M. A. C. L. E : Module d'approfondissement des compétences en lecture – écriture





télécharger 57.06 Kb.
titreM. A. C. L. E : Module d'approfondissement des compétences en lecture – écriture
date de publication28.05.2017
taille57.06 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos
M.A.C.L.E : Module d'approfondissement des compétences en lecture – écriture
Ce document est un résumé de certains chapitres du livre :

Favoriser la réussite en lecture : les Maclé. Modules d'approfondissement des compétences en lecture-écriture. André Ouzoulias. SCEREN Retz,

Merci à Pascale Perrin, ex conseillère pédagogique.


  • Pourquoi mettre en place un Maclé ?


« Parce que savoir lire, écrire et parler le français conditionne l'accès à tous les domaines du savoir et l'acquisition de toutes les compétences, la langue française est l'outil premier de l'égalité des chances et de la liberté que donne la connaissance. L'école républicaine a le devoir de mettre tout en œuvre pour que chaque élève accède à cette liberté par une maîtrise de la langue française. Les programmes de l'école portent cette ambition »

Lettre de rentrée 2010
Au cycle 2 l'enjeu principal est d'apprendre à lire,

Au cycle 3 il s'agit d'apprendre en lisant et d’améliorer encore sa compréhension. Il est donc impératif pour réaliser les apprentissages d'être lecteur. Les M.A.C.L.E. permettent aux élèves en difficultés de consolider et d’approfondir leurs compétences en lecture et écriture.
Compétences requises pour apprendre à lire et à écrire :

  • Identifier et produire des mots écrits (Déchiffrage et mémorisation orthographique). Ce qui implique de savoir manipuler les composantes sonores du langage parlé.

  • Comprendre les phrases et les textes, habileté qui découle surtout de la connaissance de la syntaxe et du vocabulaire.

  • Se familiariser avec la culture écrite : ses œuvres, ses codes linguistiques et ses productions sociales.

  • Produire des textes, même très courts, et avec l’aide de l’enseignant, dès le début de l’apprentissage.



  • Qu'est-ce qu'un Maclé ?


Une intervention massive et concentrée, visant une accélération des apprentissages pour les élèves les moins expérimentés. Au minimum une période de trois semaines successives pendant lesquelles, à raison d'une heure et demie au moins chaque jour, tous les élèves d'un même niveau d'enseignement bénéficient d'un encadrement significativement plus important que celui de leur classe habituelle.

Ce sont les élèves les plus en difficulté qui progressent le plus au cours d'un Maclé avec un diagnostic bien conçu et des activités adaptées aux besoins.

Les plus faibles lecteurs ont besoin de développer leurs compétences, d'une part dans la reconnaissance et le traitement syntaxique des unités linguistiques écrites et d'autre part dans la compréhension du langage écrit.


  • Les étapes :


Les trois étapes de la préparation d'un MACLE

Étape 1 : Cerner les besoins de chaque élève.

Étape 2 : Répartir les élèves dans des groupes de besoin.

Étape 3 : Concevoir un programme d'activités pour chaque groupe.

Etape 4 : Evaluer les progrès


  • Le programme :


Un bon programme réalise toujours un équilibre entre trois sortes d'activités :
1. Des activités centrées sur la compréhension des textes :

Identifier les difficultés qu'on peut rencontrer (traitement des substituts et notamment des pronoms, identification des personnages dans le dialogue, reconstruction de la chaîne des évènements, etc.)

Une grande part de ces activités peut être réalisée à partir de textes lus par l'adulte.

2. Des activités centrées sur l'appropriation du pluri-système orthographique et sur le traitement des groupes de mots dans la phrase:

3. Des activités centrées sur la production de textes:

Champ 1 : la compréhension des textes.
1. Écouter, dire, lire, raconter.

-> Objectifs: familiarisation par imprégnation, avec « la langue dans l'écrit » (syntaxe, vocabulaire, modes d'énonciation). Mettre les enfants en confiance avec le monde de l'écrit, nourrir l'imaginaire.

