Programmes : Français





télécharger 106.63 Kb.
titreProgrammes : Français
date de publication27.04.2017
taille106.63 Kb.
typeProgramme
l.20-bal.com > histoire > Programme
Séquence de lecture-littérature : Zappe la guerre, Pef

Niveau : CM1-CM2
Objectifs des programmes :

Français :

Participer aux échanges de manière constructive : rester dans le sujet, situer son propos par rapport aux autres, apporter des arguments, mobiliser des connaissances, respecter les règles habituelles de la communication ;

Lire à haute voix avec fluidité et de manière expressive, un texte de dix lignes, après préparation ;

Repérer les effets de choix formels (emploi de certains mots, utilisation d’un niveau de langue bien caractérisé…) ;

Raconter de mémoire une œuvre lue.

Rédiger différents types de textes d’au moins deux paragraphes en veillant à leur cohérence, en évitant les répétitions, et en respectant les contraintes syntaxiques et orthographiques ainsi que la ponctuation.

Histoire :

La violence du XXème siècle : les deux conflits mondiaux

À partir de documents de nature diverse et en particulier d’oeuvres d’art, identifier en quoi cette guerre ne ressemble pas aux précédentes.

Instruction civique et morale :

Comprendre l’importance des valeurs partagées (dont le devoir de mémoire) de la République française.
Compétences du socle commun :

Maîtrise de la langue française
- s’exprimer à l’oral comme à l’écrit dans un vocabulaire approprié et précis ;
- lire seul des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de la littérature de jeunesse, adaptés à son âge;
- dégager le thème d’un texte ;
- utiliser ses connaissances pour réfléchir sur un texte (mieux le comprendre, ou mieux l’écrire) ;
- rédiger un texte d’une quinzaine de lignes (récit, description, dialogue, texte poétique, compte rendu) en utilisant ses connaissances en vocabulaire et en grammaire ;
Culture humaniste
- connaître une ou deux des caractéristiques majeures de la Grande Guerre.
Compétences sociales et civiques

- comprendre la notion de droits et de devoirs.

- avoir conscience de la dignité de la personne humaine.
Pour la numérotation des pages : couverture page n°1

Séance 1 : hypothèses


Objectif : émettre des hypothèses sur l’album en s’appuyant sur les 1ère et 4ème de couverture.
Phase 1 (oral)

  • Présentation du projet de lecture.

  • Présentation ou projection de la 1ère et 4ème de couverture (texte caché).

  • Emission d’hypothèses à partir des images (soldats / feu rouge, sens interdit) et du titre (« zappe » associé à la « guerre ») :

  • A quelle époque se passe l’histoire ?

(2 réponses possibles : l’histoire se passe dans le passé pendant une guerre ou bien elle se déroule à notre époque)

  • Découverte du texte caché de la quatrième de couverture et validation des hypothèses : 1ère guerre mondiale 1914-1918.



Phase 2


  • Questions : « Pourquoi les soldats de la guerre de 1914-1918 sont-ils dans les rues d’une ville en 1998 ? Que va-t-il se passer ? »

  • Mise en commun et recueil des hypothèses acceptables au tableau.

Séance 2 : étude de l’album du début à la page 14

Objectifs : caractériser les lieux et les personnages ; dégager le sens de l’œuvre.



Phase 1 : étude du récit

  • Rappel de la problématique de l’album : « Pourquoi les soldats de la guerre de 1914-1918 sont-ils dans les rues d’une ville en 1998 ? »

  • Lecture silencieuse individuelle (si plusieurs albums ou sur TBI) ou lecture par le maître jusqu’à la page 14.

  • Résumé de la situation initiale et réponse à la problématique.

    • Passage : «  … et aujourd’hui, ils voulaient enfin savoir. Vérifier qu’ils avaient fait la guerre pour que cela en vaille la peine.

-Qu’on n’est pas morts pour rien, quoi !... »

Phase 2 : les personnages et les lieux


  • Présentation des personnages :

  • Compléter un tableau (cf. fiche n°1): nom des personnages / ce que l’on apprend sur eux (binômes).

