Chapitre 1 : Là où tout commence, le début





télécharger 316.09 Kb.
titreChapitre 1 : Là où tout commence, le début
page6/9
date de publication29.11.2019
taille316.09 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Chapitre 20 : Le GPS et la poudre de Perlimpinpin.
Et après cette bonne nuit et un bon petit déjeuner, notre mouton prépara son sac pour la journée de recherches se profilant devant lui. N'ayant aucune piste pour le moment, il décida de dénicher une bibliothèque et d'y faire quelques recherches sur cette poudre énigmatique. On lui indiqua la rue où se trouvait la bibliothèque du coin et il s'y rendit.
Une fois arrivé là bas, il demanda à ce qu'on lui amène tous les livres parlant de près ou de loin de la poudre. La personne s'occupant de l'accueil de la bibliothèque prit sa requête en compte et au bout de quelques minutes lui tendit un livre intitulé : le Dictionnaire des Poudres. Toutes les poudres y étaient apparemment recensées.
Il ouvrit le petit ouvrage et chercha dans l'index :
-Poudre d'Escampette.

-Poudre Eux.

-Poudre Dors.

-Poudre Hier.

-Poudre de Perlimpinpin.
Il lut pour son plaisir et sa culture les informations sur toutes les poudres du livre. Ainsi, il apprit que la Poudre d'Escampette permettait à ceux qui en prenaient de pouvoir fuir n'importe quelles situations. La Poudre Eux transformait momentanément celui qui en absorbait en une autre personne définie à l'avance. La Poudre Dors donnait le sommeil. La Poudre Hier renvoyait celui qui en consommait dans son passé très proche. Et enfin celle qui l'intéressait, la Poudre de Perlimpinpin n'avait aucun effet, elle servait selon certains à la confection d'une baie et ne se trouvait que dans la Grotte de Bique, où un vieil ermite Papou habitait, par chance se dit le GMS, c'était en Dol.
Il fit ses bagages et partit, après avoir mangé quelque peu, en quête de ce vieux Papou. Il s'était renseigné sur cet étrange homme. C'était, racontait-on, un vieux sage ayant quitté la civilisation pour aller méditer dans le fond d'une grotte. Les gens l'appelaient, les rares fois où il s'introduisait dans leurs conversations, Bique, ou encore le GPS, soit, Grand Papou Sacré. (il n'y avait donc pas de fautes dans le titre de ce chapitre, avouez que vous y avez cru-la correctrice va porter plainte-).
évidement, le chemin menant à sa grotte n'était pas fléché. Cependant, sur une carte qu'il avait trouvée et empruntée à la bibliothèque, il avait noté qu'une partie de la région comprenait trois grottes, la Grotte de Nez, la Grotte Esque et la dernière n'avait pas de nom. Il décida de commencer par aller voir la grotte innommée.
Et c'est après avoir traversé une bonne partie de la région de Dol qu'il arriva devant cette grotte sans nom. Le milieu d'après midi bien entamé il se dépêcha de rentrer dans la grotte pour en finir avec cette liste. N'ayant pas prévu qu'il ferait sombre dans la grotte, ce qui est pourtant courant chez les grottes, le GMS n'avait pas emmené de torches. Et c'est à tâtons, dans l'obscurité, qu'il fini par toucher une chose que nous appelons couramment un pied.
Fier de cette pédestre trouvaille le GMS osa lancer un « Bonjour ! » auquel d'une voix fébrile un homme répondit « Lâchez mon pied je vous prie, cher confrère ». C'est le « Cher confrère » qui résonna dans la tête du mouton qui tenait alors encore l'arpion du personnage. Ce dernier rappela à notre ovin qu'il était encore en possession de son peton et que cette inaccoutumée détention devait de suite cesser. Le GMS s'exécuta immédiatement et une lumière se mit à briller dans la Grotte laissant apparaître un homme au visage aussi flétri que le plus ridé des octogénaires.
-Eh bien cher confrère, je ne savais pas que la coutume voulait maintenant que l'on sert le panard des hommes que l'on rencontre. Du temps où je vivais encore parmi vos semblables, c'est avec la main qu'on se saluait, dit-il en souriant.

