Un programme qui sort des sentiers battus !





télécharger 91.56 Kb.
titreUn programme qui sort des sentiers battus !
date de publication09.01.2017
taille91.56 Kb.
typeProgramme
l.20-bal.com > documents > Programme
23es Fêtes musicales de Corbigny

- 2 et 3 août / 4 -11 août 2013 -

Un programme qui sort des sentiers battus !

Réservations par téléphone dès le mardi 02/07 auprès de Sophie Le Béguec au 03 86 20 22 78 ou sur place à l’abbaye de Corbigny dès le lundi 1er juillet.

Tarifs : 20 € la place

½ tarif – de 18 ans, demandeurs d’emploi, personnes en situation de handicap

Gratuit – de 12 ans et élèves des écoles de musique de la Nièvre

Pass 3 et 5 concerts : 50 et 85 €

Ouvert les :

Lundi 14h/17h

Du mardi au vendredi 10h/12h 14h/17h

Samedi 10h/12h

 
Implantée entre terrains sédimentaires et zone montagne au cœur d’un piedmont propice à l’élevage, Corbigny est une petite ville rurale qui croit que l’art et la culture ont leur mot à dire en temps de crise. Au point d’y avoir développé, depuis dix ans, un projet ambitieux. Ce projet s’articule autour d’une ancienne abbaye bénédictine, classée MH - l’Abéïcité - et d’une ancienne friche requalifiée pour les arts de la rue, - la transverse -, en compagnonnage avec quatre compagnies professionnelles (*) formant une communauté d’artistes.
Soutenu par les partenaires publics (**), ce projet n’aurait pas connu une telle extension sans le rôle précurseur joué par les Fêtes musicales, voici bientôt un quart de siècle, dans et pour un territoire devenu avec le temps représentatif d’une ruralité fière de ses savoirs, savoir-faire, savoir-être, et de ses capacités de rebond et d’invention!
Forte du soutien de ces partenaires fidèles, publics mais aussi privés (***), la 23è édition des Fêtes musicales se propose de défendre de nouveau des répertoires qu’on ne sait pas encore dire autrement que « classiques » auprès de publics sociologiquement, et c’est heureux, de plus en plus divers, via le partage de propositions d’un niveau exceptionnel, avec pour toile de fond un espace géographique d’une très vaste étendue
Cette édition comportera 8 concerts, dont 3 proposés hors les murs et, comme en 2010 et 2011, un stage de chant choral, organisé avec l’aide du réso (EPCC de la Nièvre)
Elle permettra à nos publics de découvrir, notamment, le Quatuor Amadeo Modigliani, qui s’inscrit dans la trace des Ysaÿe, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton, accompagnée par le pianiste Bruno Fontaine, ou l’étonnant Travelling Quartet, pour une redécouverte des grands morceaux des Beatles, sans oublier, pour le final, un certain Manu Katché...
Les trois premiers concerts de cette 24è édition (4, 5 et 6 août) ont été « construits » en lien amical avec le violoniste Nicolas Dautricourt (1), « Prix Georges Enesco de la SACEM » et « Révélation Classique de l’ADAMI » au Midem de Cannes, qui est l’un des virtuoses les plus brillants de sa génération Il a rejoint en 2012 la prestigieuse Chamber Music Society Two of Lincoln Center de New York.
(*) les alentours rêveurs, Déviation, TéATRéPROUVèTe et METALOVOICE

(**) Ministère de la culture et de la communication (DRAC Bourgogne), Conseil régional de Bourgogne, Conseil général de la Nièvre, Ville de Corbigny, Pays Nivernais Morvan, Communauté de communes du pays corbigeois

(***) Conseil régional de Bourgogne, Conseil général de la Nièvre, Ville de Corbigny, Communauté de communes du pays

Programmation
Vendredi 2 et samedi 3 août
Stage de chant choral organisé en collaboration avec le réso (EPCC de la Nièvre) et placé sous la conduite du baryton Pierre Mervant (CNSMD Paris) et de la soprano Pauline Touma (reso).
Dimanche 4 août, 19h
Concert « grande scène », avec le Quatuor Modigliani (2), Nicolas Dautricourt (1), violon, et Jean-Frédéric Neuburger (3), piano.




