«Retrouvailles» s’écoute comme un film





télécharger 26.8 Kb.
titre«Retrouvailles» s’écoute comme un film
date de publication24.07.2019
taille26.8 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos






Nicolas Comment & Xavier Waechter

Retrouvailles

Sortie le 17 avril 2012

Distrib. : Harmonia Mundi / Idol - Ref BON12041



« Retrouvailles » s’écoute comme un film, c’est un disque impressionniste, une sorte de kaléidoscope qui fourmille de mille images. Il narre le voyage psychique et animal d’un poète contemporain peu connu et à redécouvrir. À la fois abstrait et pourtant bien ancré dans la terre, cet album est plus proche de l’univers d’un Bashung que de la poésie française à hauts talons. À la frontière de la chanson et de la poésie donc, il s’agit avant tout d’une « mise en espace » réussie d’un recueil de poèmes où la musique fait, à chaque instant, jeu égal avec le texte. Réalisés suite à une commande photographique autour de l’écrivain et critique d’art Bernard Lamarche-Vadel, les onze titres de cet album ont été, à l’origine, composés pour accompagner une exposition de Nicolas Comment intitulée La visite qui donna lieu à la publication d’un ouvrage photographique en 2010 aux éditions Filigranes.

« Retrouvailles » est l’adaptation musicale d’un recueil de poèmes de Bernard Lamarche-Vadel publié aux éditions Unes en 2000 et extrait d’un livre depuis lors épuisé : « De la douce hystérie des Bilans ». L’album est né dans une petite maison sur les hauteurs de Vitré, en Mayenne
Nicolas Comment : « Nous nous sommes enfermés une semaine dans une petite maison prêtée par l’artothèque de Vitré, avec le strict minimum. Comme si nous étions en retraite dans un monastère…C’est sans doute cette austérité qui nous a poussé à composer ces musiques très simples et minimalistes », Xavier Waechter : « On se connaît par cœur avec Nicolas. Depuis son premier E.P.  (Est-ce L’Est ?), je travaille avec lui. Notre complicité était donc totale. Nous avons travaillé jour et nuit. » Nicolas Comment : « La musique est une sorte de folk électro, c’est à la fois boisé et synthétique. L’album est composé de tourneries très simples qui s’enroulent sur elles-mêmes, comme dans la musique répétitive… J’écoutais pas mal Michael Rother (ex Neu !) à l’époque et je me suis rendu compte qu’il y avait aussi des réminiscences de René Aubry sur certains titres, des choses que j’écoutais à 13, 14 ans… », Xavier Waechter : « Je préférerais pour ma part évoquer Steve Reich et Philip Glass… Mais c’est ça. C’est un album minimaliste avant tout. Minimaliste et répétitif ». Nicolas Comment : « Je prenais le livre et lisais directement le texte dans le micro sans préparatifs. Je déchiffrais les poèmes au même moment que je les enregistrais. Je ne cherchais pas à comprendre leur signification mais plutôt à traduire leur rythmique. C’était passionnant. Je me sentais comme un voleur de mots. Je m’emparais d’eux. », Xavier Waechter : « Nicolas a insufflé son propre flow aux textes de BLV, jusqu’à les faire siens ». Nicolas Comment : « Oui, BLV a écrit ces textes une dizaine d’années avant de se tuer dans son lit, et dans ce recueil de poèmes, on sent poindre déjà les idées de suicide : « Coquelicot sur sa tempe », par exemple, il faut le comprendre un peu comme la fin du « Dormeur du val » de Rimbaud, la tache rouge sur le côté droit… », Xavier Waechter : « Ces textes noirs sont pourtant lumineux : leur noirceur miroite et brille un peu comme des toiles de Soulage… », Nicolas Comment : « Ces textes étaient magnifiques. Il fallait les donner à entendre pour qu’ils se révèlent un peu comme une photographie. Il fallait les « développer » musicalement pour les comprendre. Je crois que c’est le propre de la poésie : les choses ne sont jamais données d’emblée ».
La post production de l’album intervient entre mai et décembre 2011: des batteries additionnelles par Cesare Malfati (The Dining Rooms), les voix définitives au studio Bonsaï (Colombes) par Lionel Gaillardin, le mixage par Bruno Ralle (Gpoint Studio) puis le mastering au Studio Virus en Toscane.

