Chapitre 1 : Là où tout commence, le début





télécharger 316.09 Kb.
titreChapitre 1 : Là où tout commence, le début
page3/9
date de publication29.11.2019
taille316.09 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Chapitre 9 : Un départ sur le dos.
Que de péripéties mes jeunes amis ! Que d'aventures ! Que de drames, de suspenses, d'action ! Que de retournements de situation ! Que d'omelettes aussi ! Le GMS passa la semaine qui suivit à ne rien glander. Il resta dans son lit pendant sept jours. Mais il ne pouvait pas rester inactif indéfiniment, non ! Le monde avait besoin de lui. Il se devait de répandre la connerie sur Terre ! Sur Mer ! Sur Père ! Sur Impaire ! Sur Ampère ! Enfin, partout quoi. D'après la projection pseudo-cérébro-schyzophrène de son esprit, il ne trouverait plus rien à Calan-Bourg, il lui fallait partir autre part. Selon ses renseignements, à quelques kilomètres de Calan-Bourg, se trouvait un village appelé Topinan-Bourg. Si ses informateurs ne racontaient pas de conneries, un artefact s'y trouverait.

Le Grand Méchoui Sacré fit donc ses bagages. La guide lui avait trouvé une carte de la région de Topinan-Bourg, c'était en Bourgogne. La ville était de taille moyenne, on y accédait en traversant un double pont, le Pont-Pont. Derrière la ville s'étendait deux vastes forêts, la Forêt Faireci et la Forêt Faireça. Tout était apparemment en double à Topinan-Bourg. Bien sur, de nombreux restaurants étaient présentés sur la carte, car tout le monde le sait bien, le topinambour est riche en potassium, en phosphore et en calcium. Bonne source de fer et de thiamine. Contient aussi de la niacine, du cuivre, du magnésium et de l'acide folique. Le maire de la ville se nommait Michel Helianthus Tuberosus (allez-y cherchez), c'était un homme bon, prêt à aider les aventuriers qui gagnaient sa ville, il entretenait de très bonnes relations avec O, en plus d'entretenir son jardin potager. Bref, tout cela s’annonçait très bien.

Il se mit donc en route, ses bagages avec lui. Il l'avoua à la guide, il était triste de la quitter. Cette dernière lui sourit, elle était triste aussi, ils se promirent alors de se revoir un jour. Les villageois vinrent tous dire au revoir à notre aventurier. Ah, ces gars de Calan ! se dit il... des gens bons. Les noms de rues lui manqueraient, mais qu'allait-il découvrir à Topinan-Bourg ? Il s'y rendait. Il allait bientôt connaître sa nouvelle quête. Mais pour cela il lui fallait faire quelques kilomètres.

Et ces kilomètres parcourus, le voici devant le Pont-Pont. Devant le pont se trouvaient postés un garde apparemment fou (ils louchait, bavait, sautillait) et une boite aux lettres. C'est quand même le comble pour une boite aux lettres, d'être postée, et pire encore de l'être près d'un type timbré. Mais il fallait lui parler, c'était là sa première approche de la ville. Et quelle approche !

-Euh, bonjour.
-Bonzour, dit-il en bavant.
-Je suis le GMS, je suis en mission et on m'a indiqué votre ville...
-Gnié hé hé. Garbadapa pouf zbigada.

Aucune violence dans la voix, notre ami décida de l'ignorer et d'entrer dans la ville.

Mis à part cet étrange individu, les gens d'ici avaient l'air sympa, ils le saluèrent en souriant. Rien d'inquiétant. Les restaurants ne manquèrent pas, c'était prévu. Toutes les enseignes étaient attrayantes, pleines de couleurs, on avait là, dans la rue principale, à savoir la rue du Quai : "A la frite bedonnante", " L'anis allumé", " Auberge de Vendée", " L'écaille des moules", "Le bar bondé" et enfin "La liasse de chou". Eh bin, je sens qu'on va bien se marrer ici, se dit le GMS. Il décida, comme il était bientôt 13 heures, de s'arrêter à la "A la frite bedonnante". Voici le menu du jour :

Menu du jour : 12 Jemans

Entrée au choix.

