Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées





télécharger 46.01 Kb.
titreLe massage-minute pour prendre soin des personnes âgées
date de publication09.11.2019
taille46.01 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées


21 mai 2002 - Une infirmière et enseignante en soins infirmiers depuis plusieurs années, la Suissesse Ruth Rapin (photo ci-contre), a mené une recherche sur l'impact du toucher auprès d'une clientèle âgée en institution. Treize soignants volontaires de trois établissements d'hébergement pour personnes âgées du canton de Vaud (Suisse) ont donc suivi la formation au toucher-massage (nom enregistré, appelé aussi massage-minute). Au cours des trois mois suivants, chacun avait à effectuer cinq interventions d'environ dix minutes sur des résidents de leur choix au moment qui leur semblait opportun. Ils devaient également compléter une grille d'évaluation sur l'état de ceux-ci avant, pendant et après l'intervention.

Au total, 53 personnes âgées en moyenne de 83 ans ont été ainsi « touchées »; plusieurs souffraient de démence et la très grande majorité d'entre elles n'avaient jamais vécu ce type de contact auparavant. Si le toucher-massage n'a pas eu d'effet sur leurs malaises persistants (même bénins), il en a eu de manière significative sur le bien-être général de ces vieillards et ce, tout de suite après la période de massage. On a constaté que les traits de leur visage étaient plus détendus, qu'ils avaient une meilleure disposition à bouger et à communiquer (ce que les chercheurs ont associé au « goût de vivre ») et un sentiment accru d'estime de soi. Aucun bénéfice à moyen terme n'a toutefois pu être dégagé à partir de cette recherche.

Par contre, un aspect inattendu s'est révélé en cours de route : la satisfaction du personnel soignant. En effet, ces employés se sentaient valorisés par cette occasion de « prendre soin » des bénéficiaires, par opposition à leur travail habituel qui consiste souvent à les « embêter ». Tous ont déclaré continuer à pratiquer ces gestes, même un an après la fin de la recherche.

Particulièrement intéressée par l'aspect de sa profession qui consiste à « prendre soin », Mme Rapin a reçu sa formation à l'école du toucher-massage du kinésithérapeute français Joël Savatovski où elle a obtenu le diplôme de formatrice. Cette technique s'enseigne en trois sessions de trois heures, réparties sur deux semaines. Très simple, elle peut être apprise par des non-soignants. On ne la pratique que sur une partie du corps à la fois (mains et avant-bras, par exemple, ou visage et tête, etc.)


Lucie Dumoulin - PasseportSanté.net



D'après la présentation de Ruth Rapin « Bénéfice du toucher sur la qualité de vie des personnes âgées en institution », tenue dans le cadre du 1er Congrès international sur la science du toucher le 17 mai 2002 à Montréal.

Renseignements sur le toucher-massage :
Savatofski, J., Le toucher-massage, éd. Lamarre (Vélisy), 1998.
Savatofski, J., Le massage-minute : le bien-être au quotidien, éd. Dangles (St-Jean-de-Braye), 1995.

Formation en soins corporels: le milieu s'organise


5 novembre 2004 - Les établissements de soins corporels (spas, centres de détente et de beauté en milieu hôtelier, etc.), de concert avec un organisme paragouvernemental, ont décidé de se prendre en main afin de contrer la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée qui sévit dans leur industrie.

Deux facteurs expliquent cette pénurie. Primo, le nombre de ces établissements a littéralement explosé au Québec, passant de 2 à 257 au cours des 20 dernières années. Secundo, il y a absence de formation reconnue pour les personnes oeuvrant dans ce domaine.

C'est pourquoi différents intervenants, dont l'Association Spas Relais santé, l'Association québécoise des esthéticiennes et la Fédération québécoise des massothérapeutes incitent leurs membres à créer un budget commun de formation par l'entremise d'Axelia1, un fonds mutuel qui servira à financer différentes activités agréées de formation.

