietzsche et Freud à son tableau de chasse. Il commence à écrire des recueils d’un romantisme assez sage : Couronné de rêves, etc.

Il fait alors un voyage à Florence (on en retrouve des allusions dans les Élégies de Duino).

Il fait ses premiers voyages en Russie en 1899, et il rend visite à Tolstoï. Rilke va écrire des poèmes en russe, en allemand et en français ! (ce qui arrive : Lorand Gaspar, un des plus grands poètes français actuels, est hongrois). Ses Quatrains vaudois écrits en français sont admirables. Il produit la Légende d’amour et de mort du cornette Christophe Rilke.

Rilke se marie en 1901 avec Clara Westhoff. C’est le début d’un cycle poétique, le Livre d’heures : Le livre de la vie monastique, Le livre du pèlerinage, Le livre de la vie et de la mort (le christianisme marque beaucoup le symbolisme, même si les poètes sont anti-religieux).

En 1902, il part pour Paris (un séjour important pour lui). Paris va avoir une influence considérable. C’est d’abord la révélation des arts plastiques, les arts du visible. Rilke devient secrétaire de Rodin, il connaît le bouillonnement artistique du Paris du début du sicèle.

Il fait de nombreux voyages. Entre 1907 et 1912, il écrit ses Nouveaux poèmes, son Requiem et les Cahiers de Malte Laurids Brigge. Rilke est le type-même de l’écrivain cosmopolite, francophile, russophile, aux antipodes de tout chauvinisme ou de tout nationalisme. À Paris, il fréquente des gens comme Gide, Valery, des grands peintres — il se passionne en particulier pour l’œuvre de Cézanne — et pour Baudelaire.

Le génie de Cézanne est tout de suite reconnu. Rilke a beaucoup écrit sur Cézanne (et sur sa méthode, celui qui, comme a dit D. H. Lawrence, « sait exprimer la pomméité de la pomme »). Sa correspondance est énorme, et c’est en particulier dans les lettres à sa femme qu’il va exprimer son admiration pour Cézanne — une rétrospective ayant lieu en 1907, un an après la mort du peintre. C’est une peinture concept, hyper intellectuelle.

Rilke fait la connaissance, dans le milieu des salons, de la princesse de la Tour et Taxis (von Turm und Taxis), issue d’une famille allemande d’origine italienne (les Élégies de Duino étaient sa propriété). Cette famille a acquis une fortune colossale, avec beaucoup de châteaux, dont celui de Duino. En 1912, Rilke y commence ses élégies...

La guerre arrive, Rilke est alors en Allemagne, et il en est à la quatrième élégie. Mobilisé en 1916, il sera démobilisé la même année.

Dès la fin de la guerre, il reprend ses voyages. Sa résidence principale est alors le château de Muzot, dans le Valais.

En 1922, c’est les Sonnets à Orphée (écrits en quelques jours). Rilke correspond avec Valery, et il traduit ses poèmes en allemand.

De santé fragile, la tuberculose l’atteint. Il fait un séjour dans un sanatorium. Après avoir traduit les fragments du Narcisse, il meurt en 1926.
Rilke est très épris des arts du visible. Il est en relation avec presque tous les grands esprits de son époque.

Il va exprimer une sorte de chant du cygne de la grande culture du XIX° siècle (1880-1914). Il va être détesté par les marxistes. Brecht va se moquer constamment de Rilke (cf. ses Élégies de Hollywood, pastiche des Élégies de Duino). Le nazisme le trouve trop cosmopolite (ce qui est l’horreur, pour les nazis), et guère allemand (il se veut avant tout européen).

Rilke est un poète-philosophe, comme Valery (sa poésie a suscité des commentaires de philosophes comme Heidegger et Bachelard). La poésie, pour Heidegger, comme approche de l’être, va influencer beaucoup de poètes (ex : Jaccottet). Socrate et Euripide marquent le début de la décadence de la philosophie allemande (cf. Nietzsche, Naissance de la tragédie). L’interrogation angoissante sur la condition de l’homme et de son destin, voilà ce qui va être au centre de la poésie de Rilke (réflexions sur l’être de l’homme et de la civilisation — cf. Valery, « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles »). Rilke va se détacher du romantisme tardif qui l’avait marqué, et il va se trouver, il va centrer son discours poétique sur une réflexion sur l’être.

