Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres





télécharger 315.02 Kb.
titreAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
page1/8
date de publication06.11.2016
taille315.02 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
Marcel PAGNOL
(France)
(1895-1974)

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

qui sont résumées et commentées

(surtout ‘’ La trilogie marseillaise’’).

Bonne lecture !

Il naquit à Aubagne (Bouches-du-Rhône), au numéro 16 du cours Barthélemy, le 28 février 1895. Il était le fils de Joseph Pagnol, un instituteur formé par l’idéologie de la IIIe République, et d’Augustine Lansot, une couturière.

En 1897, le jeune ménage s'établit dans le logement de fonction de l'école de Saint-Loup, dans la banlieue de Marseille. Lorsqu'elle allait au marché, sa mère le laissait dans la classe de son père, qui eut un jour la surprise de le voir lire couramment, alors qu'il n'avait pas cinq ans.

Le 28 avril 1898, naquit son frère, Paul (« le Petit Paul »).

La famille passait les vacances au petit village de La Treille, près d’Aubagne, autour duquel s’étend ce qu’il allait appeler « le grand paysage de ma vie » : le massif de l’Étoile, collines qui vont d’Aubagne à Aix-en-Provence avec, dans le fond, la Sainte-Victoire et la Sainte-Baume.

À la rentrée 1900, Joseph fut nommé instituteur titulaire à l'école du Chemin des Chartreux, la plus grande école communale de Marseille. La famille emménagea au 54 de l'avenue des Chartreux.

En 1902, naquit sa soeur, Germaine.

Cette année-là, les Pagnol emménagèrent rue du Jardin des Plantes, puis rue Terrusse, dans ce « grand rez-de-chaussée, que complétait un sous-sol, éclairé, sur le derrière, par un petit jardin » (‘’La gloire de mon père’’), où Marcel passa une grande partie de son enfance. En 1904, soucieux de la santé fragile d'Augustine, Joseph décida de louer pour les vacances une « villa dans la colline, juste au bord d'un désert de garrigue qui va d'Aubagne jusqu'à Aix » (‘’La gloire de mon père’’). Cette ‘’Bastide Neuve’’, située à la sortie du village de La Treille, à la périphérie de Marseille, fut ce paradis de l'enfance heureuse que Pagnol allait évoquer dans ses ‘’Souvenirs d'enfance’’.

En 1905, reçu second à l'examen des bourses, il entra au lycée Thiers où il fit de brillantes études, malgré une vie de demi-pensionnaire mouvementée, reçut une solide culture classique et eut pour condisciple Albert Cohen avec lequel il noua une durable et vive amitié, écrivant alors, à la place du futur auteur de ‘’Belle du seigneur’’ qui ne se sentait pas, en ce temps-là, doué pour cet exercice, des lettres d'amour.

En 1909, naquit son deuxième frère, René. Ainsi, il était l’aîné de quatre enfants que leurs parents entouraient d’une attention chaleureuse, sans restreindre leur liberté.

Déjà, il écrivait aussi des poèmes et, dès l’âge de quinze ans, se faisant de la poésie une idée naïve (« Ce que j'admirais dans la poésie, c'était la difficulté vaincue, et je pensais tout simplement que les prosateurs s'étaient résignés à écrire en prose parce qu'ils n'étaient pas capables de trouver des rimes. »), décidé à « connaître la gloire et la fortune à vingt ans », se voyant alors « photographié dans un riche cabinet de travail, entouré de livres précieux, sous mon propre buste couronné de lauriers », il en publia dans la revue ‘’Massilia’’ :

_________________________________________________________________________________
‘’La cigale’’

(1910)
Poème

_________________________________________________________________________________
‘’Oeufs de Pâques’’

(1910)
Poème

_________________________________________________________________________________
Le 16 juin 1910, un coup de froid ayant aggravé sa fragilité pulmonaire, sa mère, Augustine, avec laquelle il entretenait une relation fusionnelle et quasi-œdipienne, mourut à l'âge de trente-six ans.

En 1912, Joseph se remaria avec Madeleine Julien qui n’avait que huit ans de plus que Marcel et qu’il accepta très mal, au point de se brouiller avec son père.