-Et c'est encore le cas.

-Fort bien.

-Veuillez m'excusez. Mais... Qui êtes-vous ?

-Je suis Bique, le Grand Papou Sacré. Détenteur de la Poudre de Perlimpinpin. ça fait bien cinquante ans que je n'ai pas vu le visage d'un être vivant, mis à part mon fidèle nain domestique Terupteur.

-Ravi d'avoir fait votre rencontre. Ne vous êtes-vous pas ennuyé durant ces cinquante dernières années ?

-Pas le moins du monde, je me suis lancé dans la méditation et la construction de répliques en allumettes de monuments célèbres.
Puis l'homme demanda à son nain Terupteur qu'il laissa apparaître un innombrable amas de constructions faites à partir de fins bouts de bois. Le mouton fut impressionné par l'oeuvre de l'homme.
-Je sais ce que vous venez faire ici. Vous cherchez de la poudre de Perlimpinpin pour confectionner une Baie de Room et obtenir un sixième artefact.

-Vous êtes plutôt bien renseigné pour quelqu'un qui n'a pas vu de gens depuis un demi siècle.

-Eh, Eh, je m'informe comme je peux. Alors cette poudre, vous la voulez hein ?

-Oui, il ne me manque plus que cet ingrédient.

-Alors je vais vous en donner. Elle est en fait fabriquée à base de cette roche qui nous entoure actuellement, ce n'est que de la pierre, elle n'a aucune vertu, cependant elle est utile à la création d'une Baie de Room.
Il lui tendit un bocal de poudre de couleur marron. Le GMS le remercia, ils prient un thé de la marque Gautier, un thé au fil Gautier. Puis, se faisant tard, le mouton fit ses adieux à l'homme et commença à partir.
-Ah j'oubliais. Passez le bonjour à Madame Pruneaux de ma part, dit il en adressant un clin d'oeil au mouton.

-Je n'y manquerai pas.
Sautillant le GMS rejoint le littoral. « Poudre de Perlimpinpin » rayé de sa liste il n'avait plus qu'à attendre le lendemain pour amener les quatre ingrédients à Madame Pruneaux.
Chapitre 21 : La confection d'une Baie de Room, tintintindin bidibidiboumboum (bruit de castagnettes, cuivre et autres instruments à cordes ayant pour résultat de vous intriguer au plus haut point d'interrogation).
Que c'est bon de savoir qu'on est sur le point d'accomplir une quête. Même si cette dernière n'était que la récupération de quatre ingrédients utiles à la confection d'un artefact, et non pas un affrontement avec une hydre tricéphale maléfique bouffeuse de pancréas.
C'est avec en tête l'idée que la quête s'achevait et que la fin de sa mission approchait que le GMS se rendit chez Madame Pruneaux. Une fois avec elle, il la salua de la part du Grand Papou Sacré, attention qui la toucha beaucoup. Et c'est après quelques mondanités que nos deux amis s'en allèrent vers le Phare Macie, bâtiment où Madame Pruneaux, herboriste de son état, avait établit son laboratoire.
Une fois arrivée au troisième étage du phare, Madame Pruneaux ouvrit l'unique porte, laissant apparaître une pièce d'une blancheur éblouissante. Seul obstacle à l'immaculation du lieu, le parquet d'un vert caca d'oie. Il n'osa guère demander d'où lui était venu l'idée de mettre un aussi laid parquet dans une aussi belle pièce, de peur d'avoir droit à un récit chronologique, détaillé et ennuyeux de l'histoire du revêtement du sol sur lequel ils se trouvaient.
Ceci dit, avant de pénétrer dans le laboratoire, il fut demandé au mouton d'enfiler une paire de charentaises pour ne pas risquer d'abîmer le « magnifique plancher du laboratoire », la faute de goût était évidente. Il s'exécuta et pénétra dans l'antre pharmaceutique au centre duquel une grande table trônait.
-Nous y v'là, lança t-elle.

