A. Des écrivains écrivent sur la peinture





télécharger 90.34 Kb.
titreA. Des écrivains écrivent sur la peinture
date de publication22.04.2017
taille90.34 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos
I Bibliographies
A. Des écrivains écrivent sur la peinture

Apollinaire

- Alcools (quelques poèmes, en particulier Crépuscule, sont directement inspirés par les toiles de la période rose de Picasso ayant pour sujet les saltimbanques, notamment la Famille de Saltimbanques de Washington).

- Critique d’art, folio.

- Méditations esthétiques. Les peintres cubistes, Paris, Hermann, 1965.

- Picasso, Apollinaire, Correspondance, Paris, Gallimard - R.M.N., 1992.
Artaud

- Le théâtre et son double, Paris, Gallimard, 1964 (évoque des œuvres de Bruegel, Lucas de Leyde, Goya, Le Greco, Bosch...).

- Van Gogh, le suicidé de la société, Paris, Gallimard, 1990.
Aragon

- Henri Matisse, roman, Paris, Gallimard - Quarto, 1998.

- Les collages, Paris, Hermann, 1965 (recueil de textes écrits entre 1923 et 1965, fondamental pour la définition de l’esthétique aragonienne ; réflexion sur la notion de collage dans la littérature, le cinéma, la peinture, qui permet un dépassement du simple « réalisme » ; évoque Braque, Picasso, Max Ernst et les surréalistes...).
Auden

- Musée des Beaux-Arts, poème sur La chute d’Icare de Bruegel, in The collected poetry, New York, 1945, repris dans divers recueils.
Balzac

- La duchesse de Langeais, folio (évocations de l’Extase de sainte Thérèse d’Avila du Bernin).
Baudelaire

- Critique d’art, folio.

- Les fleurs du mal

- Les Phares

- Bohémiens en voyage, inspiré d’une suite de gravures de Jacques Callot, Les bohémiens en marche, et plus particulièrement de la dernière planche, intitulée L’arrière-garde.

- Moesta et arrabunda, inspiré par un tableau que Baudelaire a vu et commenté lors du Salon de 1845, le Concert de Corot ; la toile aujourd'hui conservée à Chantilly a été modifiée, mais l’état qu’a connu Baudelaire est documenté par une photographie.

- Le jeu, inspiré d’une gravure longuement décrite par Baudelaire dans De l’essence du rire - Quelques caricaturistes français. Baudelaire attribue cette gravure à Carle Vernet mais elle est de Guérain, d’après Darcis.

- Le masque, inspiré d’une statue d’Ernest Christophe, décrite par Baudelaire dans le Salon de 1859. Baudelaire a vu au Salon une statuette intitulée La comédie humaine ; en écho à Baudelaire, Christophe en a ensuite réalisé une version beaucoup plus grande, intitulée Le masque, et aujourd'hui exposée au jardin des Tuileries.

- Une gravure fantastique, inspiré de Death on a pale horse, gravure de Hayens d’après Mortimer.

- Vers pour le portrait de M. Honoré Daumier.

- Lola de Valence. Ce poème devait servir d’épigraphe à la gravure réalisée d’après la toile homonyme de Manet.

- Sur Le Tasse en prison d’Eugène Delacroix.
Beckett

Divers textes sur Masson, Tal Coat, Henri Hayden, les frères Van Velde parus dans des revues des années 1940 et 1950, pour la plupart repris dans

- Le Monde et le pantalon, suivi de Peintres de l’empêchement, Paris, éditions de Minuit, 1990.

- Trois dialogues, Paris, éditions de Minuit, 1998 (conversations entre Beckett et Georges Duthuit sur Tal Coat, André Masson et Bram Van Velde).
Bonnefoy

- Alberto Giacometti, biographie d'une œuvre, Paris, Flammarion, 1991.

- Alechinsky. Les Traversées, Paris, Fata Morgana, 1992.

- L’arrière-pays, Paris, Gallimard, 2003 (1972) (essai poétique à partir d’œuvres de toutes les époques).

- L’improbable et autres essais, Paris, Mercure de France, 1980 (courts essais sur la littérature et la peinture, notamment Fra Angelico, Piero della Francesca, Degas, Balthus...).

- Miro, Paris, La Bibliothèque des Arts, 1964.

