I. Poème de Ka’b bn Zouhair





télécharger 83.65 Kb.
titreI. Poème de Ka’b bn Zouhair
date de publication06.11.2016
taille83.65 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos

Cour de littérature du 03/02 Poème 1, 2e Semestre.

I. Poème de Ka’b bn Zouhair. 1

II. L’époque des rachidun et des Umawi. 6

III. El Ghzal el hadhari au Hijaz sous 3oumar bnou abi Rabi3a 9

IV. Wa hal ya5fa el 9amar / 3oumar bnou abi Rabi3a 10

V. Al farazda9 13

VI. Dhayf Tha9il_ Wasf el Dhi2b 13

VII. La dynastie Abbasside 16



I.Poème de Ka’b bn Zouhair.



Poème destiné au prophète.

Le poète un est poète mou5adhram (il est a cheval sur deux époque) il a vécut une partit de sa vie avant l'avénemen de l’islam puis une période après l’apparition de l’islam. Il est au départ suite à l’héritage de son père un model du poète préislamique tribal. Mais au moment de l’apparition de l’islam cette étique est critiqué. Ka’b a un frère Boujaïr qui va se convertir en premier a l’islam mais Ka’b refuse part fidélité à la valeur de ces ancêtres. Boujaïr a quand à lui abandonné la voie de ses ancêtres. Mais sons propres clans va refuser la protection à Ka’b. Quand il se rend compte que ses valeur son en voie de disparition il va prendre la décision de se rendre auprès du prophète.


Le poème qu’il va proposer au prophète constitue un échange symbolique entre sa vie et se poème.
Ce poème est vu comme une rédemption et un pardon ou un oublie des différences qu’il y a eu entre le prophète et Ka’b.

Ce poème ce trouve dans la Sira du prophète et «  Kitab Al Aghani ». Ka’b présente le poème selon sa propre construction et des a5bar on été écrit après le poème.

Ka’b bn Zouhaïr est née dans une famille particulièrement féconde dans le domaine poétique. Son père Zouhaïr est un poète connu qui la beaucoup aidé.

Une Qassida en Lam qui fait 58 vers, elle a eu une énorme renommé elle a été traduite par de nombreux lettré.

Nous allons étudier la partie du poème qui parle de la relation entre Ka’b et le prophète.

Dans le Nassib (1ere partie) il y a 12 vers, ce nassib est construit sur les bases traditionnel du poème ou il décrit sa bien aimé Souad (d’où le nom du poème Banat Souad, Souad est partie). Ce titre peut renvoyer a un bonheur qui part mais aussi a toute la Jahiliya qui va être remplacé et face a son clan qui l’abandonne. Il est question de son inconstance il y exprime sa désillusion face a cette amour qui s’envole.

Les vers 13 à 31 c’est le Ra7il : qui est dédiés en particulier à la chamelle, une description tout à fait traditionnelle de la Chamelle.

Nous on va s’intéressé à la partie centrale qui commence au vers 38 (ou on entre dans le vif du sujet on passe a un discours simple et assez prosaïque, qui ont pour but le pardon du prophète).
Vers38 : J’ai appris que => Ounbi2tou Aw3ada (4éme forme) => menacé

Ma2moulou => Est espéré


Ce vers annonce le panégyrique du prophète, le poète s’efforce d’obtenir le pardon du prophète.
Le mot Rassul Allah est répété 2 fois pour insister sur le point qui montre qu’il est bel et bien l’envoyé de dieu.

Vers39 : Ce mets a loué le Coran dans ce vers.

Mahlan =>Pour qu’on lui accorde un délai

Nafilat => Ziada, ce qui viens en + (Ma yaZid 3ala el wajib)

Ici le coran est qualifié de surérogatoire qui va s’ajouté à la prophétie, ou miracle supplémentaire pour la communauté des croyants

Tafssil => Le fait de détaillé


Traduction Littéral : Ne précipite pas ta décision que celui qui ta apporté le coran surégatoir qui expose la vérité dans tout ces détail et améne les hommes à faire le bien t’accorde davantage de guidance.

Le poète passe du récit au discours pour influencer le prophète.
Vers40 : Dans ce vers le poète insiste auprès du prophète pour qu’il ne le punisse pas sur la bases des propos des calomniateur (Al Ouchat).


« Wa lam oudhnib » : Je ne suis pas fautif, même si les rumeurs à mon propos ont été nombreuses.

Un discours argumentatif (plus du tout d’images), mit en vers dans un langage avec beaucoup moins d’image.
Vers de 41 à 44: Il se concentre sur le prophète et va se comparé à un animal (l’éléphant, car il est considéré comme l’animal le plus puissant dans la jahiliya)


Enjambement avec le vers suivant « La Dhala » qui renvoi a l’éléphant => Si l’éléphant se trouvait à ma place alors il se mettrait à trembler de terreur sauf si il pouvait obtenir du prophète par la permission de dieu le pardon ou la Grace.

