Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)»





télécharger 54.34 Kb.
titreManuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)»
date de publication22.04.2017
taille54.34 Kb.
typeManuel
l.20-bal.com > documents > Manuel

Jean-Pierre GROSSET-BOURBANGE


Lycée Schuman Haguenau

2NDE 2004/2005


Le personnage de comédie :

mise en scène d’un type humain

I- Déroulement de la séquence


Objet d’étude : le théâtre

Perspective dominante : genres et registres

Perspective complémentaire : histoire littéraire et culturelle
Corpus : groupement de textes

Lectures cursives : Beaumarchais Le Barbier de Séville

Molière L’école des femmes


Séance 1 : Entrée dans la séquence ; questionnement sur les comédies étudiées au collège ; examen du parcours proposé par le manuel.
Séance 2 :(module) à partir des extraits du manuel, caractérisation d’un genre : la comédie – catégorie sociale des personnages, niveau de langue-.

Lire les extraits que votre manuel propose dans le chapitre sur la comédie
Séance 3 : Lecture cursive d’un extrait de P. Grimal (La civilisation romaine manuel p.242) « Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…) »

Deux études comparées : 1- Plaute Le soldat Fanfaron (manuel p. 248 extrait de la scène d’exposition) et Corneille L’Illusion comique II, 2 (manuel p. 250)

2- Plaute La marmite (manuel p.41 ; monologue d’Euclion) et Molière L’Avare IV, 7 (monologue d’Harpagon)


Séance 4 : Mise en scène d’un type humain : le misanthrope à travers deux extraits : Ménandre Le dyscolos I, 3(manuel p.251) et Molière Le Misanthrope I, 1

Séance 5 : (module) Lecture de l’image → analyse d’une mise en scène du Bourgeois Gentilhomme III, 2 et 3 (Comédie-Française m.s. Jean Meyer avec Louis Seigner). Qu’est-ce qui dans la représentation ajoute au ridicule du personnage ? L’esthétique du ridicule. Lecture cursive complémentaire : exposition du Voyage de Monsieur Perrichon d’Eugène Labiche.
Séance 6 : Commenter un texte de théâtre (1) étudier la relation entre dialogue et didascalies. Texte : Marivaux Le jeu de l’amour et du hasard III, 8

Rédigez un paragraphe de commentaire montrant comment le jeu entre dialogues et didascalies détermine le registre de la scène.

Séance 7 : Commenter un texte de théâtre (2) étudier la composition d’un dialogue et l’enchaînement des répliques. Texte : Molière Les Femmes savantes III, 3 ; v ; 988 à 1018 (Vadius/Trissotin)

Quelles sont les étapes du dialogue ? Quel est l’intérêt de cette composition ? Répondez dans un paragraphe de commentaire, rédigé et argumenté.
Séance 8 : Commenter un texte de théâtre (3). Texte : Marivaux La double Inconstance I, 1 (tirade de Silvia). A partir de paragraphes de commentaire entièrement rédigés où manquent certains termes techniques et certaines citations. Restitution des citations et des termes manquants. Le mode d’insertion des citations dans le commentaire. Plan du paragraphe.

Rédigez en une dizaine de lignes un autre paragraphe montrant que l’échange est également inacceptable parce qu’il défie la morale individuelle et sociale.
Séance 9 : Lecture analytique d’un extrait du monologue de Figaro (Le Mariage de Figaro V, 3 de « Est-il rien de plus bizarre que ma destinée ?... » à « on me supprime et me voilà derechef sans emploi. ». Trois objectifs sont assignés à cette séance ; un objectif formel : comprendre la fonction d’un monologue ; un objectif culturel : l’évolution de la figure du valet dans la comédie et un objectif technique : commenter un monologue (trouver des axes de lecture)
Faire le plan détaillé du commentaire.
Séance 10 : Commenter un texte de théâtre (4). Texte : un extrait des Chaises de Ionesco. Après un repérage des différents registres mis en œuvre dans cette « farce tragique » (sous-titre de la pièce), proposition d’un plan de commentaire et rédaction d’une introduction.
Rédigez l’introduction du commentaire de la séance 9 (monologue de Figaro)
Séance 11 : Bilan de la séquence et synthèse sur la comédie et le registre comique.
Séance 12 : Evaluation monologue d’Arnolphe Ecole des femmes IV, 1