Le porc de Sabine
ou
Tourte de cailles

La mousse à la pistache
ou
Flans


Bien sur, la liste de vin était conséquente, notre mouton demanda à la serveuse ce qu'elle lui proposait, celle ci en souriant lui répondit :


-J'aime le goût de ce petit blanc !
-Et bien va pour ce... petit blanc alors.
-Et comme désert ? Tant que vous êtes là.
-Goûtez les flans.
-Bien, alors je vais prendre une salade du Chef, une Tourte de cailles et un flan.


Les prix étaient raisonnables, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Après ce copieux repas, notre mouton décida de trouver la mairie et Michel Helianthus Tuberosus. Ici, les rues avaient des noms certes étranges, mais pas emplis de jeux de mots, du moins apparemment. C'est donc dans la rue Cucurbita que se trouvait la mairie. Le GMS décida de consulter le plan de la guide, plutôt que demander l'aide des gens d'ici, bien qu'apparemment sympathiques, il voulait d'abord savoir à qui il avait affaire. Il arriva finalement devant le bâtiment, simple, un joli drapeau flottait en l'air. Un autre garde était là, mais cette fois, celui-ci était plus sérieux, ne bavait pas, et surtout il n'y avait pas de boite aux lettres. Son badge indiquait Ono, il n'avait pas l'air tendre.


Le GMS lui dit qu'il devait voir le maire, ce qui ne parut pas gêner l'homme qui se contenta de fouiller son sac. Une fois le sac fouillé le GMS entra dans la bâtisse. Des panneaux indiquaient de ci l'accueil, de ça le bureau du maire. Il se dirigea alors à gauche vers le bureau du maire. Devant la porte notre ovin remarqua une pancarte « Bureau de la maire de Topinan-Bourg ». étrange. Il entra tout de même.


-Bonjour monsieur le maire.
-LA maire !
-La maire ?!?
-Bah oui, ne dit-on pas un paire ? Donc une maire. Logique jeune mouton.


Le Grand Méchoui Sacré ne décida pas de se lancer dans un débat philosophique avec l'homme à l'allure légumoïdale mais qui semblait en parfaite santé tout de même.


-Vous avez certainement raison.
-Bien sur que j'ai raison. Que me vaut l'honneur de votre visite ?
-Et bien je suis envoyé par O, je viens de Calan-Bourg. Je suis à la recherche d'un ancien artefact qui me servira à répandre la connerie sur Terre et bien plus encore. On m'a dit que je pouvais éventuellement avoir une infime chance de pouvoir peut-être le trouver dans un lieu qui se pourrait être, du moins selon toute vraisemblance, votre ville. Cela reste une supposition, hein.
-Oui, Oui, O est un ami, il m'a parlé de vous. Eh bien, c'est-à-dire qu'il y a bien quelque chose mais...
-...mais ?
-Nous avons perdu cet artefact, il y a de ça des années, et personne ne sait où il se trouve actuellement.
-Vous dîtes qu'il se trouve à Ctuellement ?
-Non, vous n'y êtes pas, je dis qu'on ne sait pas où il est.
-C'est ballot.
-Non c'est un escabeau.
-Un quoi ? S’étonna le mouton.
-Vous n'avez jamais entendu parler des escabeaux de Bourgogne ?
-Euh à vrai dire nan. Mais ces escabeaux, y en a t-il plusieurs ?
-Bien sur, mais un seul d'entre eux est magique. Il a cependant la même apparence que les autres, c'est là le problème.
-Et en quoi est-il magique cet escabeau alors ?
-L'escabeau magique n’a aucun pouvoir, il est juste magique. Mais pour le reconnaître de tous il faut connaître l'incantation allographique, et ça personne ne veut le faire...
-Bien, et si je trouve cette incantation allo-je-sais-pas-quoi...
-Allographique !
-Oui c'est ça, si je la trouve et que je trouve l'escabeau de bourgogne, pourrais-je le garder ?
-Je pense que oui.
-Avez vous des indices quelconques ?
-Eh bien, nous savons qu'il existe dans une des deux forêts les maisons de trois religieux connaissant cette formule.
-Quelqu'un saurait-il me dire laquelle des deux forêt est la bonne, ou la mauvaise ?
-Le vieux sage Lycopersicum doit savoir ça, mais il est complètement fou, personne n'arrive à lui tirer deux phrases...
-Bien merci à vous, je vais aller le voir, on verra bien.
-Bonne chance alors.
-Merci monsieur la maire.