Le Terme Rassul est encore une fois repris et l’utilisation de « Bi idhn Illahi » montre l’adhérence à cette nouvelle religion.

Jusqu’au moment où je plaçais ma main droite sans la déplacer, dans la main du maître de la vengeance.
El 9il => Parole stable et conforme au acte, parole au quelle on peut se confier.

Le sens du vers est en relation avec le sens des deux vers précédent soit avec «  j’ai mit mes main dans les mains du prophète ».
Vers 45 : Nous sommes dans un discours dénué d’image sans argumentation.

La Dhaka => Je jure ahyab => Ressentir une extrême frailleur.

Nassaba => Ka3b sera rattaché au péché qu’il a commis.

Il y a un enjambent sur le vers suivant. A moment ou le poète rencontre le prophète il sera jugé sur les propos qu’il a tenus.
Vers 46 : Il va faire une comparaison avec le Lion.


Khaadir : Celui qui est dans une tanière, référence au lion. Louyouth => est le pluriel de Layth qui signifie lion. 3athara => vallée situé prés de Médine ou Yémen mais c’est un lieu ou ce concentre un très grand nombre de lion.


Le moment où il adresse la parole l’effraie bien plus que le moment ou il serait en présence d’un lion nez a nez dans la vallée de 3athar.
Vers 47 : Yaghdou => Partir de bon matin, en parlant du lion. Fayal7amou => Donnée a quelqu’un de la viande à manger. Dhirghamayni => Lionceaux Kharadil => pluriel qui signifie morceaux.

Le matin celui-ci (le lion) nourri ses lionceaux dont la pâture est faite de chaire humaine trainé dans la poussière.
Vers 48 : Le sujet est toujours le lion même dans ce vers.

Yousawir vient de Saawara (3e forme) = Wathaba 3ala => Se jeter sur 9irnan => Adversaire

Majdoul => jeter au sol.

Le lion n’est pas capable de laisser son adversaire sauf quand il le trouve jeter au sol.
Vers 49 : Aucune personne ne se risquera a marché a pied dans cette vallée (du fait de ce lion)


Les autre fauves de la région le craigne tant et aucun être ne s’aventure a pied sur son territoire.

Ka3b met en valeur les qualités de courage et de bravoure du prophète le rend guerrier en le comparant au lion.
Vers 50 : A5ou thi9a => quelqu’un de confiance, sur de lui, d’audacieux… Moutara7 => jeter a taire
El baz => Les armes (jeter au sol) EL Dirss => vêtement en lambeaux

Toute personne assez audacieuse qui s’aventure dans cette vallée on retrouverait ses armes et ces vêtement en lambeaux jetez a terre. (Il serait dévorer par le lion et mit en pièce).

On a 5 vers qui insiste sur la férocité du lion et on loue en même temps loué ses valeurs et sa force. En montrant ce personnage invincible Ka3b est vue comme inferieur et inoffensif.

Vers 51 : Masloul => glaive tiré du fourreau, qui éclaire le monde (sous forme de vérité). Ce glaive est décrit comme Mouhanid qui signifie le meilleur acier qui vient de Hind=> l’inde, qualité d’acier qui vien de l’inde utilise pour les épées.


Une épée de dieux trempé dans le meilleur acier et tiré de son fourreaux et qui illumine le monde du fait de l’éclat de sa lame. Ici l’image renvoi à la lumière de la justice.


Ici la dimension mise en évidence est celle purement religieuse du prophète.


L’envoyé de dieu est une épée de dieu tiré de son fourreau trempé dans le meilleur acier indien et qui illumine le monde (dans le sens de vérité).

Après ce vers on passe à la louange des musulmans qui sont autours du prophète et surtout les mouhajirun.
Vers 52 : 3oudhba => Un groupe d’homme. Le prophète ce trouve dans un groupe d’homme venant de 9ouraych, le porte parole de ces gens à déclarer dans la vallée (Batn) Mecque dés leur conversion (Lorsqu’il on embrassé l’Islam) partez.

Zoulou => dans le sens de partez pour la Hijra.

Le porte-parole est surement Omar Ibn Al Khatab.
Vers 53 : Ils sont partit, mais ne sont pas partit les gents trop faible (Al Ankass) et ceux qui sont à découvert (Kouchouf, des personnes désarmé qui n’on pas de bouclier), et les gent qui ne tienne pas bien en celle (Sarj, Mayl) ou qui n’ont pas d’arme (ma3azil).


Vers 54 :
Vers 55 : Continuation de la description (enjambement) de la tenu des mouhajirun.

Les cotes de mailles sont qualifié de blanche « Baydh » et elles le sont parce qu’elles sont toujours porté par les mouhajirun (les combattants vaillant) elles n’ont donc pas le temps de rouillé.

« Sawabigh » => toute chose longue qui descend, et ici ca renvoie à la cote de maille qui est large et ample.

