Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J'ai pris le soin de mettre en gras les vers à connaître par cœur





télécharger 36.13 Kb.
titreVoici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J'ai pris le soin de mettre en gras les vers à connaître par cœur
date de publication09.01.2017
taille36.13 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
PETITE ANTHOLOGIE DE POEMES POUVANT ENRICHIR UNE DISSERTATION


Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J'ai pris le soin de mettre en gras les vers à connaître par cœur.




TEXTE 1 : "Le Lac" est un poème lyrique d'un auteur romantique, Alphonse de Lamartine. Dans ce poème extrait des Méditations poétiques (1820), il exprime sa douleur : sa bien-aimée, Elvire, est morte. Il retourne sur les rives du lac où il se promenait en sa compagnie. Il déplore le passage inéluctable du temps, qui efface les souvenirs et demande à la nature de garder une trace de leurs amours passées.




Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.


" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TEXTE 2 : Dans ce sonnet lyrique de 1555, Louise Labé, poétesse de la Renaissance, exprime les affres de la passion amoureuse.
Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :

La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.


TEXTE 3 : Dans le poème "Liberté", extrait de Poésie et vérité (1942), Paul Eluard fait acte de Résistance.
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffées d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom


Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté


TEXTE 4 : "Mélancholia" est un poème engagé de V.Hugo, extrait des Contemplations (1856) . Le poète s'insurge contre le travail des enfants. (Le poème est constitué d'une strophe unique).


Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »

O servitude infâme imposée à l'enfant !

Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -
D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
O Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


TEXTE 5 : "L'Art" est un poème du poète parnassien Théophile Gautier (1857). Le Parnasse est un mouvement littéraire poétique de la seconde moitié du XIXe siècle. Il prône "l'art pour l'art" : l'art n'a pas d'autre but que lui-même, il vise le Beau et rien d'autre. le poète, dans l'effort, cisèle une œuvre d'art, tel un joaillier. Comme le dit Gautier,dans la préface de Mademoiselle de Maupin, "tout ce qui est utile est laid". L'art n'a que faire des préoccupations bassement matérielles des hommes, il se coupe de la réalité sociale et politique.





Oui, l’œuvre sort plus belle
D’une forme au travail
            Rebelle,
Vers, marbre, onyx, émail.
 
Point de contraintes fausses !
Mais que pour marcher droit
            Tu chausses,
Muse, un cothurne étroit.
 
Fi du rythme commode,
Comme un soulier trop grand,
            Du mode
Que tout pied quitte et prend !
Statuaire, repousse
L’argile que pétrit
            Le pouce,
Quand flotte ailleurs l’esprit ;
Lutte avec le carrare,
Avec le paros dur
            Et rare,
Gardiens du contour pur ;

 Emprunte à Syracuse
Son bronze où fermement
            S’accuse
Le trait fier et charmant ;
D’une main délicate
Poursuis dans un filon
            D’agate
Le profil d’Apollon.
 
Peintre, fuis l’aquarelle,
Et fixe la couleur
            Trop frêle
Au four de l’émailleur.


Fais les sirènes bleues,
Tordant de cent façons
            Leurs queues,
Les monstres des blasons ;
 
Dans son nimbe trilobe
La Vierge et son Jésus,
            Le globe
Avec la croix dessus.

 Tout passe. — L’art robuste
Seul a l’éternité.
            Le buste
Survit à la cité.
 
Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
            Sous terre
Révèle un empereur.
 
Les dieux eux-mêmes meurent
Mais les vers souverains
            Demeurent
Plus forts que les airains.
 
Sculpte, lime, cisèle ;
Que ton rêve flottant
            Se scelle
Dans le bloc résistant !


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 


 





TEXTE 6 : Inspirés par Apollinaire (c'est lui qui inventa le mot "surréalisme"), les surréalistes libèrent le langage poétique en annihilant les entraves de la pensée rationnelle, et de la morale. Parmi les jeux poétiques destinés à explorer l'inconscient humain, figure celui du "cadavre exquis". Il consiste à écrire un GN sur un papier, à le plier et à le passer à son voisin. Ce dernier ne lit pas ce qui a été écrit avant lui, et écrit un adjectif. La personne suivante écrit un verbe conjugué. La personne suivante écrit un COD, etc... Voici quelques cadavres exquis (Le Surréalisme au service de la révolution, 1930-1933).
Le cadavre - exquis - boira - le vin - nouveau.

Le mille-pattes amoureux et frêle rivalise de méchanceté avec le cortège languissant.

La vapeur ailée séduit l'oiseau fermé à clefs.

La grève des étoiles corrige la maison sans sucre.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




TEXTE 7 : Eluard est un poète surréaliste en vers libres. Dans ce poème extrait de L'amour la poésie (1929), il joue avec le langage. En effet, il crée des métaphores surprenantes (v.1 et v. 10) qui remotivent le langage, c'est-à-dire qui recréent le lien qui unit le mot à la chose. Cela libère l'imagination, permet d'explorer l'inconscient humain et de restituer le mystère du désir amoureux. (Le poème est constitué de deux strophes).

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.






-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TEXTE 8 : Voici un calligramme d'Apollinaire, écrit en hommage à Lou, extrait des Poèmes à Lou, 1915.