En 1913, à l’âge de dix-huit ans, il obtint son baccalauréat de philosophie avec la mention assez bien, et, se destinant à la carrière professorale, il entra à la faculté des lettres d'Aix-en-Provence où il fonda, le 10 février 1914, avec quelques amis de khâgne, la revue “Fortunio, revue « littéraire, artistique et théâtrale » dont six numéros parurent et qui allait devenir “Les cahiers du Sud. Ayant alors l’ambition de marcher sur les traces d’Edmond Rostand, il y publia :

_________________________________________________________________________________
‘’Ulysse chez les Phéaciens’’
Drame en vers
Commentaire
Écrite en collaboration avec Arno Charles Brun, elle ne fut jamais jouée.

_________________________________________________________________________________
‘’Catulle’’

(écrit vers 1913)
Pièce de théâtre en cinq actes et en vers
Catulle, jeune poète latin, aime passionnément Clodia, une courtisane. Celle-ci s'éprend de lui mais, légère et frivole, elle le trompe. Puis, lorsqu'un jour Catulle tombe malade, elle s'en lasse bien vite. Elle le quitte alors pour un de ses amis : Coelius. Le poète, le cœur brisé, regrette le temps consacré à Clodia plutôt qu'à la poésie et à sa renommée. Bafoué et affaiblit, il en meurt.
Commentaire
Dans sa préface, Marcel Pagnol confia : « Aux temps lointains de mon adolescence sur les bancs du vieux lycée de Marseille, je composais des poésies. Presque tous les écrivains ont commencé par là. [...] J'empruntai à la bibliothèque du lycée un recueil des élégiaques latins composé par monsieur Arnauld, professeur de première de notre lycée. J'y découvris Properce, Tibulle, Ovide, Catulle. J'étais un assez bon latiniste, car je parlais le provençal avec mon grand-père et mes amis du village de La Treille, près d'Aubagne. Cette langue est beaucoup plus proche du latin que le français. [...]. Il me fut donc aisé de traduire les élégiaques dont la lecture m'enchanta. Je fus émerveillé et très ému par Catulle et ses amours avec Lesbie, dont il dit qu'elle se prostitue pour un quart d'as, c'est-à-dire pour quelques sous. J'ai travaillé longuement à cet ouvrage que j'ai recommencé cinq ou six fois. La pièce par elle-même ne vaut pas grand-chose, si ce n'est que le lecteur y trouvera peut-être quelques beaux vers. Mais cette entreprise manquée eut pour moi une très grande importance, parce que c'est en y travaillant pendant des années que j'ai pris goût à l'art dramatique, et c'est par une sorte de reconnaissance pour le jeune homme pauvre que je fus, et à qui je dois presque tout, que j'ai voulu lui faire l'honneur d'avoir sa place dans ces beaux livres. »

La pièce ne fut jamais jouée.

_________________________________________________________________________________
En 1914, la Première Guerre mondiale éclatant, Marcel Pagnol fut mobilisé au 163e régiment d'infanterie de Nice en même temps que son ami David Magnan (qu’il allait appeler « Lili des Bellons » dans ‘’Le château de ma mère’’). Puis, en janvier 1915, il fut réformé pour faiblesse de constitution et fut nommé professeur adjoint au collège de Tarascon.

Le 2 mars 1916, il épousa religieusement (au grand dam de son père) Simone Collin.

En novembre de la même année, il obtint sa licence ès lettres et littératures vivantes (anglais).

En 1917, il fut nommé répétiteur d'anglais, successivement aux collèges de Digne, Tarascon, Pamiers sur Ariège, et au lycée Mignet d'Aix-en-Provence.