« Shoukat laha » => Bien fabriquer quelque chose de manière correcte. Ici on veut dire que les côtes de maille sont de très bonne qualité car elles sont bien filées.

Le poète va comparer ces mailles avec les mailles d’une plante qui forme des anneaux (5awatim).

« Majdoul » => Participe passif qui signifie fermement tressé et tordu.

Une image qui met en valeur ces guerrier ardue avec des comparaisons qui rapproche toujours plus le comparé du comparant.
Vers 56 : Ils ne se réjouissent pas lorsque leur lance atteint quelqu’un, mais s’ils sont dominés (perdant) ils ne s’agitent pas, car ils ont confiance en leur prochaine victoire.

On l’explique par : Ils sont tellement habitué à la victoire que finalement cela ne leur fait plus d’effet et quelque soit la bataille ils savent faire preuves de patience.

Ce vers mets en avance encore le courage et la vaillance de ces guerriers, qui n’ont aucune crainte du combats ni de l’ennemi.
CONCLUSION :

On voit bien que ce poème fonctionne comme un échange rituel, un échange entre Ka’b et le prophète un échange entre la vie et

Comme Ka’b vient d’une grande ligné de poète, alors sa rédemption à l’islam est comme ci une rédemption de toute la poésie à l’islam (c’est comme ci tout l’islam c’est converti).

C’est de sens ou l’on peut dire que ce poème est proto-islamique, un passage de l’avant à l’après islam.
La tradition veut que le prophète ait donné son manteau (Borda) à Ka’b.

Pour que le poète soit sauvé, il doit se soumettre aux nouvelles règles de l’islam. On a un passage réussi d’une ancienne à un nouvel air.

II.L’époque des rachidun et des Umawi.



La poésie à changer après l’apparition de l’islam. Le coran et l’islam ont exercé un rôle dans le sens de la conservation de la langue.


Les arabe sortent de leurs péninsule et se mélange à d’autre peuple qui ont des civilisations différentes, dont les principaux les Perses et les Byzantins (Al Roum). Les habitudes, les coutumes et les régimes sociopolitiques de ces derniers ont influencé les arabes.


Une fois sortie de la péninsule, la situation économique des arabes c’est amélioré grâce entre autre à l’extension de la péninsule arabique.


A l’époque Omeyade c’est développé le luxe et le goût pour le divertissement (El lahou wal Taraf) et surtout en Syrie et dans le Hedjaz.


On pensait voir la poésie changer avec toutes ces transformation mais du fait qu’à l’époque Omeyade les Califes ont fait ressurgir des conflits d’ordre tribaux et politique, le calife Omeyade honore et soutient les tribus qui le flattent et donc le poète ne changera pas il se verra dans l’obligation de loué comme avant l’islam la tribu et son chef, et au contraire les ennemies vont attaquer.
La littérature est donc revenue à ce qu’elle était à l’époque préislamique.


La poésie servait soit les intérêts généraux (tribaux, Hizbiya) soit les intérêts personnel (Fardiyya).


Une grande partie des poètes sont partie vers la ville (La Mecque et Médine).


Damas est devenue le centre du Califat, soit un point important pour les poètes et la poésie.

es centre urbain de l’Irak (Kuffa, Basra et Al Mirbad) sont la où l’on trouve le point des Chiites et de l’opposition au pouvoir. Ces centres urbains de l’Irak sont des points de rencontre pour des peuples venant de partout.

La poésie était au service des tribus ensuite au service de l’islam et pendant l’époque Omeyade elle devient une armes pour les dirigeants politique.


Le poète garde tout de même son statut dans la tribu mais a par ca il à une mission politique. Les sujet ne change pas énormément (loué…) mais s’ajoute a cela une dimension plus politique.

Le 03/03/11


Chaque région se ventait (Toufa5irou) de son poète, elles glorifiaient les poèmes de ces poète.


Le poète à été en relation avec le devenir de la tribut.

Certaine thématique prenne plus de valeur comme la poésie amoureuse (El Ghazal) qui devient indépendant, on trouve maintenant des poèmes qui parle que d’amour. De même la satire (Al Hija) prend plus de valeur et fut plus diffusé

.
La poésie à l’époque omeyade se diffuse en différentes partie :
La poésie de combat religieux _ Al nidhal al Dini (ce qui a été dit contre cette nouvelle religion) Ex : Ka3b Bnou Zouhair, mais le plus emblématique est Hassan Bn Thabit.
Le poésie légère (du divertissement) _ Chi3r al Lahou, parle d’amour (El ghazal, El 3afiif( courtois) ou el 3ayr 3afiif ou al hadhari (Charnelle)) ou de divertissement. Ex : Jamil (amoureux de sa cousine Bouthayna, un amour courtois. Pour illustré le 2nd type d’amour on a Oumar bn Abi Rabi3a).

La periode ommeyyade est caractériser come un age d’anxieter car on a la construction d’un etat qui passe par des violance a l’encontre de la famille du prophéte (Kerbala assasina de Husseyn en 680), les omeyyade vont exercer leur suprematie a l’encontre du desir de la contruction d’une Oumma unifier.


