Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art»





télécharger 264.87 Kb.
titreCommande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art»
date de publication15.06.2017
taille264.87 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos


joël kérouanton


Mon histoire de spectateur

Commande de texte par le Conseil général de lEssonne, dans le cadre de la Journée « Passerelle, rencontre culture/sociale » autour du thème « Lart pour tous : tout un art ».
Le texte a pour objet « les savoirs à l’œuvre chez le spectateur ». Un essai d’auto-analyse maillé d'extraits du "Dico’ du spectateur", le tout mettant en réflexion :

    • la découverte du savoir à l’œuvre chez le spectateur

    • la similitude des freins chez le travailleur-social-spectateur et chez l’usager-spectateur

    • la restauration de la notion de plaisir dans le binôme accompagnant/accompagné, en situation de spectateur

    • les perspectives de formation en institut de travail social, auprès des (futures) personnes-relais qui vont agir auprès des accompagnés - toujours par le fil rouge de l’art du spectateur

    • l’enjeu des « territoires de l’imaginaire » dans le champ social


29000 caractères espaces inclus (Essai d’auto-analyse + Dico’ du spectateur). Remis aux organisateurs le 25 septembre 2013, après un aller/retour (premier rendu : 10 septembre 2013)

version du 24 juin 2014
Nota Bene

1) Fiction. Les spectacles sont des fictions. Spectater est une fiction. Le récit de « mon histoire de spectateur » ne peut échapper à la fiction.
2) Participants à la lecture au théâtre de Brétigny :

  • Ex. étudiants éducateurs spécialisés de lIRTS île-de-France : Lolita Lopez, Audrey Clédat, Julien Firoud

  • 5 participants à la journée Passerelle (appel à lecteur en début de journée)

  • Jules et Rose Kérouanton/Caroff


3) Bande-son

David Ségalen, réalisateur son, a donné son accord pour une utilisation libre des bandes sons créées pour le spectacle « Les oiseaux » de Madeleine Louarn, théâtre de lEntresort/ catalyse.

Lesquelles bandes sons avaient été remixés après accord du groupe Sexy Sushi.
4) Les « états de spectateur » présents au fil du texte ci-après sont issus du Dico’ du spectateur, manuscrit en cours d’écriture. Ce diconaurait pas vu le jour sans la participation (parfois ronchonne) de spectateurs rencontrés au fil du temps et des spectacles. Des spectateurs assumés, témoin de ce qui se déroule devant eux, critiques profanes, artistes dans leurs genres, qui ne cessent de dire combien le regard est art. Ce dicorend hommage à leurs mots, captés au hasard des discussions et des ateliers du spectateur. Des mots réécrits à ma façon.
Ils furent nombreux à batailler pour la sauvegarde de leur regard - les danseurs-frémissants du Pays Segréen, les spectateurs-expérimentaux du Lycée xp de Saint-Nazaire, les spectateurs-exaltés du théâtre Athénor Nantes/ Saint-Nazaire, les spectateurs-surpris des soirées Imagine ! les spectateurs-studieux de l'Institut régional du travail social d'île-de-France, les acteurs culturels du Conseil général de l'Essonne, sans compter les spectateurs-amis, disséminés dans lhéxagone et au-delà, toujours prêts à relire et encore relire ce travail. Je ne saurais comment les remercier, sinon que de les encourager à poursuivre leur œuvre.
Clin d'oeil à Jacques Rancières, Bernard Faivre d'Arcier, Joris Lacoste et Jean Vilar pour leurs idées iconoclastes, prêtées à leur insu et recontextualisées dans ce dico. Nul doute qu'ils me remercieront de faire vivre leurs idées au-delà de leur œuvre.
Depuis 2009 ce dico' cherche à appréhender la diversité des regards du spectateur. Comme tout livre du genre, un travail d'actualisation est régulièrement à l'œuvre. Sa présentation, sous forme de livret, pourrait par exemple se traduire en site internet sous forme rhizomique.
À partir de ce dico' sont imaginés des installations, des jeux, des collectes, des conférences, des récits susceptibles d'être présentés lors d'ouvertures publiques. Cest le cas à Brétigny pour les journées Passerelles où, pour déployer les savoirs à l’œuvre chez le spectateur, « mon histoire de spectateur » croise de temps à autre des « états de spectateur ». Et où sera réalisée une collecte d’« état du spectateur » dans des espaces dédiés animés par des ex. étudiants de lIRTS, des espaces quon pourrait qualifier de « stand parlotte et pensée ». Les différents endroits du Théâtre où seront disposés ces stands seront transmis oralement à la fin de la matinée (12 h 30), lors de la discussion post-conférence.