Les enfants sont mis dans une position de réception de textes lus par l'adulte. Situation proposée au moins une fois par jour, par exemple au début et en conclusion d'un groupe de besoin.

L'exploitation ne doit pas tuer le plaisir de l'histoire ou du texte.

 Qui a raison ?

Une histoire sans illustration est lue. Chaque enfant reformule et décrit « ce qu'il a vu dans sa tête » On se pose la question : qui a raison? Et on compare avec la proposition de l'illustrateur.

 Récit en images, images en récit.

On choisit un album parfaitement connu. On propose les illustrations les plus représentatives des principales phases de l'histoire. La tâche de l'enfant est de reconstruire la séquence narrative en remettant en ordre les illustrations et en disant le récit avec ses propres mots. (Uniquement un ou deux enfants effectuent cette dernière tâche)

Cette activité peut servir de point de départ à un atelier d'écriture :

○ Soit on ré écrit la même histoire.

○ Soit on lui donne une suite, on la transforme, on change de point de vue, on la transpose dans un autre temps, un autre lieu...

 Dire/lire

○ Différence langue écrite / langue orale.

L'enseignant raconte plusieurs fois une histoire (oralité); le même exercice est demandé aux

enfants : dire une histoire de mémoire, puis la lire à haute voix. Parcourir le chemin inverse ; lire

une autre histoire, puis la dire de mémoire. L'objectif est ici d'expérimenter les différences entre langue orale et langue écrite.

○ Club poésie : une fois par semaine les élèves viennent dire et écouter des poèmes. On ne

recherche pas la performance mnésique mais la « poétisation de la parole »

○ Un « lu pour vous » : un élève présente un article de journal ou un documentaire en relation avec l'actualité. Un extrait est lu à haute voix.

○ Des histoires pour les petits.
3. Identifier et résoudre des problèmes de compréhension. Des questions types pour favoriser la compréhension :

Où et quand se passe l'histoire?

Combien y-a-t-il de personnages?

Qui parle? Il s'agit de développer l'auto contrôle.

A la fin d'un paragraphe, est-ce qu'on arrive à résumer ce qu'on a lu?

A la fin de la lecture, est-ce qu'on arrive à donner un titre au texte et à le résumer?

On peut travailler sur les inférences (voir la Cigale)
Champ 2 : travail sur la phrase ( micro et mésostructures)
1. Compréhension de phrases, ponctuation et morphosyntaxe .

-> Objectif : Prendre conscience du « mécanisme » pour mieux comprendre le sens de la phrase.

 Compréhension de phrases :

Les fichiers Lire édités par PEMF comportent 4 séries de 48 fiches. Pour les élèves de CE1 en

grande difficulté, le matériel de niveau 1 est tout à fait adapté. Pour les élèves faibles lecteurs en CE2 les séries niveaux 2 et 3 sont encore utiles. Le travail peut se faire individuellement (fiches auto correctives) ou sous forme de jeu sur le modèle des incollables à deux contre deux. Formule intéressante car elle oblige les élèves d'une même équipe à se mettre d'accord
Ponctuation

Ex : Rétablir la ponctuation dans un texte où on l'a fait disparaître

Rendre la tâche plus facile :

1. En partant d'un texte écrit par un autre élève.

2. En permettant des essais successifs sur un ordinateur.

3. En indiquant à l'avance le nombre de points qu'il faut rétablir (de phrases qu'il faut faire apparaître) et de virgules qu'il faut ajouter
 Morphosyntaxe

Deux types d'exercices à réaliser :

 Des exercices classiques de correction de phrases:

chats voisin mangent croquettent

Les chat de la voisine mange des croquette.

Chatte voisines manges croquettes.

Il faut souligner le mot correctement orthographié et barrer les autres.

 Des exercices d'interprétation de phrases.