La periode se carachtérise par un mode de vie de + en + urbain mais en general les homme et les poete devienne de + en + depandant de l’atat, societé très hétérogéne avec une grande disparité car en Irak on a de grande garnaison mais globalemen il ya une gande disparité bedouine a l’ouest de Basra on a le Mirbad qui est un marché situé du coté du desert, c’est le point de rencontre de tout les bedoin qui passe par là mais c’est aussi un poin de rencontre littéraire ou les poéte vont se manifester et s’exprimer (systéme proche de celui de la jahilya avec le Caucase).


Kuffa est la ville concurante de Basra mais son marché est bcp moin important.


Damas est un pays bcp mieu organisé puisque c’est le centre du pouvoir, Mu3awiya va organisée une cour ou le poéte va chanter la gloire des ommeyyade.


LE Hijaz l’energie de la population va etre orienté vers les plaisir de la vie afin de la detourner de ces ambition politique, c’est une region très riche grace au dons apporté au gens de Médine et de la Mecque. Il y a bcp d’esclave qui vont aporter le experiance artistique si bien Medine va devenir un centre artistique très important, les medinois vnt bcp s’intéréssé a la mode et l’elegance. Medine va devenir un centre musical a travers les differant esclave venu de bizance et autre. Si bien que la

population de Hijaz va s’occuper des plaizir de la vie.


En ce qui concerne les calife Oumar et Ali s’interesse à la poésie, mais des lors que l’islam triomphe la poesi va se trouver sous la surveillance de la religion et de l’etat.


Les poéte sont desorienté car il ne saven pas comment passer de la Jahiliya fondé sur l’experience à l’apres islam fonder sur des valeur rationel.

C’est une période de rupture entre les ancien cadre de penssé , alors qu’à l’epoque des mu3awiya on voit plutôt le coté renouveau a la place de celui de continuité.


L’islam est cadre social et politique. Il est vitale de comprendre que même si l’on garde les cadres formelle

III.El Ghzal el hadhari au Hijaz sous 3oumar bnou abi Rabi3a



3oumar bnou abi Rabi3a Abou el Khtab al makhzoumi, est originaire de Bani makhzoum (une des importantes familles de 9ouraych pendant la Jahiliya et l’Islam). Il est né à Médine en 644miladin soit 23hijra. Son père était un grand commerçant, il est devenu membre de l’arme musulmane (al Jund) au Yémen. Sa famille était très riche il a grandit dans le luxe et à l’abri de toutes les difficultés de la vie, il faisait partit de se que l’on appel la jeunesse dorée. La période qu’il préférait était la période du Hadjj, car il revêtait de ses plus beau vêtement et portait des parures (Al 7oulal wal Wach) et se parfumait. Apres il se déplaçait pour aller a la rencontre des femmes (Al 7ajjat) pour discuter avec elle. Mais cela se sut, et les femmes demandait à le rencontré pour qu’ils les décrivent dans ses vers.


Il est mort d’une maladie au Yémen en 711-93.

Il a laissé un gros Diwan qui comprend plusieurs millier de vers de poésie qui traite en général du ghazal.
Il s’intéresse aux femmes qui sont de son même niveau, elles occupent une grande partie de son Diwan.

Le 10/03/11

Le dialogue chez 3oumar bnou abi rabi3a est la base de l’art de ses poèmes.


Cette créativité se manifeste dans la précision réaliste de ses descriptions, lorsqu’il décrit les femmes par exemple il les présente avec précision. Mais ces dernières y sont présentées avec toutes leurs habitudes, mœurs et gestuelles.


La musiques dans ces poèmes est très mélodique, elle particulière dans la manière de choisir les mettre et le rimes (Al bou7our wal 9awadhi).


3oumar est un innovateur dans le sens ou il a limité sa poésie au Ghazal, il a consacré au Ghazal des poèmes entiers et indépendants. Il a sut dépeindre dans ces poésies les sentiments ressenti par les femmes.


Il a été le représentant d’un aspect important de son temps, qui était l’intermédiaire (El wassat) entre la badiya et la 7dhira.

IV.Wa hal ya5fa el 9amar / 3oumar bnou abi Rabi3a



Vers 1 : Son poème commence par une déploration sur les ruines

Siyar = enclos

Emu fut mon cœur par ces demeures ces bergeries en ruine
Vers 2 : Adhrat = va avec le vent signifie soulever Nassaja = Tisser

Balayer par les vents d’été qui ont tissé de poussière les branches battu par les pluies.