---------------------------------------------------------------------------

Je vais vous raconter une histoire. Mon histoire de spectateur. Un spectateur empêché. Empêché de voir ce qu'il voulait voir. Pas libre pour un sous. Criblé d'obligations dictées par les plaquettes. Qui me disaient ce que je devais voir avant d'avoir vu. (PAUSE) Je n'allais donc plus voir des œuvres d'art, j'allais voir si je comprenais ce que je devais voir. Et je ne comprenais rien. Je ne comprenais rien de ce que je lisais, et donc je ne comprenais rien de ce que je voyais. Plus je lisais les plaquettes moins je comprenais plus ça m'intriguait.
(PAUSE)
Ça a commencé par la chorégraphe française Catherine Divérès. Rien saisi de la plaquette = rien saisi du spectacle. Je me sentais un peu idiot culturel, en fait. Quelqu’un qui allait voir des spectacles comme s’il était extérieur à tout ça. Comme si ce qui se déroulait devant lui se trouvait derrière.
Souvent je restais de marbre, comme assis à attendre un bus qui ne viendrait pas. J’allais jusqu’au bout de la représentation, dans l’espoir que ça décolle. Mais dès que l’intensité des scènes diminuait, je piquais des choux. En plein spectacle. Surtout si j’avais dîné avant. Une journée de labeur dans les pattes, de jolis fauteuils molletonnés et me voilà roi de la décroche. Je roupillais dès l’entrée en jeu des interprètes. Mes rêves prenaient le dessus sur le spectacle. Mais ces rêves disaient parfois autant que le spectacle lui-même, à leurs façons. L’impression que la vraie scène se déroulait, avant tout, dans mon cerveau. N’est-ce pas ainsi que la fiction se fabrique et que l’imaginaire révèle sa puissance indomptable ? Je restais cependant conscient et évitais de ronfler la bouche ouverte. Le spectacle m’hypnotisait, en quelque sorte. C’était ça, c’était bien ça : j’étais devenu un spectateur-hypnotisé.

Spectateur-hypnotisé. À pour habitude de sommeiller confortablement sur son siège. Estime l’endormissement comme son art à lui. Pense même qu’il développe ainsi un langage très personnel. Un vrai spectacle, se dit-il, devrait développer une sorte de rêverie collective et tendre, pourquoi pas, vers l’hypnose comme expérience esthétique. Dans ses projections les plus folles, se dit que son rêve devrait faire œuvre. (lecture par spectateur 1)



bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes

Comble de tout ça, je vivais avec une fan de danse - la danse à tous les étages. Elle se demandait si la danse n'était pas morte. Si elle pouvait encore dire des choses aujourd'hui. Si l'histoire de la danse n'avait pas déjà tout dit. Et ce qu'elle pouvait dire de plus.
Ma dulcinée avait son histoire de l’art dansé, j'avais mon histoire du spectateur. En même temps l'histoire du spectateur c'est un peu l'histoire de l'art. C’est un peu elle et moi, c’est sexuel en fait. Les enjeux ne sont pas moindres. Je commençais à le voir.
Ma danseuse adooorait se faire un spectacle comme on se tape une belote. La sortie théâtrale était inscrite dans ses gènes, son euphorie était contagieuse, j’étais un bon client, elle pouvait m’embarquer n’importe où, même aux spectacles de danse les plus conceptuels : de toute façon c’était toujours gééénial. Il fallait y aller, elle avait des invit', peu de temps après elle y était. Et le faisait savoir. Elle faisait savoir qu’elle était en phase avec les critiques lues et relues. Elle déblatérait après la représentation, non pour traduire sa réception personnelle du spectacle, mais pour me restituer les critiques de son hebdo préféré — oubliant les siennes au passage. En quelque sorte, elle était devenue une spectatrice endoctrinée.