C'est un organisme paragouvernemental - le Comité sectoriel de la main-d'ouvre des services de soins corporels - qui est chargé de développer les sessions de formation continue. Il a ainsi élaboré 11 cours de base destinés aux gestionnaires d'établissements de soins personnels, aux esthéticiennes diplômées de même qu'aux massothérapeutes.

Axelia se veut un service d'organisation et de gestion de la formation. Elle offre à ses membres un service particulier visant d'abord à identifier leurs besoins spécifiques, puis à dispenser la formation pour finalement en évaluer l'impact. Le financement de ses activités provient en partie des membres, ainsi que du Fonds national de formation de la main-d'oeuvre.

Selon Andrée Mayer-Périard, directrice générale d'Axelia, cette initiative ne vise pas tant l'uniformisation des services offerts par les différents établissements de soins corporels, qu'un « nivellement vers le haut des connaissances minimales pour exercer ». Entre autres, certaines contre-indications doivent être connues de tous afin d'offrir les soins les plus appropriés. Un exemple? « Certains types d'enveloppements corporels ou encore certains massages, ne sont pas appropriés pour les femmes enceintes, explique Mme Mayer-Périard. Les protocoles doivent être connus. »

Selon elle, le rehaussement des connaissances du personnel de ces établissements - surtout fréquentés par les femmes - devrait permettre aux clientes d'obtenir un service de base de qualité.

 

Martin LaSalle - PasseportSanté.net

 

1. Pour accéder au site d'Axelia : www.AXELIA.ca

Les massages: bénéfiques aux personnes atteintes de cancer


4 octobre 2004 -Les bienfaits de la massothérapie chez les personnes atteintes de cancer se confirment encore. Au cours d'une récente étude, des patients cancéreux ayant reçu des massages ont rapporté une diminution de près de 50 % de leurs douleurs et de leurs malaises. Leur mieux-être se serait même prolongé jusqu'à deux jours après le massage.

Cette étude, d'une envergure sans précédent, s'est déroulée au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York sur une période de trois ans, auprès de 1 290 patients. Ceux-ci devaient évaluer eux-mêmes leurs douleurs et malaises en fonction d'une échelle prédéfinie.

Les auteurs de l'étude ont été étonnés d'observer que le soulagement de la fatigue, de la nausée, de l'anxiété et des autres inconforts ressentis par les patients atteints de cancer persistait au cours des 48 heures suivant le massage. Les patients avaient le choix entre un massage effectué par les pieds, un massage suédois ou un massage par effleurement. Ce sont ces deux derniers types de massage qui se sont révélés les plus efficaces à réduire les symptômes.

Les patients traités en clinique ont noté un plus grand apaisement de leurs douleurs que ceux traités à l'hôpital. Les chercheurs croient que l'environnement de la clinique externe est probablement plus propice à la détente et à de plus longues sessions de massage que celui de l'hôpital.

Aux États-Unis, on estime qu'environ 20 % des patients cancéreux utilisent la massothérapie parallèlement à leur traitement médical. Les auteurs encouragent les personnes atteintes de cancer à se prévaloir de services de massage, mais ils soulignent qu'il est préférable de faire appel à un massothérapeute spécialisé auprès d'une clientèle souffrant de cancer. Selon eux, ce dernier sera plus en mesure d'adapter la technique de massage aux besoins spécifiques des patients.

 

Marie france Coutu - PasseportSanté.net

D'après Reuters

 

1. Cassileth BR, Vickers AJ, Massage therapy for symptom control: outcome study at a major cancer center, J Pain Symptom Management, Septembre 2004, Vol. 28, No 3, 244-9.

Une pause-café ou un massage sur chaise?


17 mai 2004 - Les résultats d'une étude préliminaire indiquent qu'un massage sur chaise de dix minutes est plus profitable qu'une simple pause pour réduire le stress chez les infirmières.

