Manuel de référence





télécharger 70.15 Kb.
titreManuel de référence
date de publication08.01.2017
taille70.15 Kb.
typeManuel
l.20-bal.com > histoire > Manuel

Séquence 6ème

La fable


( 15 + 2 = 17 heures )

OBJECTIF GÉNÉRAL : Lire la fable.
OBJECTIFS SECONDAIRES :

  • Déterminer les caractéristiques littéraires du genre (en partant des représentations des élèves).

  • Élaborer un dossier sur un auteur : Jean de La Fontaine.

  • Utiliser les dictionnaires de français moderne et du XVIIème siècle.

  • Comparer différentes réécritures.

  • Dire des fables.



LECTURE DE TEXTES :

  • in Fables de La Fontaine : "Le cochet, le chat et le souriceau", "Le Villageois et le Serpent", "Le Rat de ville et le Rat des champs", "La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf", "Le Loup et l'Agneau" et « La Cigale et la Fourmi »

  • « La Grenouille qui éclate et le Bœuf », in Fables de Phèdre

  • in La Poésie dans tous ses états de Jacques Charpentreau : "Le Bœuf qui veut se faire aussi petit que la Grenouille"

  • in Histoires pressées de Bernard Friot : "Les histoires se terminent toujours de la même façon"


Lecture cursive = Lecture personnelle, au choix :

  • Histoires comme ça de Rudyard Kipling

  • L’œil du loup de Daniel Pennac

  • Cabot-Caboche de Daniel Pennac

  • Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepulveda

  • Moi, un lemming d’Alan Arkin

  • Le Chat qui parlait malgré lui de Claude Roy

  • Jonathan Livingston le goéland de Richard Bach



LECTURE D'IMAGES FIXES : Bande dessinée de Cinouk : "Le rat de ville, et le rat des champs"


Manuel de référence : Français 5e – manuel unique – Fleurs d’encre, Hachette Education, nouveaux programmes 2009

COMPETENCES DU SOCLE COMMUN :
PILIER 1 :

LIRE :

  • Lire à voix haute, de façon expressive, une fable déjà connue.

  • Mémoriser une fable.

  • S’appuyer sur les différentes formes de reprises nominales pour comprendre la cohérence d’un texte.

  • Après lecture par l’élève d’un texte documentaire d’une ou deux pages, prélever les informations importantes.

  • A partir d’une consigne lue, effectuer la tâche, en respectant les exigences spécifiques au français.

ECRIRE :

  • Être capable d’améliorer sa production écrite spontanément et à partir des remarques du professeur.

DIRE :

  • Réciter une fable.


MAÎTRISE DE LA LANGUE :

Les niveaux de langue

3ème réseau de mots : Les attitudes et mouvements du corps
PILIER 5 : LA CULTURE HUMANISTE

  • Connaître des œuvres littéraires majeures du patrimoine français.


Pour la séance 1 :

  • Apporter un livre de Fables de La Fontaine, si possible.

  • Faire des recherches sur la vie de cet auteur et rédiger une petite présentation.

  • Rechercher les différents sens de mot "fable" et des mots de la même famille.


Présentation du chapitre et de ses objectifs.
SÉANCE 1 : ÉLABORER DES HYPOTHESES DE LECTURE

Supports :

  • Recueils apportés

  • Recherches effectuées


A l'oral et au tableau, différentes représentations de chacun sur les fables.

Découverte des différents recueils apportés à travers la lecture du sommaire : Cela correspond-il aux représentations notées ?

Vérification et mise en commun des recherches.

Distribution des fables qui seront étudiées et de la grille d’évaluation orale.
Pour l’évaluation : Apprendre par cœur une fable de son choix et s'entraîner à mettre le ton, notamment pour distinguer le narrateur et les personnages.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 2 : ÉLABORER UN DOSSIER SUR UN AUTEUR : JEAN DE LA FONTAINE

Supports : Documents du C.D.I.
Au C.D.I., en demie classe et en binômes : Fiches de recherches.
Pour la séance 9(2) : Rendre un dossier par binôme, bien présenté.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 3 : COMPARER DEUX GENRES LITTÉRAIRES DIFFÉRENTS MAIS VOISINS : LE CONTE ET LA FABLE

Supports :

  • « Le Chat et le Renard », in Fables de Jean de La Fontaine

  • Le Renard et le Chat des Frères Grimm


Distribution et lecture silencieuse des deux textes.

