Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’





télécharger 480.84 Kb.
titreSurtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’
page1/13
date de publication22.10.2016
taille480.84 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
Arthur RIMBAUD
(France)
(1854-1891)

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

qui sont résumées et commentées

(surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’,

‘’Les poètes de sept ans’’, ‘’Le bateau ivre’’, ‘’Lettres du voyant’’,’Alchimie du verbe’’, ‘’L’éclair’’, ‘’Parade’’, ‘’Les ponts’’, ‘’Aube’’, ‘’Marine’’,

qui sont étudiés dans des dossiers à part).

Bonne lecture !

Il est né le 20 octobre 1854 au matin à Charleville, ville des Ardennes, de 9237 habitants, à l’écart du monde moderne, ville industrielle comptant des forges, des brasseries, des imprimeries, des tanneries, des clouteries, une verrerie, une brosserie. Il était le second garçon, Frédéric étant né en 1854, des filles allaient venir plus tard : Vitalie-Marie en 1857 et Isabelle en 1860.

Son père, Frédéric Rimbaud, était un militaire, un capitaine d’infanterie sorti du rang, qui avait fait la campagne d’Algérie, qui parlait de grands espaces, de déserts de sable, de batailles ; qui, rêvant toujours d’un ailleurs plus exotique plus flamboyant que le quotidien gris de la vie dans une garnison, avait composé quelques écrits aussi ; qui était un mari à éclipses qui ne vécut guère avec sa femme, l'engrossant épisodiquement au gré de ses permissions et se séparant d’elle définitivement en 1860, pour rejoindre sa garnison de Grenoble. Pour Arthur, ce père absent était sans substance, n’exista que dans le langage maternel (en noms de lieux, de garnisons).

Sa mère, Vitalie Cuif, était une paysanne accrochée à sa terre, car elle tenait de ses parents une ferme dans le petit village de Roche près d'Attigny où elle avait grandi et durement travaillé, avait été élevée à la dure, avec des hommes. À cinq ans, elle avait perdu sa mère, à dix, sa grand-mère ; sa jeunesse s’était passée avec son père et ses deux frères (des mécréants), sans autre horizon que le village de Roche... La ferme, qu’elle exploita seule ensuite, allait brûler en 1863, être reconstruite en 1873, la famille y habitant alors. Fière, indépendante, forte, elle refusa de suivre le capitaine Frédéric Rimbaud lorsqu’il fut nommé à Lyon peu après le mariage : qui prend mari prend pays, mais pas elle, et à une époque où ce comportement volontaire d’une épouse faisait exception. Elle vint alors habiter Charleville, dans la vieille et populaire rue Bourbon. Celle qu’Arthur appelait la « mère Rimb’ » était une femme robuste et austère (« aussi inflexible que soixante-quinze administrations à casquettes de plomb », écrivit-il à son ami, Delahaye), obligée, il est vrai, pour élever seule ses quatre enfants, d’être dure avec elle-même et avec eux ; mais Rimbaud se plaignit d’avoir trop fréquemment reçu des gifles de cette tortionnaire maternelle, sous laquelle «il suait d’obéissance» (‘’Les poètes de sept ans’’), qui le tenait serré financièrement, ne lui donnant « que dix centimes tous les dimanches» pour payer sa chaise à l'église. Car elle était aussi bornée, étriquée, rigoriste, castratrice (son mari alla vite voir ailleurs !). Cette catholique fervente dont la piété confinait à la bigoterie voyait dans le salut la plus haute raison de sa vie et faisait lire chaque jour en famille la Bible, livre fondamental, et éleva sévèrement ses enfants. Elle leur imposait, en été, des travaux des champs à Roche. Elle voulut obliger Arthur à travailler, parlant tantôt de le mettre pensionnaire, tantôt de lui imposer « une place». Aussi ne fut-elle pas aimée par la petite tribu pour laquelle elle était autoritaire et exigeante, et son heurt avec Arthur fut brutal, car leurs deux caractères étaient opposés ; la sévérité de l’une suscita la rébellion de l’autre. Pour Rémy de Gourmont, qui l’a connue, elle avait un « caractère de femme, de fille, nativement méchant et même féroce ». En fait, on peut plutôt penser que cette femme de peu de mots n’arrivait pas à dire l’amour qu’elle éprouvait pour son fils tant la possessivité menait à l’affrontement.