En 1920, il fut promu professeur adjoint au lycée Saint-Charles à Marseille. Cela lui permit de rassembler quelques anciens de ‘’Fortunio’’ qui reparut, enrichi de chroniques locales variées, de fausses interviews sensationnelles de quelque gloire littéraire qui se trouvait alors en Indochine ou à Tahiti, ou de comptes rendus de répétitions générales envoyés par un « correspondant parisien » qui n'était autre que Marcel Pagnol : « J'étais directeur, rédacteur en chef, secrétaire de la rédaction, metteur en pages, car on ne savait jamais de quels articles serait composé le numéro. Chacun exigeait trois pages, six pages, dix pages... Mais à l'imprimerie, c'était une autre histoire... » Il décida alors d'écrire un feuilleton « élastique » destiné à remplir les blancs laissés par les collaborateurs défaillants :

_________________________________________________________________________________
"Le mariage de Peluque"

(1918, édité en 1932 sous le titre "Pirouettes")
Roman
Le narrateur, le philosophe farfelu Louis-Irénée Peluque, ose d’audacieuses aventures amoureuses.
Commentaire
Marcel Pagnol fit alterner la narration entre les divers personnages, ce qui apporte une agréable fantaisie. Comme il improvisa, qu’il n’eut pas le loisir de corriger son texte, il nous révèle ses sentiments profonds sur le mirage de l'amour, son désenchantement devant la fragilité de l'être et l'inexorable fuite du temps.
En 1932, le roman fut republié, et Marcel Pagnol révéla : «Alors, j'ai voulu refaire cette longue nouvelle, j'ai voulu l'étoffer, la compléter, la corriger, lui donner le poids d'un vrai roman. Alors, fourbissant ma meilleure plume, ayant rempli mon écritoire d'une encre indélébile, je tentai d'amender "Pirouettes". Et puis, dès les premières phrases, j'ai revu ce petit jeune homme que j'étais, l'habitant joyeux des hôtels meublés de la rue d'Orsel. Et il m'a semblé que je n'avais pas le droit de corriger son œuvre, de couper l'un de ses chapitres, d'ajouter une page qu'il n'avait pas écrite. Il avait peut-être ses raisons, des raisons que je ne sais plus. Et je n'ai pas voulu toucher à ces pages posthumes.»

En 1992, le roman fut adapté au cinéma en Hongrie sous le titre ‘’Brikfenc’’.

_________________________________________________________________________________
"La petite fille aux yeux sombres"

(1921)
Roman
On y retrouve plusieurs personnages du "Mariage de Peluque" et, naturellement, le narrateur, Louis-Irénée Peluque.
Commentaire
On y trouve les mêmes thèmes et le même ton que dans "Pirouettes".

_________________________________________________________________________________


‘’L'infâme Truc’’

(1922)
Nouvelle
Quelques malheureux élèves, qui n'ont personne chez qui passer les fêtes, passent la nuit de Noël dans le grand lycée où ils sont pensionnaires. Et il leur arrive le pire qu'ils puissent imaginer : ils sont surveillés par « l’infâme Truc », le méchant répétiteur borgne à la grosse barbe noire, au visage balafré. Mais la nuit de Noël n'est-elle pas celle de tous les miracles?
Commentaire
La nouvelle fut publiée dans la revue ‘’Fortunio’’.

Elle allait être reprise par Marcel Pagnol en 1935 sous le titre de ‘’Merlusse’’.

_________________________________________________________________________________
De 1920 à 1922, Marcel Pagnol fut professeur adjoint et répétiteur d'externat au lycée Saint-Charles de Marseille.

Il écrivit, en collaboration avec Paul Nivoix, directeur de l’hebdomadaire marseillais ‘’Spectator’’, et sous le pseudonyme de Castro :

_________________________________________________________________________________
‘’Tonton ou Joseph veut rester pur’’
Comédie
Commentaire
Cette comédie-bouffe fut représentée à Marseille, au Théâtre des Variétés, le 30 août 1923.

Au grand étonnement des auteurs novices, elle remporta un petit succès, ce qui les encouragea à persister.