Les élèves doivent sélectionner une image à partir de deux ou trois, elle doit correspondre à ce qui

est écrit. (cf la Cigale)
2. Lecture par groupe de mots.
Cette activité est utile à tous les niveaux de la scolarité. Le problème que rencontre tout lecteur débutant : pour lui les mots se succèdent sur les lignes du texte par simple juxtaposition, sans hiérarchisation. Ces mots sont porteurs de sens mais le sens d'un texte n'est pas la somme de ces significations.
 Rétablir la segmentation prosodique d'un texte après que l'adulte en a fait une oralisation absurde. L'enseignant lit le texte comme une machine, platement sans tenir compte de la ponctuation, puis en opérant des groupements incongrus. Sur un affichage, l'enseignant amène les élèves à trouver les segments pertinents.

Il s'agit de faire comprendre aux enfants que quand on lit silencieusement, pour pouvoir comprendre,

Il faut faire comme si on lisait le texte à quelqu'un. Cette activité vise à faire prendre conscience du problème.

 Suivre du doigt, sur un texte écrit, la lecture orale faite par l'adulte.

Activité quotidienne lors d'un Maclé, c'est l'activité de base pour entraîner la lecture par groupe de mots. A partir d'un texte qui a été travaillé préalablement, l'enseignant lit en marquant la segmentation prosodique de façon exagérée. La tâche des élèves est de suivre du doigt. Cela aide la reconnaissance orthographique des mots. Elle les conduit à intégrer progressivement les repères sur lesquels les adultes s'appuient pour regrouper les mots.
 Préparer la lecture à haute voix d'un texte en faisant ressortir, par des traits verticaux, les groupes de mots qui seront « dits ensemble ».

Activité quotidienne, elle vise le même objectif, c'est l'activité de base pour entraîner la lecture par groupes de mots. Pour préparer cette lecture, il faut séparer les groupes de mots qui vont être lus ensemble par des traits verticaux. Pour faire ce travail il est intéressant de se mettre par deux, de murmurer le texte et de discuter. Dès que les élèves deviennent performants on les incite à oraliser des textes sur lesquels ces traits n'apparaissent plus. Cela favorise un apprentissage par imprégnation des structures syntaxiques et du vocabulaire.

 Vers l'automatisation du décodage

Des difficultés avec les syllabes écrites avec des graphèmes complexes, comme loin, train. Cela tient à un décodage trop séquentiel, les mêmes séquences de lettres renvoient à des graphèmes différents ca/ni/ne can/ti/ne ou ba/lei/ne Cela est très difficile de contrôler ce décodage si l'on ne prend pas en compte les contraintes syntactico-sémantiques.

Regnaluob, ruetnahc, tiatnepres, noipmahc, tneiardneiv, seénruofne, noitcarf

moulin -> mo /u/ ->mou

 Prise de conscience : une syllabe peut avoir 3, 4 ou 5 lettres.

A partir d'une liste de mots connus, faire des cartons syllabes, et les faire prononcer aux élèves. Celui qui hésite se réfère à la liste de mots connus (plutôt que de passer par le décodage).

 Cartons éclairs de syllabes.

Montrer le carton une seconde, on peut montrer le carton deux ou trois fois mais toujours sur un

temps court.

 Utilisation de textes présentés en syllabes.

Le texte à lire figure deux fois : une fois sous une forme habituelle et une autre fois avec les syllabes pré-segmentées avec une alternance de caractères maigres et gras (doubler les espaces inter-mots). Il s'agit de privilégier la présentation en syllabes orales plutôt qu'en syllabes orthographiques.
3. Mémorisation du lexique orthographique

La lecture orthographique donne un accès immédiat à des informations sémantiques: sot saut seau et cela soulage les autres traitements. Moins séquentielle, plus rapide, plus sémantique et donc plus efficace, la lecture orthographique devrait être un objectif majeur de l'école élémentaire. Dès la fin du cycle 2 cet objectif est majeur, les activités proposées aident les élèves à « mettre en mémoire » l'orthographe des mots les plus fréquents.

