J'ai des mains pour te toucher





télécharger 51.75 Kb.
titreJ'ai des mains pour te toucher
date de publication06.11.2016
taille51.75 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > économie > Documentos




Pour maman
J'ai des mains pour te toucher
J'ai des bras pour te serrer
Des pieds pour courir vers toi
Pour t'appeler j'ai ma voix
Et puis, j'ai mon cœur encore
Pour t'aimer toujours plus fort.




Si j'étais jardinier
Si j'étais jardinier

Je ferais pousser une

Fleur en forme de cœur.

Elle serait pour maman

Qui la garderait longtemps

Car maman saurait que

La fleur c'est tout

L'amour de mon cœur




Un point c’est tout !
Un gros bisou

Un bon câlin

Quelques mots doux

Et puis c’est tout.

Non j’oubliais

Un petit mot

A ajouter

Je t’aime maman

Un point c’est tout !
Magdalena GUIARO-JULLIEN




Comment s'écrit le mot MAMAN
Pour te dire que je t'aime

J'ai pris deux M à la crème

Avec deux A en chocolat

Plus un petit N en nougat

M A M A N

Ma bouche est pleine !

Mais il faut que j'apprenne

A mon estomac gourmand

Comment s'écrit le mot MAMAN !




Maman, quand tu es en colère
Maman, quand tu es en colère,
je t'aime de travers.
Maman, quand tu t'en vas,
je t'aime couci-couça.
Maman, quand tu es de bonne humeur,
Je t'aime de tout mon cœur.
Maman, quand tu me cajoles
Je t'aime sans parole.
Maman, quand je te dis ce poème,
Comprends-tu combien je t'aime.

Marie AUBINAIS




Tout peut s'user
Dans la vie
Tout peut s’user
Mes bas, mes souliers,
Mon crayon et ma gomme à effacer.

Mais moi, je connais une chose
Qui ne peut jamais s’user.

C’est la joue d’une maman
Qui reçoit des baisers de son enfant.




Le plus beau collier
Je voudrais être riche

Et t'acheter un beau collier

Je n'ai que quatre sous

Et un désir fou

De mettre mes deux mains

Autour de ton cou

Et faire de mes bras

Un collier

Que tu n'aurais

Plus envie de quitter.




Maman

Il y a longtemps
Je n’étais pas grand
Et je t’aimais déjà maman.

Mais aujourd’hui,
J’ai bien grandi
Et je t’aime encore autant maman.

Et demain quand
Je serai géant
Je t’aimerai encore toujours maman.
Christian MERVEILLE




Simplement
J'ai cherché dans les poèmes
Comment dire je t'aime
J'ai trouvé des mots savants
Bien trop longs pour mes cinq ans.

Alors, j'ai cherché ailleurs
Et j'ai trouvé dans mon cœur
Les mots que tu m'as appris
Quand j'étais encore petit

Maman, je t'aime, grand comme ça !
Je le dis avec mes bras.




Une Maman
Des milliers d’étoiles dans le ciel,
Des milliers d’oiseaux dans les arbres,
Des milliers de fleurs au jardin,
Des milliers d’abeilles sur les fleurs,
Des milliers de coquillages sur les plages,
Des milliers de poissons dans les mers,
Et seulement, seulement une maman.
André BAY




Pour ma mère
Il y a plus de fleurs
Pour ma mère, en mon cœur,
Que dans tous les vergers ;
Plus de merles rieurs
Pour ma mère, en mon cœur,
Que dans le monde entier ;
Et bien plus de baisers
Pour ma mère, en mon cœur,
Qu'on en pourrait donner.
Maurice CARÊME




Fête des Mères

Je voulais, Maman gentille,
T'offrir de belles jonquilles
En un bouquet engageant.
J'ai regardé les boutiques
Mais les prix sont fantastiques
Et ma bourse a peu d'argent!

