Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara





télécharger 22.6 Kb.
titreTentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara
date de publication22.10.2016
taille22.6 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos

CONAN Marine MOURE Audrey MONNEREAU Sophie

PAROLES de Prévert

Ce recueil poétique de Jacques Prévert est publié en 1946. Il se compose de 95 poèmes écrits entre 1930 et 1944. Son succès fut immédiat car, comme le suggère le titre, Prévert adopte un langage familier et populaire, se faisant ainsi le porte parole de tout un chacun. Sa poésie se veut simple, voire enfantine et surtout très diversifiée, dans sa forme mais aussi dans ses registres. Poète à l’époque du surréalisme, il s’amuse à jouer avec les mots, transforme les banalités de la vie, et attaque avec la plus grande liberté tout ce qu’il déteste, mais il sait aussi célébrer ce qu’il aime.

A travers son écriture poétique comment Prévert conteste t’il la société ?

Nous allons voir de quelle façon la double connotation de son écriture poétique est elle mise en évidence, en analysant ses procédés d’écriture qui introduisent les thèmes contestés par Prévert.

Corpus



-Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France

-L’Effort humain

-Le Cancre

-Ecritures Saintes

-Pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements

-Barbara

I- Un art d’écrire
Pour Jacques Prévert, l’écriture poétique peut se matérialiser partout, ainsi il pratique le mélange des genres, du réel et de l’irréel, de la prose et de la poésie. On trouve donc des textes non ponctués, de formes et de longueurs très variées.

Dans ce recueil on pourrait confronter deux types de poèmes :

- le poème bref est un instantané comme La Belle Saison. Il utilise aussi des flashs, petits poèmes d’une seule ligne (La Cène).

- les poèmes longs, plus nombreux, sont placés stratégiquement au début du recueil (Tentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France (11 pages) Evènements (9pages) mais le plus long, La crosse en l’air (35 pages) est au milieu de l’œuvre et on retrouve un texte assez long en fermeture du recueil (Lanterne magique de Picasso (7pages)).
Chaque texte a une forme particulière qui n’a rien en commun avec les formes fixes traditionnelles. Cependant certains poèmes-chansons utilisent un refrain à des intervalles plus ou moins réguliers (Barbara qui a été chanté par Mouloudji). La forme est également très variée avec des textes en prose (comme certains passage du Dîner de têtes), mais aussi avec des vers libres et parfois l’utilisation de rimes irrégulières (Barbara).
Les aspects dominant de l’art de Jacques Prévert sont la spontanéité et l’oralité nourries des influences surréalistes. Etudions ces procédés.

Ainsi, Prévert provoque le rire en jouant sur les mots comme ici : « Larima/Larima quoi / La rime à rien » (L’amiral).

Un autre procédé très fréquent est celui de l’accumulation associée à l’anaphore ; par exemple : ouverture du Dîner de têtes (« Ceux qui pieusement / Ceux qui copieusement … »). C’est donc un poème cortège mimant la scène représentée grâce à ce procédé (comme dans Inventaire et Cortège).

On retrouve aussi, une technique typiquement surréaliste, le collage, apparaissant dès le premier poème, Tentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France. Prévert décrit une soirée à l’Elysée, « un grand dîner de têtes et chacun s’était fait celle qu’il voulait ». Tous ces personnages deviennent irréels, comme dans les compositions de Prévert. De plus, ils deviennent ridicules, « des têtes de boule puante »,  « des têtes de fromage de tête, des têtes de pied ». On voit aussi la critique et l’avis que Prévert a de ces personnages politiques.

Le vocabulaire simple et concret est une autre caractéristique permanente de Paroles, par exemple dans Pour faire le portrait d’un oiseau il rend le texte plus abordable et laisse libre cours à notre imagination. Ceci s’explique par le fait que Prévert a toujours été du coté des petits. Il refuse donc le langage soutenu au profit du langage populaire.

En dehors des moyens classiques de l’expression poétique comme le jeu sur les rythmes et les sonorités (par exemple, l’allitération dans Barbara : « Sous cette pluie de fer / De feu, d’acier, de sang », c’est la richesse et l’expressivité des images, telles que : « Ceux qui sont chauves à l’intérieur de la tête » (Dîner de têtes).

Prévert, tente toujours de conserver, au moins en apparence, humour et insouciance. Le rire enfantin est libérateur : il renverse les fausses valeurs…Pourtant, l’humour est parfois noir, surtout dans des textes tournant en dérision certains clichés sociaux (Dîner de têtes). 

