M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V





télécharger 3.96 Mb.
titreM., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V
page1/140
date de publication24.07.2019
taille3.96 Mb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > finances > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   140
A



  • A, m., première lettre de l’alphabet. *Pour : De A à Z, v. del coumençoment a la fí. Deimoustrá, proubá per A mès B = Démontrer, prouver par A plus B. Pour : Ne savoir ni A ni B, ne pas savoir lire, ignorer les éléments d’une science, d’un art, etc…, v. nou sabé re.

  • A !, interj. exprimant la joie, la surprise, le soulagement, etc… A ! Quin plasé ! = Ah ! Quel plaisir ! A ! Que’m fèts mal ! = Ah ! Vous me faites mal ! – Partic. Ordre pour faire avancer les vaches : Allez ! En avant ! : A ! Barouno ! = Allez ! Baronne ! Il s’agit, dans ce cas, d’un « a » prolongé. Pour : Faire avancer les chevaux, v. « i ! »

  • A, prép. 1) Objet de l’action. Complément d’un verbe : Aoubesí as sèbis parents = Obéir à ses parents. Complément d’un nom : La fidelitat a la sèbo paraoulo = La fidélité à sa parole. Pour : Complaisant aux méchants, v. amb, damb les maishantis. – 2) Attribution. Complément d’un verbe : Dá un libe a u amic = Donner un livre à un ami. Complément d’un nom : L’aplicaciou a l’endustrio = L’application à l’industrie. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Qu’é deibouat a la caouso publico = Il est dévoué à la chose publique. – 3) Destination et usage. Compl. d’un verbe : Dá a minjá = Donner à manger. Compl. d’un nom : Le paniè a salado = Le panier à salade ; v., d’autre part, andá. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Necessari a la sèbo gouarisou = Nécessaire à sa guérison. Pour : Eau bonne à boire ; n’être bon à rien, v. andá. – 4) Caractérisation et manière, conséquence : Marshá al pas cadançat = Marcher au pas cadencé. Aná a la perfetsiou = Aller à la perfection. Compl. d’un nom : La marsho al pas = La marche au pas. Pour : Homme aux cheveux gris, v. amb, de. Compl. d’un adj. ou d’un adv. Oubjèts parèlhis a la prumèro bisto = Objets semblables à première vue. – 5) Moyen. Compl. d’un verbe : Aná a bicicleto = Aller à bicyclette. Mashino a bapou = Machine à vapeur. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Besible a la loupo = Visible à la loupe. Syn. amb. – 6) Agent. Pour : Mangé aux mites, aux vers, v. per. Compl. d’un nom : Ensensibilitat a la doulou = Insensibilité à la douleur. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Inatcessible as granis batèous = Inaccessible aux grands navires. – 7) Lieu, provenance. Compl. d’un verbe : Aná a Massat = Aller à Massat. Emprountá a u amic = Emprunter à un ami. Compl. d’un nom : La sèbo neishenço a Biert = Sa naissance à Biert. Compl. d’un adj. ou d’un adv. Carrat a la baso = Carré à la base. – 8) Temps. Compl. d’un verbe : Arribá a dèts ouros = Arriver à dix heures. Compl. d’un nom : Le depart a l’albo = Le départ à l’aube. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Embaoushat a l’annado = Embauché à l’année. – 9) Evaluation ou prix. Compl. d’un verbe : Aná a cent a l’ouro = Aller à cent à l’heure. Compl. d’un nom : La bento a cent francs d’us couantis articles = La vente à cent francs de certains articles. Compl. d’un adj. ou d’un adv. : Poulit a bese = Joli à voir. Pour l’appartenance : C’est à moi, v. mèou ; cela appartient à mon frère v. èste de. - Dans : Le coutèl pergut al bosc = Le couteau perdu dans le bois. - Emploi idiomatique : As-le bist a Jan ? = As-tu vu Jean ?

  • Aaroun (Aaron), n.pr. Aaron, frère aîné de Moïse et grand prêtre d’Israël.