La maire lui sourit, il quitta donc la Mairie. Direction la maison du vieux sage complètement gâteux.
Chapitre 10 : Malaxer le beurre dans un bol de manière à le rendre facile à mélanger.
On ne savait pas si le vieux barge est un proche parent du Mage Râ, mais sa maison était dans un état assez semblable, pour ne pas dire pire encore... Imaginez un peu le désastre ! A l'entrée un écriteau annonçait clairement la couleur : « Tire la chevillette et la bobinette cherra ». Il allait en voir des vertes et des pas mûres notre mouton. Mais là il se doutait que ce serait une pas mûre. Pas mûre du tout. Mais il fallait avancer.


Il tira la chevillette et la porte s´ouvrit. Un vrai désastre cette...ce...ces... ruines. Le GMS avait devant lui, des pierres, des tableaux décrochés des murs, des meubles cassés, des vases brisés sur le sol, et une boite aux lettres. Que vient foutre une boîte aux lettres ici, bon sang ? Le mouton se rappela qu'en rentrant dans la ville, près de là où était posté le garde fou, se trouvait aussi une boîte aux lettres, était-ce un présage ? Comment se faisait-il que des boîtes aux lettres fussent là, à coté de dégénérés du bulbe rachidien ? Que de questions ! Quoi qu'il en soit un homme était apparu pendant que le GMS explorait du regard ce qui l'entourait.


-Wazgaga !

Ce n’était pas gagné.

-Bonjour monsieur.
-Glapediflop.


Le GMS désespéré sortit de son sac de quoi casser la croûte, il se dit que le ventre bien plein, tout irait mieux. Un bon vieux fromage de Calan-Bourg, rien de tel pour retrouver des forces. Le GMS déposa les croûtes à coté de lui, c'est à cet instant que les yeux du vieux fou s'illuminèrent, il sauta sur les croûtes de fromage. Le mouton les lui ôta des mains pour voir, mais rien n’y faisait, l'homme voulait ses croûtes, croûte que croûte. Notre gentil mouton les lui donna, ce qui fit apparaître un grand sourire sur son visage ridé :


-Merci, dit le vieil homme avant de se remettre à mastiquer. Chroump Chrump.
-Mais alors, vous parlez ?
-Seulement quand on me nourrit de croûtes de fromage.
-On aura tout vu, dit le mouton à voix basse.
-Vous cherchez quelque chose peut être ? Puis-je vous être utile ?
-Eh bien maintenant que vous le dites, je cherche l'escabeau de Bourgogne magique. Et donc je souhaite connaître l'incantation allographique.
-Ah, Ah, Ah, Ah, Ah ! L'incantation allographique ! Eh bien vous êtes fort courageux jeune mouton. Personne ne s'est jamais risqué à la chercher.
-Et pourquoi donc ?


Il ramassa encore quelques miettes de fromton.


-Parce que personne ici n'arrive à comprendre quoi que ce soit à ces allographes, et que moi, j'ai passé l'âge d'aller me balader en forêt.
-Et si je vous donnais d’autres croûtes vous m'aideriez ?
-Pour sur mon bon seigneur !


