Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.»





télécharger 0.63 Mb.
titreRésumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.»
page1/16
date de publication07.01.2017
taille0.63 Mb.
typeRésumé
l.20-bal.com > histoire > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
‘’Les fleurs bleues’’

(1965)
roman de Raymond QUENEAU
(270 pages)
pour lequel on trouve un résumé
puis successivement l’examen de :
l’intérêt de l’action (page 7)
l’intérêt littéraire (page 13)
l’intérêt documentaire (page 41)
l’intérêt psychologique (page 51)
l’intérêt philosophique (page 63)
la destinée de l’œuvre (page 65)

Bonne lecture !

Résumé
Chapitre I
«Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» Il se parle à lui-même, et parle aussi à son «percheron favori», Sthène, qui lui répond. Il veut qu’il l’emmène loin de la boue qui est faite de «fleurs bleues». Vêtu de son armure, il fait abaisser le pont-levis pour quitter son château féodal, aller vers la «ville capitale» y présenter son «feudal hommage au saint roi Louis neuvième du nom», en compagnie de son page, Mouscaillot qui, lui, est monté sur un autre cheval, Stéphane. Mais le duc s’endort, et surgit...

Cidrolin, qui habite «une péniche amarrée à demeure» près de Paris, appelée «l’Arche». Venant de se réveiller, il se parle aussi à lui-même ; il a fait un rêve où il était sur un cheval, et cherche une explication. Sa fille, Lamélie, lui sert un repas «pas fameux», et il s’exclame : «Encore un de foutu». Puis il s’endort...

Et on revient au duc d’Auge qui se trouve près des murailles de «la ville capitale» où il vient voir «les travaux à l’église Notre-Dame». Il a rêvé qu’il a fait un mauvais repas, mais mange superbement. On apprend qu’il habite Larche près du pont.

La péniche étant amarrée près d’un «camp de campigne pour campeurs», Cidrolin est réveillé par «deux nomades», qui s’adressent à lui dans un mélange de mots de langues étrangères. Il leur offre de «l’essence de fenouil», sa boisson favorite. À peine sont-ils partis, qu’il ne se souvient plus d’eux, et s’endort à nouveau.
Chapitre II
On apprend que le duc avait une femme qui est morte et lui a laissé des triplées. À Paris, il se trouve auprès du «saint roi» Louis IX qui veut mener une huitième croisade, et se rendre à Carthage. Mais le duc s’y refuse ; aussi «manants, artisans et borgeois» lui lancent-ils des tomates pourries et une pluie d’insultes. Dégainant son «braquemart», il «en occit quelques dizaines». Puis il prend un bain et s’y endort.

Cidrolin s’intéresse aux travaux de construction d’un immeuble effectués en face de chez lui, vérifie que sa clotûre n’est souillée d’aucun graffiti, et constate que son repas est, une fois de plus, «foutu». Il n’arrive pas à suivre une conversation normale avec un passant.

À l’auberge, le duc se voit offrir du «bortch», demande une «liqueur ecphratique, de l’essence de fenouil par exemple». Comme un palefrenier est venu dire que le cheval du duc parle, il lui faut fuir l’auberge à la porte de laquelle une foule s’en prend à lui à cause de son refus d’aller à la croisade : «dégainant son braquemart pour la seconde fois», il «occit deux cent seize personnes, hommes, femmes, enfants et autres ».
Chapitre III
Cidrolin est réveillé par une acerbe et harmonieusement musclée campeuse canadienne à laquelle il indique le chemin du camping proche de sa péniche, tout en la questionnant sans mettre «d’ire au quoi». Puis il se rendort.

Le duc écoute la messe, puis s’entretient, à coups de «gnons», avec l’abbé Onésiphore Biroton, des rêves, du langage des animaux et de «l’histoire universelle en général». Le duc rêve souvent qu’il est sur une péniche et qu’il fait une sieste, qu’il voit des «houatures», ce qui fait que, pour en parler, il «néologise».

Cidrolin, qui, avec d’autres badauds, observe la variété des campeurs peuplant le camping, se fait traiter d’«emmerdeur», et constate que «sur la clôture et le portillon [qui donne accès à sa passerelle] des inscriptions injurieuses avaient été barbouillées».

Chapitre IV
À la terrasse d’un café, Lamélie et un «ératépiste» se consacrent à la «languistique», «font la ventouse». Puis, revenue sur la péniche, elle retrouve Cidrolin qui rapporte les éloges qu’on lui a faits de sa péniche, tandis qu’elle ne pense qu’à son «ératépiste» et qu’elle reproche à son père d’abuser de «l’essence de fenouil».