- Programme –

Claude Debussy : Sonate en sol mineur pour violon et piano

Maurice Ravel : Quatuor en fa majeur (1904)

---------------

Ernest Chausson : Concert op.21 pour violon, piano et quatuor à cordes


Lundi 5 août, 19h
Concert « hors les murs » à l’Œuvre hospitalière de Corbigny. Nicolas Dautricourt, violon.
- Programme -
Bach, Sonate BWV 1001 en sol mineur BWV 1001

Boulez, Anthèmes (1991)

Ysaÿe, Sonate no 1 op. 27 en sol mineur « à Joseph Szigeti »

*************

Bartok, Sonate pour violon seul (1944)

NB : L'Oeuvre Hospitalière de Corbigny est installée sur le périmètre de l'ancien couvent des Capucins, pratiquement au centre de Corbigny. La totalité de l'établissement est aujourd'hui médicalisée et compte 116 lits. Constitué en association, type loi 1901, l'établissement a signé sa convention tripartite et est conventionné avec : la caisse d'assurance maladie et le département de la Nièvre. La maison est devenue Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) en 2002. Elle dispose désormais d’une salle équipée pour le spectacle.
Mardi 6 août, 19h

Concert « grande scène », avec Nicolas Dautricourt, violon, François Salque (4), violoncelle et Vincent Peirani (5), accordéon.



- Programme–
« Made in France » ... accords perdus entre classique, musiques improvisées et autres créations...

Anton Dvorak - Trio Dumky, Quatre pièces romantiques op.75

Max Bruch - Pièces populaires op.83

Serge Rachmaninov - Vocalise

Franz Schubert - Moments musicaux, Lieder

Ernest Bloch - Prière

Maurice Ravel - Sonate pour violon et violoncelle

*************

Bireli Lagrène - Made in France

Vincent Peirani - Untitled suite

Django Reinhardt - Rythme futur

Astor Piazzolla / Vincent Peirani / Joce Mienniel - Armaggedon

Charlie Parker - Bebop

Astor Piazzolla - Histoire du Tango, Escualo


Mercredi 7 août, à 19h
Concert « grande scène », avec le duo Sonia Wieder-Atherton (6), violoncelle, Bruno Fontaine (7), piano.
- Programme–
Cycle de Chants juifs traditionnels : Prière (texte)*/ Prière / Psaume / Nigun (texte)* / Nigun / Kaddish Psalmodie (texte)* / Psalmodie / Conversation (texte)* / Conversation / Elégie (texte)* / Elégie / Danse

__
A la Muse (Poème d’Anna Akhmatova)**

Chostakovitch : Trois préludes pour violoncelle et piano (transc. D.M. Tsyganov)

op 34 N°10 / op 34 N°8 / op 34 N°17
Le Verdict (Poème d’Anna Akhmatova)**

Chostakovitch : Sonate Opus 40 pour violoncelle et piano.

(Allegro Non Troppo / Allegro / Largo / Allegro)
*Textes écrits et lus par Sonia Wieder-Atherton (diffusion)

**Poèmes écrits et lus par Anna Akhmatova (diffusion)

Chants Traditionnels Juifs : arrangement Sonia Wieder-Atherton sauf Nigun et Psalmodie par Jean-François Zygel
« Ce cycle de chants juifs est né de ma recherche sur la musique juive liturgique. Une musique aux racines si anciennes, qui a accompagné le peuple juif durant des siècles de pérégrinations. Je me suis intéressée à des mé­lodies de différentes sources, mais ce qui m’a véritablement inspiré, c’est le chant des cantors, ou hazans, et son expressivité intérieure, intime, contenant pourtant une telle force d’expression. Dans cette musique, le populaire et le sacré se confondent. Qu’elle soit gaie ou triste, lente ou rapide, prière, chant populaire ou encore danse, elle est toujours partage et intimité.

J’ai senti que je connaissais cette musique depuis toujours, depuis bien avant ma naissance, c’était une impression étrange. Après ce cycle, je voulais rester dans la thématique de la transmission et j’ai choisi de me tourner vers Anna Akhmatova et Dimitri Chostakovitch, deux artistes qui ont traversé les années terribles de la peur. Tous les deux ont résisté. Akhmatova en confiant ses poèmes à la mémoire de ses proches qui les apprenaient par coeur afin qu’ils survivent, Chostako­vitch en continuant à écrire que ses oeuvres soient acclamées ou mises au pilori. Ils ont par là donné une voix à leur peuple, lui permettant de transmettre ce qui semblait impossible de décrire » Sonia Wieder-Atherton.

Jeudi 8 août, 19h
Concert « hors les murs » au Marché au cadran de Corbigny, avec Christian Maës  (8)

, accordéoniste du monde

NB : Le marché aux bestiaux de Corbigny est un marché au cadran dans lequel les ventes se font aux enchères. IL a vu le jour en Avril 1991. Il a été transformé en marché au cadran en août 1999. Il commercialise chaque lundi environ 350 bovins et 250 ovins. C'est un lieu incontournable de rencontres des professionnels de la filière, il constitue un véritable pôle d'informations et participe au maintien et au développement du tissu rural.
- Programme –

Accordéon du monde
Vendredi 9 août, 19h
Concert « grande scène » All you need is… , avec le Travelling Quartet  (9).