Au brouillon, noter dans un tableau les ressemblances et les différences entre les deux textes. A quel genre appartiennent ces deux textes ? [15 min]




Texte 1

Texte 2


Narration

Récit au passé avec un schéma narratif 

Présentation

Vers et rimes

Majuscules en début de vers

Prose

Majuscules uniquement en début de phrases

Niveau de langage

Soutenu

Morale

A la fin du texte (éventuellement au fil du texte)

Paroles de personnages

Présence de dialogues dans le récit

Longueur

Texte court et aéré

Texte plus long et condensé

Personnages

Animaux pour personnages

Personnages merveilleux : rois, princesses, fées, ogres…

Thème

Opposition de deux personnages

Quête d’un héros qui doit surmonter des obstacles.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 4 : ABORDER LA VERSIFICATION

Supports : "Le cochet, le chat et le souriceau" et "Le Villageois et le Serpent"
Partir de la notion de syllabes pour instaurer les règles de base du compte des syllabes dans un vers, nommer les principaux vers et les principales strophes.

Partir de la notion de rime et leur attribuer des lettres pour étudier les dispositions de base des rimes.

Leçon : La Fontaine a écrit ses fables en vers.

  • Il commence par une majuscule mais ne se termine pas forcément par un point. Une phrase peut s’étendre sur plusieurs vers. (ex :

  • Les vers peuvent être de longueurs différentes. On appelle :

  • alexandrin un vers qui contient 12 syllabes ;

  • décasyllabe un vers qui contient 10 syllabes ;

  • octosyllabe un vers qui contient 8 syllabes.

Un ensemble de vers, espacé des autres par un saut de ligne, est appelé strophe (et pas paragraphe, terme associé à un texte en prose).

Comme en poésie, les vers peuvent rimer entre eux. La rime, c’est la répétition d’un ou plusieurs sons identiques à la fin de plusieurs vers. Elles peuvent être disposées de différentes façons sur une strophe :

A
A Rimes plates
B ou suivies
B

A

B Rimes croisées

A ou alternées

B

A

B Rimes embrassées

B

A



Remarque : Toutes les fables ne sont pas écrites en vers. Certaines, comme celles d’Ésope, sont écrites en prose. La prose, c’est le contraire des vers ; c’est-à-dire qu’on écrit jusqu’au bout des lignes, on ne met des majuscules qu’au début des phrases et il n’y a pas de rimes.
Pour la fois suivante : Apprendre la leçon.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Interrogation écrite de mémorisation : La versification.
Distribution des exercices d’application :

  1. Retrouver les vers du « Cochet… » [20 min].

Correction et lecture à voix haute.

  1. Retrouvez les rimes du « Villageois… » [10 min].

Correction et lecture à voix haute.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 5 : REPÉRER LES CARACTÉRISTIQUES DE LA FABLE

Supports : « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf » et « Le Villageois et le serpent »

1. La forme de la fable


A quel grand genre de textes la fable appartient-elle ? poésie (vers et rimes)

Versification.

2. La composition de la fable



a. Les deux parties qui composent la fable

La longue strophe constitue une histoire, la strophe courte comporte la moralité (généralement à la fin, quand elle est explicite)

b. Les personnages


« Un manant, le villageois, il, son bienfaiteur, son sauveur, son père

Un serpent, l’animal engourdi, la bête, l’insecte sautillant »

c. Le schéma narratif du récit


SI : Un paysan imprudent et bon

EP : Il trouve un serpent gelé

Pé : Il le réchauffe, mais le serpent l’attaque

Ré : Le paysan doit le tuer

SF : ?

d. La morale


Par quelle caractéristique morale les deux personnages se distinguent-ils ? L’un est charitable, l’autre est ingrat.

Quel rapport existe-t-il entre la morale et l’histoire ? L’histoire raconte un exemple concret dont on peut tirer une leçon morale.


Reformuler la morale en des termes plus modernes : La générosité est une bonne chose, mais on ne sait pas toujours qui la mérite. Les ingrats finissent toujours par être punis.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Distribution et lecture à voix haute de « La Grenouille ».

Expliquer le vocabulaire incompris.

Les Grenouilles sont-elles de véritables animaux ?

Encadrer le récit d’une couleur, la morale d’une autre.

Dans le récit, surligner ce que raconte le narrateur d’une couleur, ce que disent les personnages d’une autre.

Remplir le tableau suivant sur les paroles de chaque personnage [5 min] :

La Grenouille

Sa « sœur »

« Regardez bien ma sœur ;

Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?


Nenni.

M’y voici donc ?

Point du tout.

M’y voilà ?

Vous n’en approchez point. »

Que constatez-vous quant à la longueur des répliques ? Celles de la Grenouille diminuent au fur et à mesure qu’elle enfle, car elle n’a plus de souffle pour parler.
  La fable rapporte en prose ou en vers une histoire qui illustre une moralité.  