retour accueil






II- Corpus



Séances 1 et 2 : Le manuel en usage dans l’établissement est celui d’Hélène Sabbah Littérature 2de Textes et séquences (Hatier 2000) mais le travail peut être fait à partir d’un autre manuel de seconde.
Séance 3 : P. Grimal la Civilisation romaine (éd. Arthaud, 1974)
Dès la fin du IIIe siècle avant Jésus-Christ il n’y eut plus guère de jeux sans représentations théâtrales. Elles alternaient avec les courses de chars, et cela explique l’allongement des jeux qui tendirent à occuper un nombre de jours de plus en plus considérable. Cela eut pour résultat de provoquer la naissance d’un théâtre latin qui, en quelques générations de poètes, produisit toute une floraison d’œuvres remarquables. C’est pendant les jours les plus sombres de la seconde guerre punique que Plaute composa presque tout son théâtre. Et il n’était pas alors le seul à écrire des comédies. Le Campanien Naevius, son aîné, en fit jouer lui aussi un très grand nombre. Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque « nouvelle », dont les œuvres dataient de moins d’un siècle et continuaient à être jouées dans les villes grecques. Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains qui, valables pour la Grèce hellénistique, ne l’étaient pas moins dans la Rome nouvelle, hellénisée, ouverte à tous les courants de la vie méditerranéenne. On y trouvait comme en Grèce des marchands enrichis, des courtisanes avides, des jeunes gens désireux de profiter de la fortune paternelle, des esclaves fripons prêts à les y aider. Leurs aventures charmaient le public populaire. Cette comédie, exempte d’allusions politiques, au contraire de ce qu’avait été l’ancienne comédie athénienne (celle d’Aristophane), convenait merveilleusement à Rome où les magistrats n’auraient pas toléré la liberté satirique permise au temps de Périclès. On n’aurait pas accepté non plus une peinture de la vraie vie sociale contemporaine, celle des familles romaines, qui était censée échapper aux regards indiscrets. Mais l’atmosphère purement grecque de cette comédie, où les noms des personnages, le lieu supposé de la scène, les allusions aux institutions et aux coutumes transportaient les spectateurs bien loin de Rome, servait d’excuse aux plus grandes audaces. Le monde de la comédie est alors en marge du monde réel, celui de la cité : cela suffit pour que ne se pose pas le problème de sa moralité. On rit, le public s’amuse (et, avec lui, les dieux) : le rire des jeux a atteint son but.
Plaute Le Soldat fanfaron (vers 191 av. J.C.)

Acte I, scène première, v. 1 à 31
PYRGOPOLINICE (sortant de chez lui, aux esclaves restés dans la maison). – Faites briller mon bouclier ; que son éclat soit plus resplendissant que les rayons du soleil dans le ciel pur. Il faut, quand besoin en sera, dans le feu de la mêlée, que l’éclat de ses feux éblouisse les regards de l’ennemi. Et toi, ma chère épée, console-toi, cesse de te lamenter, et ne perds point courage, s’il y a trop longtemps que je te porte oisive à mon côté, tandis que tu meurs d’envie de faire un hachis de nos adversaires. – mais où est Artotrogus ? Est-il là ?

ARTOTROGUS.- Il est là aux côtés d’un héros fort et fortuné, et beau comme un roi et un guerrier…Mars, auprès de tes prouesses, n’oserait parler des siennes ni les leur comparer.

PYRGOPOLINICE.- N’est-ce pas lui que je sauvai dans les plaines Charançoniennes, où commandait en chef Bumbomachidès Clutumistharidysarchidès, petit-fils de Neptune ?

ARTOTROGUS. – Je m’en souviens; tu veux parler de ce guerrier aux armes d’or, dont tu dispersas d’un souffle les légions, comme le vent dissipe les feuilles ou le chaume des toits.

PYRGOPOLINICE (d’un ton négligent).- Peuh ! Tout cela n’est rien.

ARTOTROGUS.- Rien bien sûr, au prix de toutes les autres prouesses… (à part) que tu n’as jamais faites. (S’avançant sur la scène pour s’adresser au public) Si jamais on peut voir plus effronté menteur, fanfaron plus vaniteux que mon homme, je veux bien être à qui le trouvera, je m’engage à devenir son esclave. Il n’y a qu’une chose : les olives confites qu’on mange chez lui sont furieusement bonnes.

PYRGOPOLINICE.- Où es-tu ?

ARTOTROGUS.- Me voici. Et dans l’Inde, par Pollux, te rappelles-tu cet éléphant ! Comment, d’un coup de poing, tu lui as cassé le bras ?

PYRGOPOLINICE.- Comment, le bras ?