  • Abacuc, n. pr. Habacuc, prophète juif (v. 600 av. J.-C.).

  • Abaishá (abaishar), v. tr. Abaisser, faire descendre : Abaishá uo branco = Abaisser une branche Syn. acachá, baishá. Pour : Abaisser son regard sur quelqu’un (fig.), v. mirá. – Diminuer la hauteur d’une chose : Abaishá uo pareit = Abaisser un mur. Syn. baishá. – Pour : Il a abaissé la taxe (fig.), v. baishá, diminuá. – Abaishá’s (abaishà’s), v. pr. S’abaisser, descendre à un niveau plus bas ; diminuer de hauteur : Le rudèou que s’abaisho = Le rideau s’abaisse. Le terrèn que s’abaisho = Le terrain s’abaisse. – Pour : La voix s’abaisse à la fin de la phrase, v. feblí ; s’abaisser à un pareil procédé (fig.), v. rabaishá’s.

  • Abajou (abajon), m. Myrtille, airelle : Aná couelhe abajous a La Crouseto = Aller cueillir des myrtilles à Lacrouzette.

  • Abajouèro (abajoèra) (La Serre, Lubac), f. Endroit où poussent les myrtilles. v. aussi abardouèro.

  • Abajour (abajorn) m. gall. Abat-jour, réflecteur que l’on adapte à une lampe pour en rabattre et en diriger la lumière. – Tout dispositif (auvent, lames, soupirail etc…) laissant pénétrer la lumière et la dirigeant.

  • Abal (aval), adv. Là-bas, en bas : Le Pujol qu’é mès abal que Carrabás = Le Pujol est plus bas que Carrabas. La filho que’s maridèc abal = La fille s’est mariée dans la vallée. *Atrapá coualcarré per abal = Attraper quelque chose par le bas. Èste abal abal = Avoir du plomb dans l’aile, battre de l’aile, être mal en point, en parlant de quelqu’un. Syn. èste baish, desanat, clesquejá. *Mès abal = En contrebas. Per amount e per abal = Par monts et par vaux. Pour : Pêcher en aval, v. seguí.

  • Abalá (avalar), v. tr. Avaler, déglutir, ingurgiter : Abalá aliments sense mastegá-les = Avaler des aliments sans les mastiquer. Abalá un ouèou cru = Gober un œuf. – Pour : Je n’ai rien avalé depuis deux jours, v. minjá. Pour : Avaler la moitié des mots (fig.), v. minjá’s. – Lire avec avidité, faire entrer dans son esprit sans assimiler : Abalá un roumán an coualcos ouros = Avaler un roman en quelques heures. – Fam. Accepter, croire : An cu bos fè abalá aquó ? A qui veux-tu faire gober cela ? *Pour : Avaler des couleuvres (fam.), prendre des vessies pour des lanternes, v. deishá’s abeourá, emboubiná, engabiá, engalabiá. Fam. Abalá la pilulo = Avaler la pilule, le morceau, se soumettre à une chose pour laquelle on éprouve beaucoup de répugnance. Pour : Avaler son acte de naissance (pop.), mourir, v. trincá’s la pipo ; avaler sa langue (fam.), v. calá’s, nou dise re ; il veut tout avaler (fam.), il a mangé du lion, il est plein de fougue, il déborde d’énergie, v. petá l’foc. Pour : J’ai cru qu’il allait m’avaler (tant il était furieux) (fam.), v. taourí.

  • Abalat (avalat), adj. Cerné : Gouelhs abaladis = Des yeux cernés Syn. encaounhit.

  • Abalhouá (abalhoar), v. tr. Bougonner, grommeler, marmonner, marmotter : Abalhouá 'njuros = Marmonner des injures. Syn. balhouá, groumí, marmoustejá. – v. intr. Murmurer entre ses dents, d’une manière confuse et, souvent, avec hostilité : Mainado qu’a abalhouat touto la brespado = Enfant qui a passé son après-midi à grommeler. Syn. : Les mêmes que pour le verbe transitif.

