Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre





télécharger 15.4 Kb.
titreProcureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre
date de publication07.01.2017
taille15.4 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
DOCUMENT
Les Fleurs du mal paraissent en juin 1857 et déchaînent les foudres de la justice, Sont précisément mis en cause six poèmes, parmi les plus sulfureux du recueil, que le procureur impérial Ernest Pinard — déjà en guerre six mois plus tôt contre Madame Bovary — tente de faire interdire au nom de la morale publique. Baudelaire est condamné, les poèmes censurés.

Commence alors près d’un siècle de purgatoire pour Les Bijoux, Lesbos, Le Léthé, À celle qui est trop gaie, Femmes damnées et Les Métamorphoses du vampire qui devront attendre 1949 pour être officiellement réhabilités.

Loin du scandale et des rumeurs tapageuses d’une cour de justice, ce que révèlent les pièces condamnées, ici rassemblées, c’est le génie d’un poète pris au piège de ses fantasmes. En proie à des fascinations toujours plus noires, Baudelaire repousse les limites de la transgression et plonge dans les profondeurs de l’âme humaine, en quête d’un art absolu.

« Ce que Proust imagine, Baudelaire le voit. »

Philippe Sollers

http://www.pileface.com/sollers/article.php3?id_article=364

En réalité, il s’agit de poésie, donc de musique, donc de complexité physique, donc d’intelligence, donc de désir, donc d’érotisme impossible à vulgariser. Quand Baudelaire, dans « Lesbos », parle de « baisers chauds comme les soleils » ou « frais comme les pastèques », de baisers qui sont « comme les cascades », « orageux et secrets, fourmillants et profonds », j’ai, ou je n’ai pas, l’expérience personnelle de ces féeries de bouche. Des « filles aux yeux creux, de leur corps amoureuses » ? Baudelaire les a rencontrées. Il sait quelque chose de l’autre sexe replié sur lui-même, et c’est là sa découverte, son extraordinaire nouveauté :

« Car Lesbos entre tous m’a choisi sur la terre
Pour chanter le secret de ses vierges en fleurs,
Et je fus dès l’enfance admis au noir mystère
Des rires effrénés mêlés aux sombres pleurs. »

Selon la loi de composition du poème, Baudelaire répète le premier vers qui devient ainsi, solennel, le dernier d’un quatrain qui passe ainsi à cinq :

« Car Lesbos entre tous m’a choisi sur la terre. »

Voilà une proposition considérable : entre tous, sur la terre. Et cela, dès l’enfance admis au noir mystère. Baudelaire se présente donc comme un élu (pour qui se prend-il ?). Un élu en-dehors de la métaphysique et de son homosexualité masculine implicite :

Laisse du vieux Platon se froncer l’oeil austère.

(Ce vers est d’un humour délicieux).

Le premier titre des « Fleurs du mal » (après celui de « les Limbes » vite abandonné) était « les Lesbiennes ». Le mot n’avait pas encore de connotation sexuelle marquée. On disait « tribades » (c’est d’ailleurs le terme que Pinard emploie à l’audience). Mais on sait que Proust était plus qu’intrigué par Baudelaire, et qu’au fond il ne voulait pas admettre son hétérosexualité spéciale. A l’ombre des jeunes filles en fleurs ? Les voici. Elles protègent un « noir mystère », et Baudelaire a été choisi pour le chanter, ce qui est éminemment condamnable. Un mystère doit le rester, surtout s’il est « noir ». Mais Baudelaire, ici, se dit le continuateur de l’admirable poésie de Sapho, et donc d’Aphrodite. « Mère des jeux latins et des voluptés grecques ». Aphrodite ou Vénus ? Aphrodite, Sapho. La « mâle Sapho » est à la fois « l’amante et le poète » :

« Plus belle que Vénus se dressant sur le monde
Sur le vieil Océan de sa fille enchanté. »

Baudelaire affirme quelque chose de très précis : jusqu’à lui, tout le monde s’est trompé sur Vénus et ses alentours, alors que lui, dès l’enfance, est entré dans le « noir mystère », dont personne, au fond, ne veut entendre parler. Il ne s’agit pas seulement de « lesbiennes », même si (voir Proust) c’est de ce côté-là que quelque chose résiste et peut s’éclairer.

