Subtiles de l’érotisme ronsardien. On n'a





télécharger 13.53 Kb.
titreSubtiles de l’érotisme ronsardien. On n'a
date de publication09.11.2019
taille13.53 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
Délices subtiles de l’érotisme ronsardien.

On n'a, de nos jours, que trop tendance à prêter aux progrès scientifiques et technologiques le pouvoir d’assurer le bonheur des hommes. De là à considérer que leur épanouissement amoureux, leur quête du nirvana, est technique et va de pair avec l’essor du matérialisme, il n’y a qu’un pas que notre époque ne semble pas hésiter à franchir. Cette utopie a investi le champ des amours au point que l’on ne parle plus de sentiments mais de pratiques et de performances. Nous sommes loin de l’érotisme tel que le concevait Ronsard, poète que certains ignorants, en raison d’a priori blâmables, ont qualifié de « mignonnet », de poète « à l’eau de rose ». Grave erreur si l’on se réfère à l’anthologie de ses poèmes érotiques et bachiques intitulée « De par les prés mignards et frétillards »1 et préfacés avec verve et passion dans sa première édition par Robert Sabatier qui présentait le poète comme celui « à qui aucun territoire n’est refusé », « qui aborde tous les thèmesdu plus subtil au plus sensuel ». Ronsard investissait même parfois une forme de littérature très licencieuse, très osée, dans la veine paillarde de Catulle. Ainsi narrait-il les ébats de paysans comme Robine qui, lors d’un repas champêtre, guignait avec appétit le vit de Jacquet, tandis que son compagnon contemplait le « petit cas » de son amie, à sa vue généreusement exposé. Il en fut de même lorsqu’il déplora, en termes d’une incroyable crudité, qu'une suivante de l’escadron volant de Catherine de Médicis usât d’un "godmicy " (godemichet ou godemiché) , « gros instrument qui se fait près d’ici ».À cela, ajoutons les poèmes, dans lesquels il s'adonne à la satire des pratiques homosexuelles d’Henri III qui n'avaient pas l’heur de lui plaire. Cependant, quand il évoquait avec fièvre ses propres pulsions amoureuses, il ne se faisait pas exhibitionniste pour autant et effectivement se montrait le plus souvent pudique.

Il est néanmoins intéressant, quitte à en être choqué, d'analyser les facettes multiples qu'offre, quel que soit le recueil , la verve érotique de Ronsard présente là où on l'attend le moins comme dans la Franciade. En ce qui concerne les poésies amoureuses, le premier piège qu'il nous tend est le ton confidentiel qu'il emploie, faisant de ses lecteurs les témoins et les confidents des supposées amours qu'il aurait vécues. Ces poèmes s'insèrent dans l'œuvre du poète, racontent des idylles que beaucoup croyaient naïvement authentiques alors qu'elles étaient avant tout des phantasmes, des œuvres de poésie. Tout cela commença par un projet amoureux publié par le jeune poète dans son premier poème : "Des beautés qu'il voudrait en s'amie.". Ronsard y fait l'éloge enflammé, le blason des appas, de celle qu'il rencontrera... deux ans plus tard : Cassandre Salviati. Comment rester de marbre, fût-on simple

lecteur, devant l'érotisme émanant de "cette bouche vermeille/ Pleine de lis, de roses et d’œillets/ Et de ce sein aux boutons verdelets/ Et de ces yeux les astres jumelets"? Il suffit de confronter les odes et sonnets amoureux de Ronsard avec le roman érotique d'Apollinaire "Les onze mille verges" pour comprendre la différence entre érotisme et pornographie Avec Ronsard, nous sommes emportés dans un monde délicatement érotique, parfois truculent, alors que l'auteur d' "Alcools", s'est livré à l'envi à une accumulation de scènes pornographiques qui ne provoquent aucun émoi.

Certes, Ronsard lui-même ne s'est pas privé dans les "Folâtries" de chercher à faire rire à la manière des fabliaux. Vous et tous les chastes admirateurs de Ronsard serez peut-être encore plus effarouchés par les derniers poèmes des "Prés mignards". Mais, s'ils sont audacieux et crus, n'oublions pas qu'ils appartiennent à une tradition, Ronsard ayant une parfaite connaissance de la culture gréco-latine qui l' inspira et vivant à une époque, la Renaissance, siècle de Marot, de Rabelais et de Brantôme qui savaient évoquer avec esprit tant l'univers de l'érotisme que celui de la paillardise. N'accablez donc pas Ronsard d'opprobre injustifié. Seuls quelques huguenots se sont risqués à parler de ses vices, ce qui amena Ronsard à répliquer en dénonçant les leurs sans ambiguïté. Agrippa d'Aubigné dira qu'avec la réplique de Ronsard, la "Response aux injures et calomnies", ces protestants s'étaient vu discrédités auprès de bon nombre de leurs partisans . Mais revenons au temps de sa jeunesse.. Notre poète ne pouvant convoler en justes noces - statut de clerc oblige- fut condamné à aimer toutes les femmes, c'est-à-dire la Femme. Il se conduisit toujours en gentilhomme, avec élégance, allant jusqu'à chanter pour le compte de Condé, les beautés de la gente Isabeau de Limeuil . Quant aux Amours d'Hélène, Catherine de Médicis les aurait initiées voulant que le poète consolât sa demoiselle d'honneur de la mort de son ami. Avec Hélène, il semble même que Ronsard se prit au jeu de sorte que le dépit qu'il conçut de sa froideur acéra sa plume jusqu'à lui inspirer des vers d'une réelle cruauté. Mais le plus souvent, la stratégie de Ronsard consistait à peindre avec gourmandise les charmes de sa mie enchantant le lecteur autant que lui-même. Il décrivait alors la fièvre qui s'emparait de lui, expliquant que l'attente aiguise le désir jusqu'à l'embrasement de tout son être soumis aux feux ardents du désir érotique. Le lecteur était entraîné dans cette aventure et la dame chantée voyait sa réputation préservée, pour peu que son identité ne restât pas celée, puisque son amant déplorait qu'elle ne se fût pas donnée.

En fin de compte, l'érotisme pour Ronsard a accompagné la création de tableaux merveilleux , oniriques, sur lesquels se profilent des amours fugaces, estompées mais procurant des émotions esthétiques qui les rendent éternelles.

1 « De par les prés mignards et frétillards » Ed. du Cherche-Lune - En vente au manoir de la Possonnière.
Question subsidiaire pour départager les candidats ex aequo :

Quel pourcentage de participants auront laissé moins de cinq erreurs ? : >

« DICTEE » à renvoyer avec vos nom et adresse (avant le 15 septembre 2015) à :
Dictée Ronsard - Manoir de la Possonnière - 41800 COUTURE- SUR- LOIR

similaire:

Subtiles de l’érotisme ronsardien. On n\Littérature rexroth (avant une lecture de ses poèmes) : "Eh bien,...

Subtiles de l’érotisme ronsardien. On n\Revue de la Bibliothèque nationale de France
«Fétichistes érudits : le travail des éditeurs de curiosa de la seconde moitié du xixe siècle», no 7, 2001, dossier «Érotisme et...

Subtiles de l’érotisme ronsardien. On n\P ascal, Blaise (1623-1662), mathématicien, physicien, théologien,...
«La justice et la vérité sont deux pointes si subtiles que nos instruments sont trop mousses pour y toucher exactement. S’ils y arrivent,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com