  • Abançá (avançar), v. tr. Avancer, partir en avant : Abançá l’braç = Avancer le bras. – Faire venir en avant : Abançá uo otó debant le perroun = Avancer une voiture devant le perron. – Faire progresser : Abançá l’sèou trebalh = Avancer son travail. – Pour : Ses conseils ne m’avancent guère, v. nou’m serbeishen cap pla. – Faire avant le moment fixé ou prévu : Abançá l’depart = Avancer son départ. – Mener prématurément à son terme : Un soulelh trop ardent qu’abanço la segado = Un soleil trop ardent avance la moisson. – Payer avant l’époque fixée : Abançá argent as emplouiadis = Avancer de l’argent aux employés. – Fournir de l’argent pour une entreprise, ou payer pour le compte de quelqu’un : Le Credit founciè que pot abançá argent as prouprietaris = Le Crédit foncier peut avancer de l’argent aux propriétaires. Syn. prestá – Pour : Avancer une théorie (fig.), v. presentá, proupousá. *Abançá amb prudenço, abançá douçoment = Tâter, sonder le terrain. Syn. aná-i douçoment. Abançá uo mostro, uo pandulo, un relotge = Avancer une montre, une pendule, une horloge, pousser les aiguilles sur une heure plus avancée, ou pousser l’appareil régulateur vers l’avance pour accélérer la marche. Pour : Hâter le pas, v. pressá. Fam. et ironiq. : Èste pla 'bançat = Etre bien avancé, s’être donné beaucoup de mal pour rien, avoir agi imprudemment : E aro que la tèbo otó é abirmado, j’ès pla 'bançat ! = Et maintenant que ton auto est endommagée, te voilà bien avancé ! – v. intr. Sortir de l’alignement, faire saillie : Maisou qu’abanço aishús la plaço = Maison qui avance, qui fait saillie sur la place. Syn. abançá’s, despassá. – Indiquer une heure ou une époque trop avancée : Las mostros qu’abançon ou que retardon = Les montres avancent ou retardent. – Pour : L’heure avance et les invités n’arrivent pas, v. passá. – Aller en avant : Souldats qu’abançon = Soldats qui avancent. Abé l’empressiou de nou abançá = Avoir l’impression de faire du sur-place. Syn. prougressá. Pour : Un travail qui avance rapidement (fig.), v. prougressá. – Monter en grade : Abançá gracio a proutetsious = Avancer grâce à des protections. Syn. prougressá. – Abançá’n = Se dépêcher, se hâter, se presser ; mettre les bouchées doubles : Abanço’n ! = Dépêche-toi ! Syn. fè lèou. Pour : Se hâter de remarquer quelque chose, v. remercá aishul pic. – Abançá’s (avançà’s), v. pr. S’avancer, se porter en avant : Le courtètge que s’abanço lentoment = Le cortège s’avance lentement. – Faire saillie : Uo roco que s’abançabo al dessús del desper = Un rocher s’avançait au-dessus de l’abîme. Syn. abançá. – Pour : L’hiver s’avance, v. aprouishá’s, èste proishe ; le jour s’avance, v. acabá’s, fè-s’i niets. – Prendre de l’avance : Proufitá d’un dio de coungèt and’ abançá’s al sèou trebalh = Profiter d’une journée de congé pour s’avancer dans son travail. Pour : En disant cela, tu t’es trop avancé (fig.), v. aná trop louenh. – Arriver au terme de (son congé, son mandat, etc…) : Ja t’ac abanços del tèou mandat = Tu arrives au terme de ton mandat.

  • Abançado (avançada), f. Avancée, partie qui avance, qui fait saillie : Uo abançado de roco que doumino la mar = Une avancée de roche dominant la mer Syn. esperou. Fig. Progression, marche en avant : Las abançados soucialos = Les avancées sociales, les acquis sociaux.