La petite enfance de Rimbaud s’est donc déroulée dans un milieu familial étouffant, où l’amour manquait. Et il était écartelé par ses désirs d’absolu. D’une part, il remplissait avec sérieux ses devoirs de religion : dans ses premières années au collège, il attira l’attention de l’aumônier par une piété «poussée jusqu’à la mysticité» et on a gardé le souvenir d’une querelle qu’il eut un jour avec d’autres collégiens qui profanaient l'eau bénite en s’en aspergeant au sortir de la chapelle : il se jeta contre ces sacrilèges qui le traitèrent de «sale petit cagot». D’autre part, ses premiers rêves naquirent des histoires racontées par la mère : légendes des Ardennes peuplées de démons et de saints, de monstres et de chevaliers. Puis son imagination s’enflamma à la lecture des grands romans pour la jeunesse d’alors (comme ‘’Costal l’Indien’’ de Gabriel Ferry) qui se déroulaient dans les jungles, sur les océans, faisaient découvrir des sauvages, des animaux fantasmagoriques ; l’enfant y devint mousse, chasseur, aventurier, découvreur de mondes. Il écrivit lui-même des récits de voyages et d’aventures (les « romans » évoqués dans ‘’Les poètes de sept ans’’) dont, malheureusement, rien n’a été conservé.

Il joua avec son frère et ses sœurs aux jeux de tous les enfants du monde : ils mimaient les adultes, ils baptisaient des poupées, ils faisaient de la luge en hiver, du bateau sur la Meuse en été ou de la balançoire.

Il composa vers l’âge de huit ou neuf ans, d’une écriture négligée, en faisant de nombreux pâtés d’encre :

_________________________________________________________________________________
‘’Prologue’’

(1862)
Narration en prose
Commentaire
L’intérêt psychologique de ce texte impertinent est évident : transposition des personnages du père et de la mère, le père magnifié en « colonel des Cent-Gardes », la mère transformée en « femme douce, calme, s’effrayant de peu de chose » (tout le contraire de ce qu’était Mme Rimbaud) ; Arthur lui-même, l’enfant réputé studieux devenu ici « un autre », qui hait le travail intellectuel, les études, les examens. On voit tout ce qu’un tel texte pourrait offrir à un psychanalyste.

_________________________________________________________________________________
Enfant précoce, intelligent, à l’école, l’Institut Rossat, l’établissement le plus moderne de la ville, Arthur Rimbaud brilla, se montrant docile, obéissant. À Pâques 1865, la mère plaça ses enfants au collège municipal, réputé pour son enseignement religieux. Dès son entrée, il y fit sensation avec un ‘’Résumé d’histoire ancienne’’ et, chaque année ou presque, y râfla tous les prix, tous les honneurs et même celui de se voir publié dans la revue de l’académie. Il s’était choisi poète, écrivant des vers latins et se distinguant dans cet exercice.

Il eut pour amis et condisciples Ernest Delahaye (son futur biographe) et Paul Labarrière, avec lesquels il découvrit la nouvelle poésie dans l'’’Anthologie du Parnasse contemporain’’, en 1866. En 1868, à l'occasion de la première communion du prince impérial, il lui envoya une ode latine. En 1869, alors qu'il était en classe de rhétorique, trois de ses compositions latines furent publiées dans ‘’Le moniteur de l'enseignement secondaire’’. Le 2 juillet 1869, il fut présenté par ses professeurs au concours général de latin de l’académie de Douai, épreuve durant de six heures du matin à midi ; le sujet était ‘’Jugurtha’’ ; alors que les autres élèves se hâtèrent de le traiter, il n’écrivait rien, parce qu’il avait faim, confia-t-il vers neuf heures au surveillant qui l’emmena se restaurer ; à dix heures il revint à sa place et écrivit sans rature, sans consulter son dictionnaire de prosodie, sans relever la tête jusqu’à midi pile un texte qui lui valut le premier prix ! Se souvenant de ce que son père lui avait rapporté de sa campagne en Algérie, il y fit d’Abd-el-Kader « un nouveau Jugurtha ».