    • Garder une trace collective qui évoluera au fur et à mesure de la lecture.

  • Correction :

Noms des soldats

Informations : description : blessures, souffrances …

Lieutenant Marc de Monti de Reze

Officier aux gants blancs P8. Une balle lui a traversé l’abdomen. P 12

Sergent Sorin

Sa tête est percée de trous d’éclats d’un shrapnell allemand P 10

Bardin

P12

Bernard

P13

Blourde

P13

Boujeaud

P13

Brosseaud

Cul-de-jatte le 18 septembre 1916 et mort à Bar-le-Duc - P13


Lozon

P13

Macé

P13

Monnier

Instituteur du village de Rezé…, mort à Gournay le 15 juin 1918 d’une seule balle entre les deux yeux. P 17 Tué, assis dos au mur, à même la pluie P. 24

Perraud

P13

Redor

P13

Rontard

P13

Visonneau


Dernier à l’appel (fermait le ban) p13

Soulas

Main gauche perdue dans la neige des Vosges P14

Tous ces soldats ont existé (Cf. fichiers annexes pour informations enseignant et/ou élèves)

  • Présentation des lieux :

    • Recherche sur la ville de Rezé et son monument aux morts (apport du maître) :

Photos du monument aux morts : http://jaffrenou.free.fr/2008reze.htm

L’auteur l’a dessiné page 6.


  • Synthèse :

Cette histoire (fiction) utilise des éléments réels : lieux et personnages. Elle se déroule dans la ville de Rezé (Loire Atlantique) ; les soldats dont parle Pef sont morts lors de la guerre de 1914-1918 et leur nom est inscrit sur le monument aux morts de la ville de Rezé.

Séance 3 : étude de l’album p 17 à 22

Objectif : résumer à l’oral un passage ; caractériser le style de l’auteur.

Phase 1 : étude du récit


  • Rappel de l’histoire et de la réponse à la problématique du livre.

  • Lecture p 17 à 22.

  • Résumé oral du passage.



Phase 2 : style de l’auteur


Question : « Les trois soldats découvrent la ville ; quelles sont les choses qui les étonnent ? Pourquoi et qu’est-ce que c’est ? »

  • Compléter le tableau  Cf. fiche n°2 (binômes).

    • Ce tableau sera poursuivi en séance 4.

  • Mise en commun et validation des réponses.

  • Correction :

Ce qui étonne les soldats, ce qu'ils ne comprennent pas

Ce que c'est en réalité

De grandes boîtes vitrées où les gens semblaient vivre les uns au-dessus des autres P. 17

Des immeubles

Une sorte de fourche-râteau était amarrée à la cheminée P.17

Une antenne de télévision

Un feu bleu éclairait sa fenêtre.P.17

La lumière de l'écran de télévision

C’est une sorte d’orage domestique qui jaillit d’une caisse sombre. S’éclaireraient-ils avec des éclairs ? P.19

La lumière et les images de l'écran de télévision

C’est un cinématographe qui garde les images collées sur sa vitre. Et coloriées comme les belles cartes postales, ces visions ! Et qui parlent en plus ! P.20

La télévision




  • Synthèse :

Question : « Quelles réactions cela induit-il chez le lecteur ? »

  • La façon dont l’auteur décrit le monde de 1998 fait sourire (humour).


Séance 4 : étude de l’album p 22 à la fin

Objectifs : dégager le sens de l’œuvre ; caractériser le style de l’auteur.




Phase 1 : analyse collective p 25 et 26


  • Rappel de l’histoire (oral)

  • Lecture et analyse collective de 2 passages :

  • Support collectif p 25 :

    • reprise de la problématique du livre.

    • Qu’est-ce que les élèves comprennent de ce passage ? Commenter la phrase « c’est pas possible… et qu’on n’ait pas avancé » .

    • Apport bref du maître sur les guerres en Bosnie et au Rwanda.

    • Reprise de la problématique du livre : « vérifier qu’ils avaient fait la guerre pour que cela en vaille leur peine » Les soldats ont-ils trouvé une réponse à leur question ?

  • Support collectif p.26 : lecture collective et aide à la compréhension.



