Correction devoir sur table sur la poésie





télécharger 20.51 Kb.
titreCorrection devoir sur table sur la poésie
date de publication11.01.2017
taille20.51 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
Correction devoir sur table sur la poésie
Il s’agissait d’un corpus long (6 textes). Certains se rapportaient a la conception de la poésie (quatre) et deux poèmes était d’avantage d’inspiration lyrique ou de poésie d’idée.
Méthodologie : Ceci sert de modèle pour toutes les questions de corpus.

La réponse à une question de corpus quelle qu’elle soit obéit à une méthode précise.

  • Première étape : présentation du groupement de texte, des auteurs, des œuvres, des textes (dates)… ce qui permet de rapprocher les textes. Eviter dans la première phrase d’employer le terme « corpus ». On peut commencer ainsi : « L’ensemble de textes proposés regroupe six documents écrits à des époques différentes. Le premier est extrait de L’Art poétique de Boileau rédigé en 1674. Le second est la réponse à un acte d’accusation tiré des Contemplations de Victor Hugo (1856). Le troisième document est un extrait de la Lettre du voyant à son ami pole Demeny (1871). Ensuite vient L’Invitation au voyage de Charles Baudelaire tiré de la section Spleen et Idéal qui ouvre les Fleurs du Mal (1857). Puis un fragment de l’Art poétique de Verlaine publier en 1874. Enfin, il y a un sonnet d’Arthur Rimbaud daté de 1870. »

  • Deuxième étape : la réponse. Problématisation : reprendre la question posée et la relevée sous forme de problématique. A travers chacun de ses textes, une certaine conception de la poésie peut s’exprimer. Réponse synthétique : selon Boileau dans l’art poétique il faut avant tout apprendre à penser et s’exprimer ainsi avec rigueur : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, / Et les mots pour le dire arrivent aisément » Bouleau, théoricien du classicisme prône la précision et le respect des règles. Il attache une importance particulière à la langue qu’il faut travailler sans relâche « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ». Il semble que Verlaine dans son Art poétique n’ait pas du tout conception puisqu’il préfère la « chanson grise ». Verlaine réclame une poésie ou l’indécis aux précis se joint. En outre, c’est à la musique que Verlaine accorde le plus d’importance. Il affirme aussi sa préférence pour le maitre impaire. Il utilise ici un vers de neuf syllabes (ennéasyllabe). Si une grande rigueur régit le vers de Boileau celui de Verlaine est une « bonne aventure ». Victor Hugo semble tout aussi « militant » et opposé aux règles puisqu’il se moque des théoriciens classiques. Il se dit lui-même brigand et il veut faire souffler un « vent révolutionnaire ». En réalité, il souhaite mettre tous les mots au même niveau. Rimbaud dans la lettre du voyant a pratiquement la même conception et la même haine de l’Académie. Mais lui se lance dans la quête d’un nouveau verbe « résumant tout » parfums, sons, sentiments… Il cherche du nouveau, un langage inédit. Deux poèmes se démarquent clairement l’Invitation au Voyage et le Mal. Le poème de Baudelaire est l’inspiration lyrique « Mon enfant, ma sœur ». le poète y célébrant l’amour d’une femme idéal et l’évasion vers un « ailleurs » utopique. « Là tous n’est qu’ordre et beauté, / Luxe, calme et volupté. ». Le poète trouve un remède a ses maux dans l’évasion enfin Rimbaud semble dans le sonnet le mal s’orienter vers la poésie d’idée ou poésie engagée les cibles visées sont précise : le pouvoir qui envoie la jeunesse dans l’enfer de la guerre et la religion qui approuve tacitement.

  • Troisième étape : conclusion. « Il est possible d’observer à la lecture de ses différents textes que la poésie peut offrir un certain nombre d’aspect. Il existe une poésie qui cherche à se confiner dans une norme et une autre à partir du XIXème siècle qui se veut plus libre et pleine d’audace. Enfin, il existe une poésie qui cherche à nous séduire par l’évasion qu’elle procure et une autre qui nous fait réfléchir »


Correction du poème Le Mal de Rimbaud :

Le sonnet est une forme fixe qui apparait en Italie dès le XIVème siècle. Il semble la forme fixe la plus apte à traduire les sentiments lyriques (Ronsard, Du Bellay, Baudelaire, Verlaine). Pourtant, Rimbaud poète prodige qui rédige ses première pièces à l’âge de 15 ans et qui connaitra une brève carrière n’hésite pas dans ses œuvres de jeunesse à aborder une poésie d’idée. Le sonnet proposé, Le Mal, qui a été rédiger en 1870 peut en témoigner. Le jeune homme critique le pouvoir qui décide des guerres et la religion qui les laissent faire. Il conviendra de se demander de quelle manière le poète exprime ici son attention critique. La vision que le poète nous offre de la guerre n’est-elle pas une vision infernale ? Le dieu auquel le poète se réfère n’est-il pas un dieu indifférent au malheur des hommes ? Enfin, quelles sont les facettes de ce mal que le poète condamne ?


