Et si on relisait Platon ?





télécharger 9.46 Kb.
titreEt si on relisait Platon ?
date de publication24.04.2017
taille9.46 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
Et si on relisait Platon ?

Soyons francs. La plupart d’entre nous, à l’évocation de Platon, pensent aux volumes poussiéreux pieusement rangés sur une armoire inaccessible, ou à des cours de lycée vite appris, vite oubliés. En tout cas, à rien qui puisse éclairer les débats et les enjeux contemporains. La traduction récente par O. Sedeyn des cours de philosophie politique de Leo Strauss sur Platon devrait les inciter à réviser leurs positions. Si Strauss est souvent associé dans l’actualité immédiate aux origines du mouvement néoconservateur –qui aurait inspiré l’invasion américaine de l’Irak- peu de personnes peuvent se targuer d’avoir lu ses travaux philosophiques.
Défense du régime mixte.
Platonicien, antimoderne, hostile aux prétendues « sciences » sociales, Strauss donne en 1959 un cours à l’Université de Chicago sur Le Banquet, que retranscrira ensuite l’un de ses meilleurs élèves, Hilail Gildin. A priori, le sujet du Banquet semble assez éloigné de la politique. Tout le monde sait que le dialogue en question est une sorte de compétition entre différents protagonistes, qui cherchent à faire le plus bel éloge du désir, d’eros. Strauss rappelle toutefois qu’il est le dialogue par excellence de l’affrontement entre la philosophie et la poésie, Socrate et ses adversaires. Parce que la spécificité de la tradition philosophique inaugurée par Socrate fut d’avoir compris l’essence du Politique, contrairement à ses adversaires sophistes, poètes et présocratiques, elle est une école de sagesse : « L’implication de la philosophie platonico-aristotélicienne est (…) qu’il ne peut pas y avoir de société rationnelle, c’est-à-dire de société composée d’êtres humains purement rationnels », d’où la défense classique du régime mixte, qui donne non seulement la parole aux plus rationnels, donc aux plus sages, mais aussi à la « non-sagesse », au demos, qui s’exprime par la voie du consentement. Ceci étant dit, Strauss fait du Banquet un concours de sagesse entre philosophie politique et poésie. La poésie se distingue de la philosophie parce qu’elle fabrique des mythes, elle invente sans souci du vrai, ce qui rend les interlocuteurs de Socrate sans doute lyriques, mais incapables de comprendre la nature d’Eros.
L’exégèse straussienne, érudite et pénétrante, nous incite à nous replonger dans Platon avec le sentiment qu’il existe encore quelque chose de profond et d’aventureux, peut-être même de dangereux, à considérer les dialogues socratiques.
Des lois et des marionnettes.
Pour ceux encore sceptiques, la nouvelle traduction des Lois de Platon par L. Brisson et J-F Pradeau peut servir de test. Elle achève une entreprise de retraduction des dialogues initiée depuis un peu plus de vingt ans par Flammarion, et a le mérite de mettre à la portée des bourses les plus modestes un texte essentiel de la philosophie politique, puisque les autres traductions n’étaient disponibles qu’en Pléiade et en Belles Lettres, c’est-à-dire dans des gammes de prix nettement plus élevées. En général, la vulgate oppose la République aux Lois, faisant de la première une œuvre de jeunesse utopiste que la seconde corrige en un sens plus pragmatique. C’est là céder à un préjugé historiciste qui tend à dévaloriser le contenu philosophique de la République comme des Lois. Ces dernières décrivent en 12 livres la constitution fictive d’une cité excellente capable de former des citoyens vertueux et heureux. Cette cité des Magnètes qui doit s’installer en Crète est l’objet d’un dialogue entre un athénien, un lacédémonien et un crétois que l’âge et l’expérience ont rendu plus sage, ou du moins dépassionnés. Le dialogue est un prétexte pour comprendre l’éducation à la vertu des hommes depuis la petite enfance jusqu’à l’âge adulte par la loi, la loi platonicienne ici incluant aussi les mœurs et plus généralement tout ce qui touche l’homme en tant qu’il vit en société : « (…) il existe la raison qui calcule ce qui en ces sentiments [l’attente, la crainte, la confiance] vaut le mieux et ce qui est le pire pour chacun de nous ; et quand ce calcul est devenu le décret commun de la Cité, il porte le nom de « loi » » (I, 644d). Pour bien comprendre le rôle de la loi dans la Cité, l’étranger athénien évoque un mythe resté célèbre, qui compare les êtres humains à des marionnettes manipulées par les Dieux, dont on ne sait si elles ont été constitué dans un but sérieux ou pour leur simple amusement. La conduite des individus se conforme aux lois comme les marionnettes aux fils qui les relient aux mains des Dieux, le plus souple de ces fils étant la Raison, dont la contrainte doit être accepté pour parvenir à l’excellence dans son acception la plus complète. Toutefois, l’existence de fils moins souples, plus raides et de facture moins noble (le fils de la Raison est d’or, les autres de métaux non précieux) nous enseigne aussi sur la nature double des lois, qui s’adressent aux citoyens capables d’accéder à la vertu par la persuasion rationnelle, mais aussi à tous les autres, la multitude inspirée par la crainte qui ne comprend que la force.
A l’ère du localisme, des utopies communicationnelles et de la démocratie participative, les Lois viennent nous donner une leçon assez simple : les législateurs qui tentent d’élaborer une constitution construite sur le dogme de l’égalité entre les hommes se trompent lourdement, parce qu’ils ne sont pas capables de distinguer l’ordre naturel de la convention. La philosophie platonicienne, et plus généralement la pensée classique est devenue le refuge véritable de la pensée critique car en dissidence radicale avec le projet moderne dans sa totalité.
FM
Leo Strauss, Sur le Banquet. La philosophie politique de Platon, éditions de l’éclat, 334 pages, 32 euros.

Platon, Les Lois, (deux volumes, livres I à VI et VII à XII), Garnier Flammarion.

similaire:

Et si on relisait Platon ? iconV. Programme de travail pour les années à venir
«Le même et l’autre dans la structure ontologique du Timée de Platon. Un commentaire systématique du Timée de Platon»

Et si on relisait Platon ? iconDe l’analogique au numérique : la science de Platon

Et si on relisait Platon ? iconDéfinition de la poésie + étymologie
«enthousiasme» chez Platon, «prophétie» chez les Romantiques et «voyance» chez Rimbaud

Et si on relisait Platon ? iconBibliographie Khâgne été 2009
«Galilée et Platon», «Galilée et la révolution scientifique du xviie siècle», «Galilée et l’expérience de Pise», Gallimard, tel n°92....

Et si on relisait Platon ? iconVers le ciel ou vers la terre
«L'école d'Athènes», Raphaël exprime leur divergence d'un trait : Platon tend le doigt vers le ciel, Aristote vers la terre

Et si on relisait Platon ? icon1508, du lat. Academia, emprunté au grec Akadêmia «jardin d'Akadêmos...
«un dictionnaire pour le public, rendant état de la langue française*» commandé par le cardinal de Richelieu, les dictionnaristes...

Et si on relisait Platon ? iconCours de Philosophie Licence 1
«La question et la réponse». IL est conçu comme une introduction à la philosophie par le biais d'un exercice des formes élémentaires...

Et si on relisait Platon ? iconPlaton et la parole – lexique grec
«occupe-toi de ton âme» (Premier Alcibiade). Et comme l’âme est pour Socrate le reflet de la personne, un dialogue authentique est...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com