«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne





télécharger 87.39 Kb.
titre«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne
date de publication08.01.2017
taille87.39 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
LANGAGE EN MATERNELLE

PROGRESSION PROGRAMMATION EVALUATION
Reprise des propos d’Anne-Marie Gioux, auteure de Première école, Premiers Enjeux, professeure de lettres, IEN Premier degré, IPR de vie scolaire, Docteur en Sciences de l’Education, lors de la conférence du 7 mars 07 au CRDP de Nancy
Rappel sur l’importance de la prise de parole à l’école maternelle

Parler, c’est exister, c’est dire quelque chose de nous. La parole nous révèle : nos besoins, nos sentiments, nos affects, nos états, nos actions, nos projets, notre compréhension du monde, nos rêves….

Le langage nous engage totalement physiquement : « mon corps parle » (la colonne d’air me permet de communiquer avec autrui, de tenir debout).

Quand l’enfant parle, il nous parle de lui. La parole, c’est dire « je suis là », avec mon affect, avec des désirs, des frustrations, des idées…

(L’appel, différentes façons d’interpeller l’enfant, différentes façons de répondre..)
Cette capacité de l’enseignant à écouter, à accueillir, à contenir, à accepter la parole de l’enfant telle qu’elle est, « c’est mettre en sécurité la parole qu’il me confie », c’est lui montrer que sa parole est précieuse, lui apprendre qu’il existe comme personne, digne d’attention.

« Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est ». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne
Posture de l’enseignant : quatre points importants :

  • laissez de la place pour les apports des enfants (calme intérieur, le seul moment où il va me parler..) : j’accepte les digressions (MS), et dans un souci de cohérence, j’évite les digressions (objectif de GS)

  • le langage se construit dans des situations d’interlocution : le sens se coconstruit en contexte (différence avec répondre juste à la question de la maîtresse)


Exemple : Petit Ours Brun part en voyage, il doit préparer sa valise : dire ce que l’on met dans la valise et pourquoi ? (Il part où ? Qu’est-ce qu’on prend ? Pourquoi ?) On établit une liste en situation. On est dans le langage (on est dans le lexique).

Situation d’oral/situation d’écrit

Je construis mon objet d’écrit, je marque la liste des vêtements à emporter par Petit Ours Brun. Je l’organise spatialement pour ne rien oublier (étayage). Le langage devient un outil pour structurer sa pensée (pour ne rien oublier, et le doudou, utile ou nécessaire ??? GS). Relier les objets de la valise avec une ficelle au mot écrit (MS)


Tête


Corps


Pied

Bonnet

Echarpe

Lunettes
Pull

Pantalon

Anorak
Chaussettes

Chaussures


Organisation de sa liste de course de supermarché…

L’appel : partons d’une liste écrite : l’écrit structure l’oral. « Si la maîtresse appelle les enfants dans l’ordre, alors je me prépare…je sais quand va venir mon tour.. »


  • étayage : étayage verbal maternant (Bruner)

    • protection physique maternante (contenance physique dans le giron, genou, courbure du ventre), proximité physique

    • la maman montre ce qu’elle voit : mise en attention conjointe, opération de pointage/balisage avec le doigt. Emission vocale, pointage. Voix et désignation




  • jouer avec le carmen de la voix, envoûter les élèves (rythme, nuance, silence, liaison, modulation)


PROGRESSION

Penser objectifs de quantité (nombreuses prises de parole) et objectifs de qualité (feed-back par reformulation et questionnement ouvert qui appelle un certain type de construction syntaxique)

Des exigences différentes pour chaque section pour penser une progression en termes d’apprentissages langagiers.

PS : « Je me hasarde à parler » : désigner, décrire, ordonner, demander. Découvrir le monde par le langage (fonction personnelle, et interpersonnelle)

MS : « Je commente mon travail » : expliquer, commenter, justifier. Mettre en place l’interrogatoire du monde (fonction heuristique)

GS : « J’assume ma parole d’auteur ». Se situer dans la lignée narrative. Raconter/évoquer/relater (fonction imaginative)

« Le bien dire est un élément du bien vivre » G. Bachelard
EVALUATION : acte par lequel on émet un jugement en se référant à un ou plusieurs critères pour déterminer dans quelle mesure des objectifs éducatifs sont atteints par les élèves.