-Oui. Superbe laboratoire d'ailleurs.
Il mourrait d'envie de lui dire que le sol dudit laboratoire était d'une mocheté innommable mais préféra s'abstenir pour ne pas attirer sur lui le courroux de sa sauveteuse.
-Alors, z'allez m'passer les ingrédients là don'. Et p'is j'vais m'charger du reste.

-Pas de problème j'observe.

-C'est ça gamin, ob-ser-ve don'.
Il lui tendit l'intégralité des ingrédients. Le Zbogoune fut monté au laboratoire par les escaliers pour des raisons que la raison ignore étant donné la présence d'un monte-charge sur le flan Est du phare. Quoi qu'il en soit, une fois les composants sur la table, la laborantine tira sur un gros levier, geste qui eut pour effet de faire jaillir du disgracieux parquet (et non pas du disgracieux parquet), un énorme chaudron. Chaudron dans lequel vinrent choir le Room Raisin, le Zbogoune de Marcel, Pitoune et Toune, le Kummel et une pincée de poudre de Perlimpinpin.
L'action d'envoyer faire bouillir les ingrédients se fit suivre d'une éclaboussure verdâtre qui retomba sur le sol, le recouvrant ainsi de son atroce couleur (voilà donc la raison de la laideur du planché). Madame Pruneaux expliqua que par la suite, il fallait faire cuire le tout à petit feu pendant une heure ou deux, après quoi, les éléments bien mélangés, on pouvait vider le liquide dans un petit réceptacle de forme ronde et attendre que le tout durcisse.
Pour passer le temps nos deux chimistes se lancèrent dans une ennuyeuse discussion. Conversation tellement insignifiante que je ne vous ferais même pas part de ce récit et maquillerait ce fastidieux dialogue en ne vous contant que la captivante partie de Scrabble durant laquelle le GMS et Madame Pruneaux s'engagèrent. Duel si prenant que c'est après avoir placé les mots « Vertueusement » avec le « v » compte double, « Zoomorphisme » avec le « z » compte triple, le mot « Kinésithérapeute » avec mot compte double et le mot « bas » avec « a » compte triple, que nos deux compères se rendirent compte doublement que le liquide contenu dans la marmite était en ébullition.
Après avoir coupé le feu de dessous la marmite, le bouillonnement faiblit petit à petit. Quelques instants plus tard, ils purent contempler le liquide d'un vert semblable à celui du sol sous leurs pieds. Ils versèrent le contenu de la marmite dans le moule à Baies de Room. Avec toute la quantité de liquide produite, ils pourraient faire une centaine de baie. Mais toutes seraient détruites sauf dix-sept (ne nous demandez pas pourquoi).
-Eh bah y a p'us qu'à attendre un peu.

-Parfait. Bientôt, j'aurais la Baie de Room en ma possession. *rire machiavélique*

-...

-Mais euh... Que dois-je faire à la baie pour obtenir l'artefact ?

-Il faudra t'rendre dans la salle mystique du cinquième phare. Le Phare Yngolaryngite.

-Oh joli nom.

-Ouais. et très pratiqu' au Scrabb'.

-Oui, mis à part le fait qu'un Scrabble ne comporte qu'un « y ».

-Pas folle la bête. J'y avais jamais don' pensé.
Souhaitant revenir au sujet qui l'intéressait le mouton s'exclama :
-Et la baie alors ?

-Bin la baie faut la mett' sur un autel. Mais y parait qu'ça marche qu' si t'es l'élu et qu'il est 17h49 pétantes.