  • Abançat (avançat), adj. Avancé, qui est dejà loin de son début : Un trebalh pla abançat = Un travail bien avancé. – Dont la plus grande partie s’est écoulée : Uo journado pla abançado = Une journée bien avancée. – Avancé sur le plan politique, social, économique : Idèos abançados = Idées avancées, progressistes. Syn. d’abáns-gardo. – Se dit de ceux qui professent ces opinions : Esprits abançadis = Esprits avancés. – Pour : Viande avancée, v. benat, deimesit. – Qui a fait de bonne heure de grands progrès : Mainado pla abançado andá l’sèou atge = Enfant très avancé pour son âge. – Evolué, développé : Cibilisaciou abançado = Civilisation avancée. – Qui est en avant des lignes les plus proches de l’ennemi : Posto abançat = Poste avancé. – Pour : Poire avancée, v. de d’ouro. *Pour : D’un âge avancé, v. bielh. Oubratge abançat = Ouvrage avancé, ouvrage fortifié situé en avant d’une place pour la couvrir ; heure avancéé, heure tardive, v. tart. Posto abançat = Poste avancé, poste ou signal placé avant un signal d’arrêt ou un point important d’une ligne de chemin de fer.

  • Abanciou (avanciou) (Tartein), adj. Expéditif. v. aussi abantiou.

  • Abanço (avança), f. Avance, action de progresser : Troupo qu’arrèsto l’abanço de l’ennemic = Troupe qui arrête l’avance de l’ennemi. – Distance ou espace de temps dont on dépasse quelqu’un ou quelque chose qui suit la même direction : Abé uo ouro d’abanço = Avoir une heure d’avance. – Paiement anticipé de tout ou partie d’une somme due : Pagá uo abanço = Verser des arrhes. – Prêt consenti dans des conditions déterminées : Fè uo abanço a u amic = Faire une avance à un ami. – Différence, par excès de l’heure d’un lieu sur l’heure de Paris. *Abanço a l’alumatge = Avance à l’allumage. Pour : Prévenir une heure à l’avance, v. abáns. Coumbat pergut d’abanço = Combat d’arrière-garde. Ganhá d’abanço = Jouer sur du velours. Recouneishe’s bencut d’abanço = S’avouer vaincu d’avance. An abanço = En avance : J’ès pla an abanço = Tu es bien en avance. Pour : Etre en avance sur l’heure du rendez-vous, v. arribá abáns. – Abanços, f. pl. Tentatives, premières démarches en vue de nouer ou de renouer des relations : Èste sensible a las abanços d’u adbersari = Etre sensible aux avances d’un adversaire. – Débours que nécessite d’entrée de jeu une entreprise quelconque.

  • Abançoment (avancament), m. Avancement, action de porter en avant : L’abançoment d’un pè debant l’aoute = L’avancement d’un pied devant l’autre. – Etat d’une chose qui approche de son terme : L’abançoment de las discussious, des trebalhs = L’avancement des pourparlers, des travaux. – Action de monter en grade : Que dèou l’abançoment al sèou meriti = Il doit son avancement à son mérite. – Pour : Découverte qui contribue à l’avancement des sciences, v. prougrès. *Tablèou d’abançoment = Tableau d’avancement.

  • Abandou (abandon), m. Abandon, action d’abandonner ou de s’abandonner : L’abandou de las sèbos pretensious = L’abandon de ses prétentions. Soufrí de l’abandou de toutis = Souffrir de l’abandon de tous. – Laisser-aller gracieux : Uo attitudo pleo d’abandou = Une attitude pleine d’abandon. – Renonciation à un droit. – Action de délaisser une ou plusieurs personnes à l’égard desquelles on est tenu à des obligations matérielles ou morales : Abandou de familho, de mainado = Abandon de famille, d’enfant. – Action de quitter un lieu où l’on est tenu de séjourner : Abandou del doumicille counjugal = Abandon du domicille conjugal. – Action de renoncer à poursuivre une compétition sportive : Equipo que ganho per abandou = Equipe qui l’emporte par abandon. – Pour : Parler avec un complet abandon (fig.), v. counfienço. *Abandou de posto = Abandon de poste. Loc. adv. A l’abandou = A l’abandon, sans soins, sans protection : Deishá las sèbos mainados a l’abandou = Laisser ses enfants à l’abandon. – Pour : Laisser ses affaires à l’abandon, v. nou s’oucupá mès des sèbis afès.

