Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant»





télécharger 15.82 Kb.
titreLecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant»
date de publication27.04.2017
taille15.82 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou « Les fusillés de Châteaubriant ».
René Guy Cadou né en 1920 et mort en 1951 est d’abord un écrivain surréaliste, il s’en écarte ensuite pour écrire une poésie simple avec des thèmes quotidiens ou amoureux. Le poème en vers libres présenté ici rassemble des textes écrits pendant la guerre et le recueil a pour titre Pleine Poitrine et fait allusion au buste du soldat touché en plein coeur. Le poème évoque l’exécution de 27 otages lors de la seconde Guerre Mondiale : les Résistants ont exécuté un lieutenant allemand à Nantes le 20 octobre 1941 et le lendemain, les 27 prisonniers du camp de Châteaubriant sont fusillés, parmi eux le jeune Guy Môquet de 17 ans. Alors instituteur en Bretagne, le 22 octobre 1941, il croise le convoi funèbre. Il est bouleversé et écrit ce poème. Comment le poète rend-il hommage aux résistants fusillés ? Nous verrons d’abord l’évocation des otages pour nous intéresser ensuite à l’éloge des martyrs.
I. L’exécution des otages :

1. Le regard du poète :

  • Le poète n’était pas présent lors de l’exécution, il imagine la scène toutefois sous une forme de tableau « regardent » vers 14.

  • On distingue trois parties : vers 1à 8, le moment de l’exécution, les verbes sont au présent devant le mur de l’exécution. L’image est ici figée. Vers 8 à 11 : le regard s’attarde sur deux individus avec un parallélisme de construction «  l’un… un autre… », des scènes sont individuelles et l’imparfait ponctue ce récit « allait ». Vers 12 à la fin : les bourreaux et le martyre.

2. Les fusillés :

  • Ils sont désignés par « ils » et présentés dès le vers 1 dans la posture de l’exécution « appuyés contre le ciel ».

  • Ils sont anonymes : on note une absence de toute identification et des pronoms indéfinis «  l’un » et « un autre ».

  • Les otages sont présentés comme un groupe soudé et indéfini « ils » eux » « les », ces pronoms sont présents 18 fois dans le texte. Le nombre approximatif « une trentaine » souligne cette dimension collective, unie par le lieu «  Châteaubriant ».

  • Ils sont donc unis dans leur destin, comme le précise l’article indéfini « un » « un rendez-vous » au vers 7. Ils vont être fusillés ensemble. Au vers 7, le futur « ils ne se quitteront plus » indique leur solidarité devant la mort. Ils sont identiques par leur foi (communiste).

  • L’idée de soutien est notée par le mot « épaule » : elle est au singulier pour renforcer leur unité et le vers 5 avec son enjambement met en valeur leur amour imposant avec le mot « monument ».Ils ne disparaîtront jamais de la mémoire.

3. L’évocation tragique de l’exécution :

  • Dès le titre du poème, l’exécution est présentée par le mot « fusillés ». Le participe passé montre que l’exécution a eu lieu dans le passé. Cependant, l’expression « vont les tuer » montre un futur proche. Il y a donc ambiguïté dans le titre. Le poète veut évoquer les derniers instants des disparus.

  • La mort est présente par un champ lexical fourni (à citer). Ainsi que des périphrases suggestives «  toute la vie derrière eux » « ils ne sont déjà plus » qui est un euphémisme et « déjà » montre l’imminence de la mort à venir.

  • La mort est ici vue comme « un rendez-vous » auquel les otages se présentent sans délai.

  • Les bourreaux sont désignés par une périphrase « ceux qui vont les tuer », ils n’existent que par leur acte de mise à mort. Ils sont un groupe « ceux » mais une différence importante apparaît : les bourreaux sont sourds «  n’entendent pas », la voix de la liberté ne peut être entendue par eux.

Le poème raconte l’exécution et la mort des otages mais il célèbre aussi la vie par l’éloge qui est fait des martyrs.
II. Un éloge des martyrs :

1. Des saints-martyrs :

  • Au vers 13 qui contient 13 syllabes et qui est le plus long, hommage leur est rendu avec la préposition « au-dessus » ce que confirme le vers 15 : leur sacrifice produit l’héroïsme.

  • Etymologiquement, le martyr est « celui qui a vu », celui qui témoigne de sa foi. Et le martyre est ici comparé à « un baptême sanglant ». celui qui est mort devient un saint : ces hommes ont élevé la dignité humaine au plus haut, ce que confirme la référence au ciel, la répétition du participe passé « appuyés » les représente debout pour l’éternité.