Phase 2 : style de l’auteur


  • Question : « Quels éléments peut-on rajouter au tableau de la séance 3 ? »

  • Correction :

Ce qui étonne les soldats, ce qu'ils ne comprennent pas

Ce que c'est en réalité

-Une voix dit qu’il y a deux morts à Sarajevo ! P.24

-Pas possible qu'on soit morts depuis si longtemps et qu'on n'ait pas avancé!

La guerre de Bosnie

Quelqu’un parlant du Rouanda P.24

Guerre civile au Rwanda

Un civil sur un fauteuil, une petite grenade plate à la main. Attention  ! Il appuie dessus ! P.24

La télécommande

Une carte de la patrie avec des nuages qui se baladent. Ils vont vers l’Allemagne. C’est sûrement les gaz, avec les résultats. 16 allemands gazés sur la Champagne…. Avec un soleil de victoire à côté…P.25

La carte météo et les températures



Phase 3 : étude p 27 à la fin


  • Lecture individuelle jusqu’à la fin.

  • Résumé collectif oral.

  • Questionnement :

    • Reprise de la problématique du livre : Les soldats ont-ils trouvé une réponse à leur question ?

    • Pourquoi le soldat Monnier reste-t-il ? Qu’espère-t-il du petit garçon ? (transmission, devoir de mémoire).

    • Quel était le but de l’auteur quand il a écrit ce livre ?


Séance 5 : style de l’auteur

Objectif : caractériser le style de l’auteur.

Phase 1 : rappel de l’histoire

  • Résumé oral de l’histoire.

Phase 2 : questionnement


  • Question : De quelle façon l’auteur choisit-il de raconter la grande guerre ? A-t-on eu peur en lisant cette histoire ? Pourquoi ? (fiction relatant évènement historique tragique, humour humour noir dans les images et dans le texte)



Phase 2 : vérification


  • Les illustrations :

    • Lecture collective d’image : description de l’image (p 12-13) cf support collectif:

      • Le style des illustrations relève de la bande dessinée, du dessin humoristique.

  • Le texte :

    • Recherche individuelle ou par 2 :

      • Relever (dans le texte) en les surlignant des passages qui font sourire :

Exemples : p.10 « Sorin… ma tête. » ; p.13 « Brosseaud … au ras du sol. » ; p.14 « Qu’on n’est pas… des Vosges » ; p.18 « grandes boîtes vitrées » « une sorte de fourche-râteau » ; p.20 « c’est une sorte d’orage… éclairs ? » ; p.21 « c’est un cinématographe…et qui parlent en plus ! » ; p.25 « une petite grenade plate » ; p.29 « le feu bleu… les yeux » ; p.30 « Soudain… travaux en cours ».

  • Mise en commun et explicitation : pourquoi ces passages font-ils sourire ?

  • Pourquoi Pef choisit-il d’utiliser cet humour noir ?


Séances 6-7 : les vignettes documentaires

Objectif : comprendre la fonction des 12 vignettes documentaires.

Phase 1 : analyse des vignettes/ rappel sur les évènements de la grande guerre


  • Lecture des vignettes (individuelle/collective) :

    • Caractériser ces écrits/ documents : ce sont des documentaires (photos et texte écrit au présent par opposition au récit).

    • On peut placer au fur et à mesure les événements et dates sur une frise historique.

    • En fonction du travail réalisé en histoire, possibilité d’apports du maître sur les tranchées, la vie des poilus (possibilité d’utiliser des images d’archives http://fresques.ina.fr/jalons/fresque ) ou en séance 8.



Phase 2 : fonction de ces écrits dans l’album

  • Questions : Pourquoi l’auteur a-t-il mis ces écrits dans l’album ? Comment lit-on cet album ?

    • Donner des connaissances sur cette guerre au lecteur et lui permettre d’imaginer un peu ce qui Monnier va dire au garçon.

    • C'est le principe de la collection histoire d'Histoire que de proposer aux enfants deux lectures : celle de l'histoire, puis celle de l'Histoire. Documenter le regard des enfants sur l'Histoire.