- Rome 1630. L’horizon du premier baroque, Paris, Flammarion, 1970, repris en poche (livre d’histoire de l’art, qui reste l’une des meilleures introductions aux problématiques artistiques de la période).

- Dessin, couleur, lumière, Paris, Mercure de France, 1995.

- un texte sur Manet qui constitue la préface de G. Picon, 1863. Naissance de la peinture moderne, folio.

- Goya. Les peintures noires, Bordeaux, W. Blake & Co, 2007.

et bien d’autres textes, en particulier sur des artistes contemporains.
Breton

- Le surréalisme et la peinture, Paris, Gallimard, 1979.
Butor

- Description de San Marco, Paris, Gallimard, 1963.

- Diego Giacometti, Paris, A. Maeght, 1985.

- Dialogue avec Eugène Delacroix sur l’Entrée des Croisés à Constantinople, Paris, Virgile, 2008.

- Dialogue avec Rembrandt van Rijn sur Samson et Dalila, Paris, Abstème & Bobance, 2005.

Parmi de nombreux autres textes. A aussi participé à l’élaboration de très nombreux livres d’artistes. Cf. à ce propos : Michel Butor, l'écriture nomade, dir. M. O. Germain, M. Minssieux-Chamonard, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006.
Claudel

- L’œil écoute, folio (superbes évocations de tableaux, surtout espagnols et hollandais du XVIIe siècle).
Desnos

- Ecrits sur les peintres, Paris, Flammarion, 1983 (recueil d’articles publiés par Desnos entre 1922 et 1946, sur l’art de son temps).
Jacques Dupin

- Miro, Paris, Flammarion, 1961 (une des monographies de référence sur Miro).

- J. Dupin, M. Leiris, Alberto Giacometti, Paris, Maeght, 1978.

- Alberto Giacometti, Tours, Farrago, 1999.

et de nombreux autres textes sur Miro, Giacometti, Tàpies...
Forster

- Chambre avec vue, 10/18.
Eugène Fromentin

- Les maîtres d’autrefois, Paris, Garnier, 1972 (essai d’histoire de l’art, sur la peinture hollandaise et flamande du XVIIe siècle surtout).
Théophile Gautier

Parmi de nombreux textes (cf. aussi Les Beaux-Arts en Europe, L’art moderne, L’histoire des peintres...) :

- Critique d’art. Extraits des Salons, 1833-1872, éd. M.-H. Girard, Paris, Séguier, 1994.

- Guide de l’amateur au musée du Louvre. Suivi de la vie et les œuvres de quelques peintres, Paris, Bibliothèque numérique de l’I.N.H.A., 2005.
Goethe

- La Cène de Léonard de Vinci,

- Sur le Laocoon,

- Voyage en Suisse et en Italie (textes repris seulement, à ma connaissance, dans les Œuvres complètes, Paris, Flammarion).
Les Goncourt

- L’art du XVIIIe siècle et autres textes sur l’art, éd. J.-P. Bouillon, Paris, Hermann, 1967.

- Manette Salomon, folio (nombreuses références à la vie artistique des années 1840 et 1850, avec des évocations de Delacroix, Ingres ou des peintres de Barbizon).

Cf. B. Vouilloux, L'Art des Goncourt. Une esthétique du style, Paris, L'Harmattan, 1997.
Julien Gracq

- En lisant en écrivant, José Corti.

Cf. B. Vouilloux, De la Peinture au texte. L'image dans l'oeuvre de Julien Gracq, Genève, Droz, 1989.
Siri Hustvedt

- Les mystères du rectangle. Essais sur la peinture, Arles, Actes Sud, 2006 (romancière, auteure du best-seller Tout ce que j’aimais, Hustvedt a composé un recueil de neuf textes sur la peinture, où elle décrit très précisément ce qu’elle voit, ses sensations devant les tableaux ; très beaux textes, qui proposent une autre manière de faire l’histoire de l’art).
Huxley

- Le sourire de la Joconde et autres très courts romans, folio.
Huysmans

- Là-bas, folio (des textes évoquant parfois de très près l’univers de Gustave Moreau ; cf. à ce propos Huysmans-Moreau. Féeriques visionsParis, Musée Gustave Moreau, 2007).
Leiris

- Le ruban au cou d’Olympia, Paris, Gallimard, 1989.

et de nombreux textes sur Francis Bacon, André Masson, Giacometti.
Mallarmé

- Ecrits sur l’art, éd. M. Draguet, Paris, Flammarion, 1998.
Michaux

- Aventures de lignes (court texte sur Klee).