-Bien. Alors une fois la baie fabriquée, je me rendrai là bas et j'attendrai l'heure. Y a t-il quelque chose de particulier que je doive faire une fois là bas, il n'y a pas de formule magique a réciter ?

-Non, tu t'assoies et tu attends.

-Okay.-
Quelques minutes après, la Baie de Room était là, dans sa main. Cependant, il était déjà 16h37. Il n'avait plus qu'un peu plus d'une heure devant lui. Il partit immédiatement en direction du Phare Yngolaryngite, préférant arriver en avance, au cas où.
Chapitre 22 : La réalisation de la prophétie des Phares aux Pruneaux Gramdiadipadoum (son d'un saxophone en rut).
Le GMS se hâta d'aller au Phare Yngolaryngite, là-bas il n'aurait qu'à déposer le fruit sur l'autel et attendre l'heure dite. Bientôt, il serait en possession de six des sept virgule cinq artefacts. Il se remémora sur le chemin tout ce qu'il avait accompli jusqu'ici. Après avoir repensé à toutes ses récentes aventures, il arriva au pied de l'édifice. Lieu sacré, lieu de recueillement, lieu tenant, lieudit « La Sainte Enceinte ». Il pénétra dans la Sainte bâtisse. Le phare ne comportait qu'un seul étage mais il était tout de même d'une impressionnante hauteur.
En face de lui se trouvait l'autel, grand rocher monolithique sortant du sol. Il y déposa la Baie de Room et resta devant à attendre. Soudain, (tindintin tiadibadiadoum des danseurs de claquettes trombonistes envahissent la scène... Bon d'accord, on arrête, promis) un rayon de soleil passa à travers les vitraux et éclaira de sa verte lumière la baie religieusement posée sur l'émergeant bloc de pierres. Un nuage de fumée remplit soudainement la pièce et qui voilà (?) : la projection pseudo-cérébro-schyzophrènique de l'esprit du mouton, en kilt (notez qu'aucune omelette ne vagabondait dans les parages, chose étrange).
-Eh bien ! Comment va notre jeune messie ?

-Plutôt bien, je m'apprêtais justement à me procurer un artefact quand vous êtes apparue...

-Je sais bien. Je suis venue te donner en main propre ce divin objet.

-Et quel est donc le prochain bidule que vous allez me mettre entre les pattes ?

-Savez-vous qu'une fois ce bidule, comme vous dites, entre vos mains, vous n'aurez plus qu'un demi artefact à récupérer et votre mission sera considérée comme terminée ?

-Oui, je sais, et c'est pour ça que j'aimerais bien arrêter de tourner autour du pot et de savoir à quel truc béni, quelle sacro-sainte chose, quel céleste machin, je vais avoir affaire.

-Bien, bien. Je vais vous le donner ce précieux artefact.

-Merci à vous.
On ne sait par quel tour de passe-passe, la divine silhouette humaine fit apparaître, devant le mouton ébahi, une sorte de flûte à moitié ronde. Comprenez qu'après tout ce qu'il avait vu jusque là, le GMS ne fut qu'à moitié étonné par sa nouvelle acquisition.
-Voici le Pipeau Hémicylindrique. C'est un artefact très très ancien. Symbole de la poésie pastorale de Dol. Ce champêtre objet vous permettra l'accomplissement de votre ultime mission.

- Eh bien! Après un entonnoir, un ongle, un débouche chiottes, un escabeau, un parpaing, voici venir un flûtiau. Sur quel bizarroïde objet je vais bien pouvoir tomber après ça ?

- Hey Hey ! Moi seul le sait.

- Et je suppose qu'avant de partir (il faudra bien te couvrir) dans un torrent de feu vous allez me laisser seul avec un indice aussi dodu qu'un cure-dents.

- Je ne peux hélas te contredire mon bon ami.

- Je m'en doutais presque...

