Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres





télécharger 17.3 Kb.
titreBientôt nous plongerons dans les froides ténèbres
date de publication16.10.2016
taille17.3 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
Introduction à la poésie


Chant d'Automne

Baudelaire

i

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts!
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être: colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé sur ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part,
Pour qui ?-- C'était hier l'été; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

ii

J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd'hui est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le bourdoir, ni l'âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant, aimez-moi, tendre coeur ! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant;
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

Courte tâche ! La tombe attend; elle est avide !
Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l'été blanche et torride,
De l'arrière-saison le rayon jaune et doux.

http://thehuuvandan.org/lit.html#baudelaire

LE RAMEUR
de Paul Valéry


PENCHÉ contre un grand fleuve, infiniment mes rames
M’arrachent à regret aux riants environs ;
Âme aux pesantes mains, pleines des avirons,
Il faut que le ciel cède au glas des lentes lames.

Le cœur dur, l’œil distrait des beautés que je bats,
Laissant autour de moi mûrir des cercles d’onde,
Je veux à larges coups rompre l’illustre monde
De feuilles et de feu que je chante tout bas.

Arbres sur qui je passe, ample et naïve moire,
Eau de ramages peinte, et paix de l’accompli,
Déchire-les, ma barque, impose-leur un pli
Qui coure du grand calme abolir la mémoire.

Jamais, charmes du jour, jamais vos grâces n’ont
Tant souffert d’un rebelle essayant sa défense :
Mais, comme les soleils m’ont tiré de l’enfance,
Je remonte à la source où cesse même un nom.

En vain, toute la nymphe énorme et continue
Empêche de bras purs mes membres harassés ;
Je romprai lentement mille liens glacés
Et les barbes d’argent de sa puissance nue.

Ce bruit secret des eaux, ce fleuve étrangement
Place mes jours dorés sous un bandeau de soie ;
Rien plus aveuglément n’use l’antique joie
Qu’un bruit de fuite égale et de nul changement.

Sous les ponts annelés, l’eau profonde me porte,
Voûtes pleines de vent, de murmure et de nuit,
Ils courent sur un front qu’ils écrasent d’ennui,
Mais dont l’os orgueilleux est plus dur que leur porte.

Leur nuit passe longtemps. L’âme baisse sous eux
Ses sensibles soleils et ses promptes paupières,
Quand, par le mouvement qui me revêt de pierres,
Je m’enfonce au mépris de tant d’azur oiseux.

http://www.frenchtoday.com/french-poetry-reading/le-rameur-de-paul-valery
(Écouter- 2 :45 >>>)

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

http://www.frenchtoday.com/french-poetry-reading/french-poem-liberte-paul-eluard-audio

L'heure du berger (Paul Verlaine)

La lune est rouge au brumeux horizon ;
Dans un brouillard qui danse, la prairie
S'endort fumeuse, et la grenouille crie
Par les joncs verts où circule un frisson ;

Les fleurs des eaux referment leurs corolles ;
Des peupliers profilent aux lointains,
Droits et serrés, leurs spectres incertains ;
Vers les buissons errent les lucioles ;

Les chats-huants s'éveillent, et sans bruit
Rament l'air noir avec leurs ailes lourdes,
Et le zénith s'emplit de lueurs sourdes.
Blanche, Vénus émerge, et c'est la Nuit.

http://wfr.tcl.tk/fichiers/ulis/poemes/Paul_Verlaine.htm




Il pleure dans mon cœur (Paul Verlaine)


Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/paul_verlaine/il_pleure_dans_mon_coeur.html

similaire:

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconLes mains froides

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconVision dans les ténèbres 10

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconLe peuple qui marchait dans les ténèbres

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres icon1er dimanche de l’avent
«Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière», clamera Isaïe dans la nuit de Noël

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconI would have men of such constancy put to sea
Non, merci. Regardez, Muriel, nous survolerons bientôt les Canaries. Cette masse lourde et noire sur l'eau grise, là-bas, c'est Ténériffe....

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconÉpreuve complète de français
«On y va ?». J'ai plongé. L'eau était froide et j'étais content de nager. Avec Marie, nous nous sommes éloignés et nous nous sentions...

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconActes du Colloque international francophone «Complexité 2010»
«quand nous nous réconcilions silencieusement avec toutes les contradictions que la vie nous offre, quand nous pouvons confortablement...

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconJe vais faire les coursses bientot à quelle puis-je t'appeler, I...

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconLucrèce en Amérique. Les indiens épicuriens d'Amerigo Vespucci
«épicuriens». L'irruption de ce terme dans un tel contexte nous a semblé surprenante et IL nous a paru intéressant de nous interroger...

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres iconDans le journal que j’ai sous les yeux, IL y a plusieurs photographies...
«stupéfiante» de celles qui nous racontent les paradis dont nous rêvons. Sans illusions. Dans une lumière froide





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com