  • Abandouná (abandonar), v. tr. Abandonner, délaisser, laisser, céder, confier à quelqu’un : Abandouná sa part d’eiretatge a la sèbo sor = Abandonner sa part d’héritage à sa sœur. – Renoncer à : Abandouná uo idèo, un proujèt = Abandonner une idée, un projet. Abandouná la sèbo 'ndependenço = Aliéner son indépendance. Syn. renounçá a. Nou abandouná re de las sèbos edsigenços = Ne rien relâcher de ses exigences. – Laisser aller : Abandouná uo barco al courent = Abandonner une barque au courant. – Laisser sans secours, se passer de : Abandouná la sèbo maisou, la sèbo familho = Abandonner sa maison, sa famille. Pour : Ses jambes l’abandonnent, se dérobent sous lui, v. que’l n’i ban las camos. – Laisser vacant, quitter : Abandouná las sèbos fountsious = Abandonner ses fonctions. – Renoncer à poursuivre une compétition sportive : Courur qu’a abandounat = Coureur qui a abandonné. – Abandouná’s (abandonà’s), v. pr. S’abandonner, cesser de lutter : Aro que m’abandouni = Maintenant je cède, je renonce. Syn. abdicá, renounçá. – Se laisser aller : Abandouná’s al bici = Se vautrer dans le vice. Abandouná’s al descouratjoment = Céder au découragement. Abandouná’s al desespouèr = Sombrer dans le désespoir. La fènno que s'abandounèc antram les braces del capitani = La femme défaillit entre les bras du capitaine.

  • Abandounat (abandonat), adj. et n. Abandonné, délaissé : Maisou abandounado = Maison abandonnée Syn. a l’abandou. Amics abandounadis = Amis délaissés. Oucupá’s des abandounadis = S’occuper des abandonnés, des personnes sans secours.

  • Abanés (avanés), adj. et n. Havanais, qui se rapporte à la Havane ou à ses habitants ; habitant ou originaire de la Havane.

  • Abano (avana), m. Havane, tabac ou cigare de la Havane. – adj. inv. Marron clair : Couer abano = Du cuir havane.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   140

similaire:

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconLa deuxième version en 1861
«dérèglement de tous les sens», jusqu’à devenir le grand criminel, le grand maudit. IL arrivera ainsi à la connaissance de l’inconnu....

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconLa petite Roque
«Ma première lettre est pour la maison Poivron, puisque j’en ai une pour M. Renardet; faut donc que je traverse la futaie.»

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconQuelques pistes pour apprendre l’alphabet La meilleure façon d’apprendre...

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconDes six Abécédaires spirituels de Francisco de Osuna
«alphabet». Par contre, le Diccionario de Autoridades distingue d’un côté l’alfabeto, désignant à la fois l’alphabet et la cartilla,...

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconLe français en classe de première – XVI
«Lettre de Gargantua à Pantagruel», livre II, chap. VIII, 1532; manuel p. 26-27

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconTextes : Texte a madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan, 4...

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconEmmanuel Ricard
«pas !» se parle, c’est le temps des premières fois : première affirmation, premier refus, première confrontation, première séparation,...

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconLettre d’information n°20 : 21 novembre 2015 L’Association France-Chine-Éducation (F. C. E.)
«Lettre» un historique de l’enseignement du chinois tel que relaté par un article du journal «Le Monde» de 1979 qui nous a aimablement...

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconUtopie, livre II (1516), manuel pp. 22-23 Þ François Rabelais, Pantagruel,...
«Comment Pantagruel, à Paris, reçut une lettre de son père Gargantua, et la copie de cette lettre» Pantagruel

M., première lettre de l’alphabet. *Pour : De a à Z, V iconRecherche se concrétise au fur et à mesure grâce aux inspirations de cette poétique de
«les lauriers». C’est aussi dans une lettre à Montesquiou de mars 1905 que Proust cite pour la première fois une œuvre de Nerval,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com