Séance 8 : rédaction

Objectif : écrire un texte à la première personne de « x » lignes en s’appuyant sur ses connaissances de la Grande Guerre et sur le contexte de l’album.



Phase 1 : rappel de la fin de l’histoire 

  • Rappel et relecture de la fin de l’histoire :

«  Puis il se ressaisit bouchant à nouveau sa blessure frontale pour éviter d’effrayer l’enfant. Il osa :

  • Rien de grave ! Enfin si, approche. Faut que je t’explique, que je te raconte…

Sans un mot, le garçon éteignit sa lampe et prit le risque de s’asseoir sur le rebord de la tranchée. » Question : « Que raconte Monnier au jeune garçon ? »

(Monnier est mort en 1918 et il a connu les grandes batailles.)
Phase 2 : rédaction

- Consigne et recherche en collectif : «  Vous allez imaginer ce que Monnier raconte au jeune garçon en « x »…. lignes. »

  • Enoncer des contraintes et des pistes d’écriture en fonction de ce que les élèves savent : synthèse des connaissances acquises en histoire ou plus simplement reprise d’informations contenues dans l’album et d’apports du maître lors de la séquence.

    • Pourquoi veut-il lui parler et de quoi veut-il lui parler ?

    • Comment doit être écrit votre texte ?

Exemples :

Contenu

Forme

  • Pourquoi veut-il lui parler ?

    • pour que les enfants connaissent l’histoire de cette guerre.

    • pour qu’il transmette son récit aux autres.

    • pour qu’il n’y ait plus de guerre.

  • De quoi lui parle-t-il ?

    • de la vie dans les tranchées. (quelques idées en fonction des connaissances des élèves).

Il faut utiliser le pronom « je » (Monnier qui parle et qui raconte)

Il ne faut pas écrire de dialogue.

En fonction du travail réalisé en histoire, possibilité d’apports du maître sur les tranchées, la vie des poilus (possibilité d’utiliser des images d’archives http://fresques.ina.fr/jalons/fresque )

- Ecriture individuelle.

- Réécriture/ correction.
Nom-prénom : ……………………………..
Fiche n°1

Zappe la guerre- PEF


Nom des soldats

Informations : description, blessures, souffrances….






















































































Photographies : Copyright Mairie de Rezé

Documents écrits : "Archives municipales de Rezé"

Eléments de biographie sur les soldats rezéens

cités dans le livre de PEF
BERNARD Auguste

Né le 10 décembre 1874 à Rezé

Fils de Auguste Jacques et de Madeleine Clergeau

En 1894 il habite à Rezé

Cultivateur

Il sait lire, écrire et compter

A une rue à son nom au quartier de l'Auffrère, au sud-est de la commune, quartier rural encore aujourd'hui.
BROSSAUD Théodore

Né le 28 juillet 1888 à Rezé

Fils de

Exerce la profession de

Exempté en 1908 en raison d'une " faiblesse ". Il est déclaré " bon " en 1914 par le conseil de révision

En 1914, il habite à Rezé, quartier Mauperthuis

Mort à Bar-le-Duc le 18 septembre 1916 (?)

A une rue à son nom entre le Bourg et le quartier du Château
BOUJEAU Mathurin Hippolyte

Né le 31 août 1880 à Rezé

Fils de Mathurin (corroyeur) et de Marie Marguerite Viaud

En 1900 il réside à Rezé

Il sait lire, écrire et compter

Il exerce la profession de menuisier ébéniste

Demande à passer devant le conseil de révision au motif qu'il est ouvrier d'art

Soldat de 2e classe

Croix de guerre

Il meurt à Bar-le-Duc (Meuse) le 18 septembre 1916

Par délibération du CM du 27 février 1927, l'ancienne rue du lotissement Guillocheau au quartier du Chêne Gala porte, depuis, son nom.LOZON Emile François Joseph