Le duc ayant «occis quelques bourgeois qui l’embrenaient», arrivent des «compagnies royales de sécurité» (des «céhéresses»), et un héraut lui signifie le montant de l’amende qu’il a à payer au roi, et le condamne à réciter des prières, à moins «qu’il se joigne au saint roi pour aller découdre du Sarrasin à la croisade prochaine», ce à quoi il se refuse, se préparant alors au combat.
Chapitre V
Cidrolin et Lamélie reçoivent ses autres filles, Sigismonde et Bertrande, et leurs maris, Lucet et Yoland. Ils boivent de «l’essence de fenouil». L’un d’eux s’étonne que Cidrolin n’ait pas la «tévé» car «les actualités d’aujourd’hui, c’est l’histoire de demain». Mais la discussion tourne en rond, et, comme l’un des gendres fait allusion au «milieu» où Cidrolin vient de vivre, celui-ci, prétextant vouloir faire sa sieste, leur fait comprendre qu’ils doivent partir.

Le duc se réveille et constate l’absence de l’abbé Biroton, qui est sans doute au concile de Bâle. Déçu par «la situation historique», il confie à son «queux» sa volonté d’obtenir de «Charles septième du nom» la libération du «noble seigneur Gilles de Rais» avec lequel il a «pourfendu tant de Godons sous le commandement de Jehanne la Pucelle». Il se rend à Paris, monté sur Sthène, qui récite un rondeau de Charles d’Orléans, tandis que Mouscaillot est sur Stèphe.
Chapitre VI
À Paris, le duc apprend du vicomte de Péchiney que le roi se trouve «sur les bords de la Loire», ce qu’il trouve «mal séant».

Cidrolin semble continuer le dialogue du duc, mais parle à un passant. Il reçoit la visite du «ératépiste» qui veut épouser Lamélie, et qui, répugnant à habiter un «achélème», voudrait s’établir avec elle dans la péniche. Mais Cidrolin s’y refuse et annonce qu’il ne donnera rien à Lamélie, d’autant plus qu’il lui faudra la remplacer par une autre femme qui prenne soin de lui. Après son départ, sur la clôture, avec de la peinture, il cache une lettre «A» puis une lettre «S».

Par l’entremise du vicomte, le duc entre dans une conjuration contre Charles VII avec d’autres seigneurs et même le dauphin, qui veulent défendre les droits des gens «bien nés» et délivrer Gilles de Rais.
Chapitre VII
Pour se défendre contre «les compagnies royales de sécurité», le duc a acquis des canons dont il fait l’essai sur l’abbé Biroton et le diacre Riphinte, les effrayant fort. Ils annoncent l’échec de la conjuration, le duc «restant seul en face du roi de France, en état de rébellion ouverte». Mais il est heureux, car il a trouvé pour ses trois filles, Phélise, Pigranelle et Bélusine, les gendres «les plus cloches parmi les cloches» : le sire de Ciry, le comte de Torves et le vidame de Malplaquet. Comme il a tiré l’oreille de l’abbé Biroton, celui-ci, indigné, lui brûle la main, le menace d’excommunication, exige et obtient qu’il lui demande pardon.

Cidrolin, après s’être assuré que «clôture et portillon sont vierges de tout graffite», prend l’autobus «qui le mène vers le centre de la ville capitale». Il y entre au «bar Biture» dont le patron a une casquette minutieusement décrite. Cidrolin regarde le reflet d’un tableau : ‘’L’Hercule mourant’’ de Samuel-Finlay-Breese Morse, et il ne manque pas de prendre de «l’essence de fenouil». «C’est alors qu’entre Albert»...

Chapitre VIII
avec lequel Cidrolin converse, ce qui nous apprend qu’il a fait de la prison. Il lui dit être inquiet des «inscriptions sur la clôture». Surtout, il demande à celui qui semble bien être un proxénète de lui trouver «une jeune personne ni trop moche ni trop conne» qui tiendra la péniche «en son état coquet».