- En rêvant à partir de peintures énigmatiques (à partir de tableaux de Magritte).

- Lecture de huit lithographies de Zao Wou-ki par Henri Michaux, trois textes repris dans la Pléiade.
Octavio Paz

- Le signe et le grimoire. Essais sur l’art mexicain, Paris, Gallimard, 1995.
Francis Ponge

- Le peintre à l’étude, Paris, Gallimard, 1948 (repris dans Œuvres Complètes, vol. 1, Paris, Gallimard, 1999).
Proust

- A la recherche du temps perdu (un texte fascinant et très juste du point de vue de l’histoire de l’art sur les Vices et les Vertus de Giotto à Padoue ; sur Chardin, Vermeer, Botticelli...).

- Portraits de peintres, in Nouveaux mélanges (sur Watteau, Chardin, Rembrandt, Moreau, Monet).
Queneau

- Joan Miro, Besançon, éditions Virgile, 2006.
Pascal Quignard

- Georges de La Tour, Paris, Galilée, 2005.

- Le sexe et l’effroi, folio.
Rilke

- Lettres sur Cézanne, Paris, Seuil, 1995.
Stendhal

- Histoire de la peinture en Italie, folio.

- Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres.

- Rome, Naples et Florence, folio.
Valéry

- Degas, danse, dessin, folio.

- les tomes VIII et IX des Œuvres de Valéry (NRF) sont consacrés à ses écrits sur la peinture, Degas et Léonard de Vinci en particulier).

Deux revues
- La revue Le minotaure, éditée par Albert Skira entre 1933 et 1939, contient des créations à plusieurs mains, mélangeant textes littéraires et images. Y ont collaboré principalement les surréalistes mais aussi les artistes les plus renommés de l’entre-deux guerres : Breton, Brassaï, André Masson, Man Ray, Miró, Dali, Magritte, Max Ernst, Marcel Duchamp, Picasso, De Chirico, Matisse, Eluard, Leiris...
- La revue L’éphémère, éditée par Maeght de 1967 à 1972, est consacrée à la poésie et aux arts plastiques ; contient des textes d’André du Bouchet, Jacques Dupin, Yves Bonnefoy, Michel Deguy, Louis-René des Forêts, Paul Celan.

Deux références
- L’écran de la représentation. Thoérie littéraire, littérature et peinture du XVIe au XXe siècle, dir. S. Lojkine, Paris, L’Harmattan, 2001.
- B. Vouilloux, La Peinture dans le texte. XVIIIe-XXe siècles, Paris, CNRS éditions, 1995.


B. Ecrits d’artistes

Francis Bacon

- Entretiens avec Francis Bacon, introduction de Michel Leiris, Genève, Skira, 1996 (série d’entretiens avec le meilleur spécialiste de Bacon, David Sylvester).
Brassaï

- Les artistes de ma vie, Paris, Denoël, 1982 (recueil de textes et de photographies).
Cellini

La Vie de Benvenuto Cellini, fils de Maître Giovanni, florentin, écrite par lui-même à Florence, dir. A. Chastel, Paris, Scala, 1986.
Cézanne

- Conversations avec Cézanne, Paris, Macula, 1978.
Dali

- Journal d’un génie, Paris, Gallimard, 1994.

- La vie secrète de Salvador Dali, Paris, Gallimard, 2002.
De Chirico

- Hebdomeros, Paris, Flammarion, 1983 (roman dans lequel les images jouent un rôle décisif).

Et de nombreux autres textes, pour la plupart non traduits en français.
Delacroix

- Dictionnaire des Beaux-Arts, Paris, Hermann, 1996.

- Journal, Paris, Plon, 1996.

- Lettres intimes, Paris, Gallimard - L’Imaginaire, 1995.
Dubuffet

- Prospectus et tous écrits suivants, 4 vol., éd. H. Damisch, Paris, Gallimard, 1986.
Duchamp

- Duchamp du signe suivi de Notes, Paris, Flammarion, 2008.