_________________________________________________________________________________
En 1922, Marcel Pagnol « monta » à Paris pour être professeur adjoint et répétiteur d'externat au lycée Condorcet. Il y retrouva Paul Nivoix devenu rédacteur à ‘’Comœdia’’, « seul quotidien français des Lettres et des Arts ». Grâce à son amitié, il pénétra un milieu de jeunes écrivains (Joseph Kessel, Henri Jeanson, Jean Anouilh, Jean Cocteau, Maurice Druon, Maurice Genevoix, André Chamson, André Maurois, Jean Dutourd) et fit la connaissance de toute une équipe de jeunes auteurs ou aspirants auteurs de théâtre qui attendaient la gloire et la fortune en faisant des piges à ‘’Bonsoir’’, quotidien du théâtre, en particulier un jeune Lyonnais, Marcel Achard, et un Irlandais de vingt ans, Steve Passeur. Comme le théâtre parisien vivait à l’heure du naturalisme, il renonça vite à être Rostand : il allait être un nouveau Becque ou un nouveau Mirbeau.

Il rencontra aussi la comédienne Orane Demazis qui avait dix-neuf ans et jouait déjà dans une pièce d'Émile Augier. Elle allait, en 1933, lui donner un fils, Jean-Pierre Pagnol.

En collaboration avec Paul Nivoix, il écrivit :

_________________________________________________________________________________


Les marchands de gloire”

(1925)
Pièce de théâtre en cinq actes
Édouard Bachelet, modeste fonctionnaire d'une préfecture de province, se sert de la gloire de son fils, Henri, héros de Verdun disparu à la guerre, pour réaliser ses espoirs de jeunesse et se pousser en politique. Il est élu président de la Société des Parents de Héros, puis député, et son ambition ne cesse de croître. Mais Henri, amnésique dans un hôpital allemand, recouvre la mémoire et réapparaît. Il n'est pas le héros qu'on croit, il s'agit d'un malentendu. Pour le député Bachelet en campagne pour un poste de ministre, cette réapparition n'est pas aussi joyeuse qu'elle le devrait... Son fils monnaie son silence.
Commentaire
Cette comédie-pamphlet, cette âpre satire de ceux qui exploitaient la mémoire des soldats morts au champ d’honneur (« La première qualité d'un héros, c'est d'être mort et enterré. Et enterré plutôt deux fois qu'une. » dit Berlureau), ébauchait des thèmes qui allaient ressurgir dans l’oeuvre de Marcel Pagnol, dont la critique du monde politique : « Les deux mille francs, il les vaut. Les appointements de deux députés ! Pour deux députés, c’est déjà trop. Mais pour un homme utile, c’est tout juste assez. »
Créée au Théâtre de la Madeleine le 15 avril 1925 avec Constant Rémy (Bachelet), André Berley (Berlureau), Pierre Renoir (André Bachelet), Mlle Maxa (Germaine Bachelet), Suzy Prim (Yvonne Bachelet), elle remporta un succès mitigé.

_________________________________________________________________________________
‘’Un direct au coeur’’

(1926)
Pièce de théâtre
Kid Marc, honnête boxeur, est victime de Cassebois, son manager véreux, et d'une « cocotte ». Sa cousine, Clairette, réussit par son amour désintéressé à l'arracher à ce milieu. Il s'enfuit avec elle.
Commentaire
En mars 1926, la pièce fut créée à Lille, au Théâtre de l'Alhambra.

En 1933, en fut faite une adaptation cinématographique par Roger Lion, avec la participation d'Antoine Arnaudy, sur un scénario et des dialogues de Marcel Pagnol et Paul Nivoix, avec Antoine Arnaudy (Cassebois), Jacques Maury (Kid Marc), Gustave Libeau (Golding), Nicole Ray (Clairette), Suzanne Rissler (Regina).

_________________________________________________________________________________
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres, qui sont commentées

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«deux sœurs pleines d’esprit et de grâces, qu’il appelait ses premières danseuses» : les demoiselles Le Douairin, Louise et Zoé

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Chonny», comme l’appelaient ses parents, fut un enfant unique timide et asthmatique, qui dessinait et rêvait de vendre un jour ses...

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«ardeur juvénile» revenues, IL poursuivit et termina ses études de droit à Strasbourg (1770-1771) où, devant la cathédrale, IL eut...

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«les principaux personnages d’un poème, ce sont toujours la douceur et la vigueur des vers»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com