Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une





télécharger 4.15 Kb.
titreCe n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une
date de publication24.07.2019
taille4.15 Kb.
typeLittérature
l.20-bal.com > littérature > Littérature
Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une longue descente dans l’abîme crépusculaire de l’ennui. Qu’est-ce que j’en ai à foutre, moi, d’une bonne femme que je ne connais pas et qui vient pendant 1 h 10 raconter les tremblements parkinsoniens de sa grand-mère ou décrire la moustache d’une vendeuse de crêpes bretonne ?

Et pourtant… Flore Lefebvre des Noëttes nous cloue sur son lit de souvenirs. Saisis par les oreilles, on écoute. Dans la famille des seuls en scène du théâtre contemporain, les rejetons se déclinent à l’infini : les intellos chic, les péroraisons burlesques, les chants désespérés… « La Mate » se refuse à se laisser embrigader. La comédienne débarque sur scène sans artifice. Elle est posée là, simplement, pour partager un moment d’intimité biographique.

Sorte de paradoxe, car elle est une meute à elle toute seule. La meute de la Mate, sa mère à la fois réelle et fictionnelle, et des madeleines de l’enfance. Dans la chapelle voûtée des Halles, elle égrène le chapelet des souvenirs : singulière fratrie, certes, mais qui au-delà des sables de Pornic et du paternel maniaco-dépressif résonne dans toutes les directions. Dans la nôtre, assurément.

C’est que Flore Lefebvre des Noëttes est drôle. Le mot est faible. Son texte (publié aux Solitaires intempestifs) est d’une poésie pétillante et barrée. Qui eût cru qu’une comédienne ferait rire en agitant des clochettes sous ses aisselles et en dansant sur « Les Neiges du Kilimandjaro » ? Sa langue, savoureuse, jamais vulgaire ou impudique, se déploie dans la truculence. Elle s’appuie sur une gestuelle précise et efficace.

« La Mate » est une leçon de théâtre et de vie, non pas assenée dans l’emphase ou la douleur, mais délivrée avec générosité et humour.

similaire:

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconParadoxe : genre mal défini (pas répertorié comme genre ds Poétique...
«poétique» : fonction poétique de Jakobson, intransivité : q de la poésie «pure»

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconJe croyais qu’il en était du vin comme des femmes. Une femme n’est-elle...
«Je croyais qu’il en était du vin comme des femmes … puisse Cœlio vous oublier!»

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconMarie Clément, Jean-Luc Bertini, Laurent Roux et Sébastien Omont
«ils ne vont pas nous faire ça». Et ce «nous» veut dire «ceux d’autrefois», mes camarades. Une part de moi ne tient pas à ce que...

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconEssai sur Proust
«Je n’ai pas d’idée sur le théâtre. Je n’y connais rien. Je n’y vais pas. C’est admissible.» (Beckett)

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconSi chacun de nous est susceptible d'éprouver du plaisir au contact...
«L'illusion que l'on va chercher au théâtre n'est pas une illusion parfaite», commente Stendhal, «l'illusion parfaite était celle...

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconLittérature en Tale L» Aurore monperroux «La Fausse-Monnaie»
«Vous avez raison; après le plaisir d’être étonné, IL n’en est pas de plus grand que celui de causer une surprise. – C’était la pièce...

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconLa narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux,...
«comédies de fables» (Boursault). Les fabulistes secondaires français, Furetière, Florian, ont encore des émules, tel Marcel Aymé....

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«Seigneur, je n’ai pas de bouche, pas de mains, pas de regard, pas de chaleur; voyez, je suis devant vous comme une fumée légère...

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconProgramme d’œuvres imposées. Nous reviendrons, très librement, sur chacun des «grands»
«La plupart des livres que nous citons sont des livres que nous aimons (…) Proust disait que son livre était comme des lunettes :...

Ce n’était pas gagné : l’autofiction naturaliste et psychologisante, au théâtre comme en littérature, m’emmerde. Depuis Proust, le genre s’effiloche en une iconHugo et l'horizon poétique du jeune Proust
«le bon Homerus», l'emploi de certains mots rares comme «adonisé», comme "olympiennement" [ ]. 6





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com