Evaluation en communication fonctionnelle (« on va faire la valise de Petit Ours Brun, qu’est-ce qu’on prend ? »)

Deux groupes de compétences :

  • celles qui relèvent de la pragmatique (de la pratique de la langue orale), qui permettent aux élèves d’exercer les principales fonctions du langage : nommer/désigner, décrire, ordonner (donner des consignes d’action), expliquer/justifier, interpréter, relater/évoquer/raconter, anticiper…

  • celles qui renvoient à la possession des connaissances nécessaires pour exercer cette pratique : lexique, syntaxe, phonologie


Plusieurs groupes de travail pour :

  • élaborer une fiche d’évaluation par section, en faisant apparaître les items concernant les compétences pragmatiques et linguistiques. Prévoir les situations d’évaluation en communication fonctionnelle

  • élaborer des fiches concernant l’acquisition d’un lexique par rapport à un thème donné et par section. Liste des mots en référence (Boisseau) : 750 mots PS, 1750 mots MS, 2750 mots GS (1500 mots en image du Père Castor)

    • thèmes : (lieux, actions, sentiments,..) : l’école, la classe, la cour, le quartier, la ville, le parc, la forêt, la maison, le corps, les vêtements, la toilette, la nourriture (les activités culinaires), les sentiments, le mouvement (motricité), les animaux, les fêtes, les sorties, les transports, le temps, les métiers…



Découvrir le monde par le langage (pointage, désignation.. PS)

Mettre en place l’interrogatoire du monde (MS). Quel lexique, pourquoi, comment ?

Objectifs de l’école maternelle : Amener les enfants à disposer d’un capital lexical pour  prendre la parole, s’exprimer, comprendre et être compris, communiquer, nommer, décrire, demander, ordonner, expliquer, justifier, évoquer, relater, raconter, … aussi bien dans le langage en situation (découverte, emploi et réemploi des mêmes mots dans des contextes différents), que dans le langage d’évocation, aussi bien en réception qu’en production. « Le bien dire est un élément du bien vivre ». Gaston Bachelard

Le lexique usuel est le lexique d’usage, habituel de l’enfant, il s’appuie sur sa pratique quotidienne du langage dans ses échanges verbaux avec son entourage. Ce lexique est donc très marqué socialement et culturellement, il est différent pour chaque enfant.

Le lexique de base est le lexique minimum commun qui permet les échanges au sein de la classe : dans la relation enfants-enfants, dans la relation enfants-enseignant.
Il constitue le socle commun qui rend possible la communication et la compréhension des attendus de l’enseignant. Le lexique de base doit faire l’objet d’un apprentissage systématique à l’école. http://www.ac-creteil.fr

Acquisition du vocabulaire : 300 mots vers deux ans, 500 vers deux ans et demi, 700/1000 vers trois ans (liste de 750 mots pour la PS, site Boisseau), 1500 mots vers quatre/cinq ans (liste de 1750 mots pour la MS), 2500 mots vers 5/6 ans (liste de 2750 mots pour la GS)

http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/craeemd/langage/albumecho/750mots.htm

http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/craeemd/langage/cr/cr020606/1600/1600.htm

Enrichir le capital lexical, c’est mettre en place une vraie démarche d’apprentissage : Mettre les enfants en situation de production et de réception pour donner du sens à l’activité langagière, Proposer des représentations nombreuses et variées d’un même objet, Mobiliser des compétences pour  inventorier, trier, classer, comparer,  catégoriser, réutiliser.

Ce n’est pas Se limiter à  faire correspondre des mots à des objets, répéter des mots, nommer une fois, désigner simplement.

Le commentaire du monde se fait autour d’un référent partagé (On fait d’la gym et on en parle…)
Thèmes (lieux, actions, sentiments..) : l’école, la classe, la cour, le jardin, le quartier, la ville, le parc, la forêt, les sorties, les territoires lointains, les voyages, les plantes, les animaux, les transports, les bâtiments, les objets et les personnes dans ces lieux, qualités de ces objets et de ces personnes, actions dans ces lieux, la maison, le corps, la toilette, les vêtements, la nourriture (activités culinaires), le corps en mouvement (motricité), les états, les sentiments, les soins, la famille, les fêtes, les événements, les métiers,…



THEME

Le temps


TOUTE PETITE SECTION

(300 à 500 mots)

PETITE SECTION

Liste de référence 750 mots

MOYENNE SECTION

Liste de référence 1750 mots

NOMS



matin après-midi
jour nuit
heure des mamans
soleil pluie neige
vacances


journée midi
temps (météo)
étoile
nuage
été hiver orage


soir semaine mois
lundi mardi mercredi jeudi vendredi

samedi dimanche
début heure minute moment
temps (durée) voyage parents
brouillard tonnerre

ADJECTIFS







premier
long


dernier
lent rapide
jeune vieux

ACTIONS



aller
ranger
se réveiller


se dépêcher attendre
commencer finir
partir




AUTRES MOTS

(adverbes, prépositions, déterminants


après aujourd’hui
maintenant vite


d’abord demain
tout de suite toujours


hier jamais
tôt tard



THEME

La cuisine

TOUTE PETITE SECTION

(300 à 500 mots)