Le massage sur chaise connaît une certaine popularité dans les milieux de travail, notamment dans les bureaux, mais il pourrait aussi être utile au personnel oeuvrant en milieu hospitalier : une infirmière américaine formée en massothérapie a eu l'idée de vérifier quel serait l'impact d'un massage sur chaise sur la perception du stress dans cette profession, où il est monnaie courante. Mary Kay Brennan a présenté sa recherche dans le cadre du deuxième Congrès international sur la science du toucher qui se tenait à Montréal du 12 au 15 mai.

Au cours de cette étude, 82 infirmières ayant au moins six mois d'expérience, travaillant à plein temps et n'ayant recours à aucune forme de massothérapie ont été réparties au hasard en deux groupes : le premier a reçu un massage sur chaise de dix minutes et l'autre groupe a pris une pause de dix minutes au cours de laquelle chaque participante faisait ce qu'elle voulait : lire, prendre un café, bavarder, fumer, etc. Le massage sur chaise a été effectué par quatre massothérapeutes dûment certifiés et selon un protocole précis afin d'uniformiser l'intervention.

Avant le début de l'essai, c'est-à-dire avant de savoir dans quel groupe elle serait, chacune des infirmières avait répondu à un questionnaire standard portant sur la perception globale de son stress1. Après le massage ou la pause, chacune s'est vu remettre le même questionnaire et l'a rempli de nouveau. La compilation des données a révélé que la perception du stress n'avait pas changé chez celles qui avaient pris une pause, tandis qu'elle avait nettement diminué chez celles ayant reçu un massage.

La chercheuse a rappelé que le stress est une cause d'épuisement professionnel, d'erreurs et d'absentéisme et que les hôpitaux auraient avantage à investir dans des programmes visant à soutenir leur personnel à ce chapitre. « Si les infirmières ne vont pas bien, quelle qualité de soin peuvent-elles assurer? »

Au cours de l'étude, 60 participantes ont reçu un coupon leur donnant droit à 30 minutes de massage gratuit pour avoir répondu au questionnaire dans les délais requis. Un an plus tard, au grand regret de Mme Brennan, seulement 14 d'entre elles en avaient profité...

 

Françoise Ruby - PasseportSanté.net

 

1. Brennan M.K, and DiGioacchino DeBate R. The Effect of Chair Massage On The Stress Perception Of Hospital Bedside Nurses. MassageTherapy Journal, Spring 2004, Vol. 43, no1.
2. Ce formulaire (Perceived Stress Scale) comporte 14 questions sur les sources de stress survenues au cours du dernier mois et en mesure le degré d'intensité.

La massothérapie et le cancer du sein


20 octobre 2003 - La massothérapie stimulerait le système immunitaire à attaquer le cancer du sein, laisse entendre une nouvelle étude.

Des chercheurs ont recruté 58 femmes souffrant d'un cancer du sein peu avancé. La moitié d'entre elles ont reçu un traitement de massothérapie deux fois par semaine, pendant que les autres servaient de groupe témoin. Au bout de cinq semaines, les chercheurs disent avoir décelé, chez les femmes ayant reçu le traitement, une augmentation de 11 % du type de globules blancs qui attaquent les cellules cancéreuses.

Cette étude a été menée au Touch Research Institute, à la faculté de médecine de l'Université de Miami, grâce à un financement octroyé par Biotone, une organisation vouée à l'avancement de la recherche en massothérapie. Les résultats n'ont pas été publiés.

Dans un même ordre d'idées, lors d'un sondage commandé par l'American Massage Therapy Association, 91 % des répondants ont dit croire que la massothérapie peut soulager la douleur efficacement. Vingt pour cent des répondants ont aussi dit avoir reçu un massage au cours de la dernière année, une augmentation de 13 % depuis 1997.


Jean-Benoit Legault - PasseportSanté.net



D'après Healthy News et WebMD; 17 et 20 octobre 2003.