Mais cette gloire trop locale ne lui suffit plus. Lui qui étonnait ses camarades et ses profeseurs par ses dons exceptionnels, son indépendance, son aplomb, souffrait de l’étroitesse de Charleville qu’il trouvait médiocre, fadement triste : «Ma ville natale est supérieurement idiote entre les villes de province [....] Je suis dépaysé, malade, furieux, bête, renversé ; j’espérais des bains de soleil, des promenades infinies, du repos, des voyages, des aventures, des bohémienneries enfin ; j’espérais surtout des journaux, des livres... Rien ! Rien !» Aussi, ivre de liberté, de nouveauté, prit-il le contre-pied de sa mère et de ses professeurs, se fit-il provocateur, anticlérical, buveur, déréglé.

Il voulait être publié par un éditeur, ayant besoin de cette reconnaissance de la société à défaut de celle de son père. Cela eut lieu le 2 janvier 1870, jour où parut dans la ‘’Revue pour tous’’ :

_________________________________________________________________________________

Les étrennes des orphelins

(1869)
Poème
Commentaire
Rimbaud s’y souvint du poème de J. Reboul, ‘’L’ange et l’enfant’’, qui lui avait été donné comme matière d’un exercice de poésie latine. Dans le poème latin, l’enfant se rappelait les cadeaux du jour de l’An ; ici, au contraire, la fin du poème montre les tristes cadeaux qui rappellent aux orphelins leur mère disparue. Il s’était très certainement souvenu aussi des ‘’Enfants trouvés’’ de François Coppée. Ce thème de l’enfant orphelin avait pour lui une résonance particulière. Pour Jean Paulhan, Rimbaud y montra « une éloquence fleurie qui nous agace ».

_________________________________________________________________________________
En 1870, un nouveau professeur de rhétorique arriva au collège, Georges Izambard, qui avait vingt et un ans, qui était poète à ses heures, féru de Baudelaire et des poètes parnassiens. Il prit Arthur Rimbaud en affection, lui ouvrit sa bibliothèque et lui fit découvrir notamment Rabelais, Hugo, Banville, encouragea ses essais poétiques qui révélaient une étonnante faculté d’assimilation, une extrême précocité et même une originalité incontestable. L’adolescent fit pour lui un devoir :

_________________________________________________________________________________
‘’Lettre de Charles d’Orléans pour solliciter la grâce de Villon, menacé de la potence’’

(1870)
« Discours français » en prose
Commentaire
C’est un pastiche fort réussi, Rimbaud ayant vite montré une étonnante faculté d’assimilation. Izambard a raconté qu’il avait prêté à son élève, pour qu’il y fasse « provision de couleur locale », ‘’Notre-Dame de Paris’’, et qu’il eut à subir, de ce fait, les foudres de Mme Rimbaud, qui trouvait « Victor Hugot [sic] un modèle dangereux, sentant le fagot et ennemi du trône et de l’autel ». Rimbaud a aussi utilisé ‘’Gringoire’’ de Banville et, évidemment, Villon.

_________________________________________________________________________________
‘’Un cœur sous une soutane

Intimités d’un séminariste’’

(1870)
Nouvelle
Un petit séminariste découvre (à son corps défendant) les effluves de l’amour et fait face au désir, à travers la personne de Thimothina Labinette, fille d’un notablecampagnard.
Commentaire
Avec une verve satirique assez virulente, Rimbaud campa dans cette gaminerie, sans doute écrite très vite (il n'y a fait que quelques corrections insignifiantes) et qui en dit long sur son état d'esprit de l'époque, un personnage de séminariste qui était une caricature d’un de ses camarades du collège de Charleville où l’enseignement était donné à la fois à des élèves laïques et à des élèves du séminaire voisin, qui venaient en soutane.

Rimbaud avait remis ce texte à Izambard, en 1870 vraisemblablement (Verlaine, écrivant à Vanier, le mentionna parmi les textes de Rimbaud qui appartenaient à Izambard). Il n'a été publié pour la première fois, préfacé par Louis Aragon et André Breton, qu'en 1924. On comprend facilement la raison du silence fait sur cette nouvelle : ce ton anticlérical ne pouvait que déplaire à Verlaine, et effrayer Izambard lui-même.

