Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes…





télécharger 23.96 Kb.
titreCorrection cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes…
date de publication19.04.2017
taille23.96 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos
Correction CC « Roman » d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes…
Introduction

1-Accroche : Rimbaud, sa vie, son œuvre. Destinée poétique fulgurante : Rimbaud écrit de 1870, Poésies, à 1874 , es Illuminations. Il écrit donc toute son œuvre poétique entre 16 et 20 ans… Il écrit celui-ci alors qu’il est en classe de 1ère ( classe de rhétorique, l’équivalent à l’époque)
La poésie lyrique ; la peinture des sentiments. Attention « Roman » n’est pas lié à l’aventure Rimbaud-Verlaine.
2-Présentation du poème :

-ne pas manquer de s’interroger sur le titre : « Roman » en contradiction avec la forme du texte : 32 alexandrins répartis en 4 strophes de 8 vers. « Roman « peut également faire songer à « romance », allusion à l’histoire d’amour qui semble se nouer dans les deux dernières strophes après la peinture du décor dans les 2 premières.

-le poème semble d’abord se caractériser par une peinture heureuse de la jeunesse : le registre dominant est lyrique avec un lyrisme enthousiaste ( il est malvenu de voir la mélancolie comme tonalité majeure)
3-Problématique : quelle image de la jeunesse le poète donne-t-il ici ? Comment interpréter le fait que Rimbaud la présente sous le titre de « Roman »
Développement
I-Rimbaud présente d’abord la jeunesse comme un moment d’ivresse folle
1-L’exaltation des sensations accompagne la peinture du décor

Le JE est absent du poète mais il est tout entier perceptible à travers la pluralité des sensations qu’il évoque

-Sensations visuelles avec un jeu manifeste sur la lumière « lustres éclatants » puis « cafés éclatants » ; « tilleuls verts » étoile « blanche » « clarté »

-On repère ensuite aisément sensations auditives, gustatives, tactiles mais la particularité de Rimbaud est de les mêler à travers un système de synesthésie : ainsi le « vent » est-il « chargé de bruit » ( tactile-auditif) les « tilleuls verts » « sentent bon «  ( visuel-olfactif) par exemple ; « cafés tapageurs aux lustres éclatants » ( visuel-auditif)

-Toutes les sensations sont vues sous un jour valorisant « bon » « si doux » ; « bon » st répété au vers 5 à la fois en adjectif et en adverbe de part et d’autre de la césure
2-`L’ivresse de la jeunesse

-Champ lexical de la griserie et de l’ivresse « parfums de bière » « champagne » « monte à la tête » « divague » « griser »

-C’est une ivresse qui naît d’abord des sensations environnante : métaphore de la « sève » comparée à du « champagne »

-On voit bien que le jeune homme est emporté par un mouvement qu’il ne maîtrise pas : « on se laisse griser » et « vous monte à la tête », « on se sent aux lèvres un baiser » : on voit bien que le poète ne maîtrise plus rien mais qu’il s’abandonne simplement aux sensations.

-Elle est sensible aussi par le fait que l’espace cosmique semble se réduire : toute la strophe 2 répète l’adjectif « petit » ; le ciel est transformé en « chiffon sombre » à travers la métaphore : le poète n’est pas écrasé par l’espace cosmique mais le voit comme un petit tableau : ce rétrécissement reflète la sensation telle qu’elle est perçue

Mais on voit également que le poète est en quête d’aventures amoureuses …

le « baiser » est comparé à une « petite bête » ; le poète se désigne par synecdoques comme un « cœur fou »

3-Le lyrisme du cœur fou


-vivacité apportée par les phrases exclamatives, l’emploi des tournures nominales et les tournures présentatives « Voilà que… »

-Mouvement et vivacité apportés par les nombreux rejets, contre-rejets, enjambements mais aussi par les verbes de mouvements : « on va » « Robinsonne » et les prépositions « à travers »

-les répétitions traduisent l’enthousiasme : voir vers 8 avec répétition + césure à l’hémistiche

« Vous êtes amoureux » anaphore dans la 4ème strophe avec phrases brèves , point marqué à la césure.

-les effets rythmiques « Nuit de juin » ( 3) Dix sept ans (3) on se laisse griser (6) : rythme croissant qui suggère l’enthousiasme, la gaieté

-L’usage de termes hétéroclites : « Foin de » familier ; « cavatines » soutenu et presque précieux

-le JE absent ; au contraire on note la forte présence du On qui généralise puis du VOUS qui le désigne en réalité bel et bien : généralisation : le poète peint l’ivresse de la jeunesse à travers la sienne +utilisation du présent et d’une sorte de « maxime » : « on n’est pas sérieux…

-On voit en effet la « transformation » que l’amour opère en comparant le début et la fin du poème qui se font clairement écho et s’opposent :

« Foin des bocks et de la limonade

Des cafés tapageurs » VS « vous rentrez aux cafés éclatants

Vous demandez des bocks et de la limonade » : opposition qui paraît accompagner la transformation ; accès à un monde « adulte »


II-Le roman de la jeunesse
1-Un poème qui « brouille » les genres et présente un aspect narratif

✓-Après la peinture du décor vient une scène évoquée dans la strophe 3

✓-Emploi des indicateurs chronologiques : « Un beau soir » « Lorsque… » « Puis » « un soir » « Ce soir-là »

✓-Emploi d’éléments spatiaux « sous les tilleuls » « dans la clarté pâle d’un réverbère » « aux cafés »