Spectateur-endoctriné. Croule devant les propositions de spectacle. Cherche un moyen de sélectionner et le trouve par le truchement de la presse spécialisée. Se rend aux seuls spectacles qui font l’objet de critique positive. Rate les surprises. (Lecture par spectateur 2)



bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes
Les critiques de la presse m’intéressaient, parfois je les lisais, parfois non, ça m’ouvrait sur le monde, ça me forgeait et affinait mon regard de spectateur, (PAUSE) c’était pas mal. Mais ça ne m’aidait pas à savoir comment partager une expérience esthétique et en rendre compte précisément. En d’autres termes, les critiques ne m’aidaient pas suffisamment à réfléchir à ma fonction : celle de spectateur.
Sortir au théâtre était à chaque fois une belle aventure, j’adorais l’avant-spectacle, l’ambiance, les conversations, il suffisait d’écouter les brouhahas de spectateurs : — (spectateur A) ta sœur va bien ? — (spectateur B) je viens d’apprendre que Pina est morte !!! — (spectateur C) il s’est encore passé des bonnes à mon boulot cette semaine..., — (spectateur D) tu l’as acheté où ton pantalon ? — (spectateur A) le week-end dernier on lui a donné un p’tit chat, à ma sœur, mais c’est trop d’entretien, — (spectateur B) et Merce Cunningham aussi il est parti, en deux mois, on a perdu l’histoire de la danse contemporaine, — (spectateur C) hier j’ai fait grève, ’suis allé à la manif’ contre la retraite à 70 ans, y avait foule, — (spectateur D) j’ai trouvé ce pantalon en solde, par correspondance, — (spectateur A) sinon à part ça, ma sœur ça va — (Joël) la semaine dernière j’ai vu de la non-danse, ça bouge pas mal — (spectateur B) Autrement, on taf’ bien, y a une bonne ambiance, c’est déjà ça, — (spectateur C) dis, tu les trouves comment, mes bottines ?
L’avant spectacle, c’était bien, mais l’après était passablement scabreux. Car ma compagne adorait savoir ce que j’en pensais. Elle avait la fâcheuse manie de briser ce délicieux instant de silence qui succède au clap final. Ça se passait en général dès la sortie de salle, en descendant les marches du théâtre. Subrepticement, elle me glissait un : Alors ? (à trois voix – spectateur A, B, C)
Je restais muet. Je n’avais rien à dire. Du moins je ne m’autorisais pas à en dire quoi que ce soit. Dire quelque chose, pour ma danseuse-experte, c’était se situer vis-à-vis de l’Histoire des arts. Ces fameuses filiations. Ces courants. En danse ça donne le Néo-classisme, la Moderne dance, l’école germanique, la ligne américaine, La rupture Cunninghamienne, Les avant-gardes américaines ou la post modern dance, la danse-théâtre, le bûto, le HIP HOP, le néo-expressionnisme allemand, le voguing, la nouvelle danse française, (PAUSE) la non-danse.
Je voyais bien qu’il y avait une guéguerre derrière tout ça, que les danseurs s’affrontaient autrement que sur scène, que des options esthétiques étaient prises, des ruptures avaient lieu. Des ruptures, peut-être, (PAUSE) mais moi je me sentais toujours idiot culturel, et, assis sur les fauteuils des nombreuses salles de théâtre, j’avais la culpabilité au ventre. L’héritage judéo-chrétien, sans doute. Me voilà donc spectateur-culpabilisé.

Spectateur-culpabilisé. C’est un mal que d’être spectateur, pour deux raisons. Premièrement, parce que regarder est le contraire de connaître. Deuxièmement, c’est le contraire d’agir. Le spectateur-culpabilisé multiplie les aliénations et, au lieu de protester, se complaît dans la passivité. Serait, par essence, l’éternel ignorant que les avant-gardes esthétiques auraient pour mission d’émanciper. (Lecture par spectateur 3)



bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes

Le plus drôle c’est que je persistais dans mon idiotie culturelle. À quoi bon s’inscrire dans une histoire de la danse pour spectater la danse ? Je suivais ma danseuse les yeux fermés. Catherine Divérès, Jean-Claude Gallota, Merce Cunningham, Jan Fabre, et plein d’autres, des connus que je ne connaissais pas, des inconnus que je ne connaissais pas non plus. Rétrospectivement j’y allais un peu comme un rendez-vous amoureux. On ne sait pas trop, c’est l’inconnu, on y va, c’est tout. Secrètement on espère qu’il se passera quelque chose. On se dit que ça va changer la donne. On n’ose y penser et pourtant : on rêve d’un choc. (PAUSE) D’un emballement. (PAUSE) D’un corps à corps total. (PAUSE) D’une effusion comme jamais. (PAUSE)
On rêve (PAUSE) qu’on ne s’en remettra pas.
Je sentais bien qu’il y avait quelque chose à tramer dans cette affaire-là. Ma danseuse me le disait, d’ailleurs : « lart est lun des derniers endroits où lon peut être interpellé et bousculé dans ses idées et représentations ». Audrey Elle me le disait mais ça passait à travers. J’attendais la claque.
(PAUSE)
C’est arrivé en novembre 2002. Dans la ville du Mans. Au théâtre de l’Espal. Je vis une pièce de danse qui me laissa pantois. Ook, ça s’appelait. Aussi en Flamand. Sous-entendu : nous aussi, nous aussi on a des choses à dire. Nous, c’était des danseurs en vacance de langage, mais qui n’avaient pas leur geste dans leur poche dès qu’ils montaient sur scène.
En un coup d’oeil j’ai su. C’était ça. L’aura dégagée par ce théâtre dansé était si forte, qu’elle m’englobait et me procurait une sensation de vide, de dépossession, telle une petite mort. Ou plutôt un retour à la vie après la mort. Je quittai le Théâtre en silence. (PAUSE) Tout était dit. Je venais de découvrir l’art de saisir « quelque chose » et qui ne résume pas à du sens. Je venais de découvrir la poétique du regard face à ces corps cabossés, désarticulés, intérieurs, dissociés, aberrants, ignorés. C'était un fait : en quelques pas de danse j’étais devenu spectateur-amoureux. De muet je devins bavard. D’éducateur je devins éduc-acteur. De lecteur je devins écrivain. D’inculte je fonçais tête baissée vers tout ce qui pouvait m’aider à saisir les enjeux de ce que je venais d’assister. D’empêché je devenais spectateur émancipé.

Spectateur-émancipé. Ignorant des codes esthétiques, possède un savoir à l’œuvre dans sa façon de regarder. Affirme sa capacité de voir ce qu'il voit et de savoir quoi en penser et quoi en faire. Sa liberté de point de vue produit du sens là où les critiques d’art n’en produisent plus. Regarder n’est pas une réaction, mais une action. Regarder un spectacle, c’est l’interpréter, le redécouper, se l’approprier. Observe, sélectionne, compare, lie ce qu’il voit à bien d’autres choses qu’il a vues sur d’autres scènes, en d’autres lieux. Participe à la performance en la refaisant à sa manière. Vois, ressens et comprends quelque chose pour autant qu’il compose son propre poème, comme le font à leur manière acteurs ou dramaturges, metteurs en scène, danseurs ou performeurs. En somme, compose un poème avec les éléments du poème qu’il a en face de lui. (Spectateur 4)



bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes
Et hop, ce n'était plus le pauvre clampin qui décryptait la danse contemporaine avec des yeux révulsés, la plaquette à la main. Je commençais à effectuer ma propre danse. Ma danse du spectateur. C’est à ce moment-là que je cessais de fréquenter ma danseuse. On ne se comprenait plus. Je m'étais, en quelque sorte, un peu trop émancipé... Par contre, en assistant à Ook, je compris trois choses essentielles. Je compris que l’art proposait une remise en question de la conception du soin ou du social. Je compris que l'art proposait une remise en question du politique, et que certaines conceptions du soin ou du social remettaient en question certaines conceptions de l’art.
(PAUSE)
Une circularité à tous les étages
(PAUSE)
Des va-et-vient permanents
(PAUSE)
D’un monde l’autre
(PAUSE)
La danse me faisait danser, et pas que. L’écriture dansait au contact des corps en mouvement. J’optai pour un choix radical, définitif, de penser l’art et notamment les arts du spectacle en dissociant totalement l’intention de l’artiste et la réception du spectateur, l’effet supposé et l’effet produit. (piano piano) Je décidai de suivre ad vitam aeternam Marcel Duchamp et sa citation Cest le regardeur qui fait l’œuvre. Un renversement méthodologique. La tête à l'envers. Les yeux derrière la tête. D’aucuns diraient un changement de paradigme.
Très vite je prenais plaisir à convier mes connaissances à voir Ook, et savoir quelle histoire ils pouvaient bien se raconter en voyant ce spectacle. Amis, famille, collègues de travail, tous devaient voir ce spectacle sous peine de passer à côté : après la dernière représentation, ce sera trop tard, le spectacle sera mort et leurs histoires de spectateur itou.
Je devins annonciateur de la bonne nouvelle. La bonne nouvelle d’un spectacle à ne rater sous aucun prétexte. Prescripteur. J’étais devenu un spectateur-prescripteur. Le moooonde devait voir ce que j’avais vu.
(PAUSE)
Inutile de vous dire que très vite on me calma.
(PAUSE)
Mais rien ne pouvait m'enlever cette posture de chercheur autour de l’art du spectateur, je dirais même de la réception créatrice : car non seulement je découvrais que regarder est une activité en soi, mais regarder pouvait mener à œuvrer. En matière de regard, les possibilités étaient pléthores pour sortir du fameux « j’aime/j’aime pas », formuler une critique, une pensée, et dire la poésie : (piano piano) ce qui restait de vivant en nous une fois le spectacle achevé »1.
Ma soif de spectacle vivant et plus globalement d’art ne se tarissait pas. J’intégrais ma passion du spectateur à mes diverses expériences. On me sollicite pour écrire et faire écrire dans un centre social ? OK, mais la danse sera tremplin pour développer l’imaginaire et des formes plurielles d’écriture, notamment la danse de Larbi Cherkaoui et son spectacle Davant, où la pratique du football a toute sa place… (PAUSE) Des professeurs de lycée général me lancent une perche pour faire écrire des élèves ? OK, mais en passant par la danse de Win Vandekeybus qui ne peut que remuer les ados en mal de sensation et bousculer leurs langues écrites en se confrontant à cette danse brutale... (PAUSE) Des éducateurs exerçant auprès d’adultes en vacance de langage sont fans d’autoportrait et souhaiteraient un coup de pouce pour écrire ? OK, on poursuivra l’écriture autour de l’autoportrait, mais on croisera leur parole avec les portraits d’Alain Platel dans Gardenia.
Quel que soit le projet de l’établissement dans lequel j’exerçais, je profitais de la situation pour aller voir des expositions ou autres spectacles. C’était, en fin de compte, aussi important que je m’y retrouve dans mon quotidien professionnel que les accompagnés s’y retrouvent dans le leur. (PAUSE) Il y allait de ma survie. (PAUSE) Prendre soin des soignants, éduquer les éducateurs, former les formateurs, tel devenait mon créneau qui pourrait se résumer par le slogan suivant : laccompagnant et laccompagné, pour une découverte mutuelle de lart en travail social. (Voix dhôtesse)


Pour ce faire, fallait pas hésiter, fallait prendre des risques, (PAUSE) aller voir par exemple un opéra en compagnie des accompagnés, alors que je n’avais été à aucun opéra de ma vie. Et dans un même mouvement plonger dans la biographie de Claude François - à la demande de ces mêmes accompagnés - et ouvrir un chantier d’écriture au joli nom de (PAUSE) CLOCLO. La culture savante et la culture profane s’entrechoquaient en permanence. (PAUSE) S'enseigner mutuellement devenait notre façon de travailler. (PAUSE) Découvrir ensemble devenait une méthode d’accompagnement sociale et éducative.
(PAUSE)
Mais les choses ne sont pas si simples. Ça se saurait. Que ce soit en présence de femmes venues d’ailleurs en centre social, d’adolescents pétaradant d’énergie d’une cité voisine, d’adultes soit-disant déficients intellectuels, je fis face à des résistances souvent analogues : (voix A) « ça coûte trop cher », (voix B) « cest trop loin », (voix C) « ce soir jai ma série télé, je ne peux pas rater cet épisode », (voix A) « de toute façon ma mère ne voudra pas que je sorte si tard », (voix B) « je suis fatigué ces temps-ci », (voix C) « je ny connais rien en danse, ça ma lair nul ce truc », (voix A) « tu nous aurais amenés voir Djamel en spectacle, de la stand-up comédy, jveux bien, mais pas du théâtre contemporain, jten prie. Pas mon truc. Désolé ». (Lecture alternée par A, B, C)
(PAUSE)
Quand ces personnes réticences daignaient enfin se déplacer dans les salles de théâtre ou les musées, elles étaient loin de rester indifférentes - c’était ça l’essentiel -, ça réagissait, ça s’emportait, ça râlait, ça applaudissait, ça questionnait, ça riait, ça pleurait, ils oscillaient entre les "bof’" et les "captivés" mais parfois (PAUSE) on ne savait plus très bien qui était "bof" et qui était "captivé" (PAUSE) tant l'un et l'autre allait de pairs.
Spectateur-captivé. Son buste, son regard, ses bras, ses oreilles sont tendus vers la scène. N’entend pas son portable sonner ni son partenaire commenter les scènes les unes après les autres. N’a pas vu venir la fin du spectacle. Est envahi par l’émotion. Reste prostré, quasiment hypnotisé par l'intensité des scènes. Passera la nuit dans le théâtre. Et sera réveillé par le gardien. (Lecture par spectateur 5)
Spectateur-bof.