 Dictée recherche

L'enseignant a préparé une phrase avec des mots connus (60 à 70% de mots très connus au CP) et qui sont dans des textes affichés ou des textes accessibles par les élèves. La phrase est lue,pour chaque mot on invite les élèves à se poser la question « est-ce que je sais l'écrire directement? ou « est-ce que je peux retrouver le mot dans un texte? Et lequel? »

On peut demander aux enfants de souligner les mots qu'ils n'ont pas écrits de mémoire. On notera le score, le nombre de mots correctement orthographiés sur le nombre total.

 Cartons éclairs de mots, de groupes de mots, de phrases.

C'est la même activité que les cartons éclairs de syllabes. On peut le faire à partir des phrases du fichier Lire de PEMF quand l'enfant a suffisamment travaillé les phrases. C'est une tâche de lecture rapide que l'on peut aussi travailler en rentrant ces phrases avec un logiciel comme idéographix, elsa ou lectra.

 Enseigner des stratégies de mémorisation de mots.

Activité de base, elle se déroule quotidiennement au CP et CE1, et tous les jours avec les faibles

lecteurs dans un Maclé.

L'enseignant choisit un mot et l'écrit en script au tableau. La question posée est : « Comment peut-on faire pour mettre ce mot dans sa tête ? », à la fin de la séance il faudra savoir l'écrire sans modèle. On finit par se donner une méthodologie.

  • Le nombre de lettres.

  • Épellation

  • analogies orthographiques : on cherche s'il comporte des groupes de lettres que l'on a déjà vues dans d'autres mots. On les écrit dessous pour vérifier.

Mardi / Omar anniversaire/maire

boulanger/ manger/ranger/danger

L'analogie est mise en relation avec la segmentation syllabique.

  • Visualisation mentale : Les enfants mettent toutes les lettres dans leur tête et essaient de les voir.

  • Jeu de mémory

  • 1 mot/ 1 représentation

  • Jeu du pendu

  • La chasse aux analogies : les élèves sont invités à parcourir rapidement des textes familiers et à retrouver le plus d'analogie. Laitière/sorcière sortie/sorcière etc...

  • La dictée sans erreur : une dictée où l'on a le droit de copier; une dictée qui favorise l'acquisition de l'orthographe. La correction est assurée par l'enseignant, on distinguera les erreurs lexicales et les erreurs grammaticales.


Champ 3 : La production d'écrits (40 à 50% du temps d'un Maclé)

Alors que le rendement sémantique est très médiocre, le rendement cognitif est considérable.

 La préparation d'une revue de presse: retenir trois sujets dans l'actualité et les traiter.

 Partir sur des situations ludiques : cadavre exquis, jeu du dictionnaire, jeux oulipiens...Il s'agit de re-paramétrer une situation existante. Exemple le concours de la phrase la plus drôle. Il est nécessaire d'avoir des outils comme des textes de référence.

Des logiciels d'entraînement à la lecture.

Jocatop, Idéographix faibles lecteurs de CE2 et Elsa pour les lecteurs expérimentés. www.lecture.org

lectra : moyens et bons lecteurs de CE2.www.lectramini.com
Résumé du livre Favoriser la réussite en lecture : les Maclé. De A. Ouzoulias -

D’après un document de Pascale PERRIN - Conseillère Pédagogique



  • 'Mode d'emploi des ateliers'


Les ateliers se déroulent sur une heure ½ , ils sont proposés quotidiennement. Chaque enfant passe dans deux ateliers lors d'une séance. Des fiches de présentation des ateliers, des feuilles de routes et des fiches d'auto-correction permettent une autonomie des enfants. L'enseignant accompagnera l'atelier sur la compréhension dont l'objectif est de travailler l'apprendre à comprendre. Une évaluation initiale permettra de repérer les très faibles lecteurs pour une prise en charge éventuelle par le maître E, selon un protocole que vous pouvez aussi utiliser dans le cadre de l'aide personnalisée.