PETITE SECTION

Liste de référence 750 mots


MOYENNE SECTION

Liste de référence 1750 mots

NOMS




assiette verre couteau

fourchette cuillère bol

tasse cruche bouteille

casserole poêle four

micro-ondes frigo évier

lave vaisselle œufs recette

saladier fouet plat galette

farine lait levure fève

beurre chocolat sucre

sucre vanillé huile sel

pâte louche confiture

couronne yaourt moule




ADJECTIFS







bon pas bon

sucré salé

chaud froid

vide plein

brûlant collant

sec mouillé




ACTIONS






éplucher couper mouliner

casser en morceaux ranger

tourner mélanger laver

verser préparer cuire écraser

fondre étaler essuyer

goûter lécher remplir





AUTRES MOTS

(adverbes, prépositions, déterminants












THEME

La fête

TOUTE PETITE SECTION

(300 à 500 mots)

PETITE SECTION

Liste de référence 750 mots

MOYENNE SECTION

Liste de référence 1750 mots


NOMS




carnaval fête

plume chapeau

galette sapin

clown gâteau

verre copain(ine)

grimace livre

vêtement couleur

guirlande couronne

manège crêpe

marionnette danse

masque drapeau

musique photo

acrobate lettre reine

baguette lutin roi

chanson magicien ruban

épée magie tambour

flèche micro ticket

foire ogre

géant paille

goût pâtisserie

invitation princesse

joie recette

trésor spectacle

ADJECTIFS












ACTIONS





aider danser

regarder aller

décorer ( s)’asseoir

(se) déguiser avancer

goûter boire

(se) maquiller chanter

(se) promener rire

agiter enlever

bousculer gonfler

colorier imiter

coudre jongler

défiler photographier

empiler raconter

se régaler

AUTRES MOTS

(adverbes, prépositions, déterminants











Une évaluation du fonctionnement langagier.. http://eduscol.education.fr/D0033/maternoral_rondal.htm Il est possible de redouter que soit figé à un moment donné le degré d’acquisition de la langue maternelle (outil de communication et de pensée) sans prendre en compte le caractère dynamique et la dimension temporelle du processus de développement. Enfin, l’on peut craindre que la référence à des normes trop strictes ne tienne pas compte de la variabilité interindividuelle qui existe naturellement dans le développement du langage, hors de toute pathologie.

Sur quoi doit-elle porter principalement ? L’évaluation concerne les deux grands volets du fonctionnement langagier : la production et la réception/compréhension. L’évaluation du langage doit porter sur les principales composantes de la fonction langagière. Le langage est un système complexe qui fait intervenir différents sous-systèmes : les phonèmes, le lexique, les dispositifs morphosyntaxiques, l’organisation discursive et les régulations pragmatiques.

- L’organisation discursive recouvre les moyens mis en œuvre afin de rendre cohérents les ensembles composés de plusieurs phrases, produites dans un but particulier : narrer, décrire, expliquer, commenter, justifier… Certains auteurs parlent même de dispositifs textuels, dès que l’on dépasse le simple stade de la phrase.

- Le niveau pragmatique reprend les dispositifs sociaux et communicatifs du langage dans une communauté linguistique particulière : comment converser, poser des questions, requérir, suggérer, affirmer, nier, mettre en doute…

.

On peut envisager en production :

  • l’évaluation pragmatique (la fonction communicative du langage, des actes de langage en situation de classe : questionner, déclarer, ordonner, requérir, confirmer, infirmer, converser…)

  • l’évaluation de l’expression syntaxique (repérage et identification dans le parler spontané des élèves en classe).

  • l’évaluation lexicale (disposer de pistes et d’items lexicaux organisés par catégorie sémantique, exercices de dénomination et de désignation)

  • l’évaluation de la prononciation phonologique (constater les progrès des enfants en matière de prononciation des phonèmes, pris isolément ou dans le cadre de mots, la bonne prise de conscience phonologique est associée au bon développement de l’acquisition de la lecture)

  • l’évaluation discursive (être vigilent à la cohérence discursive, juger de la capacité des enfants à ne pas se contredire)

A quoi une telle évaluation peut-elle réellement servir ?
Bien menée, une telle évaluation est de nature à fournir aux enseignants des précisions individualisées sur le développement langagier. Ces indications sont immédiatement exploitables, dans la conduite journalière de la classe, ce qui permet d’optimiser le message pédagogique et les rapports entre les niveaux de langage en présence, celui du maître et ceux des enfants.