Le massage et le toucher thérapeutique contre les effets indésirables de la chimiothérapie


24 mai 2002 - C'est dans le contexte conservateur d'un hôpital du Minnesota où le massage est encore perçu comme une fantaisie tout au plus inoffensive que Janice Post-White1 a mis sur pied une recherche pour déterminer les effets du massage et du toucher thérapeutique sur la douleur, les nausées, la fatigue et l'anxiété des personnes recevant des traitements de chimiothérapie pour un cancer. Il était question de vérifier si ces deux techniques étaient plus efficaces qu'une simple présence réconfortante, sans contact physique.

Pour cette étude, 230 patients recevant des cycles répétitifs et identiques de chimiothérapies ont été recrutés et 164 ont terminé l'étude. La moitié des patients étaient placés de façon aléatoire dans un des trois contextes d'intervention pendant 45 minutes, une fois par semaine : massage, toucher thérapeutique ou simple présence du thérapeute. Au bout de quatre semaines, l'autre groupe de patients était soumis aléatoirement à l'une des trois interventions, tandis que les premiers « soignés » devenaient le groupe contrôle.

L'étude a révélé que le soin de type « présence » n'avait pas d'impact significatif sur aucun des quatre symptômes; d'ailleurs, plusieurs des patients qu'on avait assignés à cette approche ont abandonné la recherche en cours de route. Selon des grilles d'observation précises, le niveau de douleur et de fatigue a été réduit tant par le massage que par le toucher thérapeutique, mais à court terme seulement. Toutefois, seuls les bénéficiaires du massage ont pu réduire leur consommation de médicaments antidouleur. Mais on n'a pas observé de réduction significative des nausées, bien que certains patients aient révélé prendre moins d'antiémétiques après leur soin. À ce sujet, la chercheure fait remarquer que ces symptômes n'étaient pas très marqués au départ et qu'une réduction minime aurait pu difficilement être mesurée. L'anxiété ne semble pas non plus avoir diminué de manière appréciable.

Il semble évident qu'une intervention aussi légère ne peut pas donner de bénéfices marqués à moyen ou long terme. Pourquoi, alors, une seule session de soin par semaine? Principalement parce qu'il était difficile pour une population habitant un large territoire de se présenter plus d'une fois à l'hôpital. Quant aux 45 minutes, c'était la durée maximale que les chercheurs avaient déterminé être tolérable par des gens non habitués à un tel contact intime. « Un seul soin par semaine n'est peut-être pas optimal mais, dans le contexte, c'est ce qui était praticable », reconnaît la chercheure.

Les données de recherche ne démontrent donc pas clairement les bienfaits à moyen et long terme d'une intervention limitée avec le massage et le toucher thérapeutique pour cette population, mais les témoignages des sujets donnent un autre portrait. En effet, la majorité d'entre eux ont parlé d'une amélioration de leur condition pour des périodes de deux à trois jours après l'intervention et ont communiqué leur satisfaction à leur oncologue, exprimant le souhait que ces soins leur soient encore accessibles.

Les massages administrés étaient doux - à cause de l'hypersensibilité de la clientèle - et une grande portion du temps était affectée au massage du visage et de la tête, généralement la région du corps la moins douloureuse chez les personnes sous chimiothérapie. Une même musique relaxante était jouée lors de chacune des trois interventions.


Lucie Dumoulin - PasseportSanté.net



D'après une présentation de Janice Post-White, « Massothérapie et toucher thérapeutique dans le traitement du cancer », donnée au 1er congrès international sur la science du toucher, à Montréal, le 18 mai 2002.

1. Madame Janice Post-White, Ph.D., est professeure associée à l'Université du Minnesota et professeure de nursing en oncologie à l'American Cancer Society.