Nicolas Comment : Nicolas Comment est tout à la fois photographe, vidéaste, chanteur et compositeur. Après des études de cinéma à l'Université Lyon II et à L'école des Beaux-Arts de Lyon, il publie en 2001 aux éditions Filigranes son premier livre de photographies : La desserte (texte d'André S. Labarthe), suivi par Le point en 2003 et A*** en 2004. Diverses expositions personnelles et collectives en France et à l'étranger lui permettent alors de donner à voir son travail que Bernard Noël – préfacier de deux de ses livres – définit comme un « journal du regard ». Durant cette période, il élabore peu à peu un « style » photographique singulier qui l’inscrit d’emblée dans la lignée d’une photographie d’auteur française « littéraire » (Bernard Plossu, Arnaud Claass, Magdi Senadji etc.) : notamment en collaboration avec Anne-Lise Broyer avec qui il a crée la revue Saison aux éditions Filigranes et publie en 2006 le livre Fading (Tentative de reconstitution d’un plan sentimental de Prague). En 2004, sa rencontre avec Rodolphe Burger (Kat Onoma) le rapproche du monde de la musique (il travaille alors avec Jacques Higelin, Yves Simon, Jeanne Balibar etc.) jusqu'à ce que le producteur Jean-Louis Piérot (Les Valentins) lui propose de l'accompagner dans la réalisation d'un projet musical personnel dont le CD-livre Est-ce l'Est ? (Berliner romanze), paru en 2008, constitue le premier volet. En 2010, il publie le livre La visite (un travail photographique autour de Bernard Lamarche-Vadel) et sort un premier album de chansons produit par Marc Collin (Nouvelle Vague) qui sera salué par l'ensemble de la presse : Nous étions Dieu (Kwaidan). Il vient d’achever Retrouvailles son nouveau disque, avec Xavier Waechter.
Xavier Waechter : Xavier Waechter est né en 1970 et vit à Paris. Bassiste, il perfectionne sa connaissance musicale à la faculté de Paris 8 et suivra diverses formations Jazz Pop. Co-fondateur du groupe rock fusion Silmarils. Complice de Nicolas Comment depuis 8 ans, il entame avec ce dernier une collaboration artistique étroite. C’est ainsi qu’il coréalise avec Nicolas les deux premiers opus de ce dernier : Est-Ce l’Est ? et Nous étions Dieu. Retrouvailles qui paraîtra en 2012 chez Bonsaï Music, est le fruit de sa nouvelle collaboration avec Nicolas Comment, une collaboration qui va au delà de la réalisation, une véritable rencontre de deux artistes complémentaires et amis, Xavier Waechter intervenant sur ce projet non seulement en qualité de coréalisateur mais également en qualité de créateur et interprète, signant aux cotés de Nicolas l’ensemble des compositions de ce nouvel album.
Notes biographiques à propos de Bernard Lamarche-Vadel : Écrivain, Bernard Lamarche-Vadel se fit d’abord connaître comme critique d’art. Élève de Gaëtan Picon, de Roland Barthes et de Jean Cassou, il étudia l’histoire, la sociologie de l’art et suivit les cours de Gilles Deleuze et de Jean-François Lyotard avant d’enseigner lui-même l’esthétique à Paris-VIII et Paris-I. Directeur de collection aux Éditions 10/18 et aux Éditions de la Différence, fondateur en 1979 de la revue Artistes consacrée à l’art contemporain, Bernard Lamarche-Vadel est l’auteur de quelque quatre cents articles, préfaces, études sur l’art contemporain et plus particulièrement sur la photographie. Il publia son premier recueil de poèmes Du chien les bonbonnes (Christian Bourgois) en 1976, puis plusieurs ouvrages dont un volume de nouvelles intitulé L’Efficacité des rouges (1978) et, en 1983, deux recueils de poèmes : Col de l’accent violent et Lisible pour M. En 1993, il s’affirme comme une figure très singulière de la littérature française et obtient le Goncourt du premier roman pour Vétérinaires, publié aux Éditions Gallimard, qui éditèrent ensuite Tout casse (1995) et Sa vie, son œuvre (1997). En 2009, une importante exposition, accompagnée d'une monographie, a été consacrée au travail de critique d'art de Bernard Lamarche-Vadel au musée d'art moderne de la ville de Paris.

Crédits et Contacts

Retrouvailles

Bouddha-poire /1’55

Cathédrale /1’36

Gloire noire /2’05

De toute ma quantité blanche /1’23

Protéger et désir /4’08

Allongé sous les moustaches chaudes /2’03

Coquelicot sur la falaise /2’33

Mol rebond du pré /1’18

La route du sucre /2’46

Chemin creux/1’31

à K.T. /5’29

Textes de Bernard Lamarche-Vadel, extraits du recueil « De la douce hystérie des bilans », 2000, avec l’aimable autorisation des Editions Unes.
Musiques de Nicolas Comment et Xavier Waechter excepté Gloire Noire, musique Matthieu Devos, Éditions Auteur Maximum / Little Bonsaï, excepté Gloire noire, Auteur Maximum / Little Bonsaï / Kwaidan Publishing
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Contact Promoweb
Barakaweb / benoit@barakaweb.fr

060 77 33 66 4
Eléments numériques (Visuels, video, etc…) > www.barakaweb.fr/retrouvailles.htm




similaire:

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconL'œuvre située au centre de sa carrière d'écrivain et de cinéaste....

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconSynopsis du film en préparation
«Depuis le départ, nous ne voulions pas d’un film pédagogique, ni explicatif, mais bien un vrai travail de création subjectif soumis...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconLittérature et arts plastiques
«Ce film est dédié à la mémoire des soldats Allemands, Britanniques et Français qui ont fraternisé le soir de Noël 1914 en de multiples...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconBibliothèque, epn
«Le ruban blanc», un très grand film, que plusieurs d’entre nous ont vu d'une approche locale du quotidien à l'histoire et la pire....

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconPoème dramatique de Gotthold Ephraïm lessing (1729-1781)
«Ecoute ! Écoute ! Ce sont les chameaux de mon père !» Puis elle s'est effondrée, mais c'était bien vous qui arriviez… Son âme tout...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconSynopsis, génériques, analyses, point de vue autour du film
...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconAloysius bertrand
Ecoute ! – Ecoute ! – C’est moi Ondine qui frôle de ces gouttes d’eau les losanges de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconAloysius bertrand
Ecoute ! – Ecoute ! – C’est moi Ondine qui frôle de ces gouttes d’eau les losanges de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconSur les ailes d’une colombe blanche comme la neige
«Levi». Frère Leo, si vous êtes à l'écoute, j'allais vous rencontrer à l'instant, et c'est à ce moment-là que la réunion est née,...

«Retrouvailles» s’écoute comme un film iconArticles dna sur adret et yvoir
«6 films infinitésimaux et supertemporels (1967-1975)», dont le plus beau des titres serait évidemment «Qu'attendez-vous, un film...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com