La diversité syntaxique et stylistique de la poésie de Prévert lui sert à appuyer ses idées, inspirées par l’actualité politique et sociale, ou par un sentiment personnel ou esthétique.

Les procédés poétiques efficaces se croisent souvent et mettent en valeur les nombreux thèmes du recueil.

II- Un art de contestation
Bien que le surréalisme ait éclaté dans les années 30, on retrouve son influence dans l’écriture de Prévert. En effet, il s’agissait d’un mouvement de contestation contre la bourgeoisie, classe dirigeante, qui pour des valeurs marchandes et coloniales avait conduit le monde à la guerre.

Ayant grandit dans un milieu très modeste, Prévert à été confronté très tôt à la misère des classes populaires, on comprend alors sa thèse contestataire.

La contestation prend ainsi une place importante dans ce recueil que ce soit par des allusions rapides, des paragraphes courts ou des textes plus longs. Prévert peint la société française de l’entre deux guerres et nous montre ses défauts. Il dénonce tout un tas de sujets, parmi lesquels on retrouve la violence, la guerre, la politique bourgeoise, la religion…Il étend donc sa contestation à toutes sortes d’aspect de la société de la 3ème république.
           Preuve de son engagement, il commence son recueil en critiquant les dirigeants du pays dans « Tentative de description d’un dîner de têtes ». On peut retrouver les vers « ceux qui mamellent », « …avec des têtes de boule puante », « ceux qui ont quatre mille huit cent dix mètres de mont blanc…et qui en sont fiers », vers qui montrent ses jugements contre les têtes pensantes de l’époque.

Dans ce recueil, Prévert nous décrit les méfaits de la guerre avec des ruines, des amours perdus, des deuils…illustrés par des poèmes comme Barbara avec « quelle connerie la guerre » ou encore dans La rue de Bucci avec « où est-il parti…où es- tu…le cœur de cette rue ». C’est à travers ces poèmes que l’on peut voir la mentalité de l’armée, au temps de Prévert. Il nous dit même dans Fête Foraine que la fierté de l’armée est ridicule en dépit du mal qu’elle fait, « Visant le cœur du monde en éclatant de rire ».La dénonciation de la violence et de la guerre est le thème dominant, non insensible face à l’histoire. Antimilitariste (Le temps des noyaux...) et anticlérical (La crosse en l’air …), il fait également référence à l’actualité de son époque pour appuyer ses thèses (guerre d’Espagne et guerre d’Ethiopie dans Lanterne magique de Picasso et La crosse en l’air, le bombardement de la deuxième guerre mondiale dans Barbara ou fascisme dans L’ordre nouveau. Le travail est présenté comme une exploitation et une humiliation, en effet dans L’effort humain une expression résume tout : « La terrifiante chaîne où tout s’enchaîne / la misère le profit le travail la tuerie ». Prévert dénonce aussi l’emprisonnement (La chasse à l’enfant), la colonisation (L’effort humain) ou encore l’école (Le cancre …) Il s’agit donc d’une poésie socialement et politiquement engagée : Jacques Prévert a choisi son camp.

Il aborde aussi le thème de la religion, dans Ecritures Saintes, par exemple, et tourne en dérision la religion lorsqu’il écrit, en parlant de Dieu : « une fois il eut un grand fils ; un joyeux lapin ; et il l’a envoyé sur la terre ; pour sauver les lapins d’en bas ; et son fils a été rapidement liquidé ; et on l’a appelé civet ». Il compare dans Ecritures Saintes, Dieu à « un grand et gros lapin » et le diable à « un grand lièvre avec un fusil gris ».

Avec cette dérision et cet humour, Prévert rabaisse la religion.    

Le recueil laisse donc transparaître quelques allusions à la situation historique et religieuse contemporaine et se moque des héros nationaux (Louis XIV, Napoléon), mais il prend vite une portée plus générale pour dénoncer les horreurs de la guerre, les entraves aux libertés.