Une expérience de massothérapie auprès de défavorisés


23 mai 2002 - Lorsque Jim Clear, massothérapeute établi dans le sud du Nouveau-Mexique, a publié une annonce demandant des partenaires pour mener une recherche sur les effets du massage sur la santé, il n'a reçu qu'une réponse : les religieuses franciscaines qui dirigeaient le Jardin de Los Ninos, à Las Cruces. Ce « jardin d'enfants » est en fait une clinique subventionnée par plusieurs agences gouvernementales américaines, qui s'occupe plus particulièrement de la population défavorisée que constituent les immigrés d'origine mexicaine. Après deux mois de discussions sur le protocole (les bénéficiaires doivent garder leurs vêtements, il ne faut pas toucher à la poitrine et au bas du torse, une religieuse ou un de ses employés doit toujours être présent lors du massage, etc.), l'expérience pouvait débuter.

Pendant les six mois qui ont suivi, Jim Clear et son équipe ont traité 61 femmes et enfants, chacun à 24 reprises. Les femmes, pauvres et souvent analphabètes, pouvaient avoir été violentées, tandis que leurs enfants souffraient notamment de problèmes tels que : malnutrition, asthme, troubles circulatoires, problèmes musculo-squelettiques, troubles comportementaux et d'apprentissage. Mères et enfants étaient très méfiants, incapables de supporter le regard des intervenants.

Les résultats ont été assez concluants, tant sur le plan de la santé que sur celui de l'amélioration de la qualité de vie de cette population, pour que les religieuses décident, à la fin de l'expérience, de ramasser les fonds nécessaires pour construire une nouvelle aile à leur clinique et d'y installer des services permanents de massothérapie. Dix praticiens qualifiés y travaillent désormais.

Jim Clear fait remarquer qu'il a beaucoup eu recours à la thérapie cranio-sacrée avec les enfants, dont plusieurs semblaient avoir subi des traumatismes pré ou postnatals.


Lucie Dumoulin - PasseportSanté.net



D'après une présentation de Jim Clear, « Résultats d'une étude de 6 mois utilisant des méthodes variées pour diverses populations », donnée au 1er congrès international sur la science du toucher, à Montréal, le 17 mai 2002.

Les effets du massage sur les orphelins en manque de toucher


17 mai 2002 - Vonda K. Jump, une chercheuse associée au Early Intervention Research Institute de la Utah State University revient tout juste d'un séjour expérimental de onze semaines en Équateur, au cours duquel elle a mené une étude sur le massage auprès d'enfants vivant en orphelinat et sévèrement privés de contacts physiques.

Elle a effectué sa recherche durant 50 jours sur 37 enfants dont l'âge n'atteignait pas un an et demi et qui étaient laissés le plus souvent sans stimulation ni interaction : leurs seuls contacts se réduisant aux changements de couches et aux soins médicaux.

Les petits ont été divisés en deux groupes : l'un a reçu un massage quotidien de 15 minutes à l'huile d'olive; l'autre a expérimenté une interaction avec un adulte. Pour évaluer les résultats, l'auteure a utilisé des analyses d'urine (trois en tout), l'échelle de Bailey (qui mesure le développement mental et moteur du nourrisson) ainsi qu'un rapport journalier des symptômes de maladie (nez qui coule, diarrhée, vomissement, etc.).

À son arrivée, la chercheuse avait pu noter le manque de supervision (les enfants laissés plus de 15 minutes seuls dans la salle de jeu), de variété de la nourriture et l'absence de langage des enfants (aucun babillage ou gazouillis dans les chambres et la salle de jeu, juste des pleurs ou le silence). Le développement des habiletés motrices était minime et le nombre de maladies important, notamment parce que les jouets ne sont pas lavés et que les médicaments liquides sont donnés avec la même cuillère.

Parmi les premières constations dans le groupe d'enfants massés, l'interaction s'est grandement améliorée de même que le langage (mais seulement pour les nourrissons de plus de six mois). Les bébés semblaient plus heureux (enfin des sourires!), le nombre de jours de maladie a diminué et le nombre de malades aussi.