- Programme –
Come Together / Can't Buy Me Love / Eleanor Rigby / Yesterday / In My Life / Got You Get You Into My Life / Girl / The Fool On the Hill / Hello Goodbye / Strawberry Fields / Lady Madonna / Hey Jude / Ob-la-di Ob-la-da / Martha My Dear / Blackbird / Julia / Come Together / (Bis) Let it Be.

Samedi 10 août, 19h

Concert « hors les murs » à la transverse par la Cie Déviation (1o), avec, pour invité, le vibraphoniste Vincent Limouzin.


- Programme –

Création de « La Forêt Orchestre », suite pour voix, arbres à cordes, vents et percussions composée par Horia Surianu. Scénographie et mise en scène : Alain Mignon. Livret : Barbara Boichot.

« Le voyage d’une femme, son regard posé, son écoute aux aguets. Qu’est ce qui nous fait chanter ? Partout, toujours, dans le monde entier. Pourquoi lorsque le monde autour de nous s’écroule, trouvons nous encore la force de créer ? »

Avec : Caroline Pozderec, chant. François Domergue, percussion et chant. Nicolas Zanlonghi, percussion / chant. Annamirl Van Der Pluijm, danse.

Invité : Vincent Limousin, vibraphone.

Création lumière et régie son : Achim Wassong et Patrick Peignelin.

Création costumes :Maggy Dupa.


Dimanche 11 août, 19h
Concert « grande scène », avec, « sous les baguettes » de Manu Katché (11), Jim Watson,



piano et orgue Hammond, Tore Brunborg, sax, Luca Aquino, trompette.
- Programme –

4ème album, éponyme, de Manu Katché pour le label ECM.

, des praticiens, des de vendre des objets mais de

Mini bios
(1) Nicolas Dautricourt

Se produit sur les plus grandes scènes internationales (Kennedy Center de Washington, Wigmore Hall de Londres, Tchaikovsky de Moscou, Tokyo Bunka Kaikan, Téatro National de Bélèm,  Copenhagen Concert Hall, Boston Gardner Museum, Ongakudo Hall Kanazawa, Nagoya Shirakawa Hall, Sendai city Hall…), françaises (Salle Pleyel, Théâtre des Champs-Élysées, Cité de la Musique, Musée d’Orsay, Arsenal de Metz, Opéra du Rhin, Grand Théâtre de Provence…), et est l’invité de nombreuses manifestations artistiques (Festival de la Chaise-Dieu, Printemps des Arts de Monaco, Festival de l’Orangerie de Sceaux, Parc Floral de Vincennes, Folle Journée de Nantes, Rencontres Musicales de La Baule, Festival de la Vézère,  Saoû chante Mozart, Flâneries musicales de Reims, Festival de Pâques de Deauville, Festival des Arcs, La Roque d’Antheron, Festival du Périgord Noir, Festival d’Auvers sur Oise, Musique à L’Empéri…).

Egalement l’invité de prestigieux festivals à l’étranger tels que Ravinia (Usa), Sintra (Portugal), Davos (Suisse), il se produit en tant que soliste avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, l’Orchestre de l’Opéra de St-Etienne, l’Orchestre de l’Opéra de Toulon, le NHK Tokyo Chamber Orchestra, le Yokohama Sinfonietta Orchestra, Orchestra Ensemble Kanazawa, le Sendai Strings Ensemble, l’Orchestre de chambre de Novossibirsk, l’Orchestre Philharmonique de Mexico, le Belgrad Philharmonic Orchestra, le Kiev Philharmonic Orchestra, l’Orchestre Philharmonique du Maroc, le Baltic Chamber Orchestra, l’European Camerata, l’Orchestre de Chambre de la Scala de Milan, l’Orchestre des Pays de Savoie, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre Symphonique de Caen,  l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre Français des Jeunes, sous la direction de Yuri Bashmet, Eivind Gullberg Jensen, Dennis Russell Davis, Mishiyoshi Inoue, Jacques Mercier, Fabien Gabel, Kazuki Yamada, Faycal Karoui, Vahan Mardirossian, Stanislas Lefort, Mark Foster, Arie Van Beek…

