Français – epreuve de terminale series es-s





télécharger 35.21 Kb.
titreFrançais – epreuve de terminale series es-s
date de publication30.04.2017
taille35.21 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
FRANÇAIS – EPREUVE DE TERMINALE - SERIES ES-S

Eléments de corrigé

REMARQUES GENERALES

Orthographe et langue : Une orthographe très incorrecte sera pénalisée à hauteur de 1 point. Cette pénalisation globale sera appliquée à partir de plus de 10 erreurs graves par page. Il est essentiel que toutes les copies soient traitées équitablement dans ce domaine. Si la copie manifeste également une syntaxe et un lexique défaillants au point d’altérer l’intelligibilité de nombreux passages, elle pourra être globalement sanctionnée de 2 points au maximum.

Ces barèmes concernant la langue s’appliquent à l’ensemble de la copie.

Si une pénalisation s’impose, elle sera mentionnée sur la copie.

Notation : Les correcteurs sont invités à utiliser toute l’échelle des notes et n’hésiteront pas, pour les copies jugées excellentes aussi bien pour leur contenu que pour la qualité de leur expression, à aller jusqu’à la note maximale.

Remarques importantes : Dans certains paquets de copies peuvent se trouver les devoirs de candidats en situation de handicap, et qui bénéficient à ce titre d'un aménagement des conditions d'examen. Certains d'entre eux ont composé sur ordinateur : leur production, imprimée, est agrafée à la copie d'examen type. Ces copies ne sont en aucun cas à différencier des autres et doivent être corrigées de la même façon. Il faut les noter et reporter la note sur le logiciel prévu à cet effet.
Question (4 pts)
En quoi peut-on rapprocher les représentations de l’homme proposées par ces trois textes ?

Remarques préalables :


  • On n’exigera pas une confrontation organisée de l’ensemble des textes.

  • Pour attribuer la note maximale de 4 pts, on n’attendra pas du candidat qu’il ait repris exhaustivement tous les éléments proposés ci-dessous.

  • On accordera la moyenne aux copies qui auront vu la comparaison homme/ animal et la vision dépréciative de l’homme.

  • On valorisera une réponse synthétique ainsi que les copies qui confrontent véritablement les textes et qui présentent d’autres éléments.


Eléments de corrigé :
Ces trois textes présentent une image dépréciative de l’homme et dénoncent les travers de la nature humaine, en rapprochant dans les textes A et B les hommes et les animaux. Ces textes condamnent la cruauté, la brutalité mais aussi la vanité de l’homme
-La violence de l’homme : l’homme est un animal violent, comparable en cela aux autres animaux. La Bruyère rapproche la violence de l’homme de celle des loups, des chats. L’homme a imaginé des armes de guerre et de destruction pour suppléer à sa faiblesse constitutive. Dans la fable de La Fontaine, les compagnons d’Ulysse préfèrent rester dans la forme animale que Circé leur a imposée car elle leur permet de donner libre cours à leur violence (vers 11, 42). le Lion « roi » apparaît comme belliqueux. Voltaire dans Micromégas dénonce la violence et l’inanité des conflits grâce au regard étranger, explicitement exploité dans ce texte.
-La vanité de l’homme. La Bruyère dénonce ce travers de l’être humain qui se considère à tort comme « un animal raisonnable », qui juge bestial le comportement des autres animaux alors qu’il se comporte de la même manière et qu’il a utilisé son intelligence à inventer des armes meurtrières. La Bruyère tourne en ridicule la prétendue supériorité humaine. La Fontaine souligne lui aussi cette vanité de l’homme, prompt à juger de la laideur de l’ours ou de la cruauté du loup mais qui ne se juge pas lui-même comme le rappelle le loup à Ulysse vers 37-38 et 41-42. L’homme est un loup pour l’homme rappelle-t-il vers 44. Quant au Sirien mis en scène dans Micromégas, il dénonce « cet excès de rage forcenée » qui habite les hommes et qui les conduit dans des guerres absurdes.

-Absence de morale des hommes qui, dans la fable de La Fontaine, préfèrent rester des animaux afin de satisfaire leurs passions « tous renonçaient au lôs des belles actions » or les compagnons d’Ulysse « ont force pareils en ce bas Univers ». L’homme est bien éloigné des « atomes intelligents » célébrés par Micromégas mais selon les philosophes la plupart des hommes sont « un assemblage de fous, de méchants et de malheureux ». Parmi ces derniers, les rois, « ces barbares sédentaires » qui ordonnent (…) le massacre d’un millier d’hommes ».
Tous ces textes par la comparaison avec les animaux et par la fausse naïveté (texte C) ou l’ironie (texte B) rabaissent les hommes et permettent de relativiser, par la comparaison avec les animaux, leur supériorité.

Travaux d’écriture (sur 16 points)
COMMENTAIRE :
Vous ferez le commentaire du texte A, La Bruyère, les Caractères, « Des jugements » (l. 15 à la fin).
Remarques préalables :
-Pour attribuer la note maximale de 16 pts, on n’attendra pas que le candidat reprenne tous les éléments proposés ci-dessous. On n’hésitera pas à accorder une très bonne note aux copies qui ont repéré l’ironie.