Ne sait pas qu’en penser. Trouve que le spectacle est sympa, sans plus. Ça vaut les douze euros d’entrée, mais ça ne va pas changer sa vie, ni sa vision de l’art. À déjà-vu plus convaincant, et pire aussi. Toujours mieux qu'une émission de varietoche ou sa série préférée. Bon, faudrait que le metteur en scène travaille davantage son propos. Cherche de la qualité. Devient très exigent. En a vu d’autres. Se demande si les ‘‘arts vivants’’ ne sont pas morts. (lecture par spectateur 6)





bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes
Créer des situations de réception, c’est une chose, mais transmettre cette expérience en est une autre. (PAUSE) Et si les expérimentations, l'art et la pédagogie s'alimentaient mutuellement pour ne faire qu'UN ? (PAUSE) Plus qu’une transmission, c’est à chaque fois une invention.
Dans cette dynamique du spectateur qui fait œuvre, je déclamai, en arrivant dans un établissement de formation en travail social, je déclamai que le formateur était un artiste, (PAUSE) que sa mission première n’était pas de former mais bien d’aider l’étudiant, par l’invention de dispositifs, à développer une pensée créative. Là encore, un renversement méthodologique. (PAUSE) Et si l’art devenait une méthode de recherche en travail social ? (PAUSE) Et si le parcours de recherche artistique était basé non pas sur une transmission de l'artiste vers le travailleur social en formation (rapport vertical et unilatéral), mais prenait la forme d’un compagnonnage et d’une création partagée (rapport horizontal et circulaire) ? (PAUSE) Et si nous déhiérarchisions les rôles ? (PAUSE) Et si l’artiste et l’étudiant et le formateur étaient invités chacun à faire un pas de côté ? (PAUSE) Et si l’accent était mis sur les traces liées au processus de travail artistique plutôt qu’à une production impérative à présenter publiquement ? Et si on différenciait l’expérience artistique pour son propre devenir et la certification pour le diplôme ? (PAUSE) Et si la mise en œuvre d’un projet artistique s’inscrivait dans les étapes obligées d’un stage, même dans les lieux où ça va le moins de soi comme par exemple les services d’Aide sociale à l’enfance ?
(PAUSE)
Là encore les choses ne sont pas si simples. (PAUSE) Pour donner envie aux futurs travailleurs sociaux de s’engager en faveur d’un art pour tous, mieux vaut vivre l’expérience de spectateur. Faut y aller, au spectacle ! (PAUSE) Paradoxalement, je constatai que ce n’était pas forcément les étudiants qui mettaient des freins à la mise en œuvre des pratiques culturelles, mais bel et bien les formateurs eux-mêmes, qui, pour 90 % d’entre-eux, ne fréquentaient pas les arts du spectacle. Des formateurs-spectateurs de spectacles qu’ils ne voyaient jamais. Des spectateurs-abstinent, en quelque sorte, (PAUSE) mais fallait pas leur jeter la pierre : ils se situaient ni plus ni moins dans la moyenne nationale établie à 7 %.
Alors que je venais de prendre mon poste, un collègue formateur me dit : « Ah, tu veux emmener les étudiants à la Ferme du Buisson ? Oh mon dieu ! Ça me rappelle mes cauchemars de collège. Jy vais plus. ». Et, de fait, les étudiants suivent et reproduisent la posture des formateurs. Témoin ce mail réceptionné peu avant de se rendre à la Ferme du buisson, pour assister à la pièce dansée « les oiseaux », d’Aristophane, mis en scène par Madeleine Louarn et sa troupe d’acteurs atypiques du théâtre de l’Entresort/Catalyse à Morlaix. Certains acteurs en vacances de langage, d’autres en invention permanente d’un langage qui leur est propre. Des acteurs non-experts rendus experts par le travail, la prise de risque, l’appel vers des territoires imaginaires, sans oublier le temps au temps. Des acteurs devenus danseur avec l’appui du chorégraphe Bernado Montet. Des acteurs qui allaient, peut-être, rencontrer des futurs éducateurs spécialisés dans un face-à-face autre (PAUSE) que la récurrente relation éducative. Une rencontre qui allait s’opérer par - je cite la fameuse plaquette - « une farce philosophique animalière et corrosive balayant les registres les plus bariolés de la comédie grecque, du grotesque à l’obscène, sans exclure la parodie ou les satires assassines contre les sophistes et la démocratie corrompue ».
(Lecteur 7)