ARTOTROGUS.- Je voulais dire la cuisse.

PYRGOPOLINICE.- Et j’avais frappé mollement.

ARTOTROGUS.- Parbleu ! Si tu avais mis toute ta force, avec ton bras tu lui aurais traversé le cuir, le ventre et la mâchoire, à cet éléphant.
.

Corneille L’Illusion comique II, 2 v.225 (« Il est vrai…) au v.252 (« que grâce, que beauté. »)

Plaute La Marmite (vers 713-721)

EUCLION.- Je suis perdu ! Je suis mort ! Je suis assassiné ! Où courir ? Où ne pas courir ?

Arrêtez-le, arrêtez-le ! Mais qui, Et qui l’arrêtera, Je ne sais, je ne vois rien, je vais en aveugle… Où vais-je, où suis-je, qui suis-je, je ne sais plus, j’ai la tête perdue… Par pitié vous autres, je vous en prie, je vous en supplie, venez à mon secours : indiquez-moi l’homme qui me la ravie. (Au public) Que dis-tu toi ? Je veux t’en croire : tu as la figure d’un honnête homme. Qu’y a-t-il ? Pourquoi riez-vous ? Je vous connais tous. Je sais que les voleurs sont légions parmi vous ; ils ont beau se cacher sous des vêtements blanchis à la craie, et demeurer sagement assis tout comme de braves gens… Hein, quoi ? Personne ne l’a, Tu m’assassines. Dis-moi, voyons : qui l’a ? Tu ne sais pas ? Ah, pauvre, pauvre malheureux ! Je suis mort.

Molière L’Avare IV, 7 monologue d’Harpagon en entier

retour séance 3

Séance 4 : Ménandre (vers 317 av. J.C.) Le Dyscolos, I, 3 v. 160 à 172
CNEMON.- Ce n’est plus vivable à présent, non, par Asclépios ! Pour me parler, les voilà qui pénètrent sur mon terrain, maintenant. Car c’est juste en bordure de la route –oui, par Zeus ! – que j’ai l’habitude de passer mon temps ? Moi qui ne cultive même plus cette partie de mes terres, mais l’ai désertée à cause des passants ! Eh bien ! Voilà qu’ils grimpent sur les collines, maintenant, pour me donner la chasse. Oh ! La grouillante foule ! (Apercevant Sostrate) Malheur ! Quel est cet autre encore, planté devant ma porte ? (Il s’approche menaçant)

SOSTRATE (à part).- Est-ce qu’il va me battre ?

CNEMON.- La solitude, impossible de la trouver nulle part, non, pas même pour se pendre, s’il vous en prend l’envie !


Molière Le Misanthrope I, 1 v.87 à 101
retour séance 4

Séance 5 : lecture cursive complémentaire Labiche Le voyage de Monsieur Perrichon I, 2 (1860)
PERRICHON.- C’est le départ qui est laborieux… Une fois que nous serons casés ! … Restez là, je vais prendre les billets… (Donnant son chapeau à Henriette) Tiens, garde-moi mon panama… (Au guichet) Trois premières pour Lyon ?

L’EMPLOYE (brusquement).- Ce n’est pas ouvert ! Dans un quart d’heure !

PERRICHON (à l’employé).- Ah ! Pardon ! C’est la première fois que je voyage… (revenant à sa femme) Nous sommes en avance.

MADAME PERRICHON.- Là ! Quand je te disais que nous avions le temps… Tu ne nous as pas laissés déjeuner !

PERRICHON.- Il vaut mieux être en avance ! … on examine la gare ! (À Henriette) Eh bien, petite fille, es-tu contente, … Nous voilà partis ! …encore quelques minutes, et, rapides comme la flèche de Guillaume Tell, nous nous élancerons vers les Alpes ! (À sa femme) Tu as pris la lorgnette ?

MADAME PERRICHON.- Mais, oui !

HENRIETTE (à son père).- Sans reproche, voilà au moins deux ans que tu nous promets ce voyage.
PERRICHON.- Ma fille, il fallait que j’eusse vendu mon fonds… Un commerçant ne se retire pas aussi facilement des affaires qu’une petite fille de son pensionnat… D’ailleurs, j’attendais que ton éducation fût terminée pour la compléter en faisant rayonner devant toi le grand spectacle de la nature !

MADAME PERRICHON.- Ah çà ! Est-ce que vous allez continuer comme ça ? …

PERRICHON.- Quoi ? …

MADAME PERRICHON.- Vous faites des phrases dans une gare !