- Le processus créatif, Paris, L’Echoppe, 1987.
Dürer

- Traité des proportions. Lettres et écrits théoriques, Paris, Hermann, 2008.
Gauguin

- Noa-noa, Paris, Jean-Jacques Pauvert et Compagnie, 1988 (compte-rendu du premier séjour de Gauguin en Polynésie).

- Ancien culte mahorie, Paris, Hermann, (première version de Noa-Noa, éditée d’après le manuscrit original qui comprend 37 aquarelles).
Giacometti

- Ecrits. Articles, notes et entretiens, présentés par Michel Leiris et Jacques Dupin, Paris, Hermann, 2007.
Hockney

- Picasso, Paris, Daniel Lelong éditeur, 1990.

- Ma façon de voir, Paris, Thames & Hudson, 1995 (ouvrage richement illustré, rassemblant des textes issus de conversations de Hockney avec Nikos Stangos ; sur son œuvre, sur Picasso, sur la photographie, sur Piero della Francesca... On y retrouve le ton si particulier de Hockney, son humour, sa fausse naïveté ; c’est un ouvrage aussi important qu’agréable à lire).
Hogarth

- Analyse de la beauté, destinée à fixer les idées vagues qu’on a du goût, Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 1991 (1753).
Ingres

- Ecrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 2006.
Kandinsky

- Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier, folio.

- Point et ligne sur plan. Contribution à l’analyse des éléments de la peinture, folio.

- Regards sur le passé et autres textes, 1912-1922, Paris, Hermann, 1990.
Paul Klee

- Théorie de l’art moderne, folio.
Klein

- Le dépassement de la problématique de l’art et autres écrits, Paris, Ecole Nationale des Beaux-Arts, 2003.
Willem de Kooning

- Ecrits et propos, Paris, Ecole Nationale des Beaux-Arts, 1992.
Le Brun

- L’expression des passions et autres conférences. Correspondance, Paris, Dédale, 1994.
Fernand Léger

- Fonctions de la peinture, folio.

- Mes voyages, préface de Louis Aragon, Paris, Editeurs français réunis, 1960.
Léonard de Vinci

- Les carnets de Léonard de Vinci, éd. E. Mac Curdy, Paris, Gallimard, 2 vol., 1999-2000.
Magritte

- Ecrits complets, Paris, Flammarion, 2001.
Malevitch

- Ecrits, 4 vol., Paris, L’Age d’homme, 1981-1995 (la production écrite de Malevitch, très conséquente, fait partie intégrante de son œuvre ; quelques très beaux textes).
Matisse

- Ecrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1972 (Matisse a parlé de ses œuvres avec une précision et un talent remarquables ; on peut raisonnablement supposer que l’historiographie sur Matisse est particulièrement bonne en raison des écrits fondateurs du peintre lui-même)
Michel-Ange

- Poésies, édition bilingue, trad. A. C. Fiorato, Paris, Les Belles Lettres, 2004.
Miro

- Ceci est la couleur de mes rêves. Entretiens avec Georges Raillard, Paris, Seuil, 2004.

- Ecrits et entretiens, Paris, D. Lelong, 1995.

- Carnets catalans. Dessins et textes inédits, 2 vol., Genève, Skira, 1976.
Picasso

- Picasso, Apollinaire, Correspondance, Paris, Gallimard - R.M.N., 1992.

- Propos sur l’art, Paris, Gallimard, 1998.

- Ecrits, préface de Michel Leiris, Paris, Gallimard, 1989 (Picasso a écrit une pièce de théâtre d’inspiration surréaliste, Le désir attrapé par la queue, créée en 1944 chez Leiris, mise en scène de Camus ; des poèmes, ainsi que Les quatre petites filles et L’enterrement du comte d’Orgaz).
Pontormo

­- Le journal, trad. J.-Cl. Lebensztejn, Paris, Aldines, 1992.
Poussin

- Lettres et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1964.
Rothko

- La réalité de l’artiste, Paris, Flammarion, 2004 (écrit au début des années 1940 alors que Rothko s’est arrêté de peindre ; méditations esthétiques, analyses de l’œuvre des maîtres de la tradition et des courants artistiques récents, réflexions sur la condition de l’artiste).
Signac

- D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, Paris, Macula, 1987.
Van Gogh

- Lettres à son frère Théo, Paris, Gallimard, 1988.
Warhol

- Ma philosophie de A à B et vice-versa, Paris, Flammarion, 2007.