Ce que Proust imagine, Baudelaire le voit. Le narrateur de la « Recherche » passe son temps à essayer de pénétrer dans le « noir mystère », objet de sa jalousie. Peu importe, ici, que l’homosexualité féminine soit un déguisement de la masculine, c’est elle qui attire le récit, le charge, le fait brûler. Dans une conversation avec Gide, Proust va même jusqu’à dire que Baudelaire devait être lui-même homosexuel. Eh non. Il est ce très étrange hétérosexuel admis au « noir mystère ». Albertine et Andrée, chez Proust, ne se dévoilent jamais, alors que Delphine et Hippolyte, dans Femmes damnées posent en pleine lumière. De là, on le sait, vient le tableau de Courbet, Le Sommeil ou Les Dormeuses, ou encore Paresse et luxure. On connaît les rapports étroits entre Baudelaire et Courbet.

(…)

L’amour entre femmes implique, on le sait, le rejet et l’exclusion de l’homme conçu comme brutalité déflorante et bestialement reproductrice. C’est dans ce « pas d’homme » radical que Baudelaire s’introduit, en faisant parler comme jamais les actrices de cette récusation fiévreuse. Leurs baisers sont « légers comme des éphémères, qui caressent le soir des grands lacs transparents ». Leur plaisir est un désir d’oubli, d’enfouissement, de sommeil, de néant, de mort. Mais le prix à payer est une rage stérile, sans cesse renouvelée, comme s’il s’agissait de fuir un infini intérieur. On est donc bien en enfer, mais dans la révélation inouïe que la mort, au fond, jouit fémininement d’elle-même. Qu’elle vienne sur scène pour le dire n’est pas du goût de la Société, on s’en doutait.

Condamné.

Jeanne elle-même est une « âme cruelle et sourde », un « tigre adoré », un « monstre aux airs indolents ». Son beau corps est « poli comme le cuivre ». De nouveau, il s’agit d’abîme et d’oubli, de baisers profonds comme un fleuve. On peut s’abreuver à ce courant comme un enfant, pourtant il ne s’agit pas de lait mais de léthé (Baudelaire, bien entendu, joue de l’équivoque sonore). Ce vin-là, il est exclu que les Pinard le boivent à travers les siècles. De plus, Jeanne est une métisse, une quarteronne, une femme de couleur, grâce à laquelle la poésie française trouve enfin ses plus éclatantes couleurs.

Condamné.

similaire:

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconSéquence 1 : l’expression politique de la révolte contre la guerre
«la guerre, et ce qui s’ensuivit», in le Roman inachevé. Editions Gallimard. 1956

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconR. P. I. Biron – Echebrune
«Ecole et Cinéma». Ils ont déjà participé à la projection du film «Peau d’Ane» en novembre. La deuxième projection est prévue mercredi...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconLe génie français a réagi très tôt (contre le baroque, le burlesque…)...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconLa théologie islamo-chrétienne du prieur de Tibhirine
«Nous avons tranché la gorge des sept moines, conformément à nos promesses.» IL s’agissait des moines de Tibhirine, qui avaient été...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre icon«des plumes contre les canons»
«War Poets» qui ont témoigné par leurs écrits des conditions de vie sur le front de la Première Guerre, Wilfred Owen est devenu au...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconDeuxième partie : Le Bouddhisme dans la société française : approche...
«contre-culture» en Occident (manifestation contre la guerre du Vietnam aux Etats-Unis, Mai 68 en France), dans les années soixante,...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconMais IL existe un rapport complexe entre Art et politique. L’exemple...
«génération du feu» qui a pour ciment la révolte contre la Grande Guerre, mais la guerre n’est pas la cause principale de leur révolte,...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconLa tragedie de satan dans la mystique musulmane
«Je cherche refuge auprès du Seigneur de l’aube contre le mal qu’Il a créé contre le mal de l’obscurité lorsqu ’elle s’étend contre...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconSolution de continuité entre les deux termes de la polarité : «guerre»
«guerre» = combat, violence physique, armée, en soi étrangère au droit, à la morale et à la Justice (acquis de la 1ère définition...

Procureur impérial Ernest Pinard déjà en guerre six mois plus tôt contre iconQuelques grandes figures de la théorisation de la non-violence
«poll tax», pour ne pas contribuer à un Etat qui pratiquait l’esclavage et faisait la guerre de conquêtes contre le Mexique pour...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com