Le duc d’Auge, à la chasse, fait tirer au canon sur un mammouth qui met en déroute ceux qui l’accompagnent. Aussi, considérant «un tantinet soit peu la situation historique», il préfère «reprendre le chemin qu’il avait suivi», mais se perd dans la forêt. Il arrive dans une chaumière où ne se trouve qu’«une pucelle d’une insigne saleté mais d’une esthétique impeccable», qui lui chante “Dansons la Carmagnole”. Comme il menace de faire pendre son père, qui est un de ses bûcherons, elle jette dans le feu la poivrade qu’elle avait préparée. Il songe un instant à manger la jeune fille, mais elle lui propose de jouer, avec pour enjeu «la vie de papa» : «Ils jouèrent jusqu’à l’aube».
Chapitre IX
Cidrolin, qui, «depuis qu’il avait passé dix-huit mois en prison», ne va plus dans des «restaurants gastronomiques», s’apprête tout de même à entrer dans «un de-luxe» où on ne veut pas le servir parce qu’il n’a pas réservé. Mais il y voit entrer «ses filles et ses gendres», deux de ceux-ci l’invitant à «faire la noce avec eux», ce qu’il refuse. Dans sa péniche, où «la clotûre a encore été souillée par des graffiti infamants» qu’il recouvre, il se contente d’une boîte de thon.

Ses trois gendres arrivant chez le duc constatent qu’il est meublé en «pur style Louis le treizième», qu’il dispose de cette nouveauté que sont les fourchettes. Le duc est en compagnie de Biroton qui est devenu évêque in partibus de Sarcellopolis. On compare le duc à Don Quichotte. Il annonce qu’il se remarie avec Russule Péquet, la fille du bûcheron.

Cidrolin revient au «de-luxe» en donnant pour nom «Dicornil». Le maître d’hôtel lui demande «un permis de la Sécurité Sociale» pour «un repas de plus de trois mille calories».
Chapitre X

Le duc, se rendant dans «la ville capitale» pour représenter la noblesse de sa province aux États généraux convoqués par Marie de Médicis, «bavardait avec le vicomte d’Empoigne», l’ancien page Mouscaillot, qu’il pense être amoureux de la duchesse.

Cidrolin poursuit avec le maître d’hôtel du restaurant une discussion pour savoir si on doit dire «jeter le manche avant ou après la cognée». Le maître d’hôtel lui avoue que «le permis gastronomique» était une plaisanterie de sa part, et qu’il l’avait faite aux «trimelles» et à leurs compagnons. Cidrolin, sortant du restaurant très satisfait du repas, s’exclame «un de réussi». Après avoir pris de «l’essence de fenouil», il s’endort, pour entendre un cheval lui adresser la parole.

C’est Sthène qui s’entretient avec le duc. Il aimerait que celui-ci ait sa statue équestre pour y être représenté aussi. Ils arrivent près de l’aqueduc nouvellement construit par Salomon de Brosse qu’ils visitent sous la conduite d’un guide à la «voix déconnante» qui souligne l’oeuvre architecturale voulue par la reine. Le duc, en quête d’un endroit discret où faire ses besoins, se fait «décrasser» par une averse. Voulant s’abriter, il tombe chez Timoleo Timolei, «le seul alchimiste du monde chrétien à connaître la recette de l’or potable» au moment même où il allait en découvrir le secret. Mais il se vante de maints autres prodiges, et le duc l’invite à s’installer dans son «châtiau».
Chapitre XI
Cidrolin, victime d’une indigestion à la suite de son repas dans le «de-luxe», ne peut dormir, a envie de vomir, fait un petit «floc» dans la Seine, détache son canot, et rame dans la nuit. Après une conversation avec un passant au sujet d’un autre, à l’allure de clergyman et qui s’exclame : «Pour la plus grande gloire de Dieu», il voit venir chez lui «l’envoi d’Albert», une jeune fille dont il s’assure qu’elle est majeure, et qui regrette aussitôt qu’il n’ait pas la «tévé», mais est prête à lui préparer son petit déjeuner.

Russule, qui a consulté un astrologue, annonce au duc qu’il aura un héritier. Parce qu’il lui préfère son alchimiste et, surtout, parce qu’il le soupçonne de lui avoir menti, d’avoir peut-être même provoqué ce qu’il prédit, le duc s’en prend violemment à l’astrologue, au point que Biroton s’apprête à lui administrer l’extrême-onction. Il se débarrasse de l’astrologue, mais conserve son alchimiste en dépit de Biroton et de Riphinte qui voient en lui un hérétique.
Chapitre XII
À Lalix, la nouvelle femme qui s’occupe de lui, Cidrolin veut raconter son rêve, mais elle trouve que cela ne se fait pas ; il pense que c’est à cause de la psychanalyse et que, s’il écrivait ce rêve, cela ferait un roman. Il demande à Lalix de faire le récit de sa vie : elle commence par dire qu’elle est la fille d’un bûcheron. Mais Cidrolin s’endort.