  1. Le tableau qui ouvre le sonnet s’apparente à une vision infernale

Le poète y dépeint, en effet, l’enfer de la bataille et dénonce à sa manière un pouvoir impitoyable qui décide des guerres.

    1. Une seul phrase et deux subordonnées circonstancielles de temps.

Ce sonnet commence par une métaphore extrêmement péjorative.

Allitération en « r », son dur qui traduit parfaitement l’atmosphère de la guerre.

Enjambement entre les vers 1 et 2.

De nombreux sens sont sollicités dans ce quatrain. Ainsi, la vue avec les couleurs rouges, écarlate, bleu, vert. Et également l’ouïs. Atmosphère d’agression, de grande violence.

La guerre est donc une atrocité qui contribue à déshumaniser.

    1. Le pouvoir impitoyable :

Le pouvoir est ici représenter au vers 3 par le « Roi », figure indéterminée qui renvoie certainement à l’empereur. « Roi » est accompagné d’une relative « qui les raille » ce qui permet de souligner la cruauté du pouvoir.
Un tableau terrible de la guerre est décrit, pourtant le regard que le poète porte sur le mal est pire encore.


  1. Un Dieu indifférent

    1. Une présentation de la religion très critique

Vers 9 : indétermination « un Dieu », ce dieu indifférent au malheur.

Champ lexical du luxe très présent : « nappes damassées / Des autels », « calices d’or ». L’adorât du dieu est flatter par « l’encens ». Un dieu soucieux de son bien être qui ignore la misère des autres.

Entre le premier tercet et le second, on a un autre rejet.

    1. La misère :

La misère des femmes s’oppose fortement au luxe dans lequel est dieu. Par exemple : « ramassé dans l’angoisse », « vieux bonnet noir » et « un gros sous lié dans leur mouchoir ! »

Au luxe qui règne autour d’un dieu soucieux de son bien-être, s’oppose la misère des femmes venue l’implorer. Ce rejet renvoi bien à la misère, a l’inquiétude des femmes qui viennent prier pour les jeunes soldats partis sur le front. Par ailleurs, ces femmes porte toute un bonnet noir ce qui révèle soit le deuil, soit l’appartenance a un milieu pauvre. En outre, le dernier vers, « le mouchoir » auquel il a été fait un nœud, habitude typique des pauvres. Autant de détail qui souligne la cupidité du dieu.

  1. Le poète se détourne du pouvoir et de dieux, mais il se trouve un autre secours.

    1. On a au vers 3 une formule générique qui résume parfaitement cette puissance du mal. Le mal est incarné par une abstraction. Vers 5, « une folie épouvantable ». C’est cette folie qui fait de tous ces milliers d’hommes un amoncèlement de cadavres.

    2. Le seul recours au mal. Pour un jeune poète qui ne reconnaît pas l’autorité, qui ne crois pas en dieux, le seul recours est la nature. Vers 7, elle est sacralisée : apostrophe rhétorique : « ô toi »… Pour Rimbaud, la nature est donc le seul secours que le poète puisse se connaitre. C’est elle qui a fait ces hommes et qui les recueille. Allitération, répétition des consones dentale : « d ».


Conclusion : Le sonnet de Rimbaud écrit en 1870 témoigne sans doute de scène de violence dont le jeune poète aurait été témoins. Il s’interroge ainsi sur ce qui constitue à ses yeux le mal. En même temps, Rimbaud se sert d’une forme traditionnelle pour exprimer ses idées sur la guerre et la religion. La poésie engagé au XXème siècle avec tous les bouleversements traversés par le monde connaitra ensuite un grand essors.
Correction de l’Invitation au voyage
Il y a alternance de vers de cinq syllabes (pentasyllabe) et de vers de sept syllabes (heptasyllabe). L’Invitation au voyage se compose de 3 douzains entrecoupés de trois distiques. Le poète donne une forme de chanson a ce poème avec le distique qui a la fonction d’un refrain, d’un leitmotiv.
La poésie connait au XIXème siècle une suite de courant qui tendent à l’orienter vers d’autres formes et d’autres termes. Ainsi, Baudelaire (…) rendu malheureux par le remariage de sa mère, il dilapide une fortune personnelle importante. Grande attirance pour les paradis artificiels. Baudelaire s’inscrit dans la continuité d’un grand mouvement poétique qui s’appelle le parnasse auquel il rend hommage en publiant en 1857 son recueille (« Les Fleurs du Mal). Ce recueille connait des démêlées avec la censure impériale. Le poème proposé, Invitation au voyage appartient à la première section des Fleurs du Mal, Spleen et Idéal. Le poète y exprime sa double orientation vers la mélancolie, la mort, l’absence de création, l’amour, la beauté. Il oscille entre le spleen et l’idéal. Le poème relève bien de cette attirance vers l’idéal puisqu’il constitue un appel à l’évasion. En quoi, le poème invitation au voyage célèbre-t-il « un ailleurs » rêver en même temps qu’une femme idéale. Pour répondre a cette question, il conviendra d’analyser d’abord la figure de la femme aimée devoir ensuite en quoi le voyage est une sorte d’évasion enfin d’étudier le gout d’esthète du poète pour le luxe et l’orient.