- Journal, Paris, Grasset, 1990.

- Entretiens, Paris, Grasset, 2006.

Il est impossible de faire l’inventaire de tous les écrits d’artistes du XXe siècle, en particulier des avant-gardes de la première moitié du siècle : les manifestes et les textes théoriques du futurisme en Italie, de l’expressionnisme allemand, de Dada, du surréalisme, du néo-plasticisme (nombreux écrits de Mondrian), du Bauhaus... On pourra se reporter aux catalogues des expositions de Beaubourg relatives à ces mouvements, qui contiennent d’excellentes bibliographies.

Beaucoup d’artistes du XXe siècle ont combiné la pratique de la peinture et de la poésie ou de l’écriture au sein d’une même œuvre : Miro, Henri Michaux, Gaston Chaissac, Anselm Kiefer, Cy Twombly...


C. Des philosophes écrivent sur la peinture

Barthes

- La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard / Seuil / Cahiers du cinéma, Paris, 1980.

- Arcimboldo, Paris, Ricci/Retz, 1978.
Deleuze

- Francis Bacon. Logique de la sensation, Paris, La Différence, 1994.
Derrida

- Mémoires d’aveugle. L’autoportrait et autres ruines, Paris, éd. des Musées Nationaux, 1990.
Diderot

- Essais sur la peinture et Salons, 4 vol., Paris, Hermann, 1984-1995.
Foucault

- Les mots et les choses (l’introduction est consacrée aux Ménines de Velasquez, « représentation de la représentation classique, et définition de l’espace qu’elle ouvre », analyse discutable en termes historiques, mais bien sûr fondatrice).

- Ceci n’est pas une pipe, Saint-Clément-la-Rivière, Fata Morgana, 1973 (réflexion à partir d’un tableau de Magritte).
Hegel

- Esthétique, Garnier-Flammarion.
Lacan

- Encore, livre XX du Séminaire, évoque l’Extase de sainte Thérèse d’Avila du Bernin.
Merleau-Ponty

- L’œil et l’esprit, folio.
Sartre

a écrit sur Giacometti et Calder notamment dans L’imaginaire (Gallimard) et L’imagination (P.U.F.). Les textes importants sur Tintoret de Le séquestré de Venise et Situations IV ont été réunis dans

- Le Tintoret d’après Jean-Paul Sartre. La déchirure jaune, un livre et un DVD, Paris, Gallimard, 2005.


II Synthèse

L’ekphrasis

(lettres classiques / italien / lettres / histoire de l’art)
Au cœur de la problématique soulevée ici il y a la question de l’ekphrasis, la description littéraire d’une œuvre d’art. Le genre naît avec la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade (XVIII, 466 et suiv.) ; il connaît un développement remarquable dans les littératures grecque et latine (Ovide, Philostrate l’Ancien) et à la Renaissance (Politien, L’Arioste, Le Tasse). Cf. :

- Ecfrasi. Modelli ed esempi fra Medioevo e Rinascimento, dir. G. Venturi, M. Farnetti, Rome, Bulzoni, 2004.

- La description de l'oeuvre d'art. Du modèle classique aux variations contemporaines, actes du colloque de Rome, Villa Médicis, 13-15 juin 2001, dir. O. Bonfait, Paris-Rome, Académie de France à Rome, 2004.

Certaines ekphraseis ont inspiré les peintres. Cf. par exemple :

- Botticelli Naissance de Vénus est largement inspirée d’une ekphrasis des Stanze de Politien.

- Botticelli Calomnie d’Apelle est une traduction picturale d’une ekphrasis de Lucien, reprise par Alberti dans son De pictura.

- Titien Bacchus et Ariane (Londres, National Gallery) vient d’une ekphrasis des Carmina de Catulle

- Titien Bacchanale des Andriens et Amores (Madrid, musée du Prado) sont directement inspirés d’ekphraseis contenues dans les Imagines de Philostrate l’Ancien (La galerie de tableaux, Paris, Les Belles Lettres, 1991).

