Le texte poetique





télécharger 0.49 Mb.
titreLe texte poetique
page2/13
date de publication10.01.2017
taille0.49 Mb.
typeLeçon
l.20-bal.com > documents > Leçon
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

1.3. Etude du rythme des vers



A l'origine le vers français était toujours accompagné de musique, tous les poèmes étaient des "chansons". C'est donc par des qualités musicales que se définit le vers régulier. Il nous charme par l'oreille. Comme la musique, le vers suit une "mesure" et l'unité de mesure est la syllabe.

On appelle "mètre d'un vers" le nombre de syllabes prononcées dans ce vers.


De plus certaines syllabes sont accentuées : elles sont donc prononcées plus nettement et l'étude de ces syllabes accentuées permet de bien saisir le rythme que l'auteur a voulu donner à son poème. Dans les poèmes à forme fixe, certaines syllabes doivent être obligatoirement accentuées.
Exemple :
Voici quatre vers des Contemplations de Victor Hugo (à Villequier)
1 . Je sais que le fruit tombe au vent qui le secoue,

2 . Que l'oiseau perd sa plume et la fleur son parfum ;

3 . Que la création est une grande roue

4 . Qui ne peut se mouvoir sans écraser quelqu'un.

Ces vers ont chacun 12 pieds. Le tableau suivant figure par des cases pleines les syllabes accentuées dans chaque vers.




1


2


3


4


5


6


7


8


9


10


11


12


1







































2







































3







































4








































On constate qu'un accent tonique porte toujours, non seulement sur la 12ème syllabe, mais aussi sur la 6ème. L'examen d'un nombre quelconque de vers de 12 syllabes confirmerait que la 6ème et la 12ème y sont toujours accentuées, alors que toutes les autres le sont irrégulièrement. Tout accent coïncide avec la fin d'un mot ou avec la dernière syllabe non muette d'un mot. Il y a toujours une séparation de mot entre la 6ème et la 7ème syllabe.



Cette coupure est appelée la "césure" et cette césure, dans un vers de 12 pieds, est obligatoire après le 6ème pied.


En somme, un vers de 12 pieds est en fait constitué de deux parties de 6 pieds chacune. Ces deux parties s'appellent :


Hémistiches


Dans les vers de 10 pieds, la césure est ordinairement après le 4ème pied (plus rarement après le 6ème pied).
Exemple :

Trois grands pendards / vinrent à l'étourdie
En ce palais / me dirent en désarroi:
"Nous vous faisons / prisonnier par le roi."
Clément Marot

Parfois le poète décide de modifier l'agencement des syllabes accentuées dans le vers et ce, toujours, pour des raisons précises qui méritent d'être étudiées. En effet, la place des accents détermine le rythme particulier du vers, rythme dont les effets, très variés, sont à expliquer en fonction du sens :

Exemple :
N'est-ce point à vos yeux un spectacle assez
Que la veuve d'Hector pleurante à vos genoux ?
Racine "Andromaque"




1


2


3


4


5


6


7


8


9


10


11


12


1



N'est


Ce


point



À


Vos


yeux


un


Spec-


Ta-


Cl(e) as


Sez


doux


2



Que


La


Veu



Ve


D'Hec-


Tor


Pleu-



Rant


À


Vos


Ge-


noux



Le rythme du 1er vers est 3 + 3 + 3 + 3 : Andromaque s'exprime avec douceur et avec calme.
Le rythme du 2nd vers est 3 + 3 + 2 + 4 : Andromaque prononce en allongeant le mot "pleurer" car elle traîne sur la dernière syllabe de ce mot, alors que le rythme « normal » du vers devrait ne pas accentuer cette syllabe. Si Racine a ainsi modifié le rythme c'est délibérément pour donner au verbe « pleurer » une plus grands intensité !


Entraînez-vous !