Ils firent donc un marché. Le vieil homme lui dit où se trouvait la maison de l’un des Trois Abbés, gardien de l’incantation allographique permettant de réveiller la véritable nature de l'éventuel escabeau magique. Ils étaient tous les trois dans trois maisons différentes au milieu de la forêt Faireci. Chacun d'eux possédait une partie de l'incantation. Le GMS décida alors de partir en quête du premier des Abbés, l'Abbé Vu. L'Abbé Vu avait un don, il était devin. Il voyait souvent des voyantes voyant des voitures à Venise, voyez-vous ? Bon. Comme c'était le premier des Abbé, c'était aussi le plus proche.
Après une bonne heure de marche dans la Forêt Faireci, notre aventureux mouton se trouva nez à nez avec la maison de l'Abbé Vu. Petite maison de forêt, elle était en pierre et en bois principalement. Devant la maisonnette de pierres se trouvaient trois allées. Notre premier Abbé était là, tranquillement installé devant son domicile habillé comme un curé, à bêcher les allées. Les allées était moches il fallait les entretenir car nous savons tous que l'abbé ne supporte pas la laideur quand il est en curé ! Mais à la vue du mouton, l'homme s'arrêta, apparemment surpris.


-Bonjour noble ovin. Que viens-tu faire ici ?
-Bonjour monsieur l'Abbé. En fait, je suis à la recherche de l'escabeau de Bourgogne. On m'a dit qu'il fallait une incantation allographique, et que vous en connaissez une partie. Est-ce vrai ?
-Oui c'est vrai. Mais cela ne veut pas pour autant dire que je vais te la donner comme ça, sans rien en échange.
-Je vois, dit le GMS. Et que dois-je faire ?
-Je vais allez me cacher. Une fois caché, j'enverrai mon garde Rob venir te chercher, il te donnera un arc et des flèches. Il t'indiquera ce qu'il faudra que tu fasses ensuite. Acceptes-tu ?
-Bien entendu.
-Alors c'eeeest parti !


L'Abbé Vu se précipita alors dans les profondeurs des bois. Très vite on ne le vit plus. C'est alors qu'un homme sortit de la maison, visiblement prévenu à distance par l'Abbé. Il tenait une bête en laisse. Il demanda au mouton si celui-ci était prêt. Notre fier GMS répondit que oui ! Il était prêt. Alors l'homme lui dit :


-Baise-là vite, et envoie la bite à laver.
-Hein ? s’exclama notre mouton étonné.
-Euh, vise la bête, et envoie-la vite à l'abbé !


C'est alors que l'homme tendit l'arc et les flèches au GMS qui les prit. Il lâcha la bête en liberté une fois les instruments dans les pattes du mouton. Encore un peu étonné ce dernier mit quelques minutes avant de partir, les idées à nouveau claires. Il chargea la bête en hurlant. Il décocha une première flèche qui se plantant dans le tronc d’un arbre malchanceux. La deuxième frôla l'animal de peu. A la troisième et dernière flèche, notre mouton se dit que c'était là sa dernière chance de pouvoir ramener la bête à l'Abbé. Il banda l'arc et, au moment où il allait tirer il trébucha, la flèche se planta alors par miracle dans la cuisse de l'animal qui se mit à hurler de douleur. Malheureusement, la bête était solide, elle continua à courir un peu devant son poursuivant. Le GMS ramassa alors une pierre par terre, qu'il jeta avec puissance ! Elle toucha sa cible qui s'écroula sur le coup.


L'animal sur le dos, le GMS se mit en quête de l'Abbé Vu. Il le trouva derrière un arbre à jouer aux cartes avec deux autres religieux. Il jeta la bête aux pieds des trois hommes en calottes. Imaginez-les un peu en curé, avec une calotte, quel spectacle ! Ils furent tout de même étonnés de voir arriver un mouton en plein milieu de leur partie de belote. L'Abbé Vu fut lui surtout surpris de voir arriver un mouton, en possession de la bête lâchée par Rob, en plein milieu de sa partie de belote.


