Le texte poetique





télécharger 0.49 Mb.
titreLe texte poetique
page9/13
date de publication10.01.2017
taille0.49 Mb.
typeLeçon
l.20-bal.com > documents > Leçon
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

1.2. Structure des Fleurs du Mal



Les « Fleurs du mal » paraissent en 1857 et leur édition définitive offre la structure suivante :



  • Spleen et Idéal : (poèmes I à LXXXV)


Dans cette partie, le poète décrit avec autant de patience que de cruauté la double postulation de son être, déchiré entre sa soif d’une idéalité perdue et son enlisement dans les tourments du quotidien, qu’il nomme « ennui », « guignon » et surtout « spleen » puisque c’est à l’unicité de ce mot anglais qu’il a donné mission de traduire la pluralité de ses souffrances morales et physiques.


  • Tableaux parisiens : (poèmes LXXXVI à CIII)


Dans cette partie, le poète présente la ville, la « fourmillante cité pleine de rêves » qui impose à la fois au créateur le pouvoir multiplié de sa laideur et de son mal, et le mirage du lieu magique, fantasmatique, où se perdre, c’est aussi se retrouver.


  • Le vin : (poèmes CIV à CVIII)


C’est la première des grandes tentations de la chair pour celui qui cherche à échapper au spleen.


  • Fleurs de mal : (poèmes CIX à CXVII)


C’est un autre florilège des vices et péchés de la chair, où les « femmes damnées » voisinent avec les « femmes sages », pour le désespoir d’un être qui n’a jamais trop de courage pour « contempler » son cœur et son corps sans dégoût ».


  • Révolte : (poèmes CXVIII à CXX)


C’est le moment de la colère et de l’anathème contre le Dieu « menteur » ; moment de la compromission avec Satan, lui aussi victime, marginal et « aliéné ».


  • La Mort : (poèmes CXXI à CXXVI)


Dernier pari, mais aussi ultime tentation et suprême artifice où le « pauvre », l’« amant », et l’« artiste » confient au miracle d’un dernier « voyage » l’espérance d’une réconciliation et d’un salut.


1.3. Le Spleen



C’est le mot que Baudelaire utilise pour parler de l’ennui qu’il ressent.
Le spleen peut connaître de multiples causes et recevoir de multiples explications : théologiques et politiques, morales et sociales, existentielles et métaphysiques. A vingt-six ans, Baudelaire avoue qu’il souffre « d’une oisiveté perpétuelle commandée par un malaise perpétuel ». Au début de l’année 1847, le Bulletin de la Société de gens de Lettres avait publié La Fanfarlo où Baudelaire se décrivait lui-même sous le masque de Samuel Cramer en ces termes :
 « Je suis un grand fainéant, un ambitieux triste, et un illustre malheureux. Le soleil de la paresse me vaporise et me mange cette moitié de génie dont le ciel m’a doté. Je suis comme le Dieu de l’impuissance ! »
De ce témoignage se dégage la certitude que cette difficulté à créer que Baudelaire a éprouvée pendant presque toute son existence tient à une anorexie constitutive, aggravée par la maladie et, davantage, par les excitants et stupéfiants auxquels il recourut si souvent et si largement : le vin, l’opium et, sur la fin de sa vie, l’alcool. Son esprit est déchiré et torturé par une lutte incessante entre cet ennui, ce spleen et les attraits de la vertu et du bien, l’Idéal. Peu à peu le spleen devient le maître de l’âme. A la source de ce spleen, il y a donc la détresse de Baudelaire, ses ennuis matériels, ses déficiences physiques, les tourments de sa vie amoureuse, l’obsession précoce de la vieillesse et de la mort, enfin, chez ce poète hanté par l’idéal, « le refus d’un monde où l’action n’est pas la sœur du rêve ».
De fait, ramené à son origine profonde, le spleen baudelairien est essentiellement métaphysique. Devant les maux qui l’oppressent, le poète tente désespérément de s’évader vers les sphères de l’Idéal ; mais sans cesse le réel vient arrêter ces élans, et les rechutes rendent sa détresse plus intolérable. Cet échec de l’infini dans le fini humain aboutit au découragement, à la nostalgie d’une âme qui se sent exilée, au sentiment d’une nature irrémédiablement déchue et de l’inutilité de tout effort libérateur puisque « c’est le diable qui tient les fils qui nous remuent ».
La conscience angoissée de notre misère s’exprime dans le thème double du temps :


  • Tantôt hantise des précieuses secondes que nous laissons fuir sans en faire bon usage

  • Tantôt lassitude à l’idée qu’il faudra vivre encore demain, après-demain et toujours d’une existence désolée par l’ennui.


Pareille exploration de la misère humaine conduit à un écrasement de l’être qui constitue, avec diverses nuances, l’état de spleen :
- Sensation d’étouffement

- Impuissance

- Pensées macabres et cruelles

- malaises et hallucinations poussées jusqu’aux limites de la folie.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Le texte poetique iconSelon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?
«la sorcellerie évocatoire» du texte poétique se joue peut-être ailleurs que dans le rapport du texte à son sujet

Le texte poetique iconComment étudier un texte dans le détail
«je» dans un texte argumentatif montre l’implication personnelle de celui qui parle, dans un texte poétique, elle peut indiquer le...

Le texte poetique iconDanse et poésie Du texte poétique à la phrase dansée
«brainstorming» pour lister les mots qui traduisent l’interprétation que l’on veut faire du texte. Le travail dansé rejoint ensuite...

Le texte poetique iconPreambule : compétences attendues en fin de cm2 : «rédiger un texte...
«rédiger un texte d’une quinzaine de lignes (récit, description, dialogue, texte poétique, compte rendu) en utilisant ses connaissances...

Le texte poetique iconMuriel Menvielle Projet collectif
«Un calligramme est un court texte disposé de manière à faire apparaître le thème au premier regard. C’est à la fois un texte le...

Le texte poetique iconLe texte poetique

Le texte poetique iconAtelier n°1 : Définir les critères pour qu'un texte soit un texte...
«le grand atelier des petits poètes», sur le site de l’académie de Nancy. Aller dans «la salle des jeux d'écriture»

Le texte poetique iconApprendre un texte poétique en se servant de la mise en scène pour...

Le texte poetique iconCalligramme
«Calligramme» : poème présenté sous forme de dessin qui est en rapport avec le sujet du texte poétique

Le texte poetique iconLec le Livre : Espace de Création (xixe-xxie siècles)
«A propos de la spatialisation du texte poétique dans quelques ouvrages de Pierre Garnier (1928- ), théoricien du Spatialisme»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com