Ces deux vers nous présentes des vestiges sur les quel le poète pleurs.
Vers 3 : Dhiltou = je suis resté

Ce vers prends un thème tout à fait traditionnel celui du sou2al, après celui du Bouka. Le sou2al consiste à interroger sur ce vestige du Bouka.
Vers 4 : Li-atrabin laha = Rafik 9outouf = quelqu’un qui marche a petit pas 5afar= Pudeur

Description des femmes dotée d’une démarche légère et entretenant entre elle de très bonne relation tout en étant pudique.
Vers 5 : Constitue une certaine rupture avec ce qui précède, car 3oumar nous les présente alors qu’elle marchait. Mouni9 = un endroit charmant Nayir = au couleur éclatante, resplendissante
Taghachahou = Recouvert.

Les poètes vont s’intéressé à la description de la végétation et des fleurs et abandonne aussitôt la description du désert.
Vers 6 : Dimath = terrain sablonneux et doux (dans les lits de oueds) sera le lieu de prédilection des poètes sous les abbassides. Yamou 3aymin =un jour nuageux. 9atar = Poussière.

Malgré les nuages il y tout de même une certaine lumière.

Rare sont les fois ou dans la poésie le soleil est décrit, il est présent soir au crépuscule soit a l’aube mais rare aux heures ou li est écrasant. Par contre les nuages y sont valorisés car il annonce la pluie, mais le ciel n’est jamais décrit comme totalement sombre.

Sa9il = transparence de l’air (poli)
Vers 7 : Donne la parole aux femmes, le 7iwar commence. 5alawna = Isolé, être seul à l’écart.

Noubdi = Montré opposée. Ma noussirr = Ce que l’on a comme secret.

Vers 8 : Chaw9 = Désir. Mou9la = Pupille renvoie à l’œil. Le Ha renvoi à elle, la Léllati du début.
7bab = Une bulle d’eau en général, mais aussi la bulle de champagne.

La bulle est valorisée car elle renvoi à quelque chose de pétillant et donc de vivant.

Une vérité général qui dit que le désir ce lit dans les yeux.
Vers 9 : Ce sont les amies qui dirent à la fille. Istardhinaha = cherche à lui faire plaisir.

Mouniatouna = Notre souhait. Law atana el yawma = Que vienne a nous
Vers 10 = Quand il formule se souhait, Omar est apparut !!!

Baynama =Quand, lorsque. Yabsirounani = Elle mapersurent. Douna 9aydan mili= A une distance moindre que la distance maximum à la quelle peut se porté la vue. Yaghdou bil a3ar = Galoper pour un cheval. Omar précise qu’il monte un cheval d’exception qui renvoi a sa richesse personnelle.
A3ar = El farass (cheval) aldhi fi jabhatihi bayadh.
Vers 11 et 12 sont des vers de dialogue et construit avec symétrie.
Vers 12 : Tayamama = ce diriger vers. Le poète se représente sous l’aspect de la lune (Fa5ir).
Il donne la parole à la femme mais en vu de ce mettre en valeur.

Wa hal Ya5fa el 9amar = Illustration du fa5r est ce que l’on peut ignorer la lune sachant que la lune c’est lui-même.

Vers 13 : Une des femmes qui continu a s’exprimer au sujet de 3oumar surement la plus petite.

Dha = Hadha Sa9ahou = désigne en général la mort mais ici c’est plutôt Al Mi7na = l’épreuve.

3araj = Maala ila janib, se pencher d’un coter a l’autre mais ici il signifie Ibta3ada.
Vers 14 : Al bar9 = Chameau Istabatara = Imata, S’étendre

Lorsque le chameaux de la nui a posé sont poitrail sur la terre et c’est étendu. C’est une image qui à pour base le chameau mais qui désigne la nuit qui tombe. Ichtada el Dhalam (Al layl), l’obscurité de la nuit c’est renforcé.

Vers 15 : On est toujours dans la description de 3oumar par une des femmes, 3oumar est arrivé dans la nui. Roudhab = Foutat, Eclats du Misk. Marmara = Yamourou el Maa 3ala wajhihi, l’eau qui ruisselle sur sont visage.

Nadhara = un verbe que l’on retrouve souvent dans la poésie qui veut dire étincelé briller … il s’étulise pour la végétation en général mais aussi pour les couleurs notamment le vert, il est utiliser aussi pour les humain surtout le visage. Il ya une idée de beauté soit un attribue esthétique.

Nadhara el Wajhou = 7assouna wa kana jamiilan.

Son visage resplendi d’eau, l’eau étant une image métaphorique valorisante.

Ce vert confirme une description épidictique, dans la jactance et 3oumar essaye de se présenté sous son meilleur jour via la jeune fille.
Vers 16 = Ce que nous espérions est venu.

Ibram = Masdar qui signifie importuné quelqu’un. Ou

Abram = Pluriel de Barm qui veut dire el rajoul aldhi la youcharik al 9aw fil mayssar, quelqu’un qui ne partissipe pas aux jeux

9adar = Soit dans le sens que l’on connait ou Al rajoul aldhi la you5alit al nass.

L’accen est mit sur le fa5r dans ce poéme, la mise en scene et les dialogue ont pour but de mettre en valeur le poéte sa boté physique et c’est très abile car ce sont les jeunes filles qui le dise et non pas lui.