Né le 17 juin 1877 à Nantes

Fils de Emile François Joseph et Françoise Augustine Perron

En 1897, date de son recensement militaire, il habite à Rezé

Exerce la profession de plâtrier

Il sait lire, écrire et compter

Il est musicien

Engagé volontaire
LOZON Etienne

Né le 29 août 1878 à Nantes

Fils de Emile François Joseph (plâtrier) et Françoise Augustine Perron

En 1898, date de son recensement militaire, il habite à Rezé

Exerce la profession de plâtrier

Il sait lire, écrire et compter

Il fait valoir devant le conseil de révision qu'il a un frère dans l'armée active au 65e à Nantes

LOZON Alphonse-François

Né le 5 janvier 1882 à Rezé

Fils de Emile François Joseph (plâtrier) Françoise Augustine Kerron

En 1902, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, rue Alsace-Lorraine

Exerce la profession d'épicier

Il sait lire, écrire et compter

Il est musicien

Engagé volontaire au 62e régiment d'infanterie à Lorient

Par décision du conseil municipal du 27 février 1927, son nom est donné à une rue perpendiculaire à la rue de l'Industrie (quartier Pront / Musseau)
MACE Edouard René

Né le 2 juin 1879 à Rezé

Fils de Edouard (tonnelier) et Rose Farineau

Réside à Rezé en 1899

Il exerce la profession de marin

Il sait lire, écrire et compter

Demande à être exempté devant le conseil de révision pour être " inscrit maritime "

Sergent, il meurt à Zeitenlink près de Salonique le 25 janvier 1917

Par décision du conseil municipal du 27 février 1927, l'ancienne place de la Blanche (Bourg) porte, depuis, son nom.
MACE Louis Marie

Né le 24 octobre 1888 à Rezé

Fils de Louis-Marie et Marguerite Chevalier

Il exerce la profession de charpentier de navires en bois

Réside à Rezé-Bourg

Célibataire

Il sait nager

Il mesure 1,70 m, a le visage rond, les cheveux et les sourcils châtains, les yeux roux, le front haut, le nez moyen, la bouche moyenne, le menton rond et le visage ovale.

Mort à Terre Champenoise 7 septembre 1914

Par décision du conseil municipal du 27 février 1927, son nom est donné l'ancien chemin de grande communication n°58 à la Bouvardière porte, depuis, son nom.
MONNIER Maurice, Louis, Alphonse

Né le 7 août 1898 à Rezé

Fils de Alphonse François Mathurin Monnier et de Louise Augustine Ortais

En 1918, date de son recensement militaire, il habite à Paris, 16 rue Charlot, 3e arrondissement

Exerce la profession de Boulanger

Il sait lire, écrire et compter

Célibataire

Il mesure 1,70 m, a le visage rond, les cheveux châtain foncé, les yeux marron foncé, le front vert.

Mort à Gournay (Oise) le 15 juin 1918

Par décision du conseil municipal du 27 février 1927, son nom est donné à l'ancienne rue du Goulet (Bourg)
PERRAUD Charles Victor Marie

Né le 8 février 1898 à Rezé

Fils de Charles PERRAUD et de Maria Pauline Chevalier

En 1918, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, rue Pte-Baron

Exerce la profession de serrurier

Il sait lire, écrire et compter

Célibataire

Il mesure 1,75 m, a le visage rond, les cheveux noirs, les yeux marron foncé, le front ordinaire et le nez rectiligne

Mort à Senlis le 7 août 1918

Par décision du conseil municipal du 27 février 1927, son nom est donné à la rue menant de la Fraisinière à la rue Jean Douillard (au quartier de la Fraisinière, à Pont-Rousseau / Saint-Paul, près du cimetière)
REDOR Emile Alfred Victor

Né le 20 décembre 1882 à Nantes

Fils de Henri-François Redor (boucher) et de Marie-Anne-Victorine Moreau

En 1902, date de son recensement, il habite au 15 rue Thiers à Rezé

Il exerce la profession de peintre

Demande à passer devant le conseil de révision en raison d'une infirmité au côté gauche

Soldat 2e classe

Il meurt à Fleury (Meuse) le 31 juillet 1916

Par délibération du 27 février 1927, son nom est donné à la rue parallèle à la rue de l'Industrie, au quartier Saint-Paul / Musseau.
SORIN Francis Henri

Né le 4 juin 1890 à Rezé

Fils de Jean-Francis et de Célestine Louise Ollivrain

Exerce la profession de corroyeur

Célibataire

Il mesure 1,68 m, a les cheveux et sourcils châtains, yeux roux, front bas, nez moyen, visage ovale, bouche moyenne, menton rond. Il a une cicatrice au menton.