Particulièrement apprécié pour son « engagement sensible et passionné », il affectionne tout particulièrement la musique de chambre qu’il pratique aux côtés de Yuri Bashmet, Léon Fleischer, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Michel Dalberto, David Guerrier, Gary Hoffman, Anne Gastinel, Etsuko Hirose, Bertrand Chamayou, Dana Ciocarlie, Emmanuel Rossfelder ou encore le quatuor Psophos, le quatuor Parisii et le trio Wanderer. Son interêt marqué pour le jazz lui offre également le privilège de collaborer régulièrement avec de très grands musiciens tels que Jean-Marie Ecay, Nelson Veras, Jean-Philippe Viret, Jean-Marc Jafet, Antoine Hervé, Dominique Fillon, Pascal Schumacher, et notamment l’accordéoniste Richard Galliano au sein du « Tangaria quartet » et du « Piazzolla Forever project », dans de prestigieux festivals tels que Jazz à Vienne, Marciac, Sud-Tyroler Jazz Festival, San Javier, Copenhague, Athènes…

Lauréat du Concours International Henryk Wieniawski de Poznan, du Concours International des Jeunesses Musicales de Belgrade, des Concours Internationaux Rodolfo Lipizer de Gorizia et Gian-Battista Viotti de Vercelli, il compte parmi ses maitres Philip Hirschhorn, Miriam Fried, Jean-Jacques Kantorow, Gérard Poulet et Jean Mouillère, et est depuis 2007 directeur artistique des « Moments Musicaux » de Gerberoy.

(2) Quatuor Modigliani



Fondé en 2003 par quatre jeunes musiciens issus du CNSM de Paris, le Quatuor Modigliani fait déjà partie des jeunes formations françaises les plus reconnues et les plus louées.
Né en 2003 d'une grande amitié doublée d'une passion commune pour le quatuor à cordes, le Quatuor Modigliani est révélé à l'attention internationale en remportant successivement trois Premiers Prix aux Concours Internationaux d' Eindhoven (2004), Vittorio Rimbotti de Florence (2005) et aux prestigieuses Young Concert Artists Auditions de New York (2006).


Le Quatuor Modigliani est depuis lors devenu l'une des jeunes formations de chambre les plus demandées : Festival de Lucerne, Schubertiade à Hohenems, Festival de Gstaad avec Sabine Meyer, Wigmore Hall à Londres, Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, Concertgebouw d'Amsterdam, Auditorium du Louvre à Paris, Musikverein de Vienne, Carnegie Hall ou Lincoln Center à New York, Kennedy Center à Washington, le Wigmore Hall à Londres, Théâtre du Châtelet, Festival French May de Hong Kong, Folle Journée de Nantes, festival de la Roque d' Anthéron, festival de Rheingau, Festival de Mecklenburg-Vorpommern en Allemagne, la Fenice de Venise, etc

Le Quatuor compte comme partenaires des interprètes tels que Michel Dalberto, Henri Demarquette, Abdel Rahman el Bacha, Gary Hoffman, Jean-Marc Luisada, Paul Meyer, Jean-Frédéric Neuburger, Lise Berthaud, Michel Portal, Gérard Caussé, Sabine Meyer et Sol Gabetta,...et se produit sur des scènes telles que :
Après un Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, le quatuor a reçu l'enseignement du quatuor Ysaÿe à Paris, suivi les master-classes de Walter Levin et de Gyorgy Kurtag, puis a eu la chance de travailler aux côtés du Quatuor Artemis. Un disque dédié à Haydn (Mirare/Harmonia Mundi) est sorti en mai 2008, et a reçu le prestigieux Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros ainsi que de nombreuses récompenses (Sélection du mois Strad, Sélection Bayerische Rundfunk, **** Klassik.com, 5 Diapasons), et leur saison 2008-2009 a été couronnée par le Prix Révélation du syndicat de la critique. Un disque consacré à Mendelssohn est sorti en 2010.


Grâce au soutien de généreux mécènes, le quatuor Modigliani a le privilège de jouer quatre magnifiques instruments Italiens.
(3) ► Jean-Frédéric Neuburger

