Moment poetique / printemps des poetes





télécharger 11.67 Kb.
titreMoment poetique / printemps des poetes
date de publication06.08.2019
taille11.67 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos
MOMENT POETIQUE / PRINTEMPS DES POETES

Théâtre d’Aurillac à partir de 20h45 mardi 14 mars
Afrique(s) est le thème du Printemps des poètes 2017.

Les comédiennes Thérèse Canet et Isabelle Peuchlestrade porteront les écritures et les voix des poètes des Afriques.

Les Moments Poétiques accueilleront Marc-Henri Arfeux, Albertine Benedetto, Pauline Catherinot, Raphaël Monticelli.

Ces 4 poètes, 4 écritures, 4 voix, 4 univers révèlent la diversité de la poésie et donc affirment la vivacité des poésies contemporaines en dialogue avec celles des poésies africaines francophones.
Marc-Henri Arfeux est non seulement poète - et c’est à ce titre qu’il est invité aujourd’hui - mais encore il a la particularité d’être en même temps romancier, nouvelliste, essayiste, peintre, photographe et musicien. C’est dire combien les correspondances entre les arts prennent ici toute leur subtilité ; combien les expressions créatrices sont intimement vécues et liées. Elles ont en commun un espace fondé sur le silence. Mais, chez lui, le silence n’est pas réduit à l’absence de bruit, ou de couleur, de même qu’il n’est pas ce qui sépare les mots.

Le silence n’est ni un retrait, ni une absence. Il est ce qui nourrit sa création. Ainsi  Patience de l’horizon  révèle le socle sur lequel le poète déploie son expression poétique. Il dévoile ici par la référence à la patience que l’attente du surgissement du poème ne peut être que sereine. Qu’il écrive en prose ou en vers le silence est signe de sérénité. Dès lors se dessine sa démarche : du silence à la patience, de la patience à l’harmonie, de l’harmonie à la sérénité. Et l’on pressent que la beauté n’est pas loin : « Tu veux la foudre entière,/La nuit fendue d'azur, le signe de l'abeille/Jusque  au plus noir de ton vertige,/Louve amoureuse et ravageuse,/Portant l'épée de ton silence,/Pure insoumise,/Mangeant la neige à pleines fougères/Dans un ravin d'étoiles. »(Chemin de louve dans Patience de l’horizon, Souffles éditions)

Nombre des livres d’artiste qu’il réalise avec l’éditeur artiste Robert Lobet aux éditions de la Margeride témoignent de l’unité de son œuvre : prendre appui sur le silence pour rechercher la beauté poétique.
Albertine Benedetto écrit pour ne pas oublier, pour que nul n’oublie . En cela elle relie une mémoire propre, intime dont l’enfance est le creuset et une mémoire collective, publique où s’insère précisément la mémoire personnelle. Cela dans une langue où leur imbrication est si bien agencée qu’elles se confondent et se distinguent à la fois. Aussi bien dans ses poèmes en vers ou en prose elle mêle la petite histoire, celle des gestes du quotidien dont chacun porte en soi les souvenirs et la dite grande Histoire. En témoignent les poèmes traversés par l’horreur de la Grande Guerre où le passé émerge dans le présent, où métaphoriquement le présent est chargé du passé. Le passé donne sens au présent, comme en témoignent selon ses poèmes les relations entre la tragédie de 14-18 à celle par exemple de Gaza.

De même, elle porte au présent un passé intemporel tel le mythe d’Eurydice et Orphée. Elle le rend actuel parce que l’enjeu est bien le désir qui ne cesse d’allumer le cœur des êtres. Ainsi apparaît chez la poète un mouvement fondé sur la résurgence du passé dans le présent, qui en appelle à la permanence du désir et à la fois à son caractère éphémère, mouvement irrigué par la sensualité de sa poésie :  « Maintenant il connaît le poids/de l'ombre de la chair/il est écrasé par ce corps absenté/son fantôme impalpable//toute autre est  inconnue/même si son pas le ramène/à Eurydice ou son sourire/plus faux d'être celui d'une autre//toute femme le terrifie/d'être ce poids/entre ses bras//quand Eurydice est si légère/dans sa robe fine/transparente sous la pluie » (Eurydice maintenant nue, Chiendents)

Albertine Benedetto est poète du désir à la fois mémoriel et sensuel.
Chez Pauline Catherinot la poésie est va-et-vient constant entre l’écrit et l’oralité. Elle prend le langage à bras le corps, au plus creux de son être pour en expulser la parole. Le souffle devient l’expression du rythme de sa langue poétique. Elle décompose les mots, elle les juxtapose, elle les répète à satiété. Mais il ne s’agit pas d’une ivresse qui s’emparerait d’elle, bien au contraire, la maîtrise de l’écriture et de sa diction est toujours sensée et cohérente.