-On attendra un plan en deux parties. Un plan en trois parties est recevable s’il est valide.
-On accordera la moyenne aux copies qui auront analysé la comparaison homme/ animal au centre de l’argumentation et perçu la dénonciation de la violence humaine.

-On pénalisera la paraphrase, le simple montage de citations, une analyse juxtalinéaire, l’absence d’introduction et de conclusion, l’absence de références au texte et l’absence d’étude de procédés de style, les contresens sur le texte.

-On valorisera les copies qui auront vu et analysé correctement la dimension oratoire du texte.

Eléments de corrigé:
La Bruyère conteste la prétention de l’homme à se définir comme « un animal raisonnable » et démontre avec ironie que son orgueil n’est pas justifié.


  1. Une argumentation habile :


-Progression rigoureuse de la démonstration : emploi de connecteurs, répétition de constructions similaires (voilà…) qui permettent de structurer les parallélismes et les oppositions, glissements des idées à travers une même unité thématique (les animaux, de l’animal le plus inoffensif au plus cruel ; la violence : d’un combat singulier à une véritable hécatombe).
-Dialogue vivant avec un destinataire invité à participer et à vérifier le bien- fondé de ses affirmations. (adresse au lecteur, emploi du discours direct, questions rhétoriques et exclamatives)
-Des images frappantes, des exemples variés, très concrets au début (images tirées de la chasse) puis plus fantaisistes/ amplification (épisode des chats) : hyperboles qui soulignent l’absurdité de la guerre/ la comparaison avec le sabbat : réunion de sorcières: combat diabolique.
-Parallèle humanité/animalité : jugements contradictoires portés par l’homme sur la cruauté des animaux : admiration pour l’habileté de certains animaux lorsqu’ils sont chasseurs et mettent cette habileté au service de l’homme (emploi répété de l’adjectif « bon »), condamnation de leur cruauté lorsque leur habileté s’exerce contre ceux de leur espèce (opposition entre l’éloge du lévrier/la condamnation des deux chiens) (termes hyperboliques: « abominable sabbat, hurlements, boucherie »).


  1. Un réquisitoire indigné et ironique contre la folie meurtrière des hommes :


-Incapacité de l’homme à juger ses actions : L’homme se montre incapable de critiquer son comportement, or loin d’être raisonnable, il est aussi bestial que les autres animaux. Inversion des points de vue : (l. 30-33) : emploi du conditionnel/des questions oratoires.
-Déraison de l’homme qui s’écarte de la nature (l. 15 : « légèretés/folies/caprices ») : rythme ternaire et paradoxe provocateur (« au-dessous de la taupe et de la tortue »). La prétérition permet de renforcer l’accusation.
-Ironie railleuse de la fin du texte qui critique la manière dont l’homme a utilisé son intelligence pour créer des armes de guerre qui suppléent leur faiblesse physique. L’ironie domine ces dernières lignes : antiphrases « en animaux raisonnables » / « fort judicieusement », « instruments commodes » et l’éloge paradoxal de l’imagination inventive de l’homme au service de la guerre et de la mort : énumération des armes diverses qui permettent de tuer (l. 40)/antithèse finale
-Amplification oratoire à la fin du texte qui permet de dénoncer avec plus de force encore l’art de la guerre et qui révèle l’indignation de l’auteur.

DISSERTATION

Le recours à la fiction permet-il selon vous de dénoncer plus efficacement certains comportements humains ? Vous rédigerez un développement structuré, qui s’appuiera sur les textes du corpus, ceux que vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles.
Remarques préalables :
-Pour attribuer la note maximale de 16 pts, on n’attendra pas que le candidat reprenne les éléments ci-dessous. L'exercice sollicite une pensée organisée, nourrie d'exemples suffisamment variés et maîtrisés.
-On accordera la moyenne aux copies qui auront construit une réponse valide à partir d’exemples empruntés à des genres différents (trois exemples minimum).

-On valorisera la pertinence d’exemples personnels clairement développés ainsi que les copies qui auront distingué les textes fictionnels (sans restriction de genres) des textes non fictionnels (essai, dialogue philosophique, article d’encyclopédie, lettre ouverte…).

-On pénalisera les copies qui ne présentent pas d’argumentation, les copies sans aucun exemple.
Eléments de corrigé :


  1. La fiction permet une dénonciation efficace.




  1. La fiction offre une grande variété de formes et de procédés.


-Les genres qui utilisent la fiction pour argumenter offrent une grande diversité : fable, roman, comédie... C’est au travers d’une fiction allégorique (Rhinocéros) que Ionesco pousse le spectateur à réfléchir à la condition de l’homme, à sa capacité à résister contre tous les totalitarismes, à conserver son esprit critique et son humanité.