Au duc qui se promène, son cheval rappelle la promesse de la statue, lui signifie qu’il ne croit ni aux horoscopes ni à la pierre philosophale, lui reproche de s’adonner à l’alchimie. Ils croisent dans la forêt le bûcheron qui est le père de Russule.

Cidrolin, qui s’était endormi, n’a pas entendu l’histoire de Lalix. Elle lui indique que des «inscriptions désagréables» ont été barbouillées sur la clôture, et il s’emploie à les badigeonner sans même les regarder. Puis il répond à des «nomades» qui commencent à «migrer», et converse avec un passant, toujours sur le mode agressif.
Chapitre XIII
Des notables du village saluent le duc avant d’aller élire leurs «délégués aux États généraux» ; ils ont commencé à rédiger leur «cahier de doléances». Le duc, qui décline leur invitation de se joindre à eux, réprimande son nouveau page, le jeune frère de Mouscaillot, Pouscaillou, qui crie : «Vive le roi ! ». On est en effet en «l’an mil sept cent quatre-vingt-neuf de notre ère bien chrétienne», «à la veille d’une révolution». Le duc se recueille sur la tombe de l’alchimiste qui lui concocta une recette d’«essence de fenouil». Pouscaillou est épouvanté par les chevaux qui parlent. Devant Monseigneur Biroton et l’abbé Riphinte, le duc conteste «les saintes écritures» qui, pour lui, se contredisent, et il affirme que «le monde existait depuis des milliers et des milliers d’années avant Adam». Il s’oppose à ce sujet aussi avec la duchesse et avec son gendre, le vicomte d’Empoigne, qu’il tue. Aussi préfère-t-il «s’en aller promener, peut-être même à l’étranger», pour aller avec Pouscaillou «chercher des preuves» de l’existence des «préadamites». Le soir, à l’auberge, il lutine la servante, voulant mêler «anatomie et gastronomie», et un postillon est effrayé par un cheval qui a crié : «Vive les préadamites !»
Chapitre XIV
Le duc ajoute que ce cheval «sait même lire» et qu’«il est en train de lire le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, qu’il apprécie beaucoup». Ils arrivent à Saint-Genouillat-les-Trous.

Cidrolin et Lalix ont vu un film qui, pour lui, en est un de cape et d’épée, pour elle un «ouesterne», alors qu’il s’agissait de ‘’Spartacus et Frankenstein contre Hercule et Dracula’’. Comme ils conversent, car il est devenu beaucoup plus aimable, elle lui révèle quelle a été sa vie, regrette que l’Arche soit immobile, s’étonne qu’il ne cherche pas à corriger l’auteur des inscriptions. Il se défend d’être un assassin, même s’il a fait «
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

similaire:

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconPourquoi le métro ne fonctionne-t-il pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconLà, déjà, rien qu’en écrivant le titre, je viens de m’aliéner soixante...
«La nature maintient les rouages de l’équilibre du monde par la faim et par l’amour»

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconF rançois René Duchâble
«Vingt-quatre Etudes» de Chopin, les «Douze Etudes Transcendantes» de Liszt, les Sonates de Beethoven, les concertos de Ravel, sans...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconNote d’intention : page 21
«Le cinéma, dit Godard, c’est la vérité vingt-quatre fois par seconde. Le cinéma, je le dis, c’est le mensonge, vingt-cinq fois par...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconRecherche du temps libre Tome 2
«juvénilité» décroît quand on s’élève dans l’échelle des catégories socio-professionnelles : en 1975, à peine un employé sur cinq...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconRésumé Première partie
«Chronique» et des «Échos». IL tente de séduire Madeleine Forestier puis Virginie de Walter, la femme de son patron que Madeleine,...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconPremier discours contre le duc de Würtemberg
«Philippiques» écrites entre 1515 et 1519 pour venger l’honneur de son cousin Hans von Hutten, tué par son suzerain, le duc de Würtemberg,...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconVoix féminines et Carpe diem
«La belle cordière» en raison de la profession de marchand de corde de son père puis de son mari, est une figure poétique marquante...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconDans une chanson hommage à Ferré et dont l’inspiration est si proche...
«là-bas sur la grève / les mains qui lèvent le cœur ailleurs», et le remercie pour avoir reçu «un peu de (son) feu pour y voir /...

Résumé Chapitre I «Le vingt-cinq septembre douze cent soixante-quatre, au petit jour, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique.» iconPoème de Charles baudelaire
«le bienfait et le crime». IL apparaît quelque peu étonnant qu’ensuite IL puisse, d’une façon quelque peu didactique, la «comparer...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com