La littérature artistique à la Renaissance : l’Italie

(italien / histoire de l’art)
Pour la Renaissance la question des rapports littérature/peinture pose des problèmes spécifiques. Un certain nombre de peintres/sculpteurs/architectes sont aussi poètes (Michel-Ange, Bronzino), auteurs de traités (Ghiberti, Alberti, Piero della Francesca), de carnets et projets divers (Léonard de Vinci), de recueils de vies d’artistes (Vasari, Condivi), de journaux (Pontormo), d’autobiographies (Cellini)... Inversement les humanistes interviennent directement dans la conception des programmes iconographiques, des grands décors princiers en particulier.
Autour de Léonard de Vinci 

Il reste très peu de choses de l’œuvre peint de Léonard de Vinci, ses textes et ses dessins constituent en revanche une documentation extrêmement abondante, qui permet d’entrer dans l’univers de Léonard. Cf.

- Les carnets de Léonard de Vinci, éd. E. Mac Curdy, Paris, Gallimard, 2 vol., 1999-2000.

- F. Zöllner, Léonard de Vinci. Tout l’œuvre peint et graphique, Paris, Taschen, 2007.

- Vasari, Vie de léonard de Vinci, in Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, éd. A. Chastel, 12 vol., Paris, Berger-Levrault, 1981-1989 (cf. en particulier le très bel incipit).

- D. Arasse, Léonard de Vinci, Paris, Hazan, 1997 (une monographie passionnante, très accessible, et qui montre admirablement la cohérence de l’œuvre écrit et peint de Léonard ; une conception singulière du temps, de l’histoire et de l’univers s’y fait jour).
Autour de Michel-Ange

Les mêmes thèmes parcourent la poésie et l’œuvre sculpté et peint de Michel-Ange : le désir et l’amour, le rapport à l’Antiquité, les dialectiques matière/esprit, corps/âme. C’est l’occasion de se plonger dans la philosophie néo-platonicienne qui marque profondément la pensée de Michel-Ange, en écho éventuel à une analyse du Phèdre ou du Banquet de Platon. Cf. :

- Michel-Ange, Poésies, édition bilingue, trad. A. C. Fiorato, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

- Condivi, Vie de Michelangelo Buonarotti, trad. B. Faguet, Castelnau-le-Lez, Climats, 1997 (Condivi est un disciple de Michel-Ange ; il a rédigé sa Vie en collaboration avec le maître).

- Vasari, Vie de Michel-Ange, in Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, éd. A. Chastel, 12 vol., Paris, Berger-Levrault, 1981-1989 (Michel-Ange est le véritable héros de Vasari, comme de la plupart des maniéristes italiens ; il voit en Michel-Ange l’aboutissement, le sommet indépassable de l’histoire de la peinture italienne. La vie du maître est la plus longue qu’il ait composée).

- E. Panofsky, « Le mouvement néo-platonicien et Michel-Ange », in Essais d'iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Gallimard, Paris, 1992 (1939).

Poussin et l’esthétique classique

(lettres / théâtre / histoire de l’art)
L’œuvre de Poussin joue un rôle décisif dans l’élaboration de l’esthétique de la grande peinture française. Certains de ses tableaux seront analysés lors des conférences de l’Académie, et seront imités par les peintres « classiques » jusqu’au XIXe siècle (mais Cézanne, Seurat ou Picasso l’ont aussi étudié avec attention). La hiérarchisation des genres picturaux, l’établissement d’un certain nombre de codes et de règles, le goût pour la rhétorique et l’expression des passions, pour l’Antiquité classique, sont des préoccupations communes à Poussin et aux inventeurs du théâtre classique. L’étude de Poussin est aussi l’occasion de s’intéresser aux sources littéraires dont il s’inspire (Homère, les Métamorphoses, Le Tasse), à sa philosophie, le stoïcisme, qui transparaît aussi bien dans ses écrits que dans son œuvre peint ; à la question de l’inspiration (vénusienne ou apollinienne) et à sa mise en scène de la poésie et des poètes (cf. L’inspiration du poète du Louvre et ses diverses représentations d’Apollon et des Muses ou du Parnasse). Cf.

- Poussin, Lettres et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1964.

- Le Brun, L’expression des passions et autres conférences. Correspondance, Paris, Dédale, 1994.