Né en décembre 1986, il commence l’étude du piano en 1994 ; 1er prix au CNSM de Paris en 2003. Entre 2001 (Prix de l’Académie Maurice Ravel) et 2006 (1er Prix aux Young Concert Artists International Auditions de New York), il a remporté de nombreuses récompenses internationales, y compris quatre prix au Concours Long-Thibaud 2004.
Il est l’invité de prestigieux lieux de concert : Festivals d’Auvers sur Oise, de Radio-France/ Montpellier, La Roque d’Anthéron, Chopin à Bagatelle, Piano aux Jacobins, Folles journées de Nantes, Lisbonne et Tokyo, Festival Chopin de Duznicki, Auditorium du Musée du Louvre, du Musée d’Orsay, Bouffes du Nord, Kennedy Center de Washington, Carnegie Hall de New York (Dec 2006). En 2007, 1er grand récital à Tokyo (Suntory Hall).
Il s’est produit en soliste avec de grands orchestres : Philharmonique de Radio France, London Philharmonic, Philharmonique de Shanghai, Orchestre National de Montpellier. En novembre 2006, 3ème concerto de Beethoven à Tokyo avec le New York Philharmonic et Lorin Maazel. En mai 2007, tournée avec l’Orchestre National d’Ile de France (Salle Pleyel le 5 mai) et en novembre, concerts en France et tournée au Japon avec l’Orchestre National de Lyon. En 2008, sera l’invité de l’Orchestre Philharmonique de Liège (Messiaen) et du London Philharmonic Orchestra (Brahms).
Maturité musicale exceptionnelle, clarté du jeu et palette expressive remarquables. JF possède de plus, à tout juste 20 ans, un répertoire déjà considérable. Il a publié deux albums Chopin pour le label DiscAuvers et un double album consacré à l’Art de délier les doigts de Czerny pour le label Mirare. Son prochain enregistrement sera consacré à des œuvres pour piano seul de Brahms.

(4) François Salque 

Un des représentants les plus doués de la prestigieuse école française du violoncelle. Son extraordinaire profondeur musicale, sa technique phénoménale et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde du violoncelle et de la musique de chambre.

Ce diplômé de l’Université de Yale et du CNSM de Paris s’est produit dans plus de cinquante pays. En soliste, il a eu l’occasion de se produire avec des formations telles que l’Orchestre de la Radio de Munich, l’Orchestre de la Suisse Romande, l'Orchestre de Monte-Carlo, l’Orchestre de Chambre de Moscou, la Camerata de Saint-Pétersbourg, l’Ensemble Orchestral de Paris, le Baltic Chamber Orchestra ainsi que de nombreux orchestres français.

Ses disques en soliste et en musique de chambre en compagnie de Paul Meyer, Emmanuel Pahud, Eric Le Sage ou Alexandre Tharaud, ont été largement acclamés par la presse (Diapasons d’ Or de l’année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l’Académie Charles Cros, Victoires de la Musique, Palme d’Or de la BBC...). François Salque signe également sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste.

Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces, notamment de Thierry Escaich, Nicolas Bacri, Krystof Maratka, Jean-François Zygel, Karol Beffa... Il est également à l’origine de plusieurs créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles.

Très jeune, François Salque est primé dans les plus grands concours internationaux (Genève, Tchaikovsky, ARD-Munich, Rostropovitch, Rose...). "La sensibilité et la noblesse de son jeu" alliées à "un charisme et une virtuosité exceptionnelle" (Pierre Boulez) lui permettent de remporter pas moins de 10 premiers prix et autant de prix spéciaux. Il compte parmi ses maîtres, Janos Starker, Paul Tortelier, Philippe Muller et Michel Strauss.

François Salque se produira cette saison et la suivante dans des lieux tels que la Salle Pleyel, le Théâtre du Châtelet, la Cité de la Musique le Théâtre des Champs-Elysées, ainsi que sur plusieurs scènes en France mais également au Japon, en Suisse, en Russie et dans de très nombreux festivals et rencontres musicales en France. Il enseigne aujourd’hui au Conservatoire de Paris - CNSMDP.
(5) Vincent Peirani
Vincent Peirani touche à l'accordéon à l'âge de onze ans. Etudiant au Conservatoire régional, il remporte trois Premiers Prix à la clarinette classique, en solfège et en analyse musicale. Sa passion pour l'accordéon ne faiblit pas pour autant puisqu'il se présente et gagne plusieurs concours internationaux entre 1994 et 1998 en Allemagne, en Italie et en Suisse.

Brillant élève du Conservatoire National Supérieur de Musique à Paris, Vincent Peirani se voit décerner le Premier Prix en accordéon classique en 1996 et trois autre Premiers Prix dans la classe jazz en 2000. L'année suivante, il intègre le département Jazz et Musiques improvisées du Conservatoire où il collabore avec Daniel Humair, Dre Pellemaerts et Glenn Ferris. Il en ressort avec un Premier Prix en juin 2004, après avoir été la révélation du Concours International du festival Jazz à la Défense avec le saxophoniste Vincent Lê Quang.