-Euh... Congratulations jeune mouton, voilà qui est étrange, personne n'a jamais réussi à attraper cette bête (c'est peut être parce que personne n'a jamais cherché à le faire), comment avez-vous fait ?
-C'est venu tout seul, je suis tombé, la flèche est partie se planter dans sa jambe. Cela ne suffit pas, mais je lui ai jeté une pierre, elle s'est écroulée net.
-Bien, bravo ! Laisse-moi te présenter l'Abbé Cédé, et l'Abbé Mouspapam. Ce sont les deux autres gardiens allographiques. Laisse-nous nous concerter deux minutes veux-tu.


Le mouton acquiesça et alla quelques mètres plus loin pour les laisser discuter entre eux. Et après deux minutes effectivement, ces derniers appelèrent le mouton à les rejoindre.


-Tu nous as tous les trois épatés. Personne n'a jamais réussi ce que tu viens d'accomplir avec aisance. Pour te montrer notre gratitude, voici l'incantation toute entière.
-L'Abbé Vu : 3AB !
-L'Abbé Cédé : OQP !
-L'Abbé Mouspapam : HIÉ !
-Le GMS : 3AB OQP HIÉ ! C'est bien cela ?
-Les Abbés : C'est ça, maintenant va et laisse-nous finir notre belote.
-Le GMS : Merci à vous.


Heureux et fier comme un coq ovin ! Le mouton s'en alla rejoindre Topinan-Bourg.


Chapitre 11 : La récupération de l'escabeau de Bourgogne.


Et c'est joyeux que notre mouton regagna Topinan-Bourg en possession de l'incantation allographique. Il s'en retournait en ville en chantant. A l'entrée de la ville, il salua le garde fou et la boîte aux lettres. Maintenant, il devait se rendre chez la maire pour que celui-ci le renseigne sur l'éventuel endroit où il se pourrait que l'escabeau de Bourgogne puisse se trouver. Encore une fois, on remarque ici que tout ça est très approximatif. Et comme il commençait à faire nuit, il lui fallait se dépêcher un peu de rejoindre Topinan-Bourg.


C'est en entrant dans la cour de la maire que le Grand Méchoui Sacré vit courir vers lui un enfant qui pleurait. Cet enfant détalait dans le sens opposé à la direction qu'empruntait le GMS. Il stoppa net l'enfant pour savoir ce qu'il se passait, et pourquoi il pleurait.


-Eh bien, pourquoi pleures-tu ?
-C-c'est Ono *snif*, lui répondit le gamin en larmes.
-Le grand garde costaud là ? Que t'as t-il fait ?
-Il m'a-a *snif* frappé !
-Comment ça ? Tu veux dire qu'Ono t'as tapé ?
- Oui, Ono m'a tapé, comme ça *snif* Boum !
-…


Le jeune garçon partit à toute vitesse, toujours en pleurant. Le GMS ne chercha pas à comprendre. En passant devant le garde Ono, qui d'ailleurs était vêtu d'un short (car il faut tout de même noter qu'il a de très belles jambes, Ono), le mouton le regarda d'un air méfiant auquel Ono répondit par un sadique sourire. Au moins, la maire était bien gardée.


Il passa à l'accueil. Puis passa aux toilettes alors que la femme de ménage passait l'aspirateur. Ils se regardèrent mais il ne se passa rien. Le GMS, une fois vidé, s'en alla dans le bureau de la maire Michel. Il frappa, une voix lui dit d'entrer, il entra :


-Hé bien. Vous voilà dans mon bureau pour la deuxième fois de la journée. Que me vaut l'honneur de cette tardive visite ?
-Je sais qu'il est tard, mais voyez-vous, j'ai trouvé la formule permettant de reconnaître l'escabeau de Bourgogne. Je me demandais si nous ne pouvions pas faire passer dans le journal local une annonce demandant à tous les Topinanburgiens et à toutes les Topinanburgiennes d'emmener leurs escabeaux sur la place publique. Ainsi, je pourrais réciter la formule devant chacun d'eux et je trouverais le bon escabeau.