On était dans le bouka au debut mais qui disparait petit a petit avec la description de la vegetation.
Cette poésie ne va pas perduré car tres vite les condition du Hijazz vont faire que ce dernier ne restera pas un centre d’art très longtemp.

Mais le 3azal va se dévelopé dans la periode abbasside.

V.Al farazda9



Al Farazda9 est un mot d’origine persane qui signifie un morceau de patte (3ajin) ou bien une grosse miche de pain (Raghif dha5m). Il prit ce nom pour son visage qui était particulièrement rond qui faisait penser à une miche de pain.

Son vrai nom complet est Hamaam bnou Ghalib bnou Sa3ssa3at al daarimi al tamiimi.

Il est née en l’an 20 hégire (642 miladin) dans le Califat de 3oumar bnou el 5atab (2e califat), il a vécut dans un univers bédouin. Il ne prit contact avec aucun des califes avant L’imam Ali, Il a rencontré Ali à Basra en 36 H (657m). Il récitât devant lui quelque vers de sa poésie (il était à ce moment la très jeune), il est dit que Ali lui a conseillé d’apprendre le Coran alors Al farazda9 a suivit sont conseil et apprit le Coran. Il semblerait que le caractère et la personnalité de Ali à lourdement influencé le poète. Mais suite à l’épisode de Husayn à Kerbala et la Mort de Abdallah bnou Zoubayr, les Alides (partisan d’Ali, 3alaouiyoune) ont perdu leur gloire et leur importance politique (Jahahom).

Alors Al Farazda9 se rallie (indama) aux poètes et aux Califes Omeyyades de Damas, par intérêts (Takassoub) et non pas par conviction (I3ti9adan).

Al farazda9 fait partit des poètes polyvalent qui ont traités tout les domaines, mais la ou il excelle c’est dans la Jactance (Al fa5r), il fait partit des meilleurs poètes dans ce domaine.
Son Fa5r a dominée et c’est imposée à (Ghalaba 3ala) toutes ces productions, Il ne pouvait pas s’empêché (La yatamalakou an) de mettre du fa5r dans toutes ces œuvres même dans les poèmes qui était destinée au Calife omeyyade ce qui les énervaient.

Le premier Calife qu’il loué dans ces poème est Abd Al Malik bnou Marwan, mais il ne prend contact avec la cour de Damas qu’à l’époque de Souleyman fils de Abd al Malik.

A partir de ce moment il loue tout les autres Califes omeyyade jusqu’à Hicham.

Dés le départ et depuis sa jeunesse il prend contact avec d’autre poète il les attaque (Yahjouhoum) et eux en font de même. La satire a été très violente en particulier entre lui et Jariir.
C’est l’époque ou se développe les Na9a2id des poèmes qui attaque des poète et vis-ver-ca mais avec des règle très particulière.

VI.Dhayf Tha9il_ Wasf el Dhi2b



Ce poème a été écrit par Al farazda alors qu’il était dans une caravane et qu’il transportait avec lui une brebis qui a été égorgée. De faite de la hâte il na pas eu le temps de manger, avant le départ de la caravane.


C’est alors qu’un loup attiré par l’odeur du sang, c’est mit à suivre la caravane, et à ce moment c’était le tour (nawba) de garde d’Al farazda. On imagine qu’il était à l’arrière de la caravane suivit du loup, il prit peur lorsqu‘il vit le loup et coupa alors une patte de la brebis et essaya de la jeter le plus loin possible de la caravane pour se débarrasser du loup. Mais le loup après avoir mangé cette patte il rejoignit la caravane et continua a la suivre, le poète ne cessa de couper la carcasse morceau par morceau qu’il jetait au loup jusqu’au moment ou le loup était rassasié et à ce moment il cessa de suivre la caravane.

Ceci est un 5abar qui nous dit quelque chose sur le poème, mais nous ne somme pas du tout sur que cela c’est passé comme ca.


Mais dans ce poème Al farazda9 prétend que c’est lui qui a invité le loup à l’hospitalité (9ira2 = Dhiyafa). Il prétend aussi qu’il na pas tuer ce loup du fait de ca grande générosité, on remarque que al Farzda9 va utiliser cette rencontre avec le loup pour mettre en valeur sa générosité.
Vers 1 : On localise le poème temporellement, une nuit (Laylat) ou ils dormirent (Bitna) dans un endroit (Ghariyayni). 3ala Zad = ce que l’on emmène avec nous lors d’un voyage, à boire et à manger.
Atlassou = adjectif de couleur qui désigne un gris sale, cet adjectif désigne fréquemment un loup.

Mamchou9 = Hazim, maigre _ DHira3= patte.

Lors de la lui que nous passâmes dans ce lieu que nous appelons Al Ghariyayni, un loup efflanqué d’une couleur grisâtes nous rendit visite pour nous prendre de notre viatique (provision).
Vers 2 : Talamassa = Talaba, demander avec insistance. Ladoun = depuis que. Fatama = Sevré.