2. Un éloge des fusillés :

  • Le registre épidictique est convoqué : les fusillés sont glorifiés par leurs qualités morales « au-dessus ». L’éloge naît de la différence entre les otages et les bourreaux renforcée par l’adverbe « bien ».

  • Ils sont humbles «  ils ne sont pas des apôtres » et la négation montre qu’ils sont des êtres humains. Au vers 23, l’adjectif « simple » met en valeur leur comportement que renforcent les phrases courtes indépendantes.

  • Ils sont généreux : ils ne haïssent pas leurs bourreaux, ils les plaignent, ce sont des héros magnanimes qui éprouvent de la compassion pour la surdité de leurs bourreaux.

  • Au vers 18, il est fait allusion au chant : beaucoup de fusillés chantaient la Marseillaise, l’Internationale ou le chant du départ au moment de mourir.

3. Un témoignage lyrique :

  • Le poète veut témoigner et rapporte le souvenir de ces innocents morts pour des idéaux, liberté et fraternité : le poète érige « un monument » au sens étymologique « se remémorer », le « monument » traduit l’hommage.

  • Le poète remplit un devoir de mémoire et utilise le lyrisme par une série de contre-rejets nombreux (aux vers 13 et 14 par exemple).

  • Le lyrisme est exploité par des souvenirs simples : « école » « village » le présent indique l’intemporalité qui fixe ces moments dans une forme d’éternité. L’univers du quotidien, simple, est traduit. C’est la vie qui l’emporte et non la mort.

  • De plus, le poète évoque avec lyrisme leur solidarité par le mot « épaule » mais aussi par la plénitude « pleins de vie, d’amour ».

  • La vie éternelle est évoquée plusieurs fois avec notamment « survit » : les valeurs défendues par les résistants ne mourront jamais.

  • Un message universel est produit par le champ lexical de la parole « disent » « paroles »  et « bruit ». les temps (présent, passé et futur) employés indiquent la volonté d’effacer toute limite temporelle.

  • Le message est fort avec «bruit énorme » qui est une hyperbole : au-delà de la mort ces hommes vivent dans nos mémoires, par leur courage. C’est une leçon d’humanité qui nous est donnée : la liberté et la fraternité sont plus fortes que la barbarie.


Le poème est simple et sa fonction est d’être un hommage aux Résistants. Le sacrifice des hommes n’est pas vain, ils sont morts pour la liberté et pour une vie simple et belle, sans être à genoux ou dépendants de la barbarie. Ils ont lutté pour notre liberté. Nous pouvons rapprocher ce poème par exemple de la lettre de Guy Môquet à ses parents avant de mourir.*

*lettre présente partout sur Internet et à connaître pour le Concours de la Résistance.

* de la même manière, l’exécution de Châteaubriant est présente partout dans les livres d’Histoire et sur Internet.

similaire:

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconLecture analytique n°4 : René Guy Cadou (1920-1951)

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconL’amour, la nature et la poésie dans un poème de R. G. Cadou; Le...
«Oradour», de Jean Tardieu; La poésie clandestine et la fraternité chez P. Emmanuel, J. Cayrol, P. Eluard et M. Cohn; Chanter la...

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconRené Guy Cadou naît le 15 février 1920 à Sainte-Reine de Bretagne (Loire -atlantique)
«Feuillets de l’Ilot» (dirigés par Jean Digot) publient son premier recueil «Les Brancardiers de l’aube.»

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconSaint-Pol-Roux-le-Magnifique, par René Guy Cadou
«Les Reposoirs de la Procession» (2), Saint-Pol-Roux remet au Mercure de France le manuscrit d' «Anciennetés» (3)

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconLa poésie permet souvent de témoigner d’une époque ou d’un événement...
«du pays dont ils rêvent», est une périphrase pour désigner la France et qui vient signaler que ces idéalistes se sont battus pour...

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconLecture analytique n°5 : René Char Fragment 128
«Où est-il ?» et le discours indirect libre «les habitants furent sommés de se rassembler sur la place centrale». La parole est violente...

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconLecture analytique Le poème comme art poétique : «Les dernières paroles...
«Blason du beau tétin», 1535; Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, «La chevelure», 1857; Albert Mérat, L’idole, «Le sonnet des...

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconRassemblements pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple
«Une page non tournée de l’Histoire de la 1ère guerre mondiale. Les fusillés pour l’Exemple»

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconRelire les documents en lien avec la séquence, ne pas se contenter...

Lecture analytique n°4 : René Guy Cadou «Les fusillés de Châteaubriant» iconTextes en lecture analytique et cursive





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com