Compositeur et soliste, Vincent Peirani accompagne de multiples artistes tels que sont Daniel Humair, François Jeanneau, Renaud Garcia-Fons, Sylvain Luc, Louis SclavisMichel PortalYoun Sun NahCheick Tidiane Seck ou le groupe Les Yeux Noirs. Il participe aux projets Melosolex, Pasta Project et Madhu. En avril 2009, il retrouve Vincent Lê Quang pour l'enregistrement de l'album Gunung Sebatu. Paru début 2011, l'album EST le voit collaborer avec le violoncelliste François Salque.
(6) Sonia Wieder-Atherton

Violoncelliste, interprète d’un très large répertoire reflétant son imaginaire, auteur de projets, musicienne recherchée par de nombreux compositeurs contemporains, Sonia Wieder-Atherton occupe une place à part dans le monde musical aujourd’hui. Elle joue en soliste avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, l’Orchestre National de Belgique, le Philharmonique de Liège, le Philharmonique d’Israël, l’Orchestre Gulbenkian de Lisbonne, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, l’Orchestre de la NDR de Hanovre, le REMIX Ensemble, Les Siècles, Asko/Schönberg... Sous la direction de chefs tels Louis Langrée, Marc Minkowski, Lawrence Foster, Alain Altinoglu, Janos Furst, Pascal Rophé, Matthias Pinscher, Günter Neuhold, François-Xavier Roth, Hervé Niquet, Nathalie Stutzmann, Reinbert de Leeuw et d’autres.

Pascal Dusapin, Georges Aperghis, Wolfgang Rihm et d’autres écrivent pour elle de nombreuses œuvres. Elle joue régulièrement avec les pianistes Imogen Cooper, Elisabeth Leonskaja, Laurent Cabasso, Georges Pludermacher, Bruno Fontaine. Elle a été invitée à interpréter ses projets, dont elle a assuré à la fois la conception et la mise en espace, par de nombreux festivals et dans des lieux tels que l’Opéra Comique, la Cité de la musique, le Théâtre de la Ville, Musica à Strasbourg (France), Bath Music Festival ou Cheltenham (GB), l’Opéra de Houston (USA), l’Opéra de Dortmund (Allemagne), le festival Crossing the Line (USA), le Printemps de Bourges, les festivals de Spoleto et Caserta (Italie), la Casa da Musica (Portugal).

Après ses études au CNSM de Paris dans la classe de Maurice Gendron et des cours avec Rostropovitch, elle part à Moscou pour étudier deux ans dans la classe de Natalia Chakhovskaïa au Conservatoire Tchaïkovski. En 1986, peu après son retour, elle devient lauréate du Concours Rostropovitch.

Aujourd’hui, ses concerts mis en espace sont de plus en plus demandés aussi bien en France qu’à l’étranger : VITA Monteverdi-Scelsi, concert à travers lequel elle raconte l’histoire d’une vie, celle d’Angioletta-Angel ; Chants d’Est, un concert de la Russie à la Mitteleuropa pour violoncelle et orchestre de chambre ; D’Est en musique, spectacle conçu avec les images du film D’Est de Chantal Akerman.

Elle a récemment fondé l’ensemble Niguna avec lequel elle donne certains des programmes qu’elle crée. Ses nombreux enregistrements témoignent de son parcours. Chez Sony BMG sont parus : Au commencement Monteverdi, Trios de Schubert, En sonate, Concerto de Pascal Dusapin, En concerto, avec le Sinfonia Varsovia dirigé par Janos Fürst (Ravel, Bartók et Chostakovitch). Depuis 2009, elle est en exclusivité chez naïve. Sont parus Chants d’Est, VITA Monteverdi-Scelsi et une réédition des Chants Juifs pour violoncelle et piano, qui est l’occasion de découvrir des textes écrits par Sonia Wieder-Atherton : « 14 récits » qui questionnent la notion du temps, de la mémoire, et de la transmission.

Reconnaissant en Sonia Wieder-Atherton l’une des plus puissantes personnalités musicales actuelles, l’Académie des Beaux-arts lui a décerné le « Grand Prix Del Duca » en 1999. En mai 2011, elle a reçu le prix des Arts de la Fondation Bernheim, qui désigne chaque année trois lauréats dont l’œuvre a valeur créatrice dans chacun des domaines des arts, des lettres et des sciences.
(7) Bruno Fontaine