Cependant, il manque encore trop de résultats pour faire un bilan définitif de cette étude. Les analyses d'urine révèleront, par exemple, le taux de cortisol, qui influe sur le développement de l'enfant et sur son système immunitaire. Mais au-delà de la recherche elle-même, cette expérience a permis de mettre en place une interaction quotidienne entre les orphelins et les adultes qui s'en occupent ainsi qu'une séance de massage hebdomadaire.


Élisabeth Mercader - PasseportSanté.net



D'après une présentation donnée le 16 mai 2002 au 1er Congrès international sur la science du toucher à Montréal.

Le massage soulage les patients cancéreux


17 mai 2002 - Pendant longtemps on a cru qu'il était contre-indiqué de masser les gens atteints de cancer pour ne pas favoriser la migration des cellules cancéreuses. On sait aujourd'hui qu'il n'en est rien et que le massage peut être particulièrement bienfaisant pour les patients en traitement. C'est le constat qu'a livré Lyse Lussier (photo ci-contre), massothérapeute et directrice des programmes de Leucan, une association bénévole de soutien aux enfants atteints de cancer.

Lancé sur une échelle très modeste en 1988 à l'Hôpital pédiatrique Sainte-Justine de Montréal (Québec, Canada), le programme d'accompagnement de jeunes cancéreux par le massage a vu sa popularité croître rapidement au point que le service sera offert dans huit hôpitaux québécois en 2002, autant à des jeunes qu'à des adultes. On estime que plus de 2 500 séances de massage seront ainsi offertes à cette clientèle au cours de l'année.

Les principaux bienfaits rapportés par les patients sont une diminution du stress et des douleurs ainsi qu'une augmentation du bien-être général. Même si aucune recherche n'a encore été effectuée auprès des personnes ayant bénéficié de ce programme, les témoignages recueillis spontanément auprès de celles-là correspondent aux données provenant d'autres études : à savoir que le massage entraîne une diminution du taux de cortisol (hormone du stress), ce qui induit de multiples changements bénéfiques. On a ainsi vu des patients en période de douleurs intenses et de sensibilité extrême réclamer avec insistance leur massage car celui-ci diminuait leur douleur.

Les techniques les plus souvent utilisées par les massothérapeutes sont le massage suédois et le massage Esalen même si la réflexologie des pieds demeure une voie royale d'introduction auprès de personnes n'ayant jamais reçu de massage. Les intervenants doivent avoir suivi une formation spécialisée de manière à pouvoir adapter le traitement à chaque cas particulier, aux effets secondaires des traitements anticancer et à s'insérer dans le contexte hospitalier. En effet, il faut souligner que les massothérapeutes pratiquant au Québec relèvent du secteur privé et n'ont pas de statut officiel dans le système de santé québécois. Leur présence dans les hôpitaux ne fait pas partie du plan de soins officiel, même si dans les faits la pratique est acceptée et voire souhaitée par les professionnels responsables des soins en oncologie.

Selon Lyse Lussier, le massage permet de suivre les patients à toutes les étapes de leur traitement, que celui-ci ait une issue favorable ou non. Il devient un élément important de leur plan de soins, non pas comme thérapie, mais comme accompagnement.

Nadine Forgues, 17 ans, une jeune patiente aujourd'hui décédée, a résumé dans un poème l'importance qu'elle accordait à l'accompagnement par le massage :
« Mettre dans un tiroir toutes mes idées noires
Avoir l'esprit vide et me concentrer sur mes membres
Savourer chaque seconde qui passe
S'allonger et me laisser aller
Avoir un moment de répit face à la maladie
Garder dans ma tête, dans mon coeur, du bonheur
Être en harmonie parfaite avec moi-même. »


Christian Lamontagne - PasseportSanté.net



D'après une présentation donnée le 16 mai 2002 au 1er Congrès international sur la science du toucher à Montréal.

