Questions d’Arthur Rimbaud





télécharger 16.95 Kb.
titreQuestions d’Arthur Rimbaud
date de publication22.10.2016
taille16.95 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
Bonjour Tumulte, mars 2008 : le Printemps des poètes devait être pour moi l'occasion de poser des Questions à Arthur Rimbaud. Las, mon imprimante et un lapsus m'imposèrent non les Questions à Arthur Rimbaud - suite de celles qu'il m'est déjà arrivé de poser tout haut sur les ondes de PFM -, mais les Questions d'Arthur Rimbaud, himself !

Petite explication : dans ses poèmes et dans ses lettres, Arthur Rimbaud pose ou se pose des questions. En les citant dans l'ordre qui me chante, c'est un poème qui naît, sous ma plume et mon rythme :

 


Questions d’Arthur Rimbaud




Qu’est-ce

pour nous, mon cœur,

que les nappes de sang

que voulez-vous que je fasse

de cela, en France ?

Quel mariage voulez-vous

Que ça me procure ?

Puis-je aller me marier

là-bas, et néanmoins je serai toujours

qui sait ?

Forcé de voyager pour vivre ?

Choisirai-je le Nord

ou le pays des Vignes ?

Est-ce que l’on prie

la Vierge Marie ?

Est-elle almée ?

Qui sait ?

Est-ce refus d’une poétique jugée

périmée ?

Mais quoi faire ?

Mais qui sait combien peuvent durer mes jours ?

Dans ces montagnes-ci ?

En admettant que je rentre

un jour – en France ?

Comment me referais-je des relations

quels emplois

trouverais-je ?

C’est encore une question.
Quand sera brisé l’infini

servage de la femme, ses mondes d’idée

différeront-ils des nôtres ?

En attendant, demandons aux poètes

du nouveau – idées et formes. Tous les habiles

croiraient bientôt avoir satisfait à

cette demande – est-ce cela ?

Est-ce de la satire,

comme vous diriez ?

Est-ce de la poésie ?

Vous ne trouvez pas cela sincère ?

Comment agir, ô cœur volé ?

Le soir ? …

Reprendrons-nous la route

Blanche qui court

Flânant, comme un troupeau qui broute,

Tout à l’entour ?

Pourquoi l’azur muet et l’espace insondable ?

Pourquoi les astres d’or fourmillant comme un sable ?

Au soleil, sans imposture

que faut-il à l’homme ?

La voix de la pensée est-elle

plus qu’un rêve ?

Quelle langue parlerai-je ?

C’est encore une question.
Pourquoi tancer

l’enfant qui

non doué de principes zoologiques

désirerait un oiseau à cinq ailes ?

En somme, une Fleur, Romarin

Ou Lys, vive ou morte, vaut-elle

Un excrément d’oiseau marin ?

Quelle âme est

sans défauts ?

Que comprendre à ma parole ?

Est-ce en ces nuits sans fond

qu’on dort et s’exile

Million d’oiseaux d’or, ô future Vigueur ?

Vous rappelez-vous avoir reçu

de province, en juin 1870, cent ou cent

cinquante hexamètres mythologiques

intitulés Credo in unam ?

Ai-je

progressé ?

Que pouvais-je

boire dans cette jeune Oise ?

Ormeaux sans voix, gazon sans fleurs, ciel couvert

Que tirais-je

à la gourde de colocase ?

Tout plein ?

Heureux comme

avec une femme ?

C’est encore une question.
A qui peut-on s’adresser

à Beyrouth ou ailleurs

sur la côte de Syrie pour l’achat de quatre

baudets étalons, en pleine vigueur

de la meilleure race employée pour

la procréation des plus grands et plus forts

mulets de selle en Syrie ?

Quel pourrait-en être le prix, et aussi

le fret par les Messageries, et l’assurance

de Beyrouth à Aden ?

Pourriez-vous me donner le nom

des plus grands fabricants de drap

de Sedan ou du dépar-

tement ? A propos m’avez-vous envoyé

ces livres à Chypre ?

A propos m’avez-vous

Pourriez-vous me donner

Est-ce qu’on travaille à

Panama ? Trouverai-je quelque chose

M’avez-vous envoyé ces

livres à Chypre ?

Pourriez-vous

Trouverai-je

quelque chose

à faire en Abyssinie ?

Où boirai-je tranquille

Le soir ? Que tirais-je à la gourde de

colocase ? Saurais-je donc jamais

m’avez-vous envoyé ces

livres à Chypre ?

Trouverai-je

quelque chose

de Sedan

en Abyssinie ?

Le soir ?

Où j’en suis

à ce sujet ?

Des vergers quand il pleut un peu, de l’herbe rousse ?

Des mondes cheminant

dans l’horreur de l’espace ?

De Sedan ou du département ?

C’est encore une question.
Où sont les courses à travers monts, les cavales

les cavalcades, les promenades, les déserts

les rivières et les mers ?

Est-ce qu’on travaille

à Panama ?

Et à la maison ?

La moisson est finie ?

Me blanchirait-il un cheveu

par minute

Est-ce désolant cette trahison du cuir

chevelu – mais qu’y faire ?

Jusqu’à présent, je trouve à vivre ici

si je quitte : que rencontrerai-je en échange ?

Ai-je jamais reçu votre dernière caisse

de livres – comment a-t-elle pu s’égarer ?

Je en échange ?

Des sommes que je vous avais envoyées

les années passées, et dont le total faisait

3600, ne reste-t-il

rien ?

Je en échange ?

similaire:

Questions d’Arthur Rimbaud iconPrésence d’Arthur Rimbaud dans l’œuvre de Jean-Michel Maulpoix
«Nous ne saurons jamais qui fut Arthur Rimbaud. Nous sommes devant lui comme le criminel ou l’être aimé; IL ne nous reste plus qu’à...

Questions d’Arthur Rimbaud iconBibliografía Rimbaud
«Ville(s)» d´Illuminations”, Arthur Rimbaud Autour de «Villes» et de «Génie». (1980), 25-34

Questions d’Arthur Rimbaud iconRimbaud : bibliographie sélective
«Arthur Rimbaud», Recherche de la base et du sommet, O. C., La Pléiade, Gallimard, p. 727-734

Questions d’Arthur Rimbaud iconLe Dormeur du Val (Arthur Rimbaud)

Questions d’Arthur Rimbaud iconLe dormeur du val Arthur Rimbaud

Questions d’Arthur Rimbaud iconSéquence 4 – Séance 1 : la n°1 : «Le Buffet» d’Arthur Rimbaud

Questions d’Arthur Rimbaud iconLa 2 Arthur Rimbaud, poème Le bateau ivre (vers 1 à 60) (1871)

Questions d’Arthur Rimbaud iconArthur Rimbaud Le Dormeur du Val poème daté d’octobre 1870, publié dans

Questions d’Arthur Rimbaud iconManuel de référence
«Sensation», «Ma bohème» et «Le dormeur du val», dans les Poésies d’Arthur Rimbaud

Questions d’Arthur Rimbaud icon«Ophélie», Arthur Rimbaud
«Et moi aussi, je suis peintre !». Montrez que l’évocation de la première partie se construit comme un tableau





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com