Nous conseillons durant les deux premiers jours de familiariser les élèves avec les consignes spécifiques de chaque atelier en les menant collectivement.

DEROULEMENT RETENU POUR LE M.A.C.L.E des écoles de Bourg d’Oisans et des Sables


  • EVALUATION :




  • Evaluation diagnostique

Cf documents Evaluation -> A l’issue des évaluations, des groupes ont été constitués.


  • Une évaluation finale viendra mesurer les progrès des élèves.




  • ORGANISATION :


Pendant 3 semaines – du 20 septembre au 8 octobre – De 8h45 à 10h15.

Décloisonnement des classes de l’école – 10 groupes du CE1 au CM2.

Les groupes de faibles lecteurs comprennent 7 ou 8 élèves. Les autres groupes vont de 26 à 35 élèves pour les meilleurs lecteurs. Cf. GroupesMACLE.doc


  • MATERIEL ET DOCUMENTS UTILISES :


Pour les faibles lecteurs, nous avons utilisé les documents se trouvant sur le site de la circonscription de Voiron 3. (Cf. fiches Atelier faible lecteur)
Des malles de livres littérature (réalisées avec l’aide des bibliothèques de secteur) – 1 par groupe

Des malles « Rallyes lecture » (Mises en commun par les écoles) – 1 par groupe

Les enquêtes de l’Inspecteur Lafouine

Des puzzles de lecture

Les classeurs « fluence » CP CE et CM des éditions La Cigale

Les classeurs « travailler la compréhension » La Cigale

Les outils du livre « Favoriser la réussite en lecture : les MACLE » M. Ouzoulias
Pour la préparation à l’écriture, les outils du livre de D. Dumont : « Le geste graphique » ainsi que la progression sur le geste graphique en maternelle proposée sur le site de la circonscription de Grenoble 5. (Cf. ..\MATERNELLE\Grpe maternelle\Le geste graphique en maternelle.doc de ..\MATERNELLE\Grpe maternelle\pdf_G5GESTE_SYNTHESE.pdf )

Ateliers de perfectionnement de la lecture – fiche de textes + trame de questionnement pour l’enseignant. (Bentolila) (cf..\ANIMATION LECTURE ECRITURE CII\Activités de Perfectionnement lecture.doc)


ATELIERS C.P M.A.C.L.E BO 2010


Lecture offerte :
-> Objectifs: familiarisation par imprégnation, avec « la langue dans l'écrit » (syntaxe, vocabulaire, modes d'énonciation).


  • Chaque enseignant choisit et prépare le texte qu’il va lire aux enfants (conte, album…)

  • Ce texte peut servir de support au travail de compréhension, fluence…




Compréhension :
-> Objectifs: Vérifier la compréhension du texte par un guidage au questionnement. Le but est «d’apprendre à comprendre »
(cf. plus haut dans le document Champ 1 : La compréhension de texte) ainsi que le document « Trame de questionnement pour apprendre à comprendre ») Atelier lecteur\pdf_trame_de_questionnement_pour_comprendre_une_histoire.pdf




Fluence :
-> Objectifs: Améliorer la vitesse de lecture pour que l’activité de déchiffrage devienne moins coûteuse (Fluence = fluidité et rapidité)

A partir du fichier de la Cigale « Fluence CP CE »



Mots Flash :
-> Objectifs: Comprendre les phrases et les textes, habileté qui découle surtout de la connaissance de la syntaxe et du vocabulaire

(cf. Champ 2 : Travail sur la phrase)
Préparation à l’écriture
->Objectifs : Améliorer la coordination motrice, gérer l’espace graphique, maîtriser l’outil scripteur.