Le récit : La fable conte des aventures mettant en scène des animaux, des hommes, des éléments de la nature. Les personnages représentent des comportements humains, sociaux. Par exemple, le lion incarne la majesté, le pouvoir ; le renard, la ruse ; l’âne représente souvent la bêtise.

La moralité : La fable propose une moralité, au début, à la fin, parfois au milieu. Elle prend souvent la forme d’un proverbe, et est exprimée au présent de vérité générale. Parfois elle n’est pas exprimée, mais on peut la déduire (comme dans La Cigale et la Fourmi, de Jean de La Fontaine).

Elle présente :

  • des règles de conduite, qu’il faut respecter pour bien vivre avec les autres,

  • des conseils aux jeunes,

  • la constatation d’une réalité décevante : des comportements humains injustes ou injustifiés.


Pour la séance 7 : Apprendre les caractéristiques de la fable.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 6 : DISTINGUER RÉCIT ET DISCOURS

Supports : dans les Fables de Jean de La Fontaine :

  • « Le Chêne et le Roseau » (p.150 de Fenêtres ouvertes, Bordas)

  • « Le Rat des villes et le Rat des champs »


Distribution, lectures silencieuse et à voix haute du « Rat… ».

Résumé oral de l'histoire, puis de la fable.

Distribution de la planche de bande dessinée vide à remplir avec le texte original et intégral de La Fontaine [30 min].

Correction.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Interrogation orale de mémorisation de quelques élèves : Les caractéristiques de la fable.
SEANCE 7 : ECRIRE UNE MORALITE
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SEANCE 8 : RÉÉCRIRE

Supports :

  • « La Grenouille qui éclate et le Bœuf », in Fables de Phèdre

  • « Le Bœuf qui veut se faire aussi petit que la Grenouille », in La Poésie dans tous ses états de Jacques Charpentreau

  • « Le Loup et l’Agneau », in Fables de Jean de La Fontaine

  • « Les histoires se terminent toujours de la même façon », in Histoires pressées de Bernard Friot


Distribution et lecture à voix haute de « La Grenouille qui éclate et le bœuf » et du « Bœuf… ».

Tableau comparatif de la fable de La Fontaine, de sa source latine et de sa réécriture : forme, personnages, temps, lieu, description de la grenouille, mobiles, morale [20 min].

Correction et interprétation des observations : effets des apports/modifications de La Fontaine, puis de Charpentreau.
Distribution de l’exercice d’écriture, explication et préparation de la copie.
Pour la séance 8 : Exercice d'écriture à rendre.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le professeur lit à voix haute "Les histoires se terminent toujours de la même façon".

A quoi ce texte fait-il référence ?

Distribution et lecture à voix haute du « Loup… ».

Ensemble, à l'oral, schéma narratif à établir pour les deux textes : Quel problème cela pose-t-il pour la fable ? Pourquoi ?

Comparaison : Colonnes à remplir au crayon gris, directement sur le classeur : Ce qui se maintient ; ce qui change.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Les niveaux de langue (1 heure)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Distribution et lecture silencieuse des sept versions différentes de « La Cigale et la Fourmi », que l’on a pris soin de mélanger du point de vue des dates d’apparition, et desquelles on a ôté les références.

Quel est le point commun de ces textes ?

En binômes, classer l’ensemble de ces fables de la plus ancienne à la plus récente [10 min].

Distribution des références mélangées à découper et à faire correspondre [10 min].

Correction.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ramasser les réécritures.
SÉANCE 9 : DECOUVRIR UNE AUTRE FONCTION DE LA REECRITURE

Supports : « La cigale, le tabac et la fourmi », Ligue nationale contre le cancer (p.160-161 de Fenêtres ouvertes, Bordas) :

  • La réécriture

  • La planche de bande dessinée qui l’illustre


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
3ème réseau de mots : Les attitudes et mouvements du corps (1 heure)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SÉANCE 10 : ANALYSER LA DIMENSION ARGUMENTATIVE D’UNE FABLE

Support :  « Le Loup et l’agneau », in Fables de Jean de La Fontaine


  1. Deux fables




  1. Quels sont les points communs ?

- Les personnages : un loup et un agneau ;

- L’histoire : un loup cherche des prétextes pour manger un agneau, lequel essaie en vain de le persuader d’y renoncer ;

- La présence d’une moralité.


  1. Quelles sont les différences ?

- Les auteurs : antiquité, XVIIème siècle ;

- La moralité n’est pas placée au même endroit ;

- L’une est en prose, l’autre est en vers.