EVALUATION DE L’ORAL en situation de communication fonctionnelle. Du langage maîtrisé (ce que dit l’enfant) au langage compris puis au langage accessible (ce vers quoi on veut amener l’enfant)

Compétences au niveau de la réception/compréhension (Je comprends…)

TPS PS

MS

- Je comprends que l’on s’adresse à moi

- Je comprends ce que l’on me dit

- Je comprends qu’une consigne collective s’adresse à moi

- Je réponds gestuellement ou oralement à une sollicitation en situation











Compétences au niveau de la production langagière







Compétences de Communication (écouter, parler, questionner, répondre..)










- J’écoute la maîtresse

- J’écoute les autres

- Je parle à la maîtresse

- Je parle à un autre, aux autres

- Je prends la parole dans le petit groupe animé par la maîtresse

- Je prends la parole devant le grand groupe

-

-











Compétences discursives (Je sais nommer, décrire, expliquer, raconter, imaginer)..










- Je sais nommer ce que l’on me montre

- Je sais raconter ce que je fais

- Je sais raconter ce qui se passe en classe ( réalisation, expérience)

- Je sais raconter un événement commun à la classe (sortie, spectacle, événement)

- Je sais raconter à partir d’une ou deux images

- Je sais raconter un album déjà présenté en m’aidant des images

- Je sais réciter une poésie, une chanson, une comptine avec le groupe

-











Compétences syntaxiques (Je dis.. Je me sers de.. J’emploie..)










- J’utilise des mots phrases ou des phrases à deux mots…………………………………………………….

- Je parle avec des phrases simples et bien construites ………………………………………………………….

- Je parle avec des phrases complexes (avec que, qui, pour que, parce que…)

- Je me sers des pronoms :

- je, tu………………………………………………………………………………………………

- on, il, elle………………………………………………………………………………………….

- nous, vous, ils, elles……………………………………………………………………………….


X

x


X

x



X

x

Compétences lexicales (J’utilise les mots de… je connais)










- Pour dire ce que je veux, ce que je fais, ce que je vois, j’utilise :

le pointage……………………………………………………………………………………………

des mots simplifiés…………………………………………………………………………………..

des mots précis………………………………………………………………………………………

- Pour raconter, expliquer ce que je fais, j’utilise des mots précis……………………………………………….

-

-



X

X

x


x




X

x

Compétences phonologiques (je sais articuler…)










- Je prononce distinctement

-

-

-















Animation pédagogique Le langage au cœur des apprentissages 2006/2007 ODelignon

similaire:

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconPoème dramatique de Gotthold Ephraïm lessing (1729-1781)
«Ecoute ! Écoute ! Ce sont les chameaux de mon père !» Puis elle s'est effondrée, mais c'était bien vous qui arriviez… Son âme tout...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconCe n’est pas une fourmi comme les autres, elle est née avec cinq...
«Pourquoi suis-je différente des autres ? Est-ce qu’une patte en moins c’est si important que ça ?»

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconQu’en est-il dans la fiction ? Comment l’héroïne meurt-elle ? Quelles...
«j’ai été prise d’une telle fièvre», «je ne cesse de cracher le sang», «j’ignorais que le corps pût faire souffrir ainsi», «voilà...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconAmphitheatre donzelot 1er decembre 2014
Grands frères C’est ce qu’on appelle un honneur. Merci d’avoir accepté notre invitation, avec cette simplicité que l’on vous connaît,...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne icon"Toute assistance offerte à une personne âgée, l'aider à vivre, éviter...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconLe salon d'un appartement
«cette merde» par rapport à quoi ? Quand on dit telle chose est une merde, c'est qu'on a un critère de valeur pour estimer cette...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconRecours à l’ivresse
«telle qu’elle nous est imposée, notre vie est trop lourde, elle nous inflige trop de peines, de déceptions, de tâches insolubles....

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconOn assiste à une scène de rencontre amoureuse entre le poète et cette femme qu’il aurait vue
«vous» la deuxième personne du pluriel qui sert au dialogue. Cette deuxième personne est renforcée pas l'apostrophe «madame» au vers...

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconC'est aussi apprendre à s'intéresser au langage, c'est à dire à jouer...
«Pédagogie du langage pour les 3 ans»de Philippe Boisseau et Monique Vidalie chapitre 10

«Je l’écoute et je l’accepte avec cette parole telle qu’elle est». Ecouter autrui, c’est s’intéresser à la personne iconBibliographie commentée 1994-2012
«cité» de Nice. Elle a écouté celles et ceux qui y vivent, et elle leur rend la parole. Un livre politique et poétique, qui sait...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com