- Vies de Poussin, éd. S. Germer, Paris, Macula, 1994 (rassemble les Vies de Poussin écrites par Bellori, Félibien, Passeri, Sandrart).

- M. Fumaroli, L’école du silence. Le sentiment des images au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1994.

Pour comprendre la vie artistique de cette période en France :

- Chantelou, Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, Paris, Macula, 2001.

- Charles Perrault, Mémoires de ma vie, Paris, Macula, 1993 (évoque le mécénat artistique en France, Colbert, Le Brun, Bernin...).

L’esthétique de Delacroix

(lettres / histoire de l’art)
La peinture de Delacroix intéresse l’histoire littéraire à de nombreux titres. Le peintre est l’auteur d’un Journal d’une très grande qualité littéraire. Il est le héros de Baudelaire, qui décrit longuement ses œuvres dans ses écrits sur l’art et définit à travers Delacroix une esthétique où l’imagination doit jouer un rôle décisif. Il l’évoque dans les Fleurs du mal (Les phares, Sur Le Tasse en prison d’Eugène Delacroix). Le peintre était un grand lecteur et l’inspiration littéraire est essentielle dans son œuvre : Shakespeare (les différentes versions d’Hamlet et Horatio), Byron (La mort de Sardanapale d’après le poème de Byron, Sardanapale, Le naufrage de Don Juan, d’après sa pièce Don Juan, Le doge Marino Faliero décapité, d’après Marino Faliero), Dante (La barque de Dante), Walter Scott (Rébecca enlevée par le Templier d’après Ivanhoé, Assassinat de l’évêque de Liège d’après Quentin Durward), Goethe (gravures pour Faust)... Il a aussi peint de nombreux écrivains et peintres. La figure de l’artiste lui permet de définir sa propre esthétique et d’opposer la culture à l’obscurantisme ou à la barbarie (Ovide chez les Scythes, Le Tasse en prison, Michel-Ange dans son atelier). Enfin, on ne manquera pas de noter les nombreux points communs entre les esthétiques de Delacroix et de Victor Hugo ou des écrivains « romantiques » (l’orientalisme, la libération par rapport aux normes classiques, l’exaltation du sentiment et de la figure de l’artiste...) et l’on s’attachera à replacer son œuvre dans l’histoire culturelle et politique de son temps : cf. La liberté guidant le peuple, les très nombreuses commandes publiques qu’il a honorées...

Cf. aussi ci-dessus à Delacroix, Butor, les Goncourt, Signac.

La monographie de référence est :

- B. Jobert, Delacroix, Paris, Gallimard, 1997.

Cézanne et la perception

(philosophie / histoire de l’art)
L’étude de L’œil et l’esprit de Merleau-Ponty pourrait être l’occasion d’une analyse du parcours artistique de Cézanne et de sa postérité. Considéré comme l’une des sources majeures de l’art du XXe siècle, la vision de Cézanne est en particulier fondatrice pour les peintres cubistes ; ceux-ci interrogent aussi, avant tout, la perception. Cf.

- Picasso cubiste, catalogue de l’exposition de Paris, musée Picasso, 19 septembre 2007 - 7 janvier 2008, dir. A. Baldassari, Paris, Réunion des musées nationaux / Flammarion, 2007 (avec la bibliographie antérieure).

- Apollinaire, Méditations esthétiques. Les peintres cubistes, Paris, Hermann, 1965.

Cf. aussi ci-dessus à Rilke, Cézanne, Hockney.

Picasso : construire, dé(cons)truire

Hockney : construire, dé(cons)truire Picasso

(espagnol / anglais / arts plastiques / cinéma / histoire de l’art)
L’œuvre écrit et peint de Picasso, immense et protéiforme, peut intéresser les enseignants d’espagnol, d’arts plastiques, d’histoire de l’art et de cinéma (cf. le magnifique Le mystère Picasso de Henri-Georges Clouzot). Une problématique a souvent été considérée comme centrale pour son œuvre : construire / dé(cons)truire, intéressante pour l’histoire de l’art car elle permet d’analyser le rapport de Picasso à la tradition, et donc des œuvres de toutes les époques (en particulier Poussin, Delacroix, Cézanne). Cf.