« Monsieur Kérouanton,

Je me permets de venir vers vous concernant la soirée technique de médiation éducative à la ferme du buisson le jeudi 22 novembre, pour le spectacle « les oiseaux ». Ayant des obligations familiales je ne pourrais pas être présent lors de cette soirée.

Ce n'est pas par manque de motivation ou de manque d'argent ou de volonté. Car le temps de rentrer chez moi récupérer mon fils, que ma conjointe arrive à 19 h 45 je ne pourrais pas être à l'heure pour la représentation vu que j'ai une centaine de kilomètres pour se rendre à cet événement environ 1 heure de route. En plus cette soirée-là j'ai une réunion avec la paroisse pour organiser mon futur mariage. Je compte sur votre compréhension.

Cordialement. »

bande-son sexy sushi « Enfants de putain »
16 premières secondes
Le constat était on ne peut plus clair : les résistances constatées chez les étudiants travailleurs sociaux étaient de même nature que les résistances constatées chez les usagers des services sociaux. Inutile de vous dire que je n’ai pas compris. Ou plutôt je compris qu’il fallait faire avec. Qu’il fallait toujours laisser la porte ouverte, et débattre. Encore débattre. Encore et encore.
Les étudiants ont quasiment tous fini par être présent au spectacle et à la rencontre avec la metteuse en scène - non sans débat sur le sens de la contrainte dans l’éducation (PAUSE) : doit-on inclure la pratique de spectateur dans le contenu de la formation ? Si l’on ne le fait pas, les étudiants spectateront-ils ? (PAUSE) Et, plus tard, dans leur pratique professionnelle, s’autoriseront-ils à créer des foyers pour l’imagination des personnes qu’ils vont accompagner ? (PAUSE) Avec en filigrane la question suivante : que fait le travailleur social de sa responsabilité devant l’attente (pas toujours exprimée) des personnes en difficulté qui attendent parfois qu’on leur permette de fréquenter des œuvres, voire de faire œuvre ?
(PAUSE)
Au final, on pourrait dire les choses ainsi : ces étudiants ont découvert le théâtre par la grâce des acteurs empêchés. (PAUSE) Le théâtre s’est ressourcé et a déployé une esthétique qu’on ne lui connaissait pas. (PAUSE) Un rire intempestif et libératoire qui trouva une résonance singulière et poétique dans l'interprétation de ces acteurs drôles et ridicules, gracieux et cruels. Des danseurs ébouriffants sur une musique electropunk de Sexy Sushi rappelant les extravagances et les fantaisies dadaïstes, dans laquelle étaient mêlées les voix enjouées de ces acteurs atypiques.



Sexy Sushi, « on devient fou ici » - 2min25

bande son jusqu’à la fin de la conférence, et qui la clos.