Pour plus de renseignements sur l'accompagnement par le massage : leucan@qc.aira.com

La massothérapie intégrale apaise les douleurs lombaires


17 mai 2002 - Dans le cadre du premier Congrès international sur la science du toucher de Montréal, une chercheuse de la Mc Master University en Ontario, Karen Beattie, est venue présenter les résultats d'une étude1 se penchant sur les effets du massage dans le soulagement des lombalgies.

Des personnes souffrant de lombalgie subaiguë (susceptible d'un retour à la normale) depuis plus d'une semaine, mais moins de huit mois, ont été recrutées pour cette étude et réparties en quatre groupes. Le premier a suivi une massothérapie intégrale composée d'une manipulation des tissus mous (frictions, points déclics), de gymnastique curative et d'éducation posturale; le deuxième, la manipulation seulement; le troisième, la gymnastique et l'éducation; le dernier, une simulation de traitement au laser. Six traitements ont été administrés pendant un mois. Les participants ont été évalués au début et à la fin du mois ainsi qu'un mois après le dernier traitement. On les a mesurés au moyen de quatre questionnaires afin d'estimer notamment l'amplitude des mouvements, l'anxiété, le soulagement de la douleur et son intensité.

Les résultats indiquent clairement l'effet bénéfique de la massothérapie intégrale dans toutes les mesures. Le suivi un mois après l'arrêt des traitements a révélé que 63 % des sujets du groupe de massothérapie intégrale ont rapporté la disparition de leur douleur, comparé à 27 % pour la manipulation, 14 % dans le cas de la gymnastique et 0 % pour le laser. La manipulation a aussi montré des résultats très encourageants proches de ceux de la massothérapie intégrale dans certaines mesures.


Élisabeth Mercader - PasseportSanté.net



D'après une présentation donnée le 16 mai 2002 au 1er Congrès international sur la science du toucher à Montréal.

1. Preyde M. Effectiveness of massage therapy for subacute low-back pain: a randomized controlled trial. CMAJ 2000 Jun 27;162(13):1815-20

Le massage réduirait la dépression


1er juin 2005 - Les massages légers offriraient un traitement complémentaire intéressant pour contrer la dépression chez les personnes atteintes de divers troubles psychiatriques, d'après une étude allemande1.

Dans le passé, d'autres chercheurs se sont intéressés à l'effet du massage sur la dépression, avec des résultats positifs. Cette récente étude se distingue des précédentes du fait qu'elle a été menée auprès de personnes ayant reçu un diagnostic de trouble psychiatrique.

Les chercheurs ont recruté 32 personnes en dépression aiguë (24 femmes et 8 hommes) dans le département de psychiatrie d'un hôpital universitaire de Berlin. Leur âge moyen était de 48 ans. Les participants ont été répartis en deux groupes : un groupe « massages légers », et un groupe témoin ayant bénéficié des séances de relaxation, mais sans toucher. Les séances, au nombre de cinq, duraient environ 60 minutes et avaient lieu aux deux à trois jours. Tous les participants ont continué à prendre leurs médicaments antidépresseurs.

En comparant l'avant et l'après, les chercheurs ont noté une nette amélioration des symptômes de dépression (humeur, motivation, pensées, etc.) et du bien-être physique chez tous les participants. Cependant, ceux du groupe « massages légers » ont bénéficié d'une amélioration supérieure à ceux du groupe témoin sur quatre plans : la tension psychologique, l'agitation, l'humeur et les tensions au cou et aux épaules.

Ce type de massage se pratique avec des mouvements lents des mains et une pression légère, semblables à des caresses. Les chercheurs ont voulu cibler la peau plutôt que les muscles ou les tissus conjonctifs, car la peau est intimement liée à l'identité. Ainsi, ce type de toucher transmet un message positif à la personne.