Il sait nager

Soldat

Mort le 5 octobre 1915 à La Croix-en-Champagne (Marne)
VISONNEAU Georges Pierre

Né le 19 avril 1880 à Rezé

Fils de Auguste (journalier) et Marie-Anne Marchais

Réside à Rezé

Il exerce la profession de manœuvre

Il sait lire, écrire et compter

Demande au conseil de révision à être exempté en raison d'un défaut de taille
VISONNEAU François Pierre Joseph

Né le 23 septembre 1883 à Rezé

Fils de François Louis (tonnelier) et Joséphine Léauté, époux divircés

En 1903, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, rue Nationale

Exerce la profession de cuisinier

Il sait lire, écrire et compter

Il mesure 1,10 m

Il s'est engagé volontaire au 3e dépôt des équipages de la flotte à Lorient
VISONNEAU Auguste Charles

Né le 31 octobre 1885 à Rezé

Fils de Auguste Pierre et de Marie-Anne Ertaud

En 1905, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, quartier Haute-Île

Exerce la profession de charpentier de navire

Il sait lire, écrire et compter

Il sait nager

Célibataire

Il a le visage ovale, les cheveux et les sourcils blonds, les yeux bleus, le front haut, le nez petit, me menton rond, la bouche moyenne.

Il est exempté en raison d'une saie sur l'œil droit
VISONNEAU Jean-Baptiste-Alcide

Né le 15 avril 1887 à Rezé

Fils de Auguste Pierre et de Marie-Anne Ertaud

Célibataire

Réside à Rezé, Haute-Île

Profession tanneur

Il mesure 1,59 m , cheveux et sourcils châtains, yeux roux, front bas, nez moyen, visage plain, bouche moyenne, menton rond

Le recensement militaire précise qu'il a eu des prix de gymnastique

Il sait lire, écrire et compter
VISONNEAU Aristide-Félix

Né le 1er mai 1890 à Rezé

Fils de Aristide-Eugène et de Gabrielle Edmonde Francine Marie Guérin

Célibataire

Profession manœuvre

Il mesure 1,64 m , cheveux et sourcils châtains, yeux roux, front haut, gros nez, visage ovale, bouche moyenne, menton rond

En 1910, il s'était engagé pour 3 ans au 2e bataillon d'infanterie légère à Médéa (Algérie)
VISONNEAU Léon Gustave

Né le 17 mars 1898 à Rezé

Fils de feu Auguste Pierre et de Marie-Anne Ertaud

En 1918, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, quartier Haute-Île

Exerce la profession d'ajusteur

Il sait lire, écrire et compter

Il sait nager

Célibataire

Il mesure 1,58 m, a le visage rond, les cheveux châtains, les yeux marrons, le front fuyant et le nez rectiligne
VISONNEAU Alexis Marie Baptiste

Né le 16 mars 1897 à Rezé

Fils de feu Alexis et de Marie Léontine Rosalie Gadais

En 1917, date de son recensement militaire, il habite à Rezé, quartier Blordière

Exerce la profession de manoeuvre

Il sait lire, écrire et compter

Il sait nager

Il mesure 1,65 m, a le visage long, les cheveux châtains, les yeux bleus, le front fuyant et le nez rectiligne
VISONNEAU Léon Henri

Né le 22 juin 1893 à Rezé

Fils de Pierre Auguste Jean et de Pauline Minguet

En 1913 date de son recensement militaire, il habite à Rezé, rue Félix Faure

Célibataire

Exerce la profession d'épicier

Il sait lire, écrire et compter

Il sait conduire les voitures et est colombophile

Il mesure 1,66 m, a le visage long, les cheveux châtains foncés, le front moyen et le nez rectiligne

Certains soldats ne sont pas cités dans cette liste (Pierre Sorin, Arsène Bardin, Francis Blourde, Marcel Rontard, Raymond Soulas).