Sa démarche consiste dans l’exploration de l’autre côté du miroir du langage. Précisément l’autre côté de la poésie. Elle met en avant ce qui est souvent en retrait comme si sous le poème lisible et dicible se cachait le poème illisible et indicible. En quelque sorte elle rend visibles les fondations du langage. Elle rend poétique le non-poétique. Elle fait surgir le texte palimpseste enfoui sous les strates de la langue. Et quand ce texte semble évanoui ou perdu alors elle arrache au néant, au non-sens une langue imaginaire : le Danolasch dont elle précise « Cette langue imaginaire  se construit autour de trois principes : le sens, la forme et la couleur (celle-ci détermine une émotion, elle la renforce). Certains mots sont faits pour être lus, d’autres pour être dits. »

« Ma mimine. Ma sauterelle. Mon petit furet. Ma loutre. Mon loulou. Mon gros chat. Mon canard. Mon poussin. Ma princesse. Vous ne savez plus où donner de la tête. Depuis qu’il est entré dans votre vie. Vous aviez juré que jamais au grand jamais un animal passerait le seuil de VOTRE PORTE. Parce que ça pue, que ça perd ses poils, et puis parce que !!! » (No Wonderland, éd. PLAINE Page)
L’écriture chez Raphaël Monticelli est un ensemble qui foisonne de tout ce qui relève des activités créatrices. Il est poètemais aussi plasticien et critique d’art.

Proses et vers composent ses textes et poèmes et se répartissent en plusieurs domaines : les Bribes, et les écrits sur l’art. Ses Bribes écrites majoritairement en proses sont aérées par des poèmes en vers. Par ailleurs Mer intérieure rassemble ses poèmes en vers. Les Bribes ne sont pas des fragments ou des aphorismes, elles brassent les mythes et les affaires du Monde d’hier à aujourd’hui. Un hier mythologique et historique. A travers les figures imaginaires tels Josué ou Ulysse et les figures réelles tels François d’Assise, son grand-père ou sa mère, il construit poétiquement le continuum de l’humanité, le flot des humains depuis les temps immémoriaux jusqu’au temps présent. Son propos est d’exalter la femme et l’homme dans leurs conditions d’existence à travers les paroles qu’il prête notamment à l’enfant, à l’ancêtre, à la femme, à l’esclave. Il y a chez lui le désir de rendre visibles et audibles les laissés pour compte, ceux qui subissent les contextes matériels, économiques, culturels, historiques. Le poète est ainsi engagé dans une vision matérialiste du monde qui donne à cette vision la nécessité de la dimension créatrice et donc poétique.

« Au fond de tous les bruits du monde il y a/non les couvrant mais leur donnant cette tension/cette/insupportable tension/leur coloration leur tremblement leur déchirement/ce bourdonnement sourd qui jamais ne cesse/la rumeur continue de toutes les douleurs du monde » (Mer intérieure, éd. La Passe du vent)

similaire:

Moment poetique / printemps des poetes iconObjet d’étude : écriture poétique et quête de sens
«Ronde des poètes», classe à pac avec Pascale Petit, Printemps des poètes («Enfance»)

Moment poetique / printemps des poetes iconPrintemps des poètes 2016 18ème Printemps des Poètes du 5 au 20 mars

Moment poetique / printemps des poetes iconA vos plumes! Vos crayons! Vos tablettes! Préparez l’envolée poétique...

Moment poetique / printemps des poetes iconCours / printemps des poetes 2015 realiser une anthologie poetique
«Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré» Paul Eluard

Moment poetique / printemps des poetes iconPrintemps des poetes

Moment poetique / printemps des poetes iconPrintemps des Poètes 2001

Moment poetique / printemps des poetes iconLe Printemps des Poètes à Paris

Moment poetique / printemps des poetes iconPrintemps des poetes / haikus

Moment poetique / printemps des poetes iconLe 18e Printemps des Poètes se déroulera du

Moment poetique / printemps des poetes iconIntitulé de l’action : printemps des poetes 2006





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com