PERRICHON.- Je ne fais pas de phrases… J’élève les idées de l’enfant. (Tirant de sa poche un petit carnet) Tiens ma fille, voici un carnet que j’ai acheté pour toi.

HENRIETTE.- Pour quoi faire ? …

PERRICHON.- Pour écrire d’un côté la dépense, et de l’autre les impressions.

HENRIETTE.- Quelles impressions ?

PERRICHON.- Nos impressions de voyage ! Tu écriras, et moi je dicterai.

MADAME PERRICHON.- Comment ! Vous allez vous faire auteur à présent ?

PERRICHON.- Il ne s’agit pas de me faire auteur… mais il me semble qu’un homme du monde peut avoir des pensées et les recueillir sur un carnet !

MADAME PERRICHON.- Ce sera bien joli !

PERRICHON (à part).- Elle est comme ça, chaque fois qu’elle n’a pas pris son café !
retour séance 5
Séance 10 : Ionesco Les Chaises (éd. Gallimard, 1952)
LE VIEUX à la Belle, très romantique.- De notre temps, la lune était un astre vivant, ah ! Oui, oui, si on avait osé, nous étions des enfants. Voulez-vous que nous rattrapions le temps perdu… Peut-on encore ? Peut-on encore ? Ah ! Non, non, on ne peut plus. Le temps est passé aussi vite que le train. Il a tracé des rails sur la peau. Vous croyez que la chirurgie esthétique peut faire des miracles ? (Au Colonel) Je suis militaire, et vous aussi, les militaires sont toujours jeunes, les maréchaux sont comme des dieux… (À la Belle.) Il en devrait être ainsi… Hélas ! Hélas ! Nous avons tout perdu. Nous aurions pu être si heureux, je vous le dis ; nous aurions pu, nous aurions pu ; peut-être, des fleurs poussent sous la neige ! …

LA VIEILLE au photograveur.- Flatteur ! Coquin ! Ah ! Ah ! Je fais plus jeune que mon âge ? Vous êtes un petit apache ! Vous êtes excitant.

LE VIEUX à la Belle.- Voulez-vous être mon Yseult et moi votre Tristan ? La beauté est dans les cœurs … Comprenez-vous ? On aurait eu la joie en partage, la beauté, l’éternité … Pourquoi n’avons-nous pas osé ? Nous n’avons pas assez voulu…Nous avons tout perdu, perdu, perdu.

LA VIEILLE au photograveur.- Oh ! non, Oh ! non, Oh ! là là, vous me donnez des frissons. Vous aussi, vous êtes chatouillé ? Chatouilleux ou chatouilleur ? J’ai un peu honte… (Elle rit) Aimez-vous mon jupon ? Préférez-vous cette jupe ?

LE VIEUX à la Belle.- Une pauvre vie de maréchal des logis !

LA VIEILLE tourne la tête vers la première dame invisible. Pour préparer des crêpes de Chine ? Un œuf de bœuf, une heure de beurre, du suc gastrique. (Au photograveur) Vous avez des doigts adroits, ah… tout de mê-ê-ême !... oh-oh-oh-oh.

LE VIEUX à la belle.- Ma noble compagne, Sémiramis, a remplacé ma mère. (Il se tourne vers le Colonel) Colonel, je vous l’avais pourtant bien dit, on prend la vérité où on la trouve. (Il se retourne vers la Belle)

LA VIEILLE au photograveur.- Vous croyez vraiment, vraiment que l’on peut avoir des enfants à tout âge ? Des enfants de tout âge ?

LE VIEUX à la Belle.- C’est bien ce qui m’a sauvé : la vie intérieure, un intérieur calme, l’austérité, mes recherches scientifiques, la philosophie, mon message…

LA VIEILLE au photograveur.- Je n’ai encore jamais trompé mon époux, le Maréchal… Pas si fort vous allez me faire tomber… Je ne suis que sa pauvre maman ! (Elle sanglote) Une arrière, arrière (elle le repousse), arrière… maman. Ces cris c’est ma conscience qui les pousse. Pour moi, la branche du pommier est cassée. Cherchez ailleurs votre voie. Je ne veux pas cueillir les roses de la vie.

retour séance 10

Séance 12

Évaluation
ARNOLPHE

J’ai peine, je l’avoue, à demeurer en place,

Et de mille soucis mon esprit s’embarrasse,

Pour pouvoir mettre un ordre et dedans et dehors

Qui du godelureau1 rompe tous les efforts.