Cherchez le rythme des vers suivants en soulignant les syllabes accentuées et expliquez ce que l'auteur a voulu faire ressentir en écrivant ainsi :



  • " Je vais les déplorer : va, cours, vole, et nous venge" Corneille



  • " Il tire, traîne, geint, tire encore et s'arrête." Victor Hugo



  • "Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire." Racine



  • "Lacs, prés, bois, monts, ifs, pins, eaux, mers, feu, ciel, tout fuit." J. Supervielle



  • "J'ai longtemps habité sous de vastes portiques." Baudelaire

Tableau à remplir pour chaque vers en notant les syllabes accentuées :





1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1









































Corrigés des exercices


1)




1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



Je


Vais


Les





Plo


Rer


Va


Cours


Vol(e)


Et


Nous


Veng(e)


 Les syllabes accentuées insistent sur la fin du vers qui est comme une envolée, une volonté fortement tendue qui met au second plan tout le début du vers : le personnage ne pense plus qu'à son devoir (ici il s'agit de Rodrigue, dans Le cid, qui doit venger son père d'un outrage qu'il a subi).

2)




1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



Il


ti


Re


Traî


Ne


Geint


Tir(e)


En


Cor(e)


Et


S'ar


Rêt(e)



 Ici le rythme suit manifestement l'effort du personnage, effort qui culmine au milieu du vers et semble réparti en deux phases plus difficiles de chaque côté de ce pic. Le rythme fait ressentir le souffle du personnage !

3)




1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



Tout


M'af


Fli


G(e) et


Me


Nuit


Et


Cons


Pir(e)


À


Me


Nuir(e)


 Le rythme lent au point d'être monotone rend bien compte de cet ennui que ressent Phèdre. De plus chaque syllabe accentuée est accentuée sur un même son : le son { i } qui prend ainsi une importance accrue et fait l'effet d'un leit-motiv obsédant faisant ressentir l'état d'esprit du personnage.


4)




1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



Lacs


Prés


Bois


Monts


Ifs


Pins


Eaux


Mers


Feu


Ciel


Tout


fuit



 Ce vers a été composé spécialement par le poète Jules Supervielle pour montrer combien le rythme est important dans un vers : ici, toutes les syllabes sont accentuées, ce qui fait que le rythme n'existe plus et le vers devient alors une fastidieuse accumulation de mots !

5)





1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



J'ai


Long


Temps


Ha


Bi





Sous


De


Vas


Tes


Por


Tiqu(es)



 Les syllabes accentuées sont toujours prononcées plus longuement que les autres : ici le rythme régulier et lent donne l'impression que le poète est plongé dans une rêverie profonde. D'ailleurs certaines études ont été menées avec des acteurs qui récitaient ce vers et l'on a calculé combien de temps chaque syllabe durait. On a obtenu le diagramme suivant, ce qui prouve que la notion de rythme se retrouve très concrètement dans la prononciation.




1


2


3


4


5



6


7



8


9


10


11


12


1



J'ai


Long


Temps


Ha


Bi





Sous


De


Vas


Tes


Por


Tiqu(es)



26


32


46


21


25


41


14


30


64


28


38


58



1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Le texte poetique iconSelon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?
«la sorcellerie évocatoire» du texte poétique se joue peut-être ailleurs que dans le rapport du texte à son sujet

Le texte poetique iconComment étudier un texte dans le détail
«je» dans un texte argumentatif montre l’implication personnelle de celui qui parle, dans un texte poétique, elle peut indiquer le...

Le texte poetique iconDanse et poésie Du texte poétique à la phrase dansée
«brainstorming» pour lister les mots qui traduisent l’interprétation que l’on veut faire du texte. Le travail dansé rejoint ensuite...

Le texte poetique iconPreambule : compétences attendues en fin de cm2 : «rédiger un texte...
«rédiger un texte d’une quinzaine de lignes (récit, description, dialogue, texte poétique, compte rendu) en utilisant ses connaissances...

Le texte poetique iconMuriel Menvielle Projet collectif
«Un calligramme est un court texte disposé de manière à faire apparaître le thème au premier regard. C’est à la fois un texte le...

Le texte poetique iconLe texte poetique

Le texte poetique iconAtelier n°1 : Définir les critères pour qu'un texte soit un texte...
«le grand atelier des petits poètes», sur le site de l’académie de Nancy. Aller dans «la salle des jeux d'écriture»

Le texte poetique iconApprendre un texte poétique en se servant de la mise en scène pour...

Le texte poetique iconCalligramme
«Calligramme» : poème présenté sous forme de dessin qui est en rapport avec le sujet du texte poétique

Le texte poetique iconLec le Livre : Espace de Création (xixe-xxie siècles)
«A propos de la spatialisation du texte poétique dans quelques ouvrages de Pierre Garnier (1928- ), théoricien du Spatialisme»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com