  1. Laquelle vous semble la plus agréable à lire ? Pourquoi ?




  1. Comment expliquer de telles ressemblances ?


La Fontaine s’est souvent inspiré de fabulistes qui l’ont précédé (Esope au VIIè siècle av JC et Phèdre au Ier siècle ap JC). Il a conservé l’histoire, mais a complètement réécrit le texte, en vers et avec son propre style.





  1. Un dialogue argumentatif




  1. Comment le Loup s’adresse-t-il à l’Agneau ? Et inversement ?

Le Loup tutoie l’Agneau : il le méprise, le juge inférieur.

L’Agneau s’exprime très respectueusement pour s’attirer les bonnes grâces du loup et calmer sa colère :

  • Emploi de la troisième personne « Mais plutôt qu’elle considère… » ;

  • Termes valorisants : « Sire », « Votre Majesté ».




  1. Dans la fable de La Fontaine, relevez les arguments du loup et de l’agneau en complétant le tableau.

Accusations du loup

Justifications de l’agneau

Idée générale, argumentation :

Je dois te manger

Contre-argumentation :

Vous n’avez pas de raison de me manger

Tu troubles mon breuvage

Tu as dit du mal de moi l’année dernière

Alors c’est ton frère qui a médit de moi

Quel que soit le responsable, je dois me venger


Impossible : je bois en aval de vous

Impossible : je n’étais pas né
Impossible : je n’en ai pas

X



Que constate-t-on à la lecture de ce tableau ?

On constate la mauvaise foi du loup, qui cherche manifestement n’importe quel prétexte pour justifier une décision prise par avance. En revanche, l’agneau réfute impeccablement.


  1. Relevez les substituts nominaux de « un loup ». Qu’observez-vous ?

« cet animal plein de rage », « bête cruelle » : La Fontaine utilise un vocabulaire péjoratif ; il veut faire remarquer que le loup a le mauvais rôle et que l’agneau est une victime. Il cherche à influencer son lecteur pour qu’il prenne parti en faveur du plus faible.


  1. Reformulez la leçon donnée par chaque fable. Laquelle est la plus frappante ?

- Esope : Il est inutile de se défendre face à quelqu’un qui vous veut du mal.

- La Fontaine : C’est toujours le plus fort qui a le dernier mot.

La moralité ésopique constate, avec un certain fatalisme. La moralité de La Fontaine souligne au contraire un paradoxe révoltant.


Dans ses fables, La Fontaine manifeste souvent son opinion : il crée ainsi une complicité avec le lecteur et l’incite à prendre parti, à avoir une opinion.


Pour la séance suivante : Cherchez des synonymes et des antonymes de : châtier, la témérité, une onde, médire. Quel problème rencontrez-vous ?
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mise en commun de la recherche de vocabulaire.
Ramassage des dossiers sur La Fontaine.
Remise des réécritures, lectures à voix haute des volontaires et affichage des meilleures.
Sommaire du chapitre.

ÉVALUATION ORALE DE FIN DE CHAPITRE
Passage des groupes avec notation par le reste de la classe, selon les critères identifiés.

2625.doc

similaire:

Manuel de référence iconManuel de référence

Manuel de référence iconManuel de référence
«Sensation», «Ma bohème» et «Le dormeur du val», dans les Poésies d’Arthur Rimbaud

Manuel de référence iconManuel de référence
«Les tribus du groupe nominal», dans La grammaire est une chanson douce d’Erik Orsenna

Manuel de référence iconManuel scolaire de référence : Florence Randanne (dir), 2011, Français...

Manuel de référence iconManuel scolaire de référence : Florence Randanne (dir), 2011, Français...

Manuel de référence iconManuel de référence
...

Manuel de référence iconManuel de référence
«bible» vient du grec biblia (= «les livres»). Plus qu’un livre, la Bible est donc un ensemble de livres, une bibliothèque

Manuel de référence iconLittérature 1 ère, des textes aux séquences, sous la dir d’Hélène...
«repères» : «Encyclopédie» (manuel p. 414), «l’Esprit des Lumières» (manuel p. 434) et «Honnête homme» (manuel, p. 394)

Manuel de référence iconLes deux citations sont proposées sans indication de référence par...
«Il se pourrait que la vérité fût triste» (Renan) et «Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois» (Rostand)*. Sous...

Manuel de référence icon[paru en 2008 dans Actes de Savoirs, 5 (revue de l’iuf, Paris : puf)...
«unité complète qui porte à la fois sens et référence : sens parce qu’elle est informée de signification et référence parce qu’elle...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com