C’est aussi le problème fondamental de Cézanne : rendre visible l’invisible et le visible invisible...

L’expressionnisme allemand a aussi beaucoup influencé Rilke (en peinture, au théâtre et au cinéma). Très loin de l’expressionnisme, un grand peintre allemand, Paul Klee, va aussi l’influencer.

C’est également le cas de Picasso (les Saltimbanques de la période bleue inspirent la cinquième élégie : on trouve le thème de l’acrobate et du saltimbanque, très répandu à cette époque-là). Cela est à rattacher à la thématique du clown et du pitre (cf. Baudelaire, Verlaine, etc.).

Rilke, même s’il est attiré par l’expressionnisme et son « correspondant » français, le fauvisme (mouvements de la déformation expressive, etc.), n’aime pas tellement leur violence (il restera assez froid devant le cubisme analytique). Ce qui gêne beaucoup Rilke, c’est la disparition du « sujet ». Pour lui, le modèle, c’est Cézanne (à mi-chemin de la subjectivité et de la représentation objective du monde). Pour Rilke, un peintre, c’est un philosophe (avec une quête de l’être, une quête ontologique).
Rilke va prendre tantôt l’ange, tantôt le chien comme figure. L’ange est un des motifs capitaux de la poésie (et de la peinture) de cette époque-là (angelos, « messager ») : cf. Paul Valery.

On a une conception ontologique de la poésie, qui ne doit pas se perdre en descriptions futiles ; une poésie liée avec la philosophie.
Rilke a l’esprit ouvert aux influences les plus diverses. C’est un traducteur de Gide, de Maurice de Guérin (La Bacchante — qui a inspiré la Jeune Parque de Valery), de Valery, de Louise Labé.

Sa correspondance est gigantesque (des volumes entiers).

Bibliographie 1
INTRODUCTION 1
QU’EST-CE QUE L’ÉLÉGIE ? 3

Étymologie 3

Histoire de l’élégie 3

Les grands élégiaques latins 4

Caractéristiques de l’élégie 5
ARAGON ET NÉRUDA 8

Digression historique sur l’élégie 10
CONCLUSION 18
RILKE 19





Page 1/y — Introduction.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconCours de Paolo tortonese, février-mai 1999
«l’effet de réel», in Littérature et réalité (un texte très connu qu’il convient de discuter)

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconCours de Jean derive, octobre 1998-février 1999
«épopée» et l’adjectif «épique» n’arrivent qu’au xvi° siècle, sous l’influence de la Renaissance et du renouveau de la culture grecque....

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconFrançais – Bac Blanc du 5 février
«Avril» et de «Mai» chez Ch. D'Orléans, d' «Avril» chez Gautier, avec personnification (majuscules) et mention du «soleil de mai»...

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconEcritures philosophiques au quotidien
«Alain et l’enseignement de la philosophie», puis deux autres journées qui ont eu lieu respectivement le 11 septembre 2012 et le...

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconBibliographie du Maghreb antique et médiéval
«Oran : rupture et continuité d’une tradition», Insaniyat, 8, mai-août 1999 (vol. Iii-2), p. 119-128. Historique et analyse sociologique...

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconDu lundi 8 février 2016 au vendredi 12 février 2016
«Le Carnaval» pour les enfants de 2,5 à 12 ans du lundi 8 février au vendredi 12 février (de 9h à 16h)

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconNote critique pour bms, rubrique «Recherches en cours» (version février 2005)

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconBac blanc du Mercredi 5 Février 2014
«et vous, comment voyez-vous le printemps ?» et annonce que les meilleurs seront publiés dans son numéro de mai

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconDiplôme en cours
«Buffo» Improvisations auprès du public avant la représentation sous chapiteau (mai 2007, à Auby)

Cours de Alain juillard, février-mai 1999 iconExpositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com