Etant quotidiennement confronté à la misère depuis son enfance, Prévert conteste les élites sociales comme la bourgeoisie, mais aussi le clergé qui méprisent totalement la basse société, et oeuvrent seulement dans leurs propres intérêts. Ainsi, dans Ecritures Saintes, il renie les thèse chrétiennes en considérant que Dieu et le Diable seraient à la même place : « le Diable regarde Dieu en face », et dans Dîner de têtes, il va même jusqu'à se moquer de la crédulité des chrétiens, et à rabaisser le clergé en comparant ses membres à des oiseaux de mauvaise augure : « Ceux qui croient / ceux qui croient croire / ceux qui croâ croâ » Ensuite, Prévert remet en cause les conditions de vie de la classe populaire : dans L’Effort Humain et Le Temps Perdu il critique la misère des ouvriers (« l’effort humain…livrés par la classe ouvrière »), et les inégalités face aux patrons (le travailleur se plaint de devoir se sacrifier pour un patron qui ne travaille pas…). Mais il critique aussi une société trop attachée au superficiel et à la morale dans La Lessive, qui met en scène une famille qui rejette une jeune fille tombée enceinte hors mariage : « et la fille est piétinée…la vendange de l’honneur ».

En contradiction avec ses thèmes révolutionnaires et contestataires, Prévert se sert également du lyrisme dans son écriture où il exprime ce qu’il aime. On le retrouve ainsi dans des sujets tels que :

-l’amour comme par exemple dans Cet amour où il décrit une relation amoureuse qui montre sa conception de l’amour.

-l’enfance

-la famille

-ou encore la nature et les animaux comme l’oiseau. Le soleil, source de chaleur, de lumière, illustre aussi ce thème. Il symbolise, dans plusieurs textes, une rupture et une libération « mais un jour le vrai soleil viendra - un vrai soleil dur qui réveillera le paysage trop mou – et les travailleurs sortiront. ».

Il s’agit alors de dévoiler du bonheur, du rêve mais aussi des sensations de liberté.
Un dernier thème est à recenser. Il s’agit de l’art et de la création. On retrouve par exemple des peintres comme Van Gogh dans Complainte de Vincent (peinture de violence, de sang et de vie) ou encore Picasso dans Lanterne magique de Picasso ou encore Promenade de Picasso
 Ainsi, « Paroles » est un recueil qui, en créant le tableau de la société dans toutes ses formes, la remet en cause.

Finalement, c’est une poésie moins facile qu’il n’y paraît. Ces poèmes apparemment simples et sans prétention, ont réussit à réunir un large lectorat. Les thèmes contestataires et l’évocation d’un monde libéré de toutes contraintes sociales assuraient à Prévert l’adhésion d’une jeunesse d’après guerre. Mais à y regarder de plus près, il faut une grande finesse et même quelque culture pour en apprécier tous les effets.

Prévert savait aussi s’abandonner aux jeux lyriques pour chanter la vie, l’amour, la liberté…

La poésie de Prévert n’est donc pas toute de contestation et n’est pas toujours blasphématoire. Si elle a eu tant de succès, c’est à cause de son humour, de sa mise en question du monde, et surtout parce qu’elle éveille des sentiments simples.
Liberté est bien le maître mot du projet de Prévert…





similaire:

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconTentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France’’

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconFrancois Tosquelles, j’y pense souvent, jusqu’à faire son portrait....
«Pour faire le portrait d’un oiseau» En ce qui concerne François Tosquelles, IL n’avait pas besoin qu’on lui dessine de cage, même...

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconPour faire le portrait d’un oiseau

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconOu concordance raisonnée des saintes écritures

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconCe qui est en arrière-plan de l'histoire (la description, le portrait…)...

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconEffet = description imagée, rapprochement original ou non entre deux idées
«un Harpagon», pour désigner un avare, est une antonomase. C’est aussi le cas lorsqu’on remplace un nom par une périphrase : «la...

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconAu Restaurant de l’Hôtel de France
«Soirée Etape». Pour une personne, forfait qui Inclut le dîner, l’hébergement en chambre individuelle et le petit déjeuner

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconLa dissertation littéraire – faire un plan détaillé
«ô ma France dans «C», Aragon/ «Paris a faim, Paris a froid», dans «Courage» de Paul Eluard

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconClaude Millet : Figures du rythme
«un vent révolutionnaire» sur les «bataillons d’alexandrins carrés», ou prend le volant à douze plumes du vers pour, d’un déséquilibre...

Tentative de description d’un dîner de Têtes à Paris-France -l’Effort humain -le Cancre -ecritures Saintes -pour Faire le Portrait d’un Oiseau Evènements -barbara iconProgramme barbara «Une petite cantate»
...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com