Depuis que sa mère la sevré il ne cesse de demander sa nourriture.
Vers 3 : Daniyan = vient de Danawa = 9arib = Approché. Law = Conditionnel.

Vers construit sur une double hypothétique, Il lui aurait volontiers donné des vêtements mais comme un loup ne porte pas de vêtement … Il s’inscrit dans le Fa5r toujours puisqu’il aurait été assez courageux pour s’approché du loup et assez généreux pour lui donné des vêtements.
Vers 4 : Tana7a janbatan = s’est mit à l’écart = ibta3ada 3anhou. 9ayd = distance = massafa.

Roum7i = Lance. 3ala 9aydi roum7in = se trouver a une distance égale à peut prés à celle d’une lance. Anfass = Ab3ad, et même un peu plus loin.

Le loup se tien a cette distance car c’est lui qui a peur de l’homme.
Vers 5 : 9assamtouhou = Je partageai. Nifssayni = En deux part égale une pour lui et moi.

Zaadi = Viatique, ses provisions. Wa Alraka2ib = Alors que les montures. Nou3as = Endormi.
Vers 6 : Ibn Layla = il se désigne lui-même, soit fils de Layla. Idh 9ara = Offrir l’hospitalité et en particulier le régaler. Puisque Ibn Layla (lui-même) à régaler le lion.

Tari9 al Dhalma = signifie une personne qui voyage ou qui rode durant la nuit. Ta3assa = Mine renfrogner.
Celui qui c’est porter généreux avec le loup accueillera le voyageur avec une mine non renfrogner.

Le loup est dans ce poème juste pour mettre en évidence le fa5r du poète : el chaja3a wal karama

.
El farazda9 qui vie a l’époque omeyyade considère ces deux vertus comme essentiel, même si ces vertu font partie de la jactance à l’époque préislamique.

VII.La dynastie Abbasside



L’époque abbasside est renversement politique et une nouvelle orientation (Tawjih) qui se retrouve dans tous domaine.


Domaine politique : La chute des Ommeyade en Syrie, le califat passe à Banou 3abbass il était le créateur de la dynastie abbasside Abou al Abass al safa7 (750-754). Son frère Abou Ja3far Al Manssour lui succède, il régna de 754 à 776. Il est à la tête de la création de Bagdad et en fait la capitale en transférant le siége du califat de Damas à Bagdad. Dans la nouvelle dynastie les arabes sont devenus un des éléments de l’état alors qu’à l’époque omeyyade il était un élément essentiel. Les persan se sont initier (taghalghala) au cœur de l’état. Les perses ont introduit parmi les arabe la politique du pouvoir absolue, les palais des abbasside a Bagdad ressemble au palais Akassir ( ). Le plus important c’est que l’influence des perse était puissante à l’époque abbasside.


Les regards se détourne des arabes et de leur habitude et coutumes pour s’ouvrir sur le renouveau ( Naza3at ila jadid wa al tajdid).

Le nouvel environnement culturel : Les premiers abbasides vont encourager tout les mouvements scientifiques (al7araka al 3ilmiya), comme il on exagérer dans la générosité (Ikram) des poète. Ils ont donc côtoyé les hommes de lettre et les poètes, et les ont invités pour qu’ils partagent leurs vies quotidiennes.
C’était la même chose (cha2nou) dans tous les grands gouvernorats, qui était en concurrence dans l’ouverture des Dar Al 3ilm (institution crée par les abbaside pour développé la science et la culture, et chaque gouverneur crée cette institution et voulait que la sienne soit la meilleur). Un penchant puisant pour la vie 3ilmiya c’est montrée dans les nouvelles générations.


Il existe 3 types de culture répandu qui vont influencer la littérature.


Premièrement, la culture qui s’appui sur le Coran, soit les sciences religieuses et la poésie (qui donne lieu à d’autre science comme la grammaire et la lexicologie).


Deuxièmement, la culture grecque (la science et la philosophie) qui est arrivé par l’intermédiaire des Perse.


Troisièmement, la culture orientale que l’on trouve chez les Perses, les Indiens et toutes les autres cultures des autres nations qui était dispersé en Irak.

La culture Persane résulte du mélange qu’il y eu entre les perses et les arabes.

La culture Indienne est arrivée a l’état abbasside par le biais des persan, du commerce mais aussi par le biais des conquêtes qu’il eu.

Le mouvement de traduction : Ce mouvement était le canal le plus important qui a attiré toutes les sciences anciennes à la dynastie abbasside.

Les choix qui ont été fait sont intéressant à noté par exemple en ce qui concerne les grecques, les abbasside ont cherché à exploité seulement les sciences et la philosophie, ils ne se sont pas intéressé ni à la littérature ni à l’histoire et à la géographie grecque malgré leur importance. Mais une grande partie de l’histoire et de la géographie perse on été traduit.
Les raisons (hypothèses) de ce choix sélectif dans la traduction, c’est que les arabes n’aimaient pas la littérature grecque du fait de son éloignement avec la littérature arabe. La deuxième raison est que la culture grecque est pleine de divinité grecque.