_________________________________________________________________________________
En 1870, Rimbaud connut un heureux printemps, faisant de longues promenades au bois d’amour ou sous les marronniers des allées de la ville. La sève montait : il fut amoureux, écrivit de légers poèmes. Il en recopia vingt-deux dans un cahier qu’il confia à son ami, Paul Demeny, poète également. Le 24 mai 1870, il en envoya trois à Banville, le poète « moderne » du moment, disant dans sa lettre : « Je me suis mis, enfant touché par le doigt de la muse, pardon si c’est banal, à dire mes bonnes croyances, mes espérances, mes sensations, toutes ces choses des poètes, moi j’appelle cela du printemps. » Il disait souhaiter se faire « une petite place entre les parnassiens». Banville répondit, mais ne retint aucun de ces textes, depuis devenus célèbres :

_________________________________________________________________________________
‘’Sensation’’

(20 mars 1870)
Poème
Commentaire
Ce texte exprime avec bonheur le désir de partir, d’aller « loin, bien loin » dans la nature, qui a toujours été si vivace chez Rimbaud.

_________________________________________________________________________________
‘’Soleil et chair’’

(1870)
Poème
Commentaire
D’abord intitulé ‘’Credo in unam’’, c’est un hymne à l’amour où Rimbaud exprime le regret du paganisme grec qui le divinisait sous la forme d’Aphrodite. D’après Izambard, il l’aurait écrit après avoir lu ‘’Le satyre’’ de Hugo et ‘’L’exil des dieux’’ de Banville. Il utilisa aussi des souvenirs classiques, le poème de Lucrèce, les ‘’Poèmes antiques’’ de Leconte de Lisle, ainsi que ‘’Rolla’’ de Musset. Il en reprit les premiers vers :

« Regrettez-vous les temps où le ciel sur la terre

Marchait et respirait dans un peuple de dieux. »

La réponse est : « Je regrette le temps de l’antique jeunesse ». Avec le même effet oratoire, Musset posait trois fois la question. De même, Rimbaud répondait à trois reprises : « Je regrette les temps… ». Il reproduisit aussi l’erreur de Musset sur « Vénus Astarté » qui fut confondue avec Vénus Anadyomène. Il reprit enfin les considérations de Musset sur la science qui a chassé la foi, dans ces vers célèbres :

« Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux ;

D’un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte ;

Les comètes du nôtre ont dépeuplé les cieux. »

Or, par la suite, il devait haïr Musset à cause précisément de l’influence de ‘’Rolla’’ sur les adolescents de sa génération.

Dans l’ensemble donc, ce poème manque d’originalité : c’est le brillant exercice d’un bon élève. On peut souligner toutefois que la sensualité « païenne », l’aspiration à un « amour universel » étaient déjà caractéristiques de la personnalité de Rimbaud.

_________________________________________________________________________________
‘’
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconManuel de référence
«Sensation», «Ma bohème» et «Le dormeur du val», dans les Poésies d’Arthur Rimbaud

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ icon«Le dormeur du val», Arthur Rimbaud L e dormeur du val C'est un trou de verdure
«Comme sourirait un enfant malade» est une proposition subordonnée circonstancielle de temps qui laisse entendre que le soldat souffre...

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconAnalyse du «Dormeur du Val»
«soleil», l' «herbe», les «glaïeuls», le «cresson». La nature fait un nid douillet pour le dormeur, qui est dans un «trou», dans...

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconA noir, e blanc, I rouge, u vert, o bleu : voyelles
«Le langage des anges célestes sonne beaucoup en voyelles u et O; et le langage des anges spirituels en voyelles e et I.». Mais,...

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconLe dormeur du val

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconLe dormeur du val Arthur Rimbaud

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconLe Dormeur du Val (Arthur Rimbaud)

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconArthur Rimbaud Le Dormeur du Val poème daté d’octobre 1870, publié dans

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ iconQuelle est la nature de ce poème ? Justifiez votre réponse en analysant sa forme
«Le Dormeur du Val», l’un de ses premiers poèmes et le plus célèbre aujourd’hui

Surtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’ icon609 Programme de révision du français pendant les vacances et travail à préparer
«le Dormeur du val» d’Arthur Rimbaud p. 26 + Paul Verlaine, «Monsieur Prudhomme» p. 28-29





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com