L’année des mille Fontaine » titrera le journal Le Monde pour commenter l’actualité extraordinairement chargée de Bruno Fontaine en 2004 : sortie de plusieurs disques et notamment d’un récital Mozart (CD Transart live), qui reçoit les 4 ffff de Télérama et une critique unanime et élogieuse de l’ensemble de la presse ; sortie dans les salles du film « Pas sur la Bouche » d’Alain Resnais, dont il réalise la Bande Originale, 110 représentations à Paris du spectacle « Heureux » avec Jean Rochefort, et de nombreux concerts en soliste ou comme chef d’orchestre (Orchestre Philharmonique de Radio France au Châtelet, Orchestre de la Radio Suisse Romande à Genève, Midem à Cannes…). 
Né à Epinal, c’est à l’âge de 4 ans que Bruno Fontaine débute le piano, et c’est sur dispense spéciale qu’il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, à l’âge de 11 ans, pour étudier avec, entre autres maîtres, Jean Hubeau, et Pierre Sancan. Il en sortira à l’âge de 15 ans bardé de 5 Premiers prix ! Bruno Fontaine part alors aux USA et c’est là-bas qu’il rencontre et travaille avec Don Costa, le célèbre arrangeur de Franck Sinatra, qui lui confirmera ce goût pour la découverte d’autres musiques. S’enchaîneront alors des collaborations artistiques qui l’amèneront, parallèlement à sa carrière classique, à travailler avec les artistes aussi divers que Jérôme Deschamps (Bruno Fontaine compose deux Suites symphoniques inspirées des musiques des films de Jacques Tati, les « Hulophonies » créées au Festival de Cannes en 2002), ou encore le groupe Rita Mitsouko qui lui demandent de créer les arrangements pour orchestre symphonique de leurs chansons pour une série de concerts au Théâtre des Champs Elysées. Il réalisera ensuite le même style de projet symphonique pour Misia, Barbara Hendricks et Paolo Conte. Michel Portal, Richard Galliano, Mino Cinelu, Louis Sclavis deviennent ses partenaires de prédilection dans le jazz, et Bruno Fontaine assure la direction musicale des spectacles de Ute Lemper, Lambert Wilson, et Julia Migenes pendant de nombreuses années. Bruno Fontaine continue parallèlement sa carrière de soliste et de chef d’orchestre : il joue régulièrement avec l’orchestre Lamoureux, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre de Cannes, l’Orchestre de la radio Suisse Romande et dirige le London Symphony Orchestra pour un enregistrement avec le guitariste John Williams (Sony Classical). En musique de chambre, Bruno Fontaine a pour partenaires le Quatuor Ysaye, Michel Portal, les violoncellistes Sonia Wieder-Atherton et Ophélie Gaillard, le violoniste Guillaume Sutre et l’altiste Miguel Da Silva (ils enregistrent Max Bruch ensemble pour le label TransArt Live). Comme soliste, Bruno Fontaine joue sous la direction de Yutaka Sado, Philippe Bender, Jacques Mercier, Edmon Colomer, David Wroe…
 (8) Christian Maës

Il commence par étudier la musique irlandaise, d’abord en autodidacte, puis avec l’irlandais Martin O'Connor, ce qui se concrétise par une quatrième place au “Fleadh Ceoil” en Irlande. Début 1980, une tournée en Algérie, dans le Mzab, avec la troupe de théâtre de l'ARETE à Besançon, dirigée par Madjid Madouche, achève de l'ouvrir à d'autres styles musicaux. De 1986 à 2000 il travaille avec Luc Laroche et Rabaska (Québec), tout en s’intéressant à d’autres univers musicaux, comme le rock ou la chanson auprès de Pascal Mathieu et Dupain, les musiques traditionnelles, avec Emmanuel Pariselle, ou la formation «Le Bal» (Coup de cœur de l'Académie Charles-Cros 2004).

Avec le contrebassiste de jazz James Mac Gaw (MagmaOne Shot), il fonde ensuite le Christian Maes Quintet, à la frontière des musiques du monde et du jazz. Il a également été accordéoniste dans le Van Gogh de Maurice Pialat (cf. la scène de bal au bord de l'Oise). En outre, son intérêt pour les musiques du Proche-Orient l’amène à créer un spectacle “Les Orientales” à Amman (Jordanie) et Beyrouth (Liban) en compagnie de musiciens orientaux et européens. En partenariat avec Georges Roux de la Maison Saltarelle, il élabore le premier accordéon diatonique à quart de ton.
(9) Travelling Quartet