Nous n'avons trouvé aucun renseignement sur eux.

Les rues de Rezé portant le nom

de soldats Rezéens morts pendant la première Guerre mondiale

 290 Rezéens sont morts à la guerre de 1914 à 1918. En 1901, Rezé comptait 8751 habitants. En 1926, elle en comptait 11050 habitants.

Sur près de 600 rues, 51 portent le nom de ces jeunes Rezéens " Morts pour la France " (9,3 % des rues). D'autres rues portent des noms locaux de lieux-dits, également des noms de végétaux (16 % des rues), indice du passé rural de Rezé), des noms de morts pendant la guerre 1939-1945 (5 % des noms de rues), ou de personnalités locales (7 %). Les autres rues portent des noms faisant références à des lieux, des individus ou autre d'envergure nationale et internationale.

Séance du 19 décembre 1926 : Dénomination de rues

Monsieur le maire propose de donner aux nouvelles rues ainsi qu'à celles où des constructions sont nouvellement édifiées, le nom d'enfants de la commune Morts à la Guerre. Il serait procédé par voie d'ancienneté d'habitation des familles dans la commune.

Séance du 27 février 1927, le conseil municipal délibère sur la nouvelle dénomination de 45 rues et places.

Au Bourg

Quartier Trentemoult

Quartier Pont-Rousseau

- Georges Grille,

- Edouard Macé,

- Francis Marchais,

- Jean-Baptiste Hamon,

- Camille Jouis,

- Jean Louis,

- Louis Macé,

- Georges Boutin,

- Maurice Monnier

- Marcel Lacroix,

- J.-B. Chauvelon,

- Raymond Soulas,

- A. Le Voyé

- Pierre Douillard

- Arsène Bardin,

- Jules Labbé

- Ferdinand Lebert

- Codet

- Félix Coutant

- Henri Briand

- Paul Lhermitte

- Gabriel Douillard

- A. Choëmet

- J.-B. Boju

- Charles Perraud

- Emmanuel Lebert

- Lozon

- Emile Redor

- Georges Cretin

- Aristide Vogue

- Emile Blandin

- Jean Lainé

- H. Boujeau

Le 23 juillet 1933, le conseil municipal décide de donner au chemin de Mauperthuis le nom de " rue du Lieutenant de Monti de Rezé " ; au chemin longeant la maison hospitalière, le nom de " rue Henri Fiollin ".

Nom-prénom : ……………………………..
Fiche n°2

Zappe la guerre- PEF


Ce qui étonne les soldats, ce qu’ils ne comprennent pas

(indiquer le numéro de la page)

Ce que c’est en réalité


























































Ce qui étonne les soldats, ce qu'ils ne comprennent pas

( indiquer le numéro de page)

Ce que c'est en réalité





















































Le monde en 1998



similaire:

Programmes : Français iconLes nouveaux programmes de Français au lycée
«Littérature et société», et la part du Français en Accompagnement personnalisé

Programmes : Français iconProgrammes de français

Programmes : Français iconProgrammes 2015 Français –Lecture et compréhension de l’écrit

Programmes : Français iconDocument d’aide pour progression francais cycle 3 Programmes 2015...

Programmes : Français iconDocument d’aide pour progression francais cycle 2 Programmes 2015...

Programmes : Français iconAccompagnement des programmes Français- classes de seconde et de...

Programmes : Français iconRéforme des programmes au collège Formation Enseigner le Français en 3 pp
«L’enfer des tranchées : le dire en évaluation» où les élèves dépassent le témoignage pour penser la condition humaine à travers...

Programmes : Français iconAu programme français
«Les objectifs et les programmes d’enseignement constituent le cadre de référence officiel et obligatoire pour l'ensemble des activités...

Programmes : Français iconProgramme de Français
«compétences» dans le milieu de l’éducation, c’est pour mettre l’accent sur le développement personnel et social de l’élève. C’est...

Programmes : Français iconIo programmes 2002 (p 42)
«L’apprentissage de la lecture et celui de l’écriture sont parfaitement complémentaires. L’un et l’autre sont en permanence menés...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com