5 De quel œil la traîtresse a soutenu ma vue !

De tout ce qu’elle a fait elle n’est point émue ;

Et bien qu’elle me mette à deux doigts du trépas,

On dirait, à la voir, qu’elle n’y touche pas2.

Plus en la regardant je la voyais tranquille,

10 Plus je sentais en moi s’échauffer une bile ;

Et ces bouillants transports dont s’enflammait mon cœur

Y semblaient redoubler mon amoureuse ardeur ;

J’étais aigri, fâché, désespéré contre elle :

Et cependant jamais je ne la vis si belle,

15 Jamais ses yeux aux miens n’ont paru si perçants,

Jamais je n’eus pour eux des désirs si pressants ;

Et je sens là-dedans qu’il faudra que je crève

Si de mon triste sort la disgrâce s’achève.

Quoi ? j’aurai dirigé son éducation

20 Avec tant de tendresse et de précaution,

Je l’aurai fait passer chez moi dès son enfance,

Et j’en aurai chéri la plus tendre espérance,

Mon cœur aura bâti sur ses attraits naissants

Et cru la mitonner3pour moi durant treize ans,

25 Afin qu’un jeune fou dont elle s’amourache

Me la vienne enlever jusque sur la moustache,

Lorsqu’elle est avec moi mariée à demi !

Non, parbleu ! non, parbleu ! Petit sot, mon ami

Vous aurez beau tourner : ou j’y perdrai mes peines,

30 Ou je rendrai, ma foi, vos espérances vaines

Et de moi tout à fait vous ne vous rirez point.

Ecole des Femmes IV, 1 v.1008 à 1038


  1. Complétez le tableau suivant de façon à mettre en évidence la composition du monologue.



Phases du discours

Temps verbaux

Contenu

Etat d’esprit d’Arnolphe

v.1 à 8










v.9 à 16










v.17 et 18










v.19 à 31













  1. Arnolphe et Horace ; Arnolphe et Agnès. Quel regard le barbon porte-t-il sur son rival, comment le désigne-t-il ? Quels sentiments contradictoires éprouve-t-il pour sa pupille ?

  2. Quelles sont les tournures syntaxiques, les procédés stylistiques qui pourraient relever du registre tragique ? du registre comique ? Le monologue d’Arnolphe en fait-il un personnage tragique ou un personnage comique ?

  3. Proposez un plan détaillé de commentaire pour cet extrait et rédigez l’introduction.



retour séance 12

1 Godelureau : jeune homme qui joue les séducteurs.

2 Qu’elle n’y touche pas : qu’elle est naïve, innocente.

3 Mitonner : (familier) préparer




similaire:

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconNotes sur le film
«simulation» ? Comment ces nouvelles relations vont-elles affecter les anciennes, entre humains ? Toutes ces questions ont donné...

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconRenforcer l’orthographe à l’école élémentaire Un répertoire de mots pour les élèves du cp au cm2
«dîner, église, élève, joyeux, leçon, mademoiselle, malheureux, maman, mère, messe, nouvelle, ouvrier, peut-être prairie, promenade,...

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconManuel Gramm. & comm°, p. 242-243. 1-La mesure du vers

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconManuel Gramm. & comm°, p. 242-243. 1-La mesure du vers

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconSynthèse Théâtre Existentialiste
«la bonne humeur» aux spectateurs. Dans ces auteurs, on retrouve donc Plaute, par exemple

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconCréation et recréation d’images symboliques de femmes fortes dans...
«mérite» ont dans notre langue une connotation morale qui peut gauchir la notion grecque d’arété. Le monde des cités grecques peut...

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconDésamour et Droit
«faute» a évolué, et diffère de celle que prévoyait l’ancien article 242 du code civil, même si les mots de l’ancien article 242...

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconGrille 4 : «Analyse de la stratégie cognitive»
«outils cognitifs» retenus dans l’élaboration de ces documents sont ici brièvement présentés et abordés dans un contexte pédagogique....

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconAdj et n f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique»...
«chacune des subdivisions d'un acte» IL y a changement de scène à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s)

Manuel p. 242) «Naevius et Plaute puisèrent dans le répertoire de la comédie grecque nouvelle (…). Ces adaptations plaisaient, car elles mettaient en scène des types humains (…)» iconDissertation sur le théÂtre
«Au théâtre, IL n'y a pas que le langage des mots». Après avoir envisagé quelles formes peut prendre ce langage, vous chercherez,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com