Les outils du livre de D. Dumont : « Le geste graphique » ainsi que la progression sur le geste graphique en maternelle proposée sur le site de la circonscription de Grenoble 5. (Cf. ..\MATERNELLE\Grpe maternelle\Le geste graphique en maternelle.doc
Ainsi que : ..\MATERNELLE\Grpe maternelle\pdf_G5GESTE_SYNTHESE.pdf )






Phonologie :
->Objectifs : Etablir la correspondance entre l’oral et l’écrit. Développer la discrimination visuelle.
On peut s’inspirer des pistes citées dans les documents ci-dessous pour réaliser cet atelier à partir du texte de « lecture offerte »

..\ANIMATION LECTURE ECRITURE CII\Distinguer_des_phonemes_synthese_diffusion.pdf

Des idées de jeux sur le site de la circonscription de Grenoble 5 :

..\ANIMATION LECTURE ECRITURE CII\jeux phonologiquesPSMSGS G5.pdf




ATELIERS GROUPES 1 à 5 M.A.C.L.E BO 2010

(faibles lecteurs)




Cf. ATELIERS « CP » pour objectifs

Matériel sur le site de Voiron 3 :

Atelier faible lecteur

Apprendre à comprendre

Lecture rapide

Littérature






Ateliers pour CP et faibles lecteurs réalisés avec l’aide des conseils de la maîtresse E du secteur Oisans.


ATELIERS GROUPES 6 à 10 M.A.C.L.E BO 2010






Grammaire / Production d’écrit :

-> Objectif : Identifier et produire des mots écrits (Déchiffrage et mémorisation orthographique). Il s’agit de productions très simples. (Jouer avec les mots, compléter des phrases …)
Cf compte rendu de l’animation pédagogique « Etude de la langue au cycle III » sur le site de Grenoble Montagne

http://www.ac-grenoble.fr/sitegm/spip.php?rubrique66*








Ateliers :

Rallye lecture / Littérature :

-> Objectifs : Lire un livre entier

Répondre, par écrit, à des questions de compréhension

Puzzle de lecture / Enquêtes

->Objectifs : Ordonner les étapes d’un récit

Repérer les indices chronologiques. Faire des inférences.

Fluence :

->Objectifs : Améliorer sa vitesse de lecture et affiner sa compréhension.






VP Grenoble Montagne 2010










similaire:

M. A. C. L. E : Module d\Parce que la présentation d’un corpus est un exercice complexe, qui...

M. A. C. L. E : Module d\Compte-rendu de la réunion n°4
«Culture numérique pour enseigner» ayant pour objectif : permettre aux enseignants d’accompagner les usages numériques de leurs élèves...

M. A. C. L. E : Module d\21 rue Jean Macé 38320 Eybens
«socle commun de connaissances et de compétences», à commencer par le lecture, l’écriture et le calcul, qui lui permettront d’accéder...

M. A. C. L. E : Module d\Etapes du module d'apprentissage anticipation et contrat de lecture Pôles a acculturation

M. A. C. L. E : Module d\La methode de l’ecriture d’invention
«La poésie, ça rime à quoi ?» est le titre de l’article que vs rédigerez pr le journal de votre lycée ds le but de défendre votre...

M. A. C. L. E : Module d\Les compétences en écriture

M. A. C. L. E : Module d\Atelier de Lecture / Ecriture. Principe de l’atelier d’écriture
«mal du siècle»… on trouve le romantisme dans tous les genres (poésie, théâtre, récits) : Chateaubriand, Aloysius, Bertrand

M. A. C. L. E : Module d\Seance 10 Lecture / Expression orale / Histoire des arts / Ecriture

M. A. C. L. E : Module d\Compétences du socle commun des compétences et des connaissances

M. A. C. L. E : Module d\Identifier les compétences et les difficultés de l’élève – Proposer des activités de remédiation
«allonger» son temps de lecture et d’apprendre à écouter l’autre. IL ne faut ni anticiper ni laisser de blanc





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com