- Picasso et les maîtres, catalogue de l’exposition de Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 8 octobre 2008 - 02 février 2009, Paris, Réunion des musées nationaux, 2008 (avec la bibliographie antérieure).

Cf. aussi ci-dessus à Apollinaire, Aragon, Breton, Picasso.

Le peintre anglais David Hockney a écrit de nombreux textes sur Picasso et s’est inspiré de son œuvre tout au long de sa carrière. Cf.

- David Hockney, dialogue avec Picasso, catalogue de l’exposition de Paris, musée Picasso, 10 février - 3 mai 1999, Paris, Réunion des musées nationaux, 1999.

C’est l’occasion de se plonger dans l’univers de Hockney qui est celui de l’Angleterre et de la Californie des années 60 à 80. En arts plastiques, on pourrait s’inspirer de sa pratique de la photographe cubiste, de sa manière de déconstruire certaines toiles de Picasso, ou de construire des espaces fictifs... Jack Hazan a réalisé en collaboration avec Hockney et certains de ses amis un film expérimental, intitulé A bigger splash d’après le titre de l’une des plus célèbres toiles de Hockney. Comme Le mystère Picasso de Clouzot, ce film se situe au plus près du processus créatif de l’artiste. La plupart des écrits de Hockney ont été rassemblés dans :

- Ma façon de voir, Paris, Thames & Hudson, 1995.

La Factory

(anglais / arts plastiques / cinéma / histoire de l’art)
Qu’est-ce que l’image ? Qu’est-ce que la société de consommation ? Que signifient les stars, et qu’est-ce qu’une « superstar » ? Les artistes de la Factory ont soulevé ces questions avec une très grande acuité, mais aussi avec humour et esprit de provocation. On pourra étudier les œuvres plastiques et les textes réellement passionnants de Warhol, les photographies, les poèmes, les très nombreux films expérimentaux des membres de la Factory, les paroles du Velvet Underground et le milieu culturel américain de ces années (les autres artistes pop dont Johns et Rauschenberg, Basquiat, Jim Morrison, Bob Dylan, William Burroughs...).

- A. Warhol, P. Hackett, Popisme. Les années 1960 de Warhol, Paris, Seuil, 2007.


Miro, Giacometti, Dubuffet...

Les œuvres de Miro et Giacometti ont inspiré de très nombreux textes littéraires (cf. ci-dessus Bonnefoy, Breton, Jacques Dupin, Queneau, Butor, Leiris, Sartre), et ces deux artistes ont écrit des textes. L’œuvre de Miro peut inspirer un travail en arts plastiques, comme celle de Dubuffet, Gaston Chaissac, et des membres du groupe Cobra qui ont aussi écrit des textes de natures diverses.






similaire:

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconInstitut de France
«la peinture lombarde dans la conjoncture espagnole, 1600-1630», après laquelle IL a fait de nombreuses publications sur la peinture...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconDe la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature
«Lectures d’œuvres en cours», «Rencontres avec des écrivains étrangers», «L’écrivain et l’art» se mettent en place et se renouvellent...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconExposition de lettres d’écrivains portugais à des écrivains brésiliens

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconSimon hantaï ( Bia, 1922 Paris, 2008 )
«L'objet de la peinture, c'est la peinture elle-même et les tableaux exposés ne se rapportent qu'à eux-mêmes. Ils ne font point appel...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconLes 6ème 2 écrivent des haïkus

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconLe texte libre selon Célestin freinet
«scolastiques» tiennent encore beaucoup de place dans les pratiques de classe. Les élèves écrivent des textes qui la plupart du temps...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconDu 28 mai au 15 juin dernier, dans le cadre de l’année croisée France-Russie,...
«maison» des quinze écrivains français invités à parcourir la Russie, de Moscou à Vladivostok. A chaque ville étape, où ils sont...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconLe Xe Festival International des écrivains et artistes
«Table ronde sur le monde éditorial», présentation Paule Mongeau (Saint-Jérôme, qc)

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconSélection des poèmes pour Primaires
«créole de l’île Bourbon», fait partie de ces auteurs qui écrivent à la réunion à l’ombre des grands poètes parisiens. Le recueil...

A. Des écrivains écrivent sur la peinture iconLes cp écrivent un calligramme





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com