✓-La strophe 3 s’organise autour de brèves notations descriptives « une demoiselle aux petits airs charmants » et le père que « résume «  une notation de détail « faux-col effrayant » suggérant la bourgeoisie, la raideur : les deux personnages sont donc esquissés à traits vifs dans un jeu violent de contrastes

✓-La scène oppose ensuite le poète « immensément naïf » à la jeune fille visiblement consciente de ses pouvoirs de séduction : « charmants » + vivacité suggérée par la démarche rendue par une allitération en T « trotter » « bottines » « tout en » « elle se tourne » et les assonances en I

✓-le « coup de foudre » est évoqué en 2 vers exposant à la fois la cause

« Elle se tourne » qui suggère les regards croisés et la conséquence :

« Sur vos lèvres alors meurent les cavatines » qui marque la « pétrification » du « amoureux » -les allitération en V se susbtituent alors aux allitérations en T-

✓-La 4ème strophe évoque alors les péripéties et les obstacles à l’amour en 3 propositions « Vos sonnets La font rire » « Tous vos amis s’en vont » « Vous êtes mauvais goût »
2-Des éléments dissonants qui tempèrent l’ivresse : à 17 ans la vie est un roman

Si ces éléments ne semblent pas rompre l’atmosphère générale de gaieté et d’ivresse , ils nuancent toutefois le tableau et semblent indiquer que cette scène et cette histoire d’amour ne sont évidemment qu’un « roman » de jeunesse
✓-Dans une dominante de clarté, deux notes dissonantes : l’ »azur sombre » du ciel mais surtout l’ombre caricaturale du « faux-col effrayant » -jeu sur les allitérations en F ( on passe du « frisson » de la strophe 2 à cette image quasi fantastique

✓-De la même façon la « mauvaise étoile » rompt avec les étoiles bienveillantes de « ma bohème » 

✓-Enfin « Loué jusqu’au mois d’août » est certes environné de la répétition de « vous êtes amoureux » ; l’assonance en OU accompagne l’enthousiasme mais le « jusqu’au mois d’août » suggère également la fin du « roman »

-« On n’est pas sérieux ».. résonne comme le constat peut-être nostalgique de quelqu’un qui se remémorerait cette période de sa vie alors que Rimbaudn’a pas encore 17 ans…
3-L’amour comme « roman » ; une dimension d’auto-dérision.
✓-Effets d’amplification : hyperboles « l’adorée » traduisent l’exaltation sans doute exagéree du poète

✓-« immensément naïf » , de même que « a daigné vous écrire » suivi d’un point d’exclamation suggèrent la naïveté de l’adolescente qui ne sait rien des histoires d’amour

✓-La diérèse sur « sérieux » répétée plusieurs fois dans le poème peut résonner comme la remarque d’un adulte qui se moque

✓Le poète amoureux apparaît soit muet « Sur vos lèvres meurent les cavatines » ou alors on voit la jeune fille se moquer « Vos sonnets La font rire » : contrairement à la figure traditionnelle du poète, celui-ci ne parvient guère à charmer l’aimée par ses vers ( voir assonance en I qui peut imiter ce rire)
CONCLUSION = 

1-Peinture de la jeunesse et d’un instant d’ivresse à travers un kaléidoscope de sensations ; les synesthésies sont là pour traduire cette sensation d’ivresse qui domine tout le poème.

-Mais dans une dimension d’auto dérision fréquente chez Rimbaud, toute la saynète amoureuse est désignée comme un « roman », une sorte de fiction croquée sur le vif et qui n’est elle aussi que « passage »
2-Elargir : « Ma bohème » : même peinture de l’ivresse des sensations ponctuées de notations humoristiques pour peindre la vie de poème

« le Dormeur du val » sonnet à effet de surprise au sujet plus sérieux : guerre de 70 : image de la jeunesse brisée par la guerre

Les Illuminations : poésie plus hardie sur le plan de la forme ( poèmes en prose )

la fonction du poète « voleur de feu » ici clairement voleur d’instants qui cherche à imprimer au poème par le langage l’impression même de l’ivresse.

similaire:

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconPrésence d’Arthur Rimbaud dans l’œuvre de Jean-Michel Maulpoix
«Nous ne saurons jamais qui fut Arthur Rimbaud. Nous sommes devant lui comme le criminel ou l’être aimé; IL ne nous reste plus qu’à...

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconBibliografía Rimbaud
«Ville(s)» d´Illuminations”, Arthur Rimbaud Autour de «Villes» et de «Génie». (1980), 25-34

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconRimbaud : bibliographie sélective
«Arthur Rimbaud», Recherche de la base et du sommet, O. C., La Pléiade, Gallimard, p. 727-734

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconQuestions d’Arthur Rimbaud

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconLe dormeur du val Arthur Rimbaud

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconLe Dormeur du Val (Arthur Rimbaud)

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconSéquence 4 – Séance 1 : la n°1 : «Le Buffet» d’Arthur Rimbaud

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconLa 2 Arthur Rimbaud, poème Le bateau ivre (vers 1 à 60) (1871)

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconArthur Rimbaud Le Dormeur du Val poème daté d’octobre 1870, publié dans

Correction cc «Roman» d’Arthur Rimbaud. Quelques pistes… iconManuel de référence
«Sensation», «Ma bohème» et «Le dormeur du val», dans les Poésies d’Arthur Rimbaud





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com