Ce qui marque un changement dans la poésie abbasside c’est qu’elle se déplace et quitte peut a peut les villages pour se diriger vers les villes et le palais ou il y a des jardins. Les poètes fréquentant de plus en plus les personne de pouvoir et particulier les califes ils vont être amené a décrire ce qu’ils ont autour en particulier les palais et les jardins.

En ce qui concerne les thèmes de nombreux vont évoluer et d’autre vont disparaitre et certains vont se crée, ex la poésie courtoise (Al 3oudhri) va disparaître de la même manière le fa5r va perdre de sont importance.
Aghradh = Thématique de la 9assida, Il y a des thèmes qui se sont affaiblis ou complètement disparu comme la poésie politique, la poésie amoureuse (Al Ghazal al 3odhri) et la fa5r et la 7amassa.
Il y a de nouveaux thèmes comme la poésie politique. Mais la poésie philosophique va apparaître, en même temps que la poésie mystique (Al chi3r al Soufi). La poésie Soufi élève le Ghazal de la matière au spirituel. Deux genres mineurs vont apparaitre comme la poésie didactique (ta3lili) et la poésie humoristique.


Le vin va apparaître dans la poésie et va donner naissance à la poésie Bachique (Al 5amar). Un autre thème important c’est le Zouhd, la poésie acétique.


Il y a des poèmes qui vont être consacré qu’à la description de la chasse, la poésie cynégétique (Al Tardiyaat).
Les poésies qui évoluent et qui se renforce sont le Mad7 et le Ritha (traine), ces deux thèmes prennent encore plus d’ampleur qu’à l’époque précédente. Les Califes et les 3oudhama ont besoins du Mad7 et ce dernier est devenu un instrument du takassoub (un moyen d’assuré son existence).


De la même manière le Hija est un moyen essentiel pour les gouverneurs et les gents au placée d’assurer leur image, leur réputation et en général leur existence.


Il a été dit que la poésie amoureuse (Ghazal) a perdu de la valeur certes mais il a subit une évolution, les sujets traite plus d’une poésie érotique ou une poésie masculine (Al ghazal al moudhakir) qui traite de l’homosexualité.


La dernière thématique au sens large est tout ce qui est en rapport avec le Wasf, la description. A l’époque abbasside le Wasf va pouvoir s’étendre sur un grand nombre de vers et l’objet va évoluer on passe de la description du désert à la description de la ville, des palais, des jardins et des objets (comme le bassin (pièce d’eau) => Birka, le jet d’eau (fawar) et les différentes sorte de nourriture lors des assemblés.).

Le renouveau politique est concentré au 2e siècle, parmi les grandes figure de cette période il ya Abou Nawas un personnage important et grand rénovateur au coté de Bashar.

similaire:

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconAdresse à consulter : https://bv ac-grenoble fr/gpe38/html
«Chez vous, dans la rue, à l’école…offrez un poème, échangez vos poèmes, postez un poème, glissez un poème sous la porte ceci ou...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconAdresse à consulter : https://bv ac-grenoble fr/gpe38/html
«Chez vous, dans la rue, à l’école…offrez un poème, échangez vos poèmes, postez un poème, glissez un poème sous la porte ceci ou...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconAttention
«le poème laisse émerger le IL sans figure, l’être anonyme, impersonnel.». Le poème parle de ce désir et à sa façon le poème réalise...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconExtraits du site d’Annie Camenisch. Iufm alsace
«réciter» le poème-vedette et demander à chaque élève de choisir le poème qui le fait penser au poème-vedette en explicitant son...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconDescriptif 1e L lycée saint Adjutor 2010-2011
«L’invitation au voyage» (poème versifié et en prose) et entre le poème versifié «La chevelure» et le poème en prose «Un hémisphère...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconDescriptif 1e L lycée saint Adjutor 2010-2011
«L’invitation au voyage» (poème versifié et en prose) et entre le poème versifié «La chevelure» et le poème en prose «Un hémisphère...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconLe poème pour dire les poètes contemporains, 6
«sur» l’œuvre d’un poète contemporain. Ce poème a pour fonction, de par et le sens qu’il véhicule et le recours à la forme qui le...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconHaïku, poème court japonais, poème zen

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconNote : Le principe de cette chronique est le suivant : Matthieu Gosztola...
«sur» l’œuvre d’un poète contemporain. Ce poème a pour fonction, de par et le sens qu’il véhicule et le recours à la forme qui le...

I. Poème de Ka’b bn Zouhair iconNote : Le principe de cette chronique est le suivant : Matthieu Gosztola...
«sur» l’œuvre d’un poète contemporain. Ce poème a pour fonction, de par et le sens qu’il véhicule et le recours à la forme qui le...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com