- Ceci dit, je peux aussi partir tout de suite te laissant dans une ignorance totale.
N'ayant nullement envie de passer des années à racler le territoire de fond en comble pour y dénicher des indices lui permettant d'en finir avec sa mission, le GMS accepta que le spectre en jupette lui délivre son précieux indice.
-Bon, alors cet indice?

-Le prochain artefact est un peu particulier.

-Pour changer...

-Et il est aussi un peu plié.

-Bah voyons...

-Il est couramment en paire mais celui-ci est unique, on ne lui connaît pas de double, et on ne sait pas pourquoi. Normalement, il devrait être en laine, mais celui-ci est poilu.

-Bref je cherche quelque chose qui se veut être identique à une autre chose qui n'existe pas. Objet velu qui plus est.

-C'est à peu prêt cela oui.

-Ô joie.

-L'artefact dont nous parlons actuellement ne se trouve dans aucun des endroits que vous avez visité jusqu'ici.

-Ah bah ça m'aide grandement ça. Il me reste plus qu'à fouiller tout le Sud et tout l'Est du pays. En route alors...

-Courage !
Laissant le GMS à sa réflexion mûrissante, la projection s'en alla rapidement dans un tourbillon de flammes, pour ne pas malmener la coutume.
Sorti de l'enceinte du bâtiment, l'ovin rouge (calem... non c'est pas grave laissez tomber) d'émotion, contempla sa flûtine. A quoi diable pourrait servir cet amas d'objets divins, cette incohérente collection de reliques? Pour le découvrir le GMS devait d'abord récupérer un objet des plus mystérieux. Quel pouvait être cet objet qui s'était vu privé de son clone déontique pour des raisons inconnues ? Objet poilu par dessus le marché.
S'arrêtant un peu de penser à sa mission et à cet étrange et ultime artefact, notre mouton songea à faire une petite pause, un peu de repos ne lui ferait pas de mal et l'aiderait sûrement à se rafraîchir les idées. Idées qui se bousculaient déjà dans son encéphale à la contenance restreinte. Tout était imaginable, des demies paires de fesses à la pilosité non négligeable aux semis chaussures à poils ras.
La nuit tombait, et tombait bien. Demain il quitterait Dol, il avait étudié les possibilités qui s'offraient à lui. Dol mène au Sud par un petit chemin sinueux, tortueux, en zigzag que l'on appelle couramment la Descente de Lit, et à l'Est par une pente raide que l'on peut gravir à raison de nombreux efforts, La Monté Cristo. Préférant la facilité le GMS décida de commencer par grimper la Monté Cristo, se disant que de toute façon, un chemin qui monte n'est rien d'autre qu'un chemin qui descend mais en sens inverse (notez la bilatéralité de la chose et la réciprocité du contraire).
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconAtelier d’écriture p. 36 : «Le premier dessin ou le début de l’histoire»
«Les caractéristiques des contes merveilleux» p. 53 (=synthèse de fin de chapitre : «Un genre oral» + «Une forme de récit»)

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconThèses principales
«Commence par te persuader»; # 124 «comme absurde tout ce qui s’en écarte.»

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début icon1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ?

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconRésumé et lecture début chapitre X pour présenter la ville des mots...
«ville des mots» à «l’usine la plus nécessaire du monde», et nous fait réfléchir sur notre langue

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconDéfinir ce qu’est une autobiographie
«Ainsi, jour après jour et sans t’en rendre compte as-tu pris l’habitude de tenir très régulièrement ton journal.» ou le début de...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début icon…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconExtrait d’un document publié sur le site
«Continuer un début de poème Les poèmes de référence («début de poème» : voir page 17)

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconMus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconLecture analytique d’un extrait du chapitre 17
«C'était maintenant des troupeaux de loufiats qui surgissaient de toutes parts» à «Maintenant, je me taperais bien un café-crème»...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconFrançais – epreuve anticipee series es-s
«L’Enterrement» du sonnet annonce une galerie de brefs portraits tout à fait homogène; dès le début du poème de Rimbaud, la société...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com