-La fiction permet enfin de varier les registres en usant en particulier de l’ironie ou de la fausse naïveté comme dans Les Lettres Persanes ou Candide qui requièrent une lecture au second degré et exigent une participation active du lecteur et un regard distancié.


  1. Le recours à la fiction : un détour plaisant


-Le recours à la fiction peut toucher un large public et rendre plus accessible l’argumentation. La mise en scène des animaux permet de critiquer rapidement et concrètement des travers humains. Ex : textes du corpus
-La fiction peut être un outil de séduction: plaire et instruire. On peut rappeler la visée des comédies de Molière qui dénoncent les défauts des hommes dans ses comédies : ex. l’avarice, l’hypocrisie ou la fausse dévotion comme dans Le Tartuffe. Les pièces comiques peuvent aussi être l’occasion de dénoncer certains abus de la société comme Le Mariage de Figaro. Le théâtre contemporain peut aussi utiliser des paraboles : Les Chaises ou Rhinocéros de Ionesco.
-L’utilisation de personnages fictifs (romans, contes philosophiques) permet une critique détournée des travers de l’homme. La pratique du détour, plaisante, permet ainsi de renforcer l’efficacité de la dénonciation.
II) Le recours à la fiction n’est pas le seul moyen de rendre efficace une dénonciation :
-Le lecteur peut être sensible à l’éloquence d’un discours : ex : Le Discours sur la misère prononcé par Victor Hugo à l’assemblée où il cherche à convaincre et à persuader les députés de la nécessité de lutter contre le paupérisme et l’égoïsme indifférent de la société ,discours qui s’adresse autant à la raison qu’aux sentiments des destinataires. La lettre ouverte emprunte au discours son éloquence et ses procédés rhétoriques (« j’accuse » de Zola).
-Le genre poétique peut aussi être un moyen efficace de toucher le lecteur : on peut penser à la poésie engagée comme le poème « Familiale » dans le recueil Paroles où par la simplicité de la langue, Prévert dénonce la guerre considéré comme une activité naturelle et familière à l’homme. Le lyrisme pathétique peut aussi servir à dénoncer la cruauté des hommes et à toucher le lecteur comme par ex. dans « Melancholia » (Les Contemplations) où Victor Hugo cherche à réveiller la conscience de ses contemporains en stigmatisant par exemple le travail imposé aux enfants pour des motifs économiques.
-D’autres genres non fictionnels comme les Essais de Montaigne peuvent se révéler des dénonciations efficaces. Ainsi, Montaigne dénonce-il fréquemment les travers des hommes comme par ex. la vanité de ses semblables ou encore leur cruauté et leur intolérance. A travers la peinture de soi, Montaigne peint la nature humaine.

INVENTION
L’un des philosophes s’adresse au Sirien en dénonçant un autre travers humain que le goût de la guerre. Vous rédigerez leur dialogue qui prendra place à la suite du texte C.
Remarques préalables :
-On n’attend pas des candidats qu’ils reprennent l’intégralité des éléments ci-dessous
-On accordera la moyenne aux copies qui présentent un dialogue argumenté et qui respectent les caractéristiques des personnages.

-On sanctionnera tout développement qui ne porte pas sur la nature humaine.

-On valorisera les copies qui auront utilisé comme Voltaire le regard étranger, l’ironie et certains de ses procédés rhétoriques.
Eléments de corrigé
-Le philosophe prend la parole pour dénoncer à Micromégas un autre travers : on peut imaginer l’hypocrisie/le goût du luxe/ l’ambition et la volonté de dominer l’autre/ l’égoïsme et l’individualisme/ l’avarice…

-Développement de ce travers grâce au récit d’une anecdote, l’emploi d’analogies, d’ exemples concrets.

-Utilisation de procédés d’écriture utilisés par Voltaire: appel à l’auditoire, questions oratoires, exclamatives, hyperboles et métaphores amusantes, alternance de phrases brèves et de périodes oratoire.

12FRESETME-LRM1-C Page sur

similaire:

Français – epreuve de terminale series es-s iconÉpreuve de français séries s-es durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 2

Français – epreuve de terminale series es-s iconBaccalauréat géNÉral session 2004 Épreuve de français toutes séries

Français – epreuve de terminale series es-s iconFrançais – epreuve anticipee series es-s
«L’Enterrement» du sonnet annonce une galerie de brefs portraits tout à fait homogène; dès le début du poème de Rimbaud, la société...

Français – epreuve de terminale series es-s iconFrançais Terminale Baccalauréat Professionnel

Français – epreuve de terminale series es-s iconBibliographie français seconde et terminale bep

Français – epreuve de terminale series es-s iconProposition d’Épreuve de français au baccalauréAT

Français – epreuve de terminale series es-s iconBrevet blanc épreuve de français

Français – epreuve de terminale series es-s iconBaccalauréat professionnel épreuve de français

Français – epreuve de terminale series es-s icon4 – L’epreuve de français a l’examen de fin de cycle

Français – epreuve de terminale series es-s iconManuel scolaire de référence : Florence Randanne (dir), 2011, Français...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com