Comme le soulignait Dr Edzard Ernst2, titulaire d'une Chaire en médecine complémentaire au Royaume-Uni, les massages légers offrent un traitement adjuvant sans risque. De plus, ils possèdent l'avantage de pouvoir être pratiqués par des proches ou encore par le personnel hospitalier.

 

Marie-Michèle Mantha - PasseportSanté.net

 

1. Muller-Oerlinghausen B, Berg C, Scherer P, et al. [Effects of slow-stroke massage as complementary treatment of depressed hospitalized patients]. [Article en allemand, résumé en anglais]. Dtsch Med Wochenschr. 2004 Jun 11;129(24):1363-8.
2. Summaries/Commentaries, E Ernst. Massage elevates mood in depressed patients. Focus Altern Complement Ther. 2005; 10: 46-7.

Le recours à la massothérapie au Canada (2003)


 

  • Cette carte illustre, pour chaque province canadienne, la proportion de personnes ayant opté pour la massothérapie au cours de l'année précédant la publication des résultats de l'Enquête sur la santé des communautés canadiennes 2003.

  • À l'échelle du pays, 7,9 % de la population avait requis les services d'un massothérapeute au cours de cette période, soit l'équivalent de 2 093 000 personnes.

  • Les femmes (10,4 %) étaient pratiquement deux fois plus nombreuses que les hommes (5,3 %) à avoir eu recours à cette forme de thérapie alternative.

  • C'est en Saskatchewan (12,6 %), en Alberta (11,8 %) et au Manitoba (9,7 %) qu'on retrouve les Canadiens ayant davantage opté pour la massothérapie. À l'inverse, c'est au Nunavut (2,4 %), à l'Île-du-Prince-Édouard (3,1 %) et en Nouvelle-Écosse (3,4 %) qu'on y a eu le moins recours.

  • Parmi l'ensemble des médecines alternatives et complémentaires (MAC) auxquelles les Canadiens ont fait appel, la massothérapie vient au deuxième rang (7,9 %), après la chiropratique (12,4 %).

 

Source :

Santé Canada, Enquête sur la santé des communautés canadiennes, 2003.

similaire:

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconAdresse fiscale: 70 rue de l'Amiral Mouchez 75014 Paris
«L’art pour les Envolées» des actions en direction d’adultes vieillissants en perte d’autonomie et de personnes âgées et en fin de...

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconPour les personnes déficientes visuelles
«spectacles à lire et à écouter» soient mis à la disposition des personnes déficientes visuelles

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconDes drôles très solides. Plusieurs ont exploité vos mondes. Sans...
«bonnes filles». Maîtres jongleurs, ils transforment le lieu et les personnes et usent de la comédie magnétique. Les yeux flambent,...

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconAtelier 0-3 ans «massage détente bébé»

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconProgramme (sous réserve des changements de dernière minute)
«critiques» pour commentaire, dessins, ou bande dessinée sur les journées du festival destinées, si on les rend rédigées, à être...

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées icon33 Voici comment je fais un poème Je prends un journal et des ciseaux....
«Voici comment je fais un poème» à toutes les personnes puis au futur à toutes les personnes et enfin au passé composé à toutes les...

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconMatin : Metz 4 Mulhouse 5 alsa 3 après-midi : 21 personnes
«d’en haut» mais de faire qu’un maximum de personnes soient associées à une réflexion qui fera évoluer des pratiques en lien avec...

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconBibliographie 2011
«Internet pour l’intégration scolaire, professionnelle et sociale des personnes handicapées visuelles»

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconAider les élèves à prendre conscience des procédures disponibles...
«Pour chaque question, vous devez surligner les mots qui, à votre avis, ont pu aider Morgane à trouver la bonne réponse.»

Le massage-minute pour prendre soin des personnes âgées iconTRËmag – Mars 2016
«aidants», de prendre connaissance des démarches utiles pour répondre à toutes leurs problématiques





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com