(PAUSE) J’ignore ce à quoi les étudiants s’attendaient, mais certainement pas à ça. La pensée produite fut à la hauteur du choc esthétique. (piano piano) : Ou comment regarder est une pensée en action permise par l‘espace sensible du spectacle.
(Item lu par Joël, suivi de la lecture par Julien ou Lolita)
Spectateur-surpris. (spectateur 8) « (...) Les usagers ont sûrement plein de capacité, ils en ont sûrement beaucoup beaucoup, et peut-être plus que ce que lon imagine, en fait. En tout cas beaucoup plus que ce quon présuppose pour eux... et je trouvais que le spectacle aidait vraiment à déconstruire ça. On pourrait presque dire : nos constructions sont des constructions fictives (...) ».
Spectateur-interrogateur. (spectateur 9) (...) Est-ce que lart est un outil de communication ? (...)

Spectateur-réactif. (spectateur 10) « (...) Dans mon propre système de représentation, est-ce que ça ne va pas trop loin. Quest-ce que ça a généré chez moi qui fait que jai une réaction violente, épidermique ou au contraire que jadhère totalement. Cest intéressant que ça ne soit pas vécu de manière homogène, et que ça ne soit pas vécu comme cela. Ce spectacle produit en fin de compte un émergement de questions, y compris dans la relation que lon a avec lautre. (Julien)
Spectateur-interrogateur. (spectateur 9) (...) Oui mais est-ce que lart est un outil de communication ? (...)


À la fin du spectacle Les oiseaux, les étudiants déroutés (et enjoués) ne savaient plus pourquoi ils étaient là. Je veux dire : ils avaient oublié que l’espace qui leur était proposé, dans ce théâtre, en présence de ces acteurs empêchés, était devenu un espace de trans-formation et du renversement. Au lieu de savoir comment éduquer ces personnes qui paraissaient si étrangères, beaucoup d’étudiants quittaient la Ferme du Buisson en chantant et dansant, et s’interrogeaient, encore en sueur : eux, là, qu’ont-ils à nous enseigner ? qu’avons-nous à apprendre d’eux ?

(Fin de la conf’ à l’arrêt de la bande-son « on devient fou ici »)
----------------------------------------------------------------------------------------

1 Kérouanton, Joël, (avec le Lycée expérimental), Balises Xp, éditions nuit myrtide, Lille, 2012


similaire:

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconL’école parnassienne se tourne vers le culte de la forme et de «l’art pour l’art»
«l’art pour l’art». A la fin du siècle, le symbolisme, mouvement plus diffus qui déborde le seul cadre de la poésie, reprend en partie...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconCours philosophique sera L’art
«l’art» (dans le fascicule «Philosophie de la culture» rédigé par Yves Baudrin, pages 34 à 58)

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» icon1999 À tous ceux qui, avec un dévouement passionné, cherchent de...
L'art de créer qu'atteindra une âme bienheureuse n'est point cet art par essence qui est Dieu, mais bien de cet art une communication...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconEn débutant sa carrière artistique, elle s’était fixée comme objectif...
«L’art pour l’art» en réalisant des œuvres qui n’ont d’existence que le temps d’une exposition. Dans son esprit la confection d’un...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconJ’ai choisi de poser comme titre de cet exposé une question quelque...
...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconProgramme et invention dans l’art de la Renaissance
«Rembrandt mis à mort par la peinture même», Revue de l’art, 197, 2017 (à paraître)

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconL’art est production d’apparences
«règle» → dans l’art, tout est tromperie. Diderot, dans Le paradoxe du comédien : «le comédien le plus crédible est le moins sincère»...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconQue Vlo-Ve? Série 1 No 21-22 juillet-octobre 1979 Actes du colloque de Stavelot 1975 pages 1-24
«l'art pur», «l'art lyrique», «l'art symphonique», on a déjà et avec pertinence souligné le rôle que tiennent dans sa critique et...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconUne existence difficile
«ennui» est à prendre ici au sens fort. Quant à la dédicace à Théophile Gautier, le défenseur de l'Art l'Art, elle ne doit pas nous...

Commande de texte par le Conseil g é n é ral de L ’ Essonne, dans le cadre de la Journ é e «Passerelle, rencontre culture/sociale» autour du th è me «L ’ art pour tous : tout un art» iconAdresse : Chemin Darbousson, Valbonne
«L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique même». [1] Ce texte va interroger les nouveaux médias comme la photographie...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com