Le Travelling Quartet est un quatuor à cordes original composé de deux violons, d’un violoncelle et d’une contrebasse. Ces quatre musiciens ont décidé de transgresser leur formation classique en nous présentant leur tout nouveau répertoire… les standards des Beatles ! Pourquoi les Beatles ont-ils connu ce succès quasiment inégalé ? La réponse se trouve tout simplement dans leur puissance d’innovation, leur génie commun de la création. Les Beatles ont tout changé, tout chamboulé. Toujours aussi vivants, aussi présents, ils touchent le cœur de millions de personnes depuis plus de quatre décennies. Leurs mélodies ont été adaptées à de nombreux genres musicaux, notamment le jazz, la salsa ou la musique classique. Les « Fab Four » et l’alchimie magique entre Lennon et McCartney ont changé notre manière de concevoir la musique. Équilibre délicat de quatre voix instrumentales, le quatuor à cordes offre un parfait mélange de sonorités qui s’épanouissent avec les Beatles. Le Travelling Quartet a créé avec ses arrangeurs un lien étroit afin de façonner un répertoire exclusif, sur mesure. Chacun des six arrangeurs, créateur à part entière, a eu carte blanche pour nous offrir une lecture unique de ces grands succès. Grâce à la richesse musicale des Beatles, pas de limite à l’imagination.
(1o) Cie Déviation / Horia Sorianu
Compagnie créée en 1991 par Alain Mignon et installée à l’abbaye de Corbigny depuis 2004. Une dizaine de musiciens, pour l’essentiel batteurs percussionnistes, et de comédiens, participent aux activités de création de cette compagnie, qui s’appuie sur le travail de lutherie contemporaine d’Alain Mignon (instruments de percussion, mais le souffle et l’archet y trouvent aussi leur part), ébéniste diplômé de l’École Boule et ancien professeur en menuiserie ébénisterie.

Principales créations :

Déballage Public (1993), Murmurant (1997), Bavardages et Profession Voyageur (2001), Pourquoi c’est toujours sur moi que ça tombe (2006), Cimes et racines (2010), Des noces en noir et blanc (2010)

Horia Surianu, compositeur né en1952 en Roumanie, à Timisoara. Compositions: Oeuvres de musique symphonique, musique de chambre, musique de ballet, de théâtre, de film de télévision et court-métrage, musique chorale et musique électronique jouées ou programmées à la Radio ou dans des concerts en Allemagne, Autriche, Belgique, Cuba, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Tchéquie.
(11) Manu Katché, Tore Brunborg, Jim Watson, Luca Aquino
Batteur d’exception, Manu Katché est l’une des grandes pointures internationales du jazz français depuis plus de 20 ans. De formation classique, son coup de baguette va le mener au jazz puis au pop-rock. C’est ainsi qu’on le retrouvera aussi bien aux côtés de Michel Petrucciani et Jan Garbarek que de Peter Gabriel, Dire Straits, Michel Jonasz, Stephan Eicher ou Youssou N’Dour. Actuellement en tournée avant la sortie de son prochain album, il se produit avec trois musiciens de renom qui donnent une nouvelle direction à sa musique. Au saxophone, le Norvégien Tore Brunborg avec qui Manu Katché a déjà travaillé de nombreuses fois, notamment sur son album Third Round. À l’orgue Hammond B3, Jim Watson qui fut à ses côtés lors d'un très beau concert au festival Jazz à Juan en 2010. Enfin, Luca Aquino à la trompette qui complète ce quartet à ne pas manquer !






similaire:

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconProgramme simplifie
«l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu» (Mt 4,4). C'est avec crainte que je le...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconLeçon 7 : Vocabulaire et figures de style (juger, s’opposer, s’engager)
«Je suis beau, élancé et haut, et je sers à construire des toits aux temples et des vaisseaux. Comment oses-tu te comparer à moi...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconL’origine nationale des déportés s’élargit
«Nacht und Nebel» qui date du 7 décembre 1941. Ce dernier règle le sort des opposants à l’Allemagne : ils sont soit condamnés à mort,...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconLa poésie permet souvent de témoigner d’une époque ou d’un événement...
«du pays dont ils rêvent», est une périphrase pour désigner la France et qui vient signaler que ces idéalistes se sont battus pour...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconCours d’Agrégation L. C. du 14 / 10 / 10
«topos» de la fuite des amis, lorsque le malheur frappe (cf par exemple Ovide dans ses poèmes de relégation) : ironie du sort qui...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconHeureux le papillon qui
«Heureux le papillon qui, Libre dans l’air, vole ! Disait un écolier ennuyé de l’école. Sans trêve et sans repos Travailler, travailler...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconBeaumarchais Biographie de l'auteur
«Par le sort de la naissance 1 Lun est roi l’autre est berger: ¡Le hasard fit leur distance; / L’esprit seul peut tout changer»:...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconPar les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers
«éveilleurs de conscience», IL nous faut croire en eux. Sont eux et par eux d’où émergera ce Nouveau Monde qui commence à naître,...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconRemarques sur le modèle de Turing
«Ne soyons pas si puristes et soyons reconnaissants au continu qui, si tout sort du nombre entier, était seul capable d’en faire...

Un programme qui sort des sentiers battus ! iconFlorence Naugrette : Le drame romantique, un contre-modèle ? Sa place...
«le programme des romantiques est un programme de combat, leur doctrine est purement négative.»[4] Doumic est un fidèle disciple...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com