-Ma foi cela me semble tout à fait possible, il faut en revanche contacter l'éditeur dès ce soir, et le payer.
-évidement.
-écoutez, téléphonez-lui de ma part et demandez-lui ce que vous venez de me demander, il ne refusera pas. Mais préparez tout de même quelques Jemans.
-Bien, je suis prêt à payer ce qu'il faut pour obtenir cet artefact.


Il en fut donc ainsi, le mouton téléphona à l'éditeur du journal en sortant de la mairie. Il était d'accord mais il lui sommait quand même de payer 50 Jemans, décidément la vie était de plus en plus chère. Satanée société de cons sommateurs. Mais bon, il fallait faire avec, faute de pouvoir faire sans.


C'est ainsi que le lendemain matin au petit jour, les habitants de Topinan-Bourg étaient en grande partie réunis sur la place publique alors encombrée par des tas et des tas d'escabeaux. Parmi tout ceux là (une bonne centaine), un seul était magique.


La matinée fut longue. N'avez-vous jamais remarqué que lorsqu'on cherche quelque chose parmi beaucoup de choses, on finit par tomber sur ce que l'on cherche après avoir essayé toutes les autres ? Et bien là c'est la même chose, fatigué d'avoir récité la formule devant des tas d'escabeaux tous aussi normaux les uns que les autres, le Grand Méchoui Sacré, las de sa matinée, tomba raide en se prenant le pied dans le bas d'un escabeau.


Tout ceux qui n'avaient pas réagit à la formule étaient rentrés chez leurs propriétaires. Il n'en restait plus qu'un, et le GMS venait de se casser la figure dessus. Le propriétaire de l'escabeau aida le mouton à se relever. Ce dernier récita la formule :


- 3AB OQP HIÉ !


C'est alors que l'escabeau se mit à briller de mille feux. Des têtes sortaient d'un coup des fenêtres, tout le monde venait assister au spectacle. Tous s'esclaffèrent. Des cris de joie se firent entendre dans toute la ville, on avait retrouvé l'escabeau magique. Le vieillard, qui était tout de même sorti voir ce qu'il se passait, expliqua au mouton ce sur quoi il venait de tomber :

-Ce que vous avez là c'est un escabeau type Hélix Pomatia, il y en a très peu ils sont pratiquement en voie de disparition. Faites-en bon usage.


Bien qu'en soit, celui-ci n'était d'aucune utilité à la population, celle-ci trouvait une certaine fierté à être la propriétaire originelle d'un des sept virgule cinq artefacts qui permettraient au GMS de répandre la connerie sur Terre. Le mouton leur promis de faire de la publicité à la ville, la maire comptait bien se lancer dans le tourisme. Voilà encore un anti-exploit de plus pour le Grand Méchoui Sacré, mais ce n'était pas le dernier, loin de là.

1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconAtelier d’écriture p. 36 : «Le premier dessin ou le début de l’histoire»
«Les caractéristiques des contes merveilleux» p. 53 (=synthèse de fin de chapitre : «Un genre oral» + «Une forme de récit»)

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconThèses principales
«Commence par te persuader»; # 124 «comme absurde tout ce qui s’en écarte.»

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début icon1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ?

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconRésumé et lecture début chapitre X pour présenter la ville des mots...
«ville des mots» à «l’usine la plus nécessaire du monde», et nous fait réfléchir sur notre langue

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconDéfinir ce qu’est une autobiographie
«Ainsi, jour après jour et sans t’en rendre compte as-tu pris l’habitude de tenir très régulièrement ton journal.» ou le début de...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début icon…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconExtrait d’un document publié sur le site
«Continuer un début de poème Les poèmes de référence («début de poème» : voir page 17)

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconMus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconLecture analytique d’un extrait du chapitre 17
«C'était maintenant des troupeaux de loufiats qui surgissaient de toutes parts» à «Maintenant, je me taperais bien un café-crème»...

Chapitre 1 : Là où tout commence, le début iconFrançais – epreuve anticipee series es-s
«L’Enterrement» du sonnet annonce une galerie de brefs portraits tout à fait homogène; dès le début du poème de Rimbaud, la société...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com