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/99/calligramme.jpg/200px-calligramme.jpg

http://www.weblettres.net/blogs/uploads/n/neron1s2/25963.jpg

Reconnais-toi

Cette adorable personne c’est toi

Sous le grand chapeau canotier

Oeil

Nez

La Bouche

Voici l’ovale de ta figure

Ton cou Exquis

Voici enfin l’imparfaite image de ton buste adoré

Vu comme à travers un nuage

Un peu plus bas c’est ton coeur qui bat



TEXTE 9 : "Le pain". Dans son recueil de poèmes en prose, Le parti pris des choses (1942), Francis Ponge poursuit un objectif : monter que la poésie peut parler de tout, notamment des choses, autrement dit des objets ou éléments vivants banals du quotidien (l'huître, le cageot). La poésie transfigure le monde : elle va révéler la beauté de ces objets ordinaires que nous ne remarquons pas. La description du pain rappelle la genèse, c'es-à-dire la création du monde.

La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l'on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.
TEXTE 10 : Dans "Fonction du poète", (Les Rayons et les ombres, 1840). Victor Hugo aborde le rôle du poète. Il est un mage, un voyant, un visionnaire qui voit plus loin que le commun des mortels. Il est un intermédiaire entre Dieu et les Hommes. En ce sens, il doit se charger de guider les peuples.

Dieu le veut, dans les temps contraires,
Chacun travaille et chacun sert.
Malheur à qui dit à ses frères :
Je retourne dans le désert !
Malheur à qui prend ses sandales
Quand les haines et les scandales
Tourmentent le peuple agité !
Honte au penseur qui se mutile
Et s'en va, chanteur inutile,
Par la porte de la cité !

Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
ll est l'homme des utopies,
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
C'est lui qui sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes,
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue,
Comme une torche qu'il secoue,
Faire flamboyer l'avenir !

Il voit, quand les peuples végètent !
Ses rêves, toujours pleins d'amour,
Sont faits des ombres que lui jettent
Les choses qui seront un jour.
On le raille. Qu'importe ! il pense.
Plus d'une âme inscrit en silence
Ce que la foule n'entend pas.
Il plaint ses contempteurs frivoles ;
Et maint faux sage à ses paroles
Rit tout haut et songe tout bas !



Peuples! écoutez le poète !
Ecoutez le rêveur sacré !
Dans votre nuit, sans lui complète,
Lui seul a le front éclairé.
Des temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres
Le germe qui n'est pas éclos.
Homme, il est doux comme une femme.
Dieu parle à voix basse à son âme
Comme aux forêts et comme aux flots.

C'est lui qui, malgré les épines,
L'envie et la dérision,
Marche, courbé dans vos ruines,
Ramassant la tradition.
De la tradition féconde
Sort tout ce qui couvre le monde,
Tout ce que le ciel peut bénir.
Toute idée, humaine ou divine,
Qui prend le passé pour racine,
A pour feuillage l'avenir.

Il rayonne! il jette sa flamme
Sur l'éternelle vérité !

Il la fait resplendir pour l'âme
D'une merveilleuse clarté.
Il inonde de sa lumière
Ville et désert, Louvre et chaumière,
Et les plaines et les hauteurs ;
A tous d'en haut il la dévoile;
Car la poésie est l'étoile
Qui mène à Dieu rois et pasteurs !



similaire:

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Cours proposé par Isabelle farizon
«l’auteur dit» ou «l’auteur écrit», voici une liste de verbes que vous pouvez vous efforcer d’utiliser lors des devoirs à la maison...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Quelles sont les caractéristiques de l’aède ?
«fidèle aède, par le peuple honoré» vers 472. IL nous le présente d’ailleurs dès les vers 62 chant VIII: «(…) la muse qui l’aimait...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Solution de continuité : «Une religion spiritualiste, écrit Hugo,...
«nouvelle école» dont on parlait depuis bien longtemps déjà, mais qui avait pris dans les débats un relief indiscutablement plus...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
«pantun berkait» malais ou «pantoun enchaîné», qui porte ce nom à cause du mécanisme de reprise des vers, qui est soumis à des règles...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Suite au travail du mois dernier, voici quelques poèmes au choix, que vous pourrez expliquer
«A savoir que ce poème a été inspiré par la vue d’une jeune inconnue endormie sur la plage.»

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\En attendant la sortie de notre supplément exclusif, voici d'ores...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Poésie Les titres recommandés par les listes officielles sont en gras : C2 = N1*, C3 = *N1
«Dans Paris IL y a…», in Les sentiers et les routes de la poésie, Gallimard 1954; images d’Antonin Louchard 2001 (Comptines, abécédaires...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\"C'est erreur de dire que nous ayons langage naturel : les langues...
«Apprenez-vous l’espéranto ? C’est une langue aussi simple et aussi régulière que possible, qui s’écrit comme elle se prononce, dont...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Lui, se trouve à portée de sa main. IL se lève, se dresse autant...
«Si vous ne pouvez pas vous mettre d’accord, peut-être puis-je vous aider ? En effet, rien de plus simple ! Je vais vous mesurer...

Voici un liste de poèmes, dont certains sont déjà probablement connus de vous. J\Michele barber la poésie au cœur de la scène
«terres de vibrance» qu'elle évoque dans ses poèmes, et dont elle parcourt les «champs de fouille» de la mémoire, Michèle barbier...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com