  1. La figure de la femme aimée

    1. Une correspondance femme paysage (la femme se confondant avec le paysage).

La femme est d’abord « l’âme sœur, la complice ». Elle est très proche de la femme qui apparait dans les poèmes saturniens de Verlaine. C’est aussi une figure ambiguë, peut-être dangereuse (« aimer à loisir, aimer et mourir »). D’autre part, quand elle se confond avec le paysage, c’est surtout à travers ses yeux « traitres » qui font penser au « soleil mouillé des ciels brouillés ».

    1. Quoiqu’il en soit, elle est une sorte d’Ariane puisque c’est elle qui l’entraine dans un rêve (« songe »). Le poète utilise alors le conditionnelle qui est le temps de l’irréel du passé. En outre, l’alternance de vers différents (pentasyllabe et heptasyllabe) produit une espèce de balancement qui traduit bien cette invitation au départ et l’effet est accrue par la reprise régulière du distique. Le poète soigne tout particulièrement ses sonorités avec une allitération en « s ».




  1. Le voyage vers une autre réalité.

    1. Evasion dans le temps et dans l’espace. Le lieu est complètement indéterminé, vers 3, « là bat »… Seul le dernier douzain fait allusion à une ville fluviale.

    2. Une autre réalité. Le poète nous décrit un idéal de vie sensuel et raffiner. Du vers 24 au vers 26, dans l’évocation au décor, il y a une correspondance verticale renvoyant aux sentiments, à la réunion des âmes. En revanche, au vers 15, 18… tout ce qui renvoie aux éléments du décor, ce sont des correspondances dites. A travers ce système de correspondance, l’âme trouve son plein épanouissement.

  2. Le poète esthète le gout pour le luxe et l’exotisme.

    1. Un rêve exotique.

Baudelaire est hors de toute réalité, il s’inspire du Parnasse et en particulier du chef du Parnasse Théophile Gautier qui a pu écrire « il n’y a de vraiment beau que ce qui ne sert à rien, ce qui est utile est vulgaire ». Cette évasion vers un monde exotique et luxueux se retrouve au vers 15, 18, 20 et 23. La rime, « riches plafonds, » et « miroirs profonds, » qui donnent un effet de démultiplication par la reprise du même son. L’orient exerce une fascination sur les artistes du XIXème siècle.

similaire:

Correction devoir sur table sur la poésie iconCorrection du devoir (type bac) du 21 avril 2006 I – question
«brille» sur un front «mâle»(courageux et fort), inspirant la hainde du «vulgaire effrayé» qui «commence à blasphémer». On blasphème...

Correction devoir sur table sur la poésie iconCorrection du devoir sur l’Humanisme 2008
...

Correction devoir sur table sur la poésie iconDevoir maison sur la poesie

Correction devoir sur table sur la poésie iconMardi 10 mars 2015 (devoir sur table)
«l’extrême brutalité de l’histoire», et de sauver de l’oubli les morts : «Qui parlera pour les pendus, les écorchés, les jetés dans...

Correction devoir sur table sur la poésie iconCorrection de la dissertation sur la poésie
«Chaque» et «tout» désignent une quantité = 1 de manière distributive  singulier !!!!!

Correction devoir sur table sur la poésie iconMardi 10 mars 2015 (devoir sur table) 10h / 12h – cours 22
«l’extrême brutalité de l’histoire», et de sauver de l’oubli les morts : «Qui parlera pour les pendus, les écorchés, les jetés dans...

Correction devoir sur table sur la poésie iconDevoir sur la poésie engagée
«Courage», poème de Paul Eluard, paru en 1944 dans le recueil Au rendez-vous allemand

Correction devoir sur table sur la poésie iconPoetes et poesie classe : 6ème 1
«Outils posés sur une table», «Poèmes pour la main droite», dans Formeries de Jean Tardieu

Correction devoir sur table sur la poésie iconPoète et poésie numeroter les poemes 8 + 7 = 15 heures
«Outils posés sur une table», «Poèmes pour la main droite», dans Formeries de Jean Tardieu

Correction devoir sur table sur la poésie iconSuh Do-Ho
«le profond». IL s'agit de poissons dans la mer profonde. Je ne l'ai pas encore fini. En ce moment j'ai trois livres sur les poissons...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com