Alors, au fond de ma tête,
J'ai composé pour ta fête
Un tout petit compliment,
Et je t'offre ce poème
Pour te dire que je t'aime,
Je t'aime bien fort, Maman.

Michel BEAU




À ma maman
Bien sûr, maman, je veux t'offrir

Oh, tout ce qui peut te faire plaisir.

Naturellement, pas des trésors,

Non, mais de gros efforts.

Et, cette fois-ci, promis, je vais

Faire mon lit, ranger, m'appliquer;

Éteindre la télévision,

Apprendre par cœur mes leçons,

Être un modèle d'obéissance...

Mais tout à coup, maman, j'y pense :

Avec un enfant si parfait,

Maman, c'est sûr, tu t'ennuierais.



Pour maman
J’ai cueilli trois fleurs des champs
Mais la plus jolie que j’aime tant
Mais la plus jolie, c’est pour Maman.

J’ai trouvé trois cailloux blancs
Mais le plus joli que j’aime tant
Mais le plus joli, c’est pour Maman.

J’ai aussi trois beaux rubans
Mais le plus joli que j’aime tant
Mais le plus joli, c’est pour Maman.

Je n’ai qu’un petit cœur d’enfant,
Mais mon petit cœur qui l’aime tant
Mais mon petit cœur, c’est pour maman.




L'oiseau et moi
Oui, c'est avec
Le bout de ses ailes trempées
De rosée
Qu'un oiseau envoie les baisers
Qui tremblent dans son bec

Et moi, c'est en nouant
Mes bras rieurs
Au cou de ma maman,
Que je lui donne les baisers
De l'oiseau léger
Qui chante dans mon cœur
Maurice CARÊME




J'aime ma mère
J’aime ma sœur
Pour ses yeux clairs,
J’aime mon frère
Pour sa candeur.
J’aime mon père
Pour sa douceur
Et je ne dois
Sûrement pas
Dire pourquoi
J’aime ma mère.
Je me demande
Même parfois
Si je ne l’aime
Pas plus que moi.
N’est-elle pas
La vraie lumière
Qui nous éclaire,
Ma sœur, mon frère,
Mon père et moi ?
Maurice CARÊME

Te remercierai-je...

Te remercierai-je jamais assez
De m'avoir mis au monde
Et de m'avoir donné
Tant d'arbres à aimer,
Tant d'oiseaux à cueillir
Tant d'étoiles à effeuiller,
Tant de mots à faire chanter,
Tant de cœurs à comprendre,
Tant de jeunes filles à entendre,
Tant de mains d'hommes à serrer
Et une âme de petit enfant
Qui me demande à l'existence
Qu'un peu de brise pour son cerf-volant.
Maurice CARÊME




Maman

J’ai de toi une image
Qui ne vit qu’en mon cœur.
Là tes traits sont si purs
Que tu n’as aucun âge.

Là, tu peux me parler
Sans remuer les lèvres ;
Tu peux me regarder
Sans ouvrir les paupières.

Et lorsque le malheur
M’attend sur le chemin,
Je le sais par ton cœur
Qui bat contre le mien.
Maurice CARÊME




Mère

Tu es belle, ma mère,
Comme un pain de froment.
Et, dans tes yeux d'enfant,
Le monde tient à l'aise.

Ta chanson est pareille
Au bouleau argenté
Que le matin couronne
D'un murmure d'abeilles.

Tu sens bon la lavande,
La cannelle et le lait ;
Ton cœur candide et frais
Parfume la maison.

Et l'automne est si doux
Autour de tes cheveux
Que les derniers coucous
Viennent te dire adieu.
Maurice CARÊME

La mère

Merles, chantez ! Voici ma mère.
Fleurissez tant que vous pouvez,
Les lilas et les cerisiers !
Soleil, faites votre lumière
Plus bondissante qu'une eau vive !
Courez, le vent ! Ma mère arrive ;

Regardez comme les carreaux
Rient de refléter son image
Juste au moment où le sureau
Encadre de fleurs son visage !
Regardez comme la cuisine
Pour la recevoir s'illumine !

Ouvrez toutes grandes les portes.
Dépêchez-vous, que l'on apporte
Ici les fruits, le meilleur vin
Et toutes les fleurs du jardin.
Voici ma mère maintenant
Dans la maison de son enfant.
Maurice CARÊME
Petit poème pour ceux que j'aime



Il a plu des mots ce matin
Ils sont tombés dans mon jardin.

Des mots très fous
Qui font la roue,
Des mots d'amour
Tout en velours,
Des mots très doux,
Des mots pour toi.

Et tout le jour, dans le secret,
Je vous en ferai des bouquets.
Monique HION




Je te souhaite...

 

Je te souhaite un jour de velours,

d'iris, de lis et de pervenches,

un jour de feuilles et de branches,

un jour et puis un autre jour,

 

un jour de blés, un jour de vignes,

un jour de figues, de muscats,

un jour de raisins délicats,

un jour de colombes, de cygnes.

 

Je te souhaite un jour de diamant,

de saphir et de porcelaine,

un jour de lilas et de laine,

un jour de soie, ô ma maman

 

et puis un autre jour encore,

léger, léger, un autre jour

jusqu'à la fin de mon amour,

une aurore et puis une aurore,

 

car mon amour pour toi, ma mère,

ne pourra se finir jamais

comme le frisson des ramées

comme le ciel, comme la mer...

 

 

Pierre GAMARRA




Maman

Qui coud mes vêtements,

les allonge et ravaude

Sans perdre un seul instant ?

Qui met la «cruche» chaude

Dans mon petit lit blanc ?

C’est maman.

Qui, tout tranquillement,

Accomplit son ouvrage,

Lave l’appartement,

Soigne bien le ménage,

Sait faire un pansement ?

C’est maman.

Qui chaque jour, m’attend

Au sortir de l’école,

Et m’embrasse en riant ?

Qui m’écoute et console

Mes gros chagrins d’enfant ?

C’est maman.

 

Vio MARTIN


http://www.librairie-interactive.com

similaire:

J\Colloque Dim-Psy 12/02/05
«Wo es war, soll ich werden», qui nous fait toucher du doigt, la radicale excentricité du soi à lui-même qui ne cesse d’agiter les...

J\N'a de haine pour aucune de ses oeuvres et s'occupe avec soin de chacune d'elles
«Je suis dans une grande angoisse Tombons plutôt entre les mains du seigneur, car sa miséricorde est grande, mais que je ne tombe...

J\Dans une chanson hommage à Ferré et dont l’inspiration est si proche...
«là-bas sur la grève / les mains qui lèvent le cœur ailleurs», et le remercie pour avoir reçu «un peu de (son) feu pour y voir /...

J\Joie des êtres compatissants, ils éveilleront la compassion. Quel...
«Ce que tu fais au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu le fais». (Mt 25,40)

J\Un film de Robert Guédiguian Page
«Qui se souvient aujourd’hui des Arméniens ?». Que voulait-il dire d’après toi ? Que les populations oublient les génocides et que...

J\Les extraits cités des passages étudiés ne prétendent pas s'y substituer;...
Ma nièce avait ouvert la porte et restait silencieuse. Elle avait rabattu la porte sur le mur, elle se tenait elle-même contre le...

J\Ii- vie privée difficile, vie publique glorieuse 1824-1852 1827 Les années heureuses
«C’est drôle, quand on a de petites mains, on écrit tout gros et quand on a de grandes mains, on écrit tout petit !». Victor Hugo...

J\7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés
«entre nos mains», nous sommes en prises directes avec les difficultés que cela peut présenter pour nous d’enseigner auprès de ces...

J\Toute la danse occidentale est parcourue du duo/duel entre virtuosité et expressivité
«Lettres sur la danse» de Georges Noverre. Ce chorégraphe français dénonce le vide d’une danse réduite à des